Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L’Agenda vert ou comment cette crise énergétique est différente de toutes les autres

19 Octobre 2021, 09:30am

L’Agenda vert ou comment cette crise énergétique est différente de toutes les autres

 

Par F. William Engdahl Mondialisation.ca, 19 octobre 2021

 

Le prix de l’énergie, toutes sources confondues, explose à l’échelle mondiale. Loin d’être accidentel, il s’agit d’un plan bien orchestré visant à faire s’effondrer l’économie mondiale industrielle qui a déjà été affaiblie de façon spectaculaire par près de deux ans de quarantaine ridicule due au Covid et les mesures connexes. Ce à quoi nous assistons, c’est à une explosion des prix des principales énergies que sont le pétrole, le charbon et maintenant surtout le gaz naturel.

Ce qui différencie cette situation des chocs énergétiques des années 1970, c’est que cette fois-ci, elle se développe alors que le monde de l’investissement des entreprises, utilisant le modèle frauduleux d’investissement vert ESG, désinvestit dans le pétrole, le gaz et le charbon du futur, tandis que les gouvernements de l’OCDE adoptent des énergies solaire et éolienne horriblement inefficaces et peu fiables qui assureront l’effondrement de la société industrielle peut-être dès les prochains mois. À moins d’une remise en question spectaculaire, l’UE et les autres économies industrielles sont en train de se suicider économiquement de manière délibérée.

Ce qui, il y a quelques années seulement, était considéré comme évident, c’est que la garantie d’une énergie abondante, fiable, efficace et abordable définit l’économie. Sans une énergie efficace, nous ne pouvons pas fabriquer de l’acier, du béton, extraire des matières premières ou tout autre produit qui soutient nos économies modernes. Au cours des derniers mois, le prix mondial du charbon destiné à la production d’électricité a doublé. Le prix du gaz naturel a augmenté de près de 500%. Le pétrole se dirige vers les 90 dollars le baril, son prix le plus élevé depuis sept ans. Il s’agit là d’une conséquence prévue de ce que l’on appelle parfois la Grande Réinitialisation de Davos ou la folie du programme vert zéro carbone.

 

Commenter cet article