Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Bickel : dessins Covid

20 Juin 2021, 16:14pm

Commenter cet article

d 21/06/2021 15:50

En 1989, une société californienne de biotechnologie, Vical, basée à San Diego, rapporte avoir réussi à inclure un ARN messager dans une nanoparticule lipidique et à introduire celle-ci dans plusieurs types de cellules.
https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/12/14/laventure-scientifique-des-vaccins-a-arn-messager/

Des vaccins ARN ont déjà été testés en clinique, notamment contre la rage et le H1N1 en 2009
https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/covid-un-tourangeau-dans-la-boucle-du-3e-vaccin#!
Peut être qu'en 2009, certains ont été cobbayes à leur insu et sont tombés par malchance sur un lot expérimental à ARNm



L’entreprise américaine Moderna (820 employés en 2019) a été créée en 2010 et est dirigée depuis 2011 par le Français Stéphane Bancel (puisque c'est un français il a pu faire des expériences ARN en France sur des cobbayes avant de diriger Moderna); son nom signifie d’ailleurs "Modified RNA", c’est-à-dire "ARN modifié". En mars 2013, Moderna et AstraZeneca ont conclu un accord de coopération pour développer les technologies avec ARN messager, portant sur 240 millions de dollars.
https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/katalin-kariko-pionniere-des-230411

les vaccins peuvent aussi se trouver sous forme de pillule ou comprimé:
Un vaccin contre le coronavirus sous forme de pilule d'Oravax pourrait entrer dans les premières phases d'essais cliniques cette année.
https://fr.finance.yahoo.com/actualites/covid-19-vaccin-forme-pilule-152034564.html

Des vaccins sous la forme de pilules ou de comprimés. Plusieurs entreprises travaillent actuellement sur des vaccins contre la Covid-19 qui ne devraient plus être administrés sous la forme d'une injection. C'est notamment le cas de l'entreprise américaine ImmunityBio. Selon le quotidien britannique, elle est en train de développer des vaccins qui se présentent sous la forme de pilules ou de comprimés. Les essais cliniques auraient d'ailleurs déjà commencé
https://fr.metrotime.be/actualite/le-vaccin-contre-le-coronavirus-bientot-disponible-sous-forme-dune-pilule

peut être aussi que des pillules contraceptives ont la protéine S...

et tiens, ils prescrivent cette protéine S toxique à des patients carrément!
Il suffit qu'ils diagnostiquent quelqu'un trompeusement de trombose, et poff, ils leur donnent la protéine S comme traitement !

du foutage de gueule:

"Les tests de protéine C et de protéine S sont prescrits en cas d'épisode thrombotique, en particulier si le patient est jeune (moins de 50 ans) et s'il n'y a pas de facteurs évidents de thrombose."
https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/sa_724_e_c.htm


"La protéine C réactive 2. Pour quelles indications ? Le dosage de la CRP est prescrit lorsque le médecin soupçonne l'existence d'une infection bactérienne ou virale ou d'une inflammation. "
https://sante.lefigaro.fr/sante/analyse/proteine-c-reactive/pour-quelles-indications

"La protéine C réactive (CRP) est une protéine qui apparaît dans le sang lors d'une inflammation aiguë. Son taux augmente rapidement après le début de l'inflammation."

https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/ana_proteines07.htm

La protéine C-réactive (CRP) est un marqueur de test sanguin pour l'inflammation dans le corps
https://parlons-sante.com/actualites-sante/proteine-c-reactive-crp-basse-ou-elevee-decryptage-conseils/

La protéine C-réactive, aussi appelée CRP, est synthétisée par le foie lors d'une inflammation aiguë ou chronique dans l'organisme.
https://sante.journaldesfemmes.fr/fiches-anatomie-et-examens/2506230-proteine-c-reactive-crp-definition-taux-basse-elevee-quand-s-inquieter/

protéine S:
citation du PDF

"La protéine S (PS), découverte à Seattle, d’où son nom, est une glycoprotéine vitamine K-dépendante de 69 kDa, synthétisée par les hépatocytes, les cellules endothéliales, les mégacaryocytes et les ostéoblastes. Sa synthèse requiert la présence de vitamine K. Sa demi-vie est de 42 heures et sa concentration plasmatique de 25 mg/l (0,33 μm).
La protéine S est un inhibiteur physiologique de la coagulation. Elle agit comme cofacteur de la protéine C activée (PCa) en favorisant l’inactivation par protéolyse des facteurs Va et VIIIa. Elle inhibe l’activation de la prothrombine et la formation du complexe prothrombinase sur les phospholipides ainsi que l’activation du facteur X. La protéine S circule dans le sang sous deux formes : 40 % sous forme libre biologiquement active, et 60 % sous forme liée à une protéine de transport du système du complément, la C4bBP (C4b Binding Protein), inactive.

