Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Minnesota : des infirmières parlent

3 Septembre 2021, 18:27pm

Minnesota : des infirmières parlent

Des infirmières s'expriment lors d'une réunion publique au Minnesota sur les effets secondaires des vaccins COVID-19 et l'absence de déclaration au VAERS


Brian Shilhavy Global Research, 03 septembre 2021

https://www.globalresearch.ca/nurses-speak-out-minnesota-town-hall-meeting-covid-19-vaccine-injuries-lack-reporting-vaers/5754837



Erik Mortensen, représentant de l'État du Minnesota, a récemment organisé une réunion publique dans sa circonscription en raison du nombre de travailleurs de la santé qui l'ont contacté au sujet des obligations liées au vaccin COVID-19, la plupart d'entre eux étant sur le point de perdre leur emploi pour avoir refusé de se faire vacciner contre le COVID-19.


Il a également entendu beaucoup de choses de la part de ces infirmières qui n'étaient pas reprises dans les médias aux ordres. La réunion publique a donc été enregistrée et publiée récemment sur AlphaNews.


Certaines de ces infirmières ont rapporté qu'elles travaillent dans leur domaine depuis plus de 20 ans, qu'elles ont été traitées comme des héros l'année dernière en tant que travailleurs de première ligne dans les services COVID, mais qu'elles sont maintenant ridiculisées et ostracisées parce qu'elles ne veulent pas recevoir le vaccin COVID-19.


L'une des raisons pour lesquelles elles ne veulent pas se faire vacciner est qu'elles ont vu de leurs propres yeux comment ces vaccins ont tué et endommagé des gens, y compris des membres de leur famille.


Une infirmière a expliqué que les médias mentent en affirmant que la plupart des travailleurs de la santé sont maintenant complètement vaccinés contre le COVID-19. Elle a déclaré que ce n'était pas vrai et qu'elle connaissait des services qui n'étaient vaccinés qu'à hauteur de 20 % environ, et que les urgentistes avaient un pourcentage particulièrement faible de travailleurs entièrement vaccinés contre le COVID-19.


"Pourquoi les gens ne demandent-ils pas aux infirmières pourquoi elles ne veulent pas se faire vacciner ?" a-t-elle demandé.


Elle a dit qu'elle dirigeait un service d'urgences et qu'il était tragique de voir autant de crises cardiaques et d'accidents vasculaires cérébraux, et qu'il était évident qu'ils étaient liés aux injections COVID-19.


L'un des quelques hommes présents a déclaré qu'il travaillait dans le domaine de l'informatique pour l'un des plus grands fournisseurs de soins de santé de l'État du Minnesota, et qu'il était en train de perdre son emploi de 17 ans dans le domaine de l'informatique en tant qu'analyste de données, parce qu'ils l'obligeaient à recevoir une injection de COVID-19 pour rester employé, même s'il travaillait à domicile dans son sous-sol 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et ne se rendait jamais au bureau.


Une infirmière a déclaré qu'elle n'avait jamais reçu de formation sur la manière de soumettre un rapport au VAERS, et qu'elle ne savait même pas qu'il existait jusqu'à ce qu'elle fasse des recherches par elle-même. Il y a une pression pour NE PAS signaler les effets secondaires et les décès dus aux vaccins, et il faut environ 30 minutes pour remplir le rapport, ce que peu font.


Une infirmière a lu une citation directe d'un livre sur les soins infirmiers qu'elle a dû étudier à l'école d'infirmières il y a seulement 4 ans, qui montre que beaucoup de ces infirmières sont aujourd'hui obligées de s'engager dans des activités criminelles, en tant que victime, afin d'apaiser leurs supérieurs et de garder leur emploi.


À l'école d'infirmières, on nous parle de délits intentionnels et de délits civils. Il est dit que les coups et blessures constituent un délit intentionnel. L'agression est la menace d'une action non désirée ou d'un contact corporel. Les coups et blessures sont des agressions qui sont exécutées et comprennent le fait de toucher volontairement, avec colère, violence ou négligence, le corps d'une autre personne, ses vêtements ou tout ce qui lui est attaché. Enlever de force les vêtements d'un patient et lui administrer une injection après qu'il ait refusé sont tous des exemples de coups et blessures.


C'est tiré de mon livre sur les soins infirmiers d'il y a quatre ans. C'est ce qu'ils nous enseignent. Si nous faisions cela à un patient, si vous lui disiez qu'il avait donné son consentement éclairé, et qu'il disait non, et que vous le faisiez quand même, vous iriez en prison, on vous retirerait votre licence d'infirmière, et vous seriez un criminel.


