Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Interview de Fabrice Di Vizio

24 Avril 2021, 16:08pm

Voir les commentaires

Le Conseil d’État valide durablement la surveillance de masse

24 Avril 2021, 15:37pm

Le Conseil d’État valide durablement la surveillance de masse

La quadrature du net – Le 21 avril 2021


 

Le Conseil d’État vient de rendre une décision qui restera une tache indélébile sur la plus haute juridiction administrative et sur la France. Au mépris le plus total du droit européen, il a refusé d’appliquer l’arrêt de la Cour de justice de l’UE (CJUE) qui, en octobre 2020, estimait que tant le droit français du renseignement que l’obligation de conservation généralisée et indifférenciée de l’ensemble des données de connexion (IP, localisation, etc.) étaient contraires aux droits fondamentaux. Ce faisant, le Conseil d’État isole la France dans son Frexit sécuritaire et libère les renseignements français des principes de l’État de droit.

En apparence, la décision d’aujourd’hui conduit à l’annulation ou à l’abrogation de certains des décrets attaqués par La Quadrature du Net, FDN, la FFDN et Igwan.net, qui organisent une obligation de conserver de manière généralisée et indifférenciée les données de connexion (ce qui entoure une communication, comme la liste des numéros de téléphone appelés, les adresses IP, la géolocalisation, etc.). Mais cette illusion est aussitôt dissipée par le Conseil d’État qui prescrit lui-même les correctifs superficiels qui permettront au gouvernement de maintenir sa surveillance de masse. À côté de cette fausse concession, il rejette purement et simplement le reste de nos arguments contre les services de renseignement


 

 

 

Voir les commentaires

Rapport catastrophique sur la vaccination en Israël

24 Avril 2021, 15:25pm

Rapport catastrophique sur la vaccination en Israël

Comité Valmy - Le 23 avril 2021

Le Comité populaire israélien (IPC), un organisme civil composé d’éminents experts israéliens de la santé, a publié son rapport d’avril sur les effets secondaires du vaccin Pfizer.* Les conclusions sont catastrophiques à tous les niveaux.

Les conclusions sont catastrophiques à tous les niveaux possibles. Leur verdict est qu’"il n’y a jamais eu de vaccin qui ait nui à autant de personnes". Le rapport est long et détaillé. Je ne citerai que quelques-unes des conclusions les plus dévastatrices présentées dans le rapport.

"Nous avons reçu 288 rapports de décès autour de la vaccination (90% jusqu’à 10 jours après la vaccination), 64% d’entre eux étaient des hommes." Pourtant, le rapport indique que "selon les données fournies par le ministère de la Santé, seuls 45 décès en Israël étaient liés à la vaccination." Si les chiffres ci-dessus sont sincères, alors Israël, qui prétendait mener une expérience mondiale, n’a pas véritablement rendu compte des résultats de son expérience. Nous entendons souvent parler de caillots sanguins causés par le vaccin AstraZeneca. Par exemple, nous avons appris ce matin l’existence de 300 cas de caillots sanguins en Europe. Toutefois, si les conclusions de l’IPC sont authentiques, le vaccin Pfizer pourrait être associé à plus de décès en Israël seulement que le vaccin AstraZeneca dans toute l’Europe.

 

 

La suite


 

 

 

Voir les commentaires

Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes

23 Avril 2021, 21:17pm

Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes
Vaccins contre la Covid-19 : des incertitudes même sur la qualité intrinsèque des produits, sur leurs procédés de fabrication, sur les lots commercialisés… selon les documents officiels publiés par l’Agence européenne du médicament (EMA)

vendredi 2 avril 2021

Centre Territorial d'Information Indépendante et d'Avis Pharmaceutiques


 

Avec l’éclairage de Madame Catherine FRADE, Docteur en pharmacie, et ancienne directrice des affaires réglementaires internationales dans l’industrie pharmaceutique.

 

 

Peut-on imaginer le lancement d’une chaîne de fabrication de voitures, et la mise en circulation de ces véhicules, malgré les incertitudes relevées dans les documents officiels publiés ? Ces incertitudes concernent la qualité des pièces composant le moteur et les différentes autres pièces détachées dont celles relatives à la sécurité, le procédé de fabrication, la reproductibilité des lots commercialisés, etc.

