Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Défendre la souveraineté alimentaire des peuples contre les règles criminelles de l'OMC

3 Juin 2022, 10:19am

Défendre la souveraineté alimentaire des peuples contre les règles criminelles de l'OMC

Via Campésina et Confédération paysanne

 

OMC ET ACCORDS DE LIBRE-ÉCHANGE – LE PROBLÈME

 

  1. Les accords de libre-échange mondiaux ont été synonymes de pauvreté et de pertes pour les paysan·nes. La faim, les émeutes de la faim, les migrations forcées et la crise climatique en sont les conséquences directes.

  2. L'OMC et les accords de libre-échange promeuvent sans scrupule l'agriculture industrielle, provoquent la concentration des entreprises et creusent les inégalités.

  3. La spéculation sur les prix des denrées alimentaires engendre la faim et gonfle artificiellement les prix des denrées alimentaires et du carburant.

  4. L'agriculture industrielle cherche à maximiser le profit et ne lutte pas contre la faim.

  5. L'agriculture industrielle réchauffe notre planète. Elle détériore les sols et détruit la biodiversité.

  6. Les accords de libre-échange criminalisent le système de semences paysannes et favorisent les droits de propriété intellectuelle et les brevets qui profitent uniquement aux entreprises agroalimentaires.

  7. Le mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États, présent dans de nombreux accords de libre-échange, menace la souveraineté nationale et les processus démocratiques.

  8. L'agriculture industrielle exploite la main-d'œuvre migrante bon marché. Les femmes et les filles dans les zones rurales sont également les victimes de l’agriculture industrielle.

  9. L'agriculture industrielle promeut de mauvaises habitudes alimentaires et est à l’origine de problèmes de santé et de nutrition.

PROPOSITIONS ET EXIGENCES DE LA PART DE LVC

Au niveau international

  1. Nous avons besoin d'un cadre international pour les politiques commerciales et agricoles qui soit fondé sur la souveraineté alimentaire


 

    • Ce nouveau cadre devrait ouvrir la voie au renforcement de l'agriculture paysanne locale et nationale. Il faut des fondations stables pour garantir la relocalisation de la production alimentaire et assurer un système commercial international équitable basé sur la coopération et la solidarité plutôt que sur la concurrence et la spéculation.

 

    • Le cadre doit être conforme à l'UNDROP et aux autres instruments internationaux relatifs aux droits humains.

 

    • Il doit conduire à des négociations transparentes sur les accords visant les produits de base entre les pays exportateurs et importateurs. Il faut garantir des prix abordables pour les pays dépendants des importations.

 

  1. L'OMC doit être démantelée

 

    • Nous exigeons une réunion d'urgence du Comité sur la Sécurité alimentaire.

 

    • Nous devons supprimer les règles de l'OMC qui empêchent les pays de constituer des stocks publics de denrées alimentaires et de réguler le marché et les prix.


 

    • Nous devons, sans attendre, suspendre et interdire tous les investissements ou opérations spéculatifs sur les produits alimentaires et agricoles.

 

    • Nous devons mettre un terme au monopole des multinationales sur le système alimentaire mondial et concentrer nos efforts pour protéger les paysan·nes.

 

  1. Souveraineté alimentaire pour les pays. Les pays doivent avoir le droit d'utiliser leurs propres critères pour protéger et promouvoir leur souveraineté alimentaire. Chaque pays doit pouvoir développer sa propre politique agricole et alimentaire et protéger les intérêts de ses paysan·nes, sans nuire aux autres pays.

 

  1. Des prix équitables pour les producteur·trices et les consommateurs : les principes du commerce équitable. Le prix des aliments commercialisés au niveau international doit être fixé sur la base des coûts de production et respecter les principes issus du commerce équitable.


 

  1. Interdiction d'utiliser des produits agricoles pour produire des agrocarburants ou de l'énergie. Le carburant ne doit pas reléguer l’alimentation au second plan.


 

Au niveau local, national et régional

  1. Reconstituer les réserves alimentaires publiques. Soutenir la production locale et les pratiques agricoles agroécologiques.

 

  1. Renforcement du cadre juridique national

 

    • Proposer une législation antidumping forte, nécessaire pour empêcher les exportateurs de détruire les marchés paysans locaux.

 

    • Utiliser l'UNDROP comme instrument juridiquement contraignant pour des lois, des stratégies et des programmes en faveur de la souveraineté alimentaire et des droits des paysan·nes.

 

    • Promotion de la réforme agraire populaire et intégrale, pour mettre fin à l'accaparement de l'eau, des semences et des terres par les multinationales, et pour garantir aux petit·es producteur·trices des droits équitables sur les ressources productives.

 

    • Régulation efficace du marché des intrants de l'agriculture intensive (crédits, engrais, pesticides et semences) et interdiction planifiée des pesticides et des OGM.

 

  1. Donner la priorité à nos marchés locaux et à l'intégration régionale, plutôt que de laisser les prix être fixés à distance par des marchés internationaux et des acteurs commerciaux imprévisibles.