Donc maintenant, ils nous mettent dans la position de dire que soit vous êtes victime d'un crime volontairement, et l'infirmière qui donne l'injection quand elle sait que vous ne la voulez pas, commet un crime, cette infirmière peut perdre sa licence, et on nous dit d'être victime d'un crime pour garder notre emploi.


Une autre infirmière, éducatrice et titulaire de deux maîtrises, a déclaré :


Je suis à un an et demi de la retraite. Je suis infirmière éducatrice, j'ai deux maîtrises. Ils ont besoin de moi dans mon hôpital. Les infirmières ont besoin de moi, les patients ont besoin de moi.
Si je ne reçois pas le vaccin, je vais perdre mon emploi. Je vais perdre des milliers de dollars de retraite. Je vais perdre mon assurance maladie, mon assurance vie, mes plus de 400 jours d'heures de banque pour maladie prolongée. Je vais perdre beaucoup de choses.


Mais je suis ici parce que je crois en la liberté médicale. Et je crois que si nous ne nous levons pas pour arrêter ces obligations, ils vont continuer à nous tordre le bras, et à nous tordre le bras, et à nous tordre le bras, jusqu'à ce que nous soyons tous cassés.


Et le système ne peut pas le gérer. La crise est mauvaise maintenant. La dotation en personnel est mauvaise maintenant.


On n'a encore rien vu. Et une infirmière non vaccinée est bien mieux que pas d'infirmière du tout.

 

 

Malheureusement, ce que beaucoup, comme ces infirmières, commencent à comprendre, c'est que notre gouvernement ne se soucie pas de nous. Notre gouvernement est dirigé par des milliardaires et des banquiers qui nous voient à travers leurs lunettes d'eugénistes comme des "bouches inutiles" qui polluent et tuent la planète, et que par conséquent toutes ces morts sont nécessaires pour sauver la terre.


Il suffit de regarder le mépris total de la vie diffusé chaque jour depuis l'Afghanistan pour se rendre compte que votre gouvernement ne se soucie pas de votre vie. Et ceci est une question non partisane. Voir mon article sur l'Afghanistan ici, qui montre que c'est une question non partisane.
Je sais que c'est un concept très difficile à saisir pour les Américains. La pensée que notre gouvernement a un plan réel pour éliminer la plupart d'entre nous dans un but plus grand qu'ils peuvent définir, n'est pas une théorie de conspiration.


Cela se passe sous nos yeux, mais bien sûr les médias aux ordres n'en parlent pas, parce qu'ils servent leurs maîtres de Wall Street, et donc la plupart des gens sont encore endormis.


Se réveilleront-ils à temps pour sauver leur vie, celle de leurs enfants et des générations futures ?
L'enregistrement vidéo de cette réunion publique est sur YouTube, pour le moment. Nous l'avons également mis sur nos chaînes Rumble et Bitchute.



 

Commenter cet article

maladie à prions après vaccin ARNm 03/09/2021 20:06

Maladie à prions et décès après vaccin cominarty de Pfizer:

Cheryl Cohen, une femme de 64 ans en bonne santé originaire de Floride, est décédée moins de trois mois après sa deuxième dose du vaccin cominarty de Pfizer. Selon sa fille, elle a soudainement développé la maladie de Creutzfeldt-Jacob– une maladie cérébrale rare, dégénérative et mortelle après avoir été vaccinée. Elle a reçu la 1ère dose de vaccin Pfizer le 5 avril et sa 2ème dose le 25 avril. Le 6 mai, Cheryl a indiqué qu’elle avait un brouillard cérébral et une confusion extrêmes. Elle a été hospitalisée pour de violents maux de tête. Elle a décliné rapidement, ne pouvait plus marcher ni parler, tremblait, avait des mouvements incontrôlables, et selon sa fille, c’est comme si son cerveau était ravagé de l’intérieur. Diagnostic confirmé par IRM et ponctions lombaires. Après décès, cerveau envoyé au National Prion Disease Pathology Surveillance Center et déclarations comme évènements indésirables du vaccin par les médecins hospitaliers et saisine du CDC. (photos de Cheryl et résultats de tests dans l’article)

https://childrenshealthdefense.org/defender/une-femme-meurt-dune-maladie-cerebrale-rare-trois-mois-apres-avoir-recu-la-deuxieme-injection-de-pfizer-un-medecin-pense-que-le-vaccin-pourrait-en-etre-responsable/?lang=fr