 

Dans le domaine du médicament (dont les vaccins), l’acte pharmaceutique de « libération » du produit fini (produit autorisé destiné à la vente) constitue l’ultime étape de contrôle qui précède la mise à disposition de ces produits auprès de la population. Cette étape clef de « libération » relève de la responsabilité pharmaceutique des fabricants, notamment.

 

Dans la continuité de ses précédentes analyses proposées, le CTIAP du centre hospitalier de Cholet vient donc, à nouveau, révéler à la population, et sans doute de façon inédite et exclusive, de nouvelles informations capitales, vitales, concernant les 4 vaccins contre la Covid-19 suivants : celui du laboratoire BioNTech/Pfizer ; celui du laboratoire Moderna ; celui du laboratoire Astra Zeneca ; celui du laboratoire Janssen.

 

Ce travail a été possible grâce à la précieuse contribution de Madame le Docteur Catherine FRADE, pharmacienne, et ancienne directrice des affaires réglementaires internationales dans l’industrie pharmaceutique. De façon grâcieuse, elle nous a transmis une alerte écrite documentée. Dans ce document, elle apporte un « éclairage » sur des données qui sont extraites, le 22 mars 2021, de l’AMM (autorisation de mise sur le marché) elle-même ; une AMM qualifiée de « conditionnelle ». Elle a extrait des « données sources qui sont difficilement identifiables par quelqu’un qui ne travaille pas dans le domaine ». Ces données sont donc publiques et vérifiables. Au préalable, il y a lieu de préciser que l’auteure de ce document n’exerce plus au sein de l’industrie pharmaceutique ; elle déclare : « Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai aucun conflit d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique ». C’est donc avec son accord, que le CTIAP entend mettre à la disposition du public, des professionnels de santé, des décideurs… une analyse de quelques-unes de ces données que toute personne devrait lire de façon attentive.

 


 

Voir les commentaires

Le Texas a mis fin au confinement et au masque obligatoire : maintenant, les États confinés sont ceux où le COVID se développe le plus.

23 Avril 2021, 21:02pm

Le Texas a mis fin au confinement et au masque obligatoire : maintenant, les États confinés sont ceux où le COVID se développe le plus.

https://mises.org/wire/texas-ended-lockdowns-and-mask-mandates-now-locked-down-states-are-where-covid-growing-most



Rédigé par Ryan McMaken - l'Institut Mises – 21 avril 2021


Au début du mois dernier, le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a annoncé qu'il mettrait fin à l'obligation de port du masque dans l'État et permettrait à la plupart des entreprises de fonctionner à 100 % de leur capacité.


La réaction des médias aux ordres et de la gauche était prévisible. Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a déclaré que cette décision était "absolument irresponsable". Beto O'Rourke a qualifié le parti républicain de "culte de la mort". Joe Biden a qualifié la décision de "pensée néandertalienne". Keith Olbermann a insisté sur le fait que "le Texas a décidé de rejoindre le camp du virus" et a suggéré que les Texans ne devraient pas être autorisés à prendre le vaccin contre le covidium. Vanity Fair a publié un article intitulé "Les gouverneurs républicains célèbrent l'anniversaire du COVID avec un plan audacieux pour tuer 500 000 autres Américains".


D'autres États ont suivi le sillage du Texas, et le Mississippi, l'Alabama, la Floride et la Géorgie sont maintenant tous des États où les restrictions concernant le covid sont faibles ou inexistantes.


La Géorgie et la Floride, bien sûr, se distinguent toutes deux par le fait qu'elles mettent fin au confinement et aux restrictions beaucoup plus tôt que de nombreux autres États. Dans ces cas également, les gouvernements des États ont été critiqués pour leur politique, jugée imprudente et susceptible de provoquer des décès sans précédent. La politique de la Géorgie a été dénoncée comme une expérience de "sacrifice humain".


Pourtant, au cours des dernières semaines, ces prédictions sur le sort du Texas se sont révélées spectaculairement fausses. De plus, bon nombre des États où la croissance des cas de covid est la plus forte - et où le nombre total de décès est le plus élevé - sont des États où les mesures de confinement sont parmi les plus sévères.

 

L'échec de la narration du confinement dans cette affaire a été si écrasant que la semaine dernière, lorsqu'on l'a interrogé sur la situation au Texas, Anthony Fauci n'a pu que suggérer quelques lignes peu convaincantes sur le fait que les Texans portent peut-être volontairement des masques et se conforment plus rigoureusement que les habitants des autres États. Dans l'explication de Fauci, nous voyons un récit qui n'explique tout simplement pas les faits réels de la question. 