 

  1. Aide publique pour construire des économies locales et nationales solides basées sur l'agroécologie et la souveraineté alimentaire. La priorité devrait être donnée à l’agriculture familiale, aux femmes et aux groupes vulnérables dans les zones rurales.

 

  1. Un système de gouvernance alimentaire locale et nationale pensé pour le peuple et non pour les entreprises agroalimentaires. Les organisations de petit·es producteur·trices, les peuples autochtones, les organisations de femmes devraient se voir accorder un rôle clé dans tous les organes traitant de la gouvernance alimentaire.

 

 

 

La Confédération paysanne appelle à une mobilisation nationale et internationale d'envergure le samedi 11 juin place Lise Girardin à Genève contre l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

Avec La Via Campesina, nous sommes déterminé.es à défendre la souveraineté alimentaire des peuples contre les règles criminelles de l'OMC.
Alors que nous sommes à l'aube de graves crises d'insécurité alimentaire dans beaucoup de parties du globe, du fait de la flambée spéculative des cours à la suite de la guerre en Ukraine, l'interdiction de stocks alimentaires faites aux pays du Sud par l'OMC les rend ultra-dépendants aux importations et au marché mondialisé et libéralisé. Les tenants du libre-échange et de l'OMC devront répondre des émeutes de la faim, conséquences de leurs orientations politiques au service de la finance, des multinationales et des pays les plus riches.

La volatilité des prix agricoles, qui frappe de plein fouet nos fermes, n'est pas une fatalité.
L'interdiction de la spéculation sur les denrées alimentaires, la régulation des marchés et la reconstitution de stocks publics, aujourd'hui interdits par les règles de l'OMC, sont des mesures essentielles pour la rémunération des paysan.nes français, européens et du monde.
Il est urgent de se mobiliser pour la souveraineté alimentaire et la protection du revenu paysan, ici et ailleurs !
Un des enjeux sera aussi durant cette période la mise en œuvre de la déclaration sur les Droits Paysans.

Dégageons l'OMC de l'agriculture !
Exigeons des stocks publics contre la faim !
Régulons les prix pour mettre fin à la faim !
Droit au revenu paysan, ici et ailleurs !


Infos pratiques:
Le rendez-vous est à midi Place Lise Girardin pour déjeuner ensemble (localisation sur google Maps ICI)
La manifestation démarrera à 14H. Nous serons dans le cortège avec les camarades de La Via Campesina et d'Uniterre, syndicat paysan suisse, membre d'ECVC.
Les frais de déplacement seront pris en charge par le national. (Note de frais en pièce jointe)
Remplissez voitures et minibus de toute la France et rejoignez-nous !
Un lien covoiturage a déjà été lancé: c'est par ICI
Contact téléphonique de Galileo (animateur Conf' AURA), qui sera présent sur place: 07 82 23 51 67

Supports de communication:

Vidéos réalisées par la Confédération paysanne nationale pour l'occasion à retrouver sur notre chaîne Youtube "Toutes et tous mobilisé·es contre l'OMC le 11 juin à Genève"
https://youtu.be/N1qVn6L9iSY
https://youtu.be/Zc70iiQpUxU
https://youtu.be/VgAl3LHK7J8
https://youtu.be/ZrX5ZXZIJOM
https://youtu.be/qWrwoeserd4 

L'affiche officielle (format A2) et la bannière de mobilisation (2,74 m x 1,22 m) 
sont maintenant disponibles pour téléchargement et utilisation. Dans le lien, nous avons également mis à disposition une série d'illustrations d'un artiste du Royaume-Uni (Polyp). N'oubliez pas de créditer Polyp lorsque vous les partagez.

Dans le document ci-joint à ce mail, vous trouverez le slogan et les hashtags qui seront utilisés lors des mobilisations du mois de juin & quelques messages clés que LVC communiquera au cours du mois de mai et juin.

Chaînes La Via Campesina (LVC) :

  • Facebook : @ViaCampesinaOfficial

  • Twitter (FR) @viacampesinaFR

  • Instagram : @la_via_campesina_official

Slogans:

Dégageons l'OMC de l'agriculture !
OMC, dégage de nos champs !
Stop au libre-échange !
OMC contre les stocks publics, OMC criminelle !
OMC: Organisation Mensongère Criminelle
OMC: Organisation de la Mondialisation Criminelle
Notre alimentation n'est pas une marchandise !
OMC: On ne joue pas avec la nourriture !
Débarrassons-nous de l'OMC !
Souveraineté alimentaire maintenant ! OMC bye bye !
OMC partout, souveraineté alimentaire nulle part
Souveraineté alimentaire partout, OMC nulle part
OMC: la faim des peuples
OMC commerce avec la faim
Stop à la spéculation
Spéculation: le début de la faim
Reprenons la main sur le commerce !
Reprenons la main sur notre alimentation !
Ne déléguons pas notre alimentation !
Régulation des marchés maintenant !
Droit au revenu paysan !
Sortons l'agriculture de l'OMC !

Visuels de l'action du 5 mai contre Cargill
Vidéo de l'action du 5 mai contre Cargill et la spéculation sur les céréales


 

 

 

Commenter cet article