Dosage de la protéine S libre antigène ou de la protéine S totale (libre + liée à la C4bBP) antigène : méthodes immunologiques. Seule la mesure de l’activité fonctionnelle de la protéine S permet de dépister tous les types de déficits ; c’estpourquoi elle est recommandée en première intention,ce qui n’était pas le cas auparavant, compte tenu de sa mauvaise spécificité, mais les réactifs ont été améliorés. La mesure de l’activité consiste à mesurer l’allongement du temps de coagulation d’un mélange du plasma à tester et d’un plasma réactif déplété en PS, en présence de PCa (exogène ou produite dans le mélange à l’aide du Protac). La coagulation est étudiée dans un test de type TQ ou TCA après activation par du FXa ajouté ou produit par activation" https://www.eurofins-biomnis.com/referentiel/liendoc/precis/PROTEINE_S.pdf

"La protéine C est synthétisée par le foie et est transformée en enzyme active sous l'effet de la thrombine en présence de calcium et de phospholipides. En présence de la protéine S, son cofacteur, elles agissent conjointement pour exercer une activité anticoagulante physiologique en activant les facteurs Va et VIIIa.

Elles favorisent la fibrinolyse (laquelle permet la re-perméabilisation d'un vaisseau après la formation d'un caillot) et neutralise aussi les inactivateurs circulants du plasminogène.

Lorsqu’un vaisseau sanguin ou un tissu est lésé, le corps va déclencher le phénomène de coagulation, qui implique une vingtaine de protéines appelées facteurs de coagulation. Le but est de créer un caillot sanguin stable qui va permettre d’empêcher une trop grande perte de sang et protéger la blessure jusqu’à sa guérison. Après cette étape, d’autres facteurs parmi lesquelles les protéines C et S vont participer à un ralentissement de la production de thrombine, et donc à inhiber la coagulation. S’il n’y a pas assez de protéine C ou de protéine S, ou si l’un des deux ne fonctionne pas, cela peut conduire à une activation excessive de la coagulation qui peut bloquer la circulation sanguine.
Pourquoi prescrire un dosage de la protéine C et de la protéine S ?

Les tests de protéine C et de protéine S sont prescrits en cas d’épisode thrombotique, en particulier si le patient est jeune (moins de 50 ans) et s’il n’y a pas de facteurs évidents de thrombose. Mais ces tests ne peuvent être prescrits avant 10 jours après l’accident thrombotique et ne peuvent l’être si le patient est sous traitement anticoagulant.

Concrètement, le médecin va d’abord traiter la maladie thromboembolique (pendant trois à six mois, période durant laquelle il pourra recourir à différents tests pour détecter un problème hépatique, une carence en vitamine K, un cancer… qui pourrait être à l’origine de la thrombose). Une fois la situation stabilisée, un test des protéines C et S (et d’autres tests en rapport avec la coagulation) pour déterminer l’origine de la thrombose et surtout mieux gérer le risque de récidive."
https://www.doctissimo.fr/html/sante/analyses/sa_724_e_c.htm

La réflexion que je me fais, il existe peut être une bonne protéine S naturelle et biologique qui avec la protéine C protège l'organisme contre les caillots sanguins

mais peut être que si elle rencontre une protéine S synthétique chimique (avalé par pillule ou autre comprimé par un faux traitement contenant une protéine S chimique de supplément), ou remplacé par cellle ci (en étant dans le corps d'un cobbaye de vaccin ARN créé dès 2009), peut être que les vaccins à ARN ont pour but de prendre le gène responsable de produire la protéine S naturelle, et lui fait produire la protéine S synthétique à la place pour le faux vaccin, de ce fait, lorsque la protéine C cherche son partenaire, il se trouve avec un traitre, et non plus avec la vraie protéine S biologique, donc comme son partenaire vrai S n'est plus là, il n'a plus personne pour l'aider à empêcher les thromboses et caillots sanguins.