Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

L’Union européenne amorce sa dissolution

1 Décembre 2021, 19:43pm

L’Union européenne amorce sa dissolution

Thierry Meyssan - Réseau Voltaire | Paris (France) | 30 novembre 2021

 

La Traité du Quirinal, conclu par la France et l’Italie, ainsi que le projet de gouvernement du prochain chancelier allemand, Olaf Schotz, sont incompatibles avec l’histoire de l’Union européenne. Paris et Berlin viennent de poser des actes concrets qui ne peuvent qu’amorcer l’inévitable dissolution de l’Union européenne.

 

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, Winston Churchill imagina un système permettant aux Anglo-Saxons de s’assurer que l’Europe occidentale ne tomberait pas dans les mains de l’Union soviétique et qu’ils en conserveraient le contrôle. Il s’agissait de créer un marché commun européen avec les pays ruinés qui acceptaient le Plan Marshall [1].


 

Les États-Unis et le Royaume-Uni avançaient alors de concert. En quelques années, ils jetèrent les bases de notre monde : l’Otan est une alliance militaire dominée par eux, tandis que ce qui est devenu l’Union européenne est l’organisation civile pour leurs alliés. Certes, les membres d’une institution ne sont pas nécessairement membres de l’autre, mais il n’en reste pas moins que, basées à Bruxelles, l’une et l’autre sont les deux faces d’une même médaille. Les services communs des deux structures sont discrètement installés au Luxembourg.


 

Après la crise entre Washington et Londres lors de l’expédition de Suez, le Royaume-Uni qui était en train de perdre son Empire, décida d’entrer dans ce qui n’était pas encore l’Union européenne. Si Harold Macmillan échoua en 1958, Edward Heath y parvint en 1973. Mais l’équilibre des forces évoluant encore, le Royaume-Uni quitta l’Union européenne fin 2020, se tournant à nouveau vers son ancien Empire (« Global Britain »).

 

 

Voir les commentaires

Etats-Unis : arrêt de l'obligation vaccinale dans dix états

1 Décembre 2021, 18:14pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Italie : le totalitarisme en marche ou le « super greenpass »

1 Décembre 2021, 18:02pm

Italie : le totalitarisme en marche ou le « super greenpass »

Publié le 01/12/2021 à 17:36 Tristan Edelman, pour FranceSoir

 

TRIBUNE — Le Conseil des ministres italien a approuvé par décret, le "Super greenpass" (super passe sanitaire) qui entrera en vigueur à partir du lundi 6 décembre jusqu’au 15 janvier (1). Celui-ci modifie la durée du greenpass actuel, dont la validité est de 12 à 9 mois, et surtout les tests ne seront plus valables pour entrer dans les restaurants, bars, cinémas, théâtre et salles de sport. Pour utiliser les transports et les zones dites « blanches », le gouvernement a introduit l’obligation des tests. À partir du 15 décembre, la vaccination devient obligatoire pour les enseignants, la police, les militaires et la troisième dose obligatoire pour les soignants.

M. Draghi présente ce décret à la fois comme une réponse au fait que la vaccination ne fonctionne plus au bout de six mois, et comme une mesure de prévention des contaminations. Il remercie les Italiens qui ont adhéré à la campagne de vaccination pour la troisième dose. Le gouvernement dans son ensemble a insisté sur l’importance du contrôle.

17 parlementaires se sont réunis pour dénoncer cette mesure totalitaire demandant au président Matarella : « … nous vous invitons à ne pas contresigner le décret, et de le renvoyer au Conseil des ministres pour une refonte critique. Nous vous invitons également à passer ce message aux Chambres, visant à recommander le doute méthodique et le respect des principes de précaution au sein du gouvernement… » (2)

Voir les commentaires

Faire croire que les décès ne sont pas imputables aux injections

1 Décembre 2021, 17:51pm

Faire croire que les décès ne sont pas imputables aux injections

Selon un éminent médecin, les vaccins COVID-19 tueront des personnes tout en faisant croire que leurs maladies sous-jacentes en sont la cause

 

27/11/2021 / Par Cassie B.

 

Un éminent médecin sud-africain qui a joué un rôle clé dans le développement des premiers traitements contre le COVID-19 a déclaré que les campagnes de vaccination actuelles n'ont qu'un seul but : "contrôler et tuer une grande partie de notre population sans que personne ne soupçonne que nous avons été empoisonnés".

