Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Le président de l’agence de presse internationale Reuters est le premier investisseur et membre du conseil d’administration de Pfizer

9 Décembre 2021, 12:44pm

Le président de l’agence de presse internationale Reuters est le premier investisseur et membre du conseil d’administration de Pfizer

Média Presse - Le 8 décembre 2021

 

L’agence de presse internationale Reuters se vante officiellement de son « absence de parti pris », mais l’implication de son président dans le conseil d’administration de Pfizer soulève la question : comment faire confiance à ce que diffuse l’agence de presse Reuters sur le sujet des « vaccins » contre le Covid ?


Le président et ancien PDG de l’agence de presse internationale et « vérificateur des faits » Reuters est également un investisseur de premier plan et membre du conseil d’administration de Pfizer.

 

Les rôles influents de James C. Smith dans les deux organisations « soulèvent de graves problèmes de conflit d’intérêts« , a fait remarquer le National Pulse, car l’agence de presse internationale Reuters a non seulement accordé une importante couverture au « vaccin » contre le COVID-19 de Pfizer en particulier, mais a aussi largement contribué à discréditer les sceptiques et toute critique de la version officielle au sujet du coronavirus.

L’agence de presse internationale Reuters est considérée comme une des principales sources de nouvelles internationales. Ses dépêches sont reprises par de très nombreux médias et influencent donc des milliards de personnes. Dans l’univers des médias, l’agence Reuters  est même citée comme l’une des « 4 meilleures sources d’information mondiales indépendantes et impartiales ».

Le National Pulse a recensé environ 22.000 articles de Reuters mentionnant Pfizer (contre 8.200 mentionnant Moderna) au cours de la seule année dernière. Ces articles présentent Pfizer sous un jour globalement positif et Reuters y discrédite également les critiques à l’encontre de Pfizer.

Mais c’est le rôle autoproclamé de Reuters en tant que « vérificateur des faits » qui ajoute encore à l’ampleur de la manipulation. Une enquête sur les vérifications des faits les plus récentes de Reuters montre que la majorité se consacre à la défense des vaccins anti-COVID-19 et à la négation de leurs effets secondaires.

 

 
Commenter cet article