Texas vs Michigan


La situation au Texas n'est qu'un exemple parmi d'autres d'une situation qui, État par État, est dévastatrice pour le récit du confinement qui sauverait des vies.


Par exemple, examinons le nombre de cas de covid au 20 avril.


Le nombre de cas est la mesure préférée des partisans de l'ordre de rester à la maison, de la fermeture des entreprises, du port du masque et des mesures répressives au nom du contrôle de la maladie.


Au Texas, le nombre total de nouveaux cas (moyenne mobile sur sept jours) au 20 avril était de 3 004. Cela correspond à environ 103 par million.


Maintenant, regardons le Michigan, où une variété d'obligation stricte de port du masque et de confinement partiel se poursuivent. La capacité des restaurants est maintenue à 50 % et l'État continue d'édicter des règles sur le nombre de personnes que l'on peut inviter à dîner.


Dans le Michigan, la moyenne mobile sur sept jours des nouvelles infections au 20 avril était de 790 par million, soit près de huit fois plus que le Texas.

Selon la logique des défenseurs du confinement, les États où les confinements sont sévères devraient avoir beaucoup moins de cas et moins de croissance dans les cas.

 


Cependant, ce n'est certainement pas le cas. Dans le New Jersey, par exemple, où les confinements ont été longs et durs, la croissance des cas est près de quatre fois supérieure à celle du Texas. Et puis il y a la Pennsylvanie, le Minnesota, Rhode Island, le Maine et New York, qui ont tous des taux de croissance des nouveaux cas plus de deux fois supérieurs à ceux du Texas.


En fait, le seul État dont les politiques de covid sont particulièrement laxistes et qui figure dans le top 10 de la croissance des cas est la Floride, qui connaît néanmoins des taux de croissance plus faibles que ceux des États dirigés par des fétichistes du confinement comme Andrew Cuomo et Phil Murphy.


De plus, l'épidémie globale de covid-19 en Floride a été beaucoup moins meurtrière que celle des États qui ont adopté le confinement depuis longtemps. Le New Jersey, par exemple, a le pire taux de décès dus au covid-19 du pays, soit 2 838 par million au 20 avril. Juste derrière, on trouve New York et le Massachusetts avec un total de 2 672 et 2 537 décès par million, respectivement.


La Floride, quant à elle, se situe au vingt-huitième rang national en termes de décès du covid, avec 1 608 décès. Le Texas a un total de 1 721 décès par million.

 

 


En d'autres termes, la Floride n'est pas près de rattraper New York ou le New Jersey, et elle n'est certainement pas près de rattraper le Michigan, qui laisse les autres États dans la poussière en termes de croissance des cas. Pour ceux qui ont une peur bleue du covid, ils seraient mieux en Floride, au Texas ou en Géorgie que dans les États qui ont depuis longtemps adopté le confinement et prétendent "suivre la science".


Alors comment expliquer cela ?


Les partisans du confinement ne semblent pas avoir d'explication du tout.


La semaine dernière, Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), a eu du mal à trouver une explication lors de son témoignage devant le Congrès.


 

Au cours des semaines précédentes, M. Fauci a eu tendance à s'appuyer sur le vieil argument éprouvé selon lequel il suffit d'attendre deux à quatre semaines de plus pour que les cas explosent partout où les restrictions covid sont allégées ou éliminées. Les défenseurs du confinement ont essayé cela pendant des mois après que la Géorgie ait mis fin à son ordre de rester à la maison, bien que la Géorgie ait constamment obtenu de meilleurs résultats que de nombreux États qui ont poursuivi leur confinement.

 

Mais maintenant que nous sommes à six semaines de la fin de l'obligation de port du masque et des confinements partiels du Texas, Fauci n'a pu offrir aucune explication plausible. Plutôt, lorsque le représentant Jim Jordan l'a pressé sur le sujet, Fauci a insisté sur le fait que ce qui compte vraiment, c'est la conformité plutôt que l'existence de l'obligation du port du masque et le confinement :

 

Il y a une différence entre le confinement et les personnes qui obéissent au confinement..... Vous savez, vous pouvez avoir une situation où l'on dit : "Nous allons confiner", et pourtant les gens font exactement ce qu'ils veulent- Jordan a demandé si cela expliquait la situation dans le Michigan et le New Jersey (et d'autres États où le nombre de cas de covid augmente rapidement). Fauci a alors prétendu qu'il ne pouvait pas entendre la question, et Jordan a été interrompu par le président de la commission.