 

Cette affirmation controversée a été faite par un médecin de famille d'Afrique du Sud, le Dr Shankara Chetty, dont le site Internet indique qu'il a traité avec succès 7 000 patients avec le COVID-19 sans un seul décès ni hospitalisation. Il est également le médecin à l'origine de la "thérapie du 8e jour pour le COVID-19", destinée aux patients se trouvant au stade inflammatoire le plus dangereux de la maladie.

 

Dans un enregistrement vidéo, le Dr Chetty a déclaré que si nous savons tous qu'il y a des incohérences et de la coercition en ce moment, il est important d'en comprendre les raisons. Pour lui, tout se résume à la protéine spike.

 

"Si je devais vous donner mon avis, quant à ce qui se passe à l'échelle mondiale, [la] protéine spike est l'une des toxines ou des poisons les plus artificiels que l'homme ait jamais fabriqués", a-t-il déclaré. "Et le but de cette toxine est de tuer des milliards de personnes sans que personne ne s'en aperçoive. Donc, c'est un poison avec un agenda".

 

Selon lui, les confinements mondiaux ont conduit les patients à arriver dans les hôpitaux plus tard dans la progression de la maladie, et les protocoles utilisés ont été conçus "pour fabriquer la mort et les dommages [afin] d'attiser toute la peur" pour justifier la vaccination de la planète et l'exposition de tous à la protéine de pointe plus longtemps.

 

Un trop grand nombre de décès variés rendra difficile l'imputation de la responsabilité au vaccin.

Il brosse un tableau profondément troublant de la façon dont le vaccin va tuer des gens sans jamais se faire passer pour le coupable évident. La protéine de pointe du vaccin sera distribuée dans tout le corps par l'intermédiaire de l'ARNm, dit-il, et fabriquée dans différents tissus du corps.

 

"Ces tissus seront reconnus comme étrangers et déclencheront une multitude de réponses auto-immunes. Ainsi, les décès qui sont censés suivre les vaccinations ne pourront jamais être imputés au poison ! Ils seront trop divers, trop nombreux et se produiront dans un laps de temps trop large pour que nous puissions comprendre que nous avons été empoisonnés", a-t-il déclaré.

 

La capacité du vaccin à exacerber des maladies préexistantes signifie que le décès des personnes sera imputé aux pathologies sous-jacentes dont elles souffraient, même si ces pathologies ne les auraient jamais tuées autrement. Il peut s'agir de poussées de cancer provoquées par le vaccin qui tuent les patients, dont le décès sera alors imputé au cancer plutôt qu'au vaccin. De même, les diabétiques qui ont des accidents vasculaires cérébraux et les personnes souffrant d'hypertension qui ont des crises cardiaques verront leurs maladies attribuées à ces maladies plutôt qu'aux vaccins.

 

Bien que cela puisse sembler farfelu pour certains, il pense que la compréhension du "jeu final" apporte beaucoup de clarté. Comme les vaccins n'ont aucun sens d'un point de vue scientifique, il pense que c'est une explication plus probable.

 

"Mais je pense que si les gens comprennent quelle est l'intention, alors ils comprendront pourquoi ce qui est arrivé est arrivé. La mauvaise logique, la coercition, la suppression, tout cela est justifié si vous comprenez qu'il y a un plan plus grand. Ce plan consiste à s'assurer que nous pouvons contrôler et tuer une grande partie de notre population sans que personne ne soupçonne que nous avons été empoisonnés", a-t-il déclaré.

 

D'autres médecins de renom ont adopté une position similaire, notamment un ancien chef de projet de l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI), Geert Vanden Bossch, et le Dr Peter McCullough, médecin et expert du COVID-19, qui a publié de nombreux articles.

 

Un autre expert, l'ancien vice-président et scientifique en chef de Pfizer pour les allergies et les maladies respiratoires, le Dr Michael Yeadon, a déclaré en publiant la vidéo du Dr Chetty sur Telegram : "Les obligations vaccinales sont illogiques et effrayantes, car la plupart des gens ne courent pas un grand risque de contracter le virus et les vaccins ne préviennent pas l'infection ou la transmission. Ils ne présentent donc aucun avantage pour la société, mais seulement un avantage individuel potentiel", a-t-il déclaré.

 

"Nous ne forcerions JAMAIS les gens à faire quelque chose qui ne profite qu'à eux, et encore, dans des circonstances peu probables. C'est insensé. Refusez", a-t-il ajouté, en faisant référence aux vaccins dangereux.

