Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Mc Kinsey : le Sénat a-t-il intentionnellement noyé la mèche qui devait exploser Mc Kinsey ?

21 Mars 2022, 17:04pm

Mc Kinsey : le Sénat a-t-il intentionnellement noyé la mèche qui devait exploser Mc Kinsey ?

 

Bien entendu, il y a la version officielle, et officiellement méchante, du rapport de la sénatrice communiste (présidente du groupe communistes, d’ailleurs) Eliane Assassi sur les cabinets de conseil en matière de politiques publiques : ils gagnent beaucoup trop d’argent sur le dos de l’Etat. Cette ancienne adjointe au maire de Drancy a par exemple pointé du doigt l’évasion fiscale dont Mc Kinsey France est la bénéficiaire, avec des impôts payés au Delaware. 

Mc Kinsey, les méchants qui gagnent trop d’argent

Toute la presse (y compris le Courrier) s’est fait écho du rapport de la sénatrice Assassi sur l’activité des cabinets de conseil privés auprès du gouvernement. Et toute la presse a retenu deux informations qui, au fond, arrangent bien tout le monde : ils gagnent trop d’argent (2.168 €/jour), et, s’agissant de Mc Kinsey, ils ne paient pas leurs impôts en France.

Bouh ! pas bien ! et l’affaire est pliée. 

Donc, on résume : pas un mot sur le “pourquoi ?” que nous avons soulevé à plusieurs reprises. Nous avons notamment, il y a quelque temps, rappelé les liens d’amitié entre Emmanuel Macron alors candidat à l’élection présidentielle de 2017 et le cabinet Mc Kinsey. Nous avions aussi pointé du doigt l’étrange reproduction, dans l’affaire du passe sanitaire, des méthodes prônées par Mc Kinsey dans le scandale des opioïdes aux USA.  Sans même évoquer l’étrange reproduction des méthodes utilisées en Afrique du Sud pour asservir l’intérêt général. 

Autrement dit, le Sénat a concentré ses critiques sur le cabinet Mc Kinsey (et partiellement Accenture), en épargnant soigneusement Emmanuel Macron, le financement de sa campagne, et l’intervention de la caste mondialisée dans la définition de la stratégie française en matière de COVID. 

C’est quand même bizarre…


 

 

 

Commenter cet article