Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Castex et Draghi, même dictature sanitaire digne des talibans d’un côté et de l’autre des Alpes

21 Janvier 2022, 20:24pm

Castex et Draghi, même dictature sanitaire digne des talibans d’un côté et de l’autre des Alpes

Castex et Draghi, même dictature sanitaire digne des talibans d’un côté et de l’autre des Alpes

Francesca de Villasmundo — 21 janvier 2022 – Médias presse info

 

En Italie comme en France, la même folie covidienne prévaut chez les politiciens au pouvoir, technocrates déconnectés des réalités sociales et quotidiennes, qui appliquent consciencieusement, le petit doigt sur la couture du pantalon, les directives destinées à favoriser le Great Reset de Schwab théorisé à Davos.

Père Ubu s’est déplacé hier à la télé pour claironner des annonces des plus infantilisantes et aliénantes, usant d’une logique orwellienne et de la novlangue qui l’accompagne pour faire croire aux Français que le gouvernement, grand seigneur, leur rend un petit peu de liberté, alors qu’en même temps il se « félicite » de l’entrée en vigueur du passe vaccinal dès lundi 24 janvier, passe qui va exclure de la vie sociale presque 10 millions de ces mêmes Français.

 

Ainsi, si à compter de cette date, les Français de 16 ans et plus devront justifier d’un schéma vaccinal complet afin de pouvoir se rendre au cinéma, au théâtre, au restaurant, pour prendre un TGV, Castex, tout fier, leur permettra entre autres de consommer à nouveau dans les stades, dans les cinémas et dans les transports, d’assister debout à un concert ou tout simplement de boire sans s’assoir leur café dans les bars. Le télétravail sera seulement « recommandé » à partir du 2 février, les lieux recevant du public (salles de spectacle, stades…) ne seront plus soumis à une jauge d’accueil du public, et enfin, l’obligation du port du masque en extérieur, qui s’applique dans certaines villes, sera levée.

 

En ce qui concerne le protocole sanitaire dans les écoles, qui est une véritable maltraitance des enfants, rien ne bouge. Peut-être, évoque père Ubu, il pourrait être allégé à l’issue des vacances de février en levant le port du masque obligatoire dans les écoles élémentaires et en instaurant un nouveau dispositif sur le recours aux tests et autotests en cas de cas positif dans une classe.

Ceux qui applaudissent à cette infantilisation ont dû perdre l’esprit…

 
Commenter cet article