 

Les sources de cet article sont les suivantes

LifeSiteNews.com

LifeSiteNews.com

https://vaccinedeaths.com/2021-11-27-covid-vaccines-kill-people-underlying-conditions.html

 

Voir les commentaires

Manifestation des personnels soignants à Paris le 1er décembre 2021

1 Décembre 2021, 17:26pm

Voir les commentaires

Le plan diabolique de Wall Street pour financiariser toute la nature

1 Décembre 2021, 17:15pm

Le plan diabolique de Wall Street pour financiariser toute la nature

F. William Engdahl Mondialisation.ca, 01 décembre 2021 New Eastern Outlook


 

Cela s’appelle une société d’actifs naturels (Natural Asset Companies). Avec elle, la Bourse de New York a dévoilé le plan le plus radical et potentiellement le plus destructeur à ce jour pour faire littéralement des billions de dollars sur quelque chose qui est le droit naturel et l’héritage de toute la race humaine – la nature elle-même, toute la nature, l’air, de l’eau douce aux forêts tropicales et même aux terres agricoles. Ce système est présenté comme un moyen d’encourager la préservation de la nature. En fait, il s’agit d’un plan diabolique visant à financer des milliers de milliards de dollars de nature, permettant finalement à une élite financière mondialiste de contrôler même cela. Et la Fondation Rockefeller est un partenaire fondateur. La combinaison de la Bourse de New York et de cette fondation devrait tirer la sonnette d’alarme.

Le terme « financiariser » fait référence à l’acte de convertir une valeur intangible en instruments financiers. Derrière la fausse façade de l’Agenda vert que l’ONU et le WEF de Davos promeuvent avec les principaux gouvernements de l’OCDE, Wall Street et les plus grandes institutions financières du monde promeuvent un plan visant à financiariser pratiquement toute la nature. Ils ont même engagé McKinsey et d’autres pour évaluer la valeur monétaire de cette nature. Ils prétendent que tout cela vaut 4 trillions de dollars, soit 4000 billions de dollars. Mais comment mettre un prix en dollars sur quelque chose donné par la nature ?

La Fondation Rockefeller est aussi derrière tout ça

Le projet de la Bourse de New York visant à créer une nouvelle catégorie d’actions – les Natural Asset Companies (NAC), qui seront négociées aux côtés d’actions telles que Apple, Boeing ou Chevron – a été élaboré dans le cadre d’une collaboration entre la Fondation Rockefeller et un organisme qu’elle a fondé, l’IEG ou Intrinsic Exchange Group.

 

 

Voir les commentaires

Des députés européens contre le passe sanitaire

1 Décembre 2021, 16:49pm

Voir les commentaires

Grande-Bretagne : les boosters toujours plus

30 Novembre 2021, 20:50pm

Voir les commentaires

Vous vouliez le nouvel ordre mondial le voilà : le traité pandémique de l’OMS en discussion

30 Novembre 2021, 20:45pm

Vous vouliez le nouvel ordre mondial le voilà : le traité pandémique de l’OMS en discussion

Karine Bechet-Golovko Mondialisation.ca, 30 novembre 2021

 

La crise du coronavirus a permis d’accélérer le mouvement de globalisation, qui la précédait. Mais les instruments politico-juridiques ne sont plus adaptés à la nouvelle situation : si les Etats, qui résistaient encore, ont failli, le défaut de base légale est flagrant et l’installation d’une gouvernance externalisée des peuples et des pays dans la durée ne peut entrer dans les cadres restreints des législations d’urgence et des traités existants. Au son de « Plus jamais ça« , comme s’il s’agissait d’une guerre sainte – qui ne soit menée justement contre nous, l’ ONU et l’OMS appellent à l’adoption rapide d’un Traité pandémique, désarmant les Etats, renforçant justement les pouvoirs et « l’indépendance » (de qui ?) de l’OMS. Il n’est plus question de droits, encore moins fondamentaux, ni d’Etats souverains, mais d’une étrange « sécurité », totale et totalitaire, réduisant les Etats à des instruments répressifs dépossédés de tout pouvoir réel et les hommes à des cellules en danger de contamination, qu’il faut sauver d’elles-mêmes. Puisque tant qu’il restera une cellule contaminée, le monde sera en danger …

La suite

Voir les commentaires

Ivo Sasek : le dernier secret

30 Novembre 2021, 20:35pm

Voir les commentaires