 

Aucune personne connaissant la situation dans des Etats comme le Texas, la Floride et la Géorgie, ne trouverait plausible que la propagation du covid ait été réduite dans ces régions par une utilisation plus militante des masques et une distanciation sociale. Le témoignage de Fauci n'était clairement qu'un cas d'expert" du gouvernement cherchant une explication.

 

Mais ne vous attendez pas à ce que Fauci et ses partisans renoncent à insister sur le fait que New York et le Michigan font "ce qu'il faut" tandis que le Texas et la Floride adoptent le "sacrifice humain" dans le cadre d'un "culte de la mort".

 

Les chiffres réels donnent une image très différente, et même les observateurs occasionnels peuvent maintenant voir que l'ancienne narration était vraiment fausse.

Voir les commentaires

Christian Vélot, conférence du 22 avril 2021 : vaccins anti-covid

23 Avril 2021, 20:30pm

Voir les commentaires

Médecines naturelles Outre Atlantique

23 Avril 2021, 19:15pm

Médecines naturelles Outre Atlantique

Le gouvernement fédéral à propos des vitamines et du Covid : taisez-vous ou payez !

 

22 avril 2021 - https://anh-usa.org/feds-on-vitamins-and-covid-shut-up-or-pay-up/


Le gouvernement fédéral menace les médecins d'une amende de 10 000 $ s'ils vous disent comment les vitamines et les minéraux peuvent aider à combattre le COVID.

Alerte à l'action !


Le ministère de la Justice (DoJ) a récemment annoncé la première mesure d'application contre le "marketing trompeur" des traitements COVID. L'affaire concerne un chiropracteur du Missouri qui aurait fait de la publicité pour un supplément de vitamine D et de zinc afin de prévenir ou de traiter le COVID - des allégations qui sont bien étayées dans la littérature scientifique.


 

Il s'agit d'une escalade inquiétante et scandaleuse dans les actions du gouvernement fédéral contre les médecins et les professionnels de la santé qui informent le public sur les moyens naturels de rester en bonne santé pendant la pandémie, soulignant la nécessité de modifier la loi pour permettre la libre circulation des informations sur les aliments et les compléments.


Auparavant, la FDA et la FTC ont envoyé des centaines de lettres d'avertissement à des médecins et à des cliniques pour discuter du rôle des médecines naturelles dans la promotion de la santé publique pendant la pandémie. Puis une stratégie a été mise en place pour permettre à la FTC de s'en prendre avec plus de force à ces professionnels de la santé.


 

La loi COVID-19 sur la protection des consommateurs a été introduite le 20 décembre à la Chambre et au Sénat, puis ajoutée à un projet de loi de crédits le 21 décembre. Le 27 décembre, elle a été promulguée.


C'est exact : juste avant les vacances de Noël, alors que le gouvernement savait que l'attention serait ailleurs, cette loi a été introduite, enfouie dans un projet de loi de dépenses pour la dissimuler davantage, et promulguée - le tout en sept jours.


La loi "interdit les actes ou pratiques trompeurs associés au traitement, à la guérison, à la prévention, à l'atténuation ou au diagnostic du COVID-19", dont la violation peut entraîner des sanctions civiles.

La loi permet à la FTC d'imposer une amende de 10 000 dollars pour chaque violation ; plusieurs amendes peuvent être infligées à partir d'une seule réclamation. Les lois étatiques de protection des consommateurs pourraient également entrer en vigueur, autorisant d'éventuelles actions collectives.


Il s'agit d'un avertissement clair pour les professionnels de la santé naturelle : soit vous faites la promotion des vaccins et des médicaments contre le COVID-19, soit vous vous taisez.


Les actions du DoJ sont stupéfiantes. D'une part, nous sommes au milieu d'une pandémie et nous n'avons pas le temps d'attendre les essais cliniques randomisés en cours - qui peuvent prendre des années - alors que des preuves cliniques solides montrent que des compléments qui présentent peu de risques peuvent être utiles. Et les preuves que nous avons pour des choses comme la vitamine D et le zinc sont solides.


