Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Le passeport vert européen et les QR codes d'ATOS

28 Mars 2021, 19:13pm

Le commissaire européen Thierry Breton nous annonce le passeport sanitaire européen pour le 15 juin. Or on savait qu'il y aurait conflit d'intérêts puisque par le plus grand des hasards sa société ATOS dont il a été le PDG de 2009 à 2019, est précisément spécialisée dans les QR codes, les contrôles aux frontières par le numérique et la digitalisation des données de santé. C'est du reste cette société ATOS qui gère les applications de QR code pour les voyages en Espagne. Edouard Philippe est devenu administrateur de cette société dont les principaux actionnaires sont Blackrock et Siemens. Une plainte d'anticor avait été déposée suite à du favoritisme dans des marchés publics pour la mise en place des radars automatiques alors que Thierry Breton était ministre. Vous avez compris la toile d'araignée? Alors qu'ils sont nommés dans le cadre d'un mandat politique ou européen, ils font leur business sur la mise en esclavage numérique des peuples européens avec des techniques de contrôle et surveillance digitales commercialisées par leurs propres boîtes.


https://www.lefigaro.fr/politique/covid-19-thierry-breton-annonce-l-arrivee-d-un-passeport-vaccinal-des-le-15-juin-20210328


https://www.bastamag.net/Thierry-Breton-audition-Commission-Europe-conflit-interets-PDG-Atos-Macron


https://www.leparisien.fr/politique/commission-europeenne-thierry-breton-cible-par-une-nouvelle-plainte-d-anticor-25-10-2019-8180385.php


https://www.zonebourse.com/cours/action/ATOS-SE-4612/actualite/ATOS-nbsp-va-gerer-les-formulaires-de-controle-sanitaires-des-voyageurs-vers-l-Espagne-31151155/


https://www.capital.fr/economie-politique/la-future-remuneration-dedouard-philippe-chez-atos-1381412

 


 
Thierry Breton, PDG d’une multinationale financée par les fonds européens en voie de devenir commissaire... européen

par Rachel Knaebel 14 novembre 2019

 

Après le rejet de Sylvie Goulard par le Parlement européen, Emmanuel Macron a proposé Thierry Breton au poste de commissaire européen au Marché intérieur. Au vu du curriculum vitæ du personnage et des marchés sur lesquels intervient l’entreprise dont il était PDG, Atos, ce choix pose de sérieuses questions.

Le 12 novembre, le Parlement de Strasbourg a approuvé en commission la candidature de Thierry Breton au poste de commissaire européen. À 12 voix contre 11, les députés de la commission des Affaires juridiques ont estimé que le profil de l’ancien ministre de l’Économie français, Thierry Breton, ne présentait pas de conflits d’intérêts. L’ingénieur de formation a donc passé cette première étape de justesse. Il y a deux semaines, le Parlement européen avait rejeté la candidature de Sylvie Goulard, ancienne ministre de la Défense mise en cause dans une affaire d’emplois présumés fictifs d’assistants parlementaires.

Exempt de tout conflit d’intérêt, Thierry Breton, vraiment ? Si sa candidature est validée, le Français proposé par Emmanuel Macron pour le portefeuille du Marché intérieur arrivera directement à la Commission depuis sa position de… PDG de grande entreprise. De 2008 à octobre 2019, Thierry Breton a dirigé le groupe Atos. L’entreprise fournit des solutions en télécommunications et électronique, pour la défense ou l’aéronautique, ainsi que pour des fichiers administratifs. Le méga-fichier français TES (pour titres électroniques sécurisés) qui rassemble les données personnelles et biométriques des Français pour les cartes d’identité ou les passeports, c’est Atos.

L’entreprise est aussi active dans le secteur des services sociaux privatisés au Royaume Uni, où sa politique de réduction des dépenses sociales est très controversée (voir notre article). Thierry Breton a démissionné de son poste de PDG d’Atos le mois dernier dans la perspective de devenir commissaire européen, et renoncé à sa rémunération qui avoisinait les 6,1 millions d’euros en 2017 (salaire fixe, part variable et rémunérations en actions).

 

 

 

 

 

 

https://www.mondialisation.ca/loms-confirme-que-le-test-covid-19-pcr-est-invalide-les-estimations-des-cas-positifs-sont-sans-fondement-le-confinement-na-aucune-base-scientifique/5654671

 

Commenter cet article

techno-tyrannie 29/03/2021 18:49

L'UERSS, son 4ème reich et sa technopolice installés par des technocrates inhumains non élus, engraissés par les big pharma et les big tech ; Stasi 2, le retour.
Le piège numérique se referme sur les européens. Cette mesure fasciste et tyrannique de contrôle, de surveillance et de fichage sanitaire est purement discriminatoire ; il s'agit de la négation même du principe de libre circulation des européens à l'intérieur de l'espace Schengen qui constitue le socle même de l'union européenne.
Ils utilisent la novlangue en changeant les mots pour faire croire que "certificat vert" n'a pas le même impact psychologique que "passeport sanitaire" ; cela revient à refermer les frontières intérieures des nations et contrevient au traité de Maastricht et à la charte européenne.
Cet apartheid et cette discrimination entre vaccinés et les nouveaux pestiférés "les non-vaccinés" est contraire au principe d'égalité en créant une catégorie de sous-citoyens et constitue une discrimination liée à un état de santé.
Cette disposition est contraire à l'ordre public national français et c'est anticonstitutionnel. Du reste, en droit interne, le code pénal réprime toute discrimination liée à un état de santé de 3 ans d'emprisonnement jusqu'à 5 ans d'emprisonnement, selon que cette discrimination a lieu dans un espace privé ou dans un espace accueillant du public; or un aéroport est bien un lieu accueillant du public.
Le problème reste aussi entier en se qui concerne la divulgation des données personnelles et confidentielles, à savoir quelle entité hébergera ces données confidentielles mais constitue aussi une atteinte au secret médical inviolable.
Si les magistrats appliquent correctement la loi française, ils devraient interdire la transposition de cette mesure européenne discriminatoire et régressive dans le droit français.
Il faut pousser le raisonnement, puisque le vote de ce passeport sanitaire européen entraîne de facto la mise à mort des accords schengen et par voie de conséquence la mort de l'union européenne.
Il faut demander à nos parlementaires français d'en tirer les conséquences et de voter en France la sortie de l'union européenne devenue caduque et sans objet à cause du vote stupide de députés européens, ignorant manifestement les principes basiques du droit européen, à savoir la libre cicrculation des personnes et le droit de séjour outre la non discrimination entre européens.
La situation est critique : ce jour, il y a un reportage sur TF1 expliquant que ce passeport européen sera aussi utilisé pour circuler en France, à l'intérieur du territoire, pour avoir accès à certains lieux (restaurants...) et qu'il serait attendu par certains commerçants. C'est un chantage indirect pour pousser à la vaccination obligatoire de tous. A l'international, cette situation va devenir ingérable pour les nombreux travailleurs transfrontaliers qui ne pourront justifier au quotidien d'un test PCR et vont donc être obligés de se faire vacciner avec une thérapie génique expérimentale et mortifère.