 

Nous avons récemment passé en revue les preuves du rôle de la vitamine D dans le COVID, en soulignant les douzaines d'études qui montrent que les patients COVID ayant un taux élevé de vitamine D ont de meilleurs résultats, sans parler du rôle clé de la vitamine D dans la fonction immunitaire. Des essais cliniques ont également confirmé la capacité de la vitamine D à prévenir les infections des voies respiratoires supérieures.


Le zinc est également incroyablement important pour la fonction immunitaire. Bien que cela soit plus fréquent dans les pays en développement, on estime que 12 % des Américains risquent de souffrir d'une carence en zinc. Nous savons que la fonction immunitaire est compromise en cas de carence en zinc ; en effet, les personnes présentant de faibles niveaux de zinc ont un risque beaucoup plus élevé d'être hospitalisées et de souffrir d'une maladie grave du COVID. Il existe de plus en plus de preuves du rôle du zinc dans la réduction de la gravité de la maladie COVID-19 et également dans la prévention du COVID.


Il est incroyablement irresponsable de la part du gouvernement fédéral de cibler les professionnels de la santé qui diffusent des informations sur ces nutriments vitaux. Nous pouvons contribuer à réparer cette erreur grâce à notre législation qui permet la libre circulation de l'information sur les compléments alimentaires.


Action Alerte ! Écrivez au Congrès et exhortez-le à soutenir la législation qui permet la libre circulation de l'information sur les compléments.

 

Voir les commentaires

Pesticides dans l’eau : les zones rurales toujours exposées

23 Avril 2021, 18:55pm

Pesticides dans l’eau : les zones rurales toujours exposées

 

France Soir - le 22/04/2021 à 19:50

 

Selon la dernière étude de l’UFC-Que Choisir publiée mardi 20 avril, plus d’un million de Français boivent encore une eau polluée par les pesticides, qui sont suscpectés d’être des perturbateurs endocrinens. La bonne nouvelle c’est que désormais 98 % des consommateurs ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires.

Manque de moyens en zones rurales pour faire face à la pollution de l’eau

Selon cette étude, les zones rurales et de montagne seraient les plus touchées par les pollutions agricoles, première cause de contaminations. Aujourd’hui, 450 000 consommateurs boivent une eau dépassant les normes maximales en pesticides et 148 000 une eau contaminée par les nitrates. Les pesticides, sont quant à eux, la première source des pollutions, et l’étude signale les “graves carences” en termes de gestion des risques.

La recherche de pesticides n’est pas à l'hauteur de leur présence dans la nature. En France, sur 750 molécules de pesticides ou dérivés que l’ont peut trouver dans la nature, on n’en recherche que 206, et cela varie beaucoup en fonction des départements. Alors que l’Aisne par exemple, est un département agricole avec de grandes cultures intensives très utilisatrices de pesticides, lors des contrôles, on ne recherche que 12 molécules de pesticides ou dérivés.

 

 

Voir les commentaires

Mise en garde du Pr Bhakdi contre les thromboses

23 Avril 2021, 18:17pm

Voir les commentaires

La justice française au service de Big Pharma

23 Avril 2021, 13:02pm

Publié par Ciel Voilé

Du jugement du Mediator le 29 mars, au verdict du GcMAF rendu le 14 avril, à la nouvelle arrestation du Pr Fourtillan le 16 avril, la même logique de chasse aux médecines naturelles bat son plein.

 

Des chiffres

 

Pendant 33 ans, de 1976 à 2009, le Mediator du groupe Servier, a bénéficié d'une autorisation de mise sur le marché ( AMM) en France. En 1995, une étude du Pr Abenhaim à Clamart démontrait déjà ses graves effets. Verdict après 11 ans de procès : amende de 2,7 millions €, quand le chiffre d'affaires 2019-2020 s'élève à 4, 7 milliards €, et les ventes de Mediator de 1976 à 2009 atteignent 400 millions €. L'escroquerie n'est pas retenue mais la « tromperie aggravée », et peine de prison de 3 ans. Et ce malgré les 6500 plaignants parties civiles et les 1500 à 2100 morts dûs au Mediator. Comme le rapporte le Canard Enchaîné : «  Le procès, on s'en fout ! » disait Servier.

 

Procès du GcMAF en France : aucun patient plaignant, aucun mort. 66 clients en France ! 4 ans de prison pour David Noakes, 3 ans pour Lynda Thyer.

 

Seconde arrestation de Jean-Bernard Fourtillan, auteur de 400 publications internationales, âgé de 77 ans, le 16 avril 2021 : déjà arrêté en décembre 2020 et interné en psychiatrie pour sa découverte de la valentonine, hormone de la glande pinéale et de patchs dont personne ne se plaint, mais interdits par l'ANSM.

 

Comme le remarque Jean-Marc Dupuis : « Pourquoi tant d’hostilité contre les médecines naturelles ?


 

Les médecines naturelles sont un domaine plus surveillé par les autorités que bien des activités criminelles. La vente de compléments alimentaires naturels (plantes, vitamines, acides gras, acides aminés, minéraux, etc.), par exemple, est réglementée de façon beaucoup plus stricte que la vente de tabac, d’alcool, d’armes, ou encore de films incitant à la violence

La vente de vitamine D à des doses suffisantes pour avoir un effet bénéfique réel est strictement interdite sans ordonnance d’un médecin. Ce qui explique que seule une infime proportion de la population, particulièrement bien informée et motivée, bénéficie des nouvelles découvertes sur la vitamine D


 

Interdiction des allégations thérapeutiques

Il est interdit aux fabricants de compléments alimentaires de mentionner sur leurs produits les effets escomptés sur la santé, les maladies, en termes de prévention comme de guérison. Si on suit la réglementation actuelle jusqu’au bout, il est interdit à une marque d’eau minérale d’indiquer sur l’étiquette que l’eau « aide à prévenir la déshydratation ». Ce n’est pas un canular, mais l’expérience réelle que viennent de réaliser deux chercheurs allemands, dont la demande a été refusée par l’agence européenne du médicament.

Cette interdiction d’information est imposée au nom de « la protection de la santé publique ».


 

Procès du GcMAF en France : des incohérences

 

* Dès le premier jour du procès le lundi 22 mars 2021, la juge a instruit à charge, travaillant pour les procureurs. Censée représentée la société et défendre la santé publique, la procureure déclare : « Savoir si le GcMAF fonctionne ou pas n'est pas le sujet », autrement dit elle ignore la santé publique et défend l'industrie pharmaceutique.

 

Le monopole de la pharmacie en France a été créé pour défendre la santé publique. Mais l'industrie pharmaceutique a-t-elle intérêt à faire disparaître les maladies ? Disparaitraient du même coup ses profits massifs...

 

* Extrait de UK Column :« En 6 ans, Immuno Biotech ( ndt : créée par David Noakes) a gagné 7,6 millions de livres sterling en vendant du GcMAF. Sur cette somme, ils ont payé une équipe de 27 personnes, dont 4 chercheurs, 7 médecins, 2 échographistes, 4 infirmières et du personnel administratif pendant 6 ans. Ils ont payé les laboratoires, les voyages du personnel (une dépense importante) et le logement. Tout revenu supplémentaire était réinjecté dans la recherche et le développement du GcMAF. Le PDG de Glaxo Smith Kline gagne environ 6 millions de livres sterling chaque année. »

 

* On a appris pendant le procès que David Noakes a mené une brillante carrière en informatique, son entreprise travaillant pour de très grands groupes à New-York, Bruxelles ou Londres. Lynda Thyer a travaillé comme biologiste pendant 30 ans en hôpital. Par quel miracle des personnes ayant contribué honnêtement à la vie sociale durant des décennies se transforment-elles en escrocs sans scrupule à enfermer ? Dans un article à charge, un journaliste de Dalloz écrit : « ... une fois aperçus les quatre prévenus, difficile de les imaginer en trafiquants chevronnés. Des pieds nicklelés perchés, version outre-Manche[...] mais tendances complotistes et paranoïaques. »

 

* L'expertise toxicologique réalisée par TOXLAB sur les produits saisis montre « qu'ils ne contenaient aucun médicament de la pharmacopée, ni stupéfiants ni toxiques. » Pourtant l'enquête évoque sans cesse la « dangerosité » du produit malgré l'absence de plainte de patients.

 

La recherche de la vérité n'est pas le but de la justice française. Elle relaie haut et fort le message très clair des autorités qui soutiennent les puissants et condamnent les « inutiles ».

 

Ci-dessous l'article de Scott C. Tips du 14 avril 2021 sur The nhf.

 

 

VERDICTS SUR le GcMAF RENDUS PAR LE TRIBUNAL FRANCAIS

 

 

https://thenhf.com/2021/04/14/verdicts-handed-down-in-french-gcmaf-trial/

 

 

Dans une décision très attendue, le collège de trois juges du Tribunal de Paris a rendu aujourd'hui sa décision dans le procès pénal lancé par l'OCLAESP, Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique , la version française de la Food and Drug Administration américaine et de la Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) britannique.

 

L'OCLAESP avait porté plainte contre ce qu'il appelait un « gang d'escrocs » traitant des personnes avec du GcMAF (la protéine immunitaire naturelle présente chez tous les humains en bonne santé et utilisée généralement par injection pour traiter les patients atteints de cancer avec un taux de réussite stupéfiant de 75 % et plus).


Le principal problème de l'affaire du procureur français est que personne n'a été escroqué et que, au contraire, pratiquement tous les patients ont été aidés, la plupart même guéris ! En fait, à la fin du procès de quatre jours qui s'est tenu le mois dernier, le dossier de l'accusation s'est effondré, les avocats de la défense des cinq prévenus ayant démontré de manière concluante à la Cour qu'il n'y avait aucune victime et que l'accusation n'avait pas réussi à en produire une seule ! Aucun consommateur ou patient ne s'est plaint, aucun n'a été blessé et, en fait, de nombreux patients ont recouvré la santé grâce à la générosité des accusés David Noakes et Lynda Thyer qui ont traité gratuitement un quart des patients, ceux qui n'avaient pas les moyens de se payer un traitement.


Pire encore pour l'accusation, le fait est qu'il n'y a pas eu de ventes de GcMAF en France, et que cette affaire a été concoctée par la malicieuse MHRA comme un simple moyen de punir David Noakes et Lynda Thyer pour avoir eu la témérité de défier le monopole de Big Pharma sur le traitement du cancer, qui représente 200 milliards de dollars par an. [...]

.
Quoi qu'il en soit, les trois juges, sous la présidence de la juge Isabelle Prévost-Desprez, avaient annoncé à la fin du procès, le 25 mars 2021, qu'elles rendraient les verdicts pour les cinq accusés dans l'après-midi du 14 avril 2021. Ce jour est arrivé aujourd'hui.


La décision de la Cour, rendue cet après-midi, heure française, est la suivante et va malheureusement à l'encontre des faits révélés lors du procès :


David Noakes a été reconnu innocent d'avoir commis une fraude mais a néanmoins été condamné à quatre ans de prison pour avoir mené une activité non autorisée dans le domaine des médicaments.


Lynda Thyer a été reconnue coupable et condamnée à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis. Comme elle a déjà purgé 19 mois de détention provisoire (mais elle est maintenant sortie de prison et se trouve chez sa mère en Angleterre), elle ne purgera pas de peine supplémentaire dans une prison française.


Pour les autres accusés (Leslie Banks, David Halsall, et M. Norton), les verdicts ont été exactement comme l'accusation l'avait demandé, des peines de prison avec sursis.

 

Et bien sûr, l'État français conserve tout l'argent qu'il a ramassé et volé lors de ses raids sur les comptes bancaires et autres. Nous sommes vraiment les serfs de l'État !


Il va sans dire que ces verdicts incroyablement injustes pour ce qui n'était au pire qu'un délit de papier (un produit sans licence) feront l'objet d'un appel. Alors que le système judiciaire français a laissé les dirigeants de Big Pharma s'en sortir sans aucune peine de prison après avoir tué et blessé des milliers de personnes, ces trois juges ont clairement montré qu'elles ne devraient même pas siéger au banc des accusés car leur sens de la justice est clairement absent.[...]


David Noakes ne mérite pas d'être en prison pour avoir sauvé des vies alors que ceux qui ont tué et blessé des milliers de personnes sont en liberté !

 

 

Articles de Scott Tips traduits en français sur Ciel voilé:

 http://www.cielvoile.fr/2019/12/liberation-prochaine-de-lynda-thyer.html

 http://www.cielvoile.fr/2019/12/nouvelles-de-lynda-thyer-et-david-noakes.html

 http://www.cielvoile.fr/2019/12/gcmaf-le-remede-contre-le-cancer-qui-ne-disparaitra-jamais.html

 http://www.cielvoile.fr/2020/07/david-noakes-et-lynda-thyer-heros-du-gcmaf.html

 

Voir les commentaires