Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Un géophysicien de renom et un médecin du gouvernement accusent le programme mondial de géo-ingénierie d'avoir délibérément provoqué l'effondrement de la biosphère de la Terre.

15 Septembre 2022, 08:54am

Un géophysicien de renom et un médecin du gouvernement accusent le programme mondial de géo-ingénierie d'avoir délibérément provoqué l'effondrement de la biosphère de la Terre.

Kelen McBreen 14 septembre 2022, 11:20 am

 

https://www.infowars.com/posts/top-geophysicist-govt-doctor-accuse-global-geoengineering-program-of-intentionally-collapsing-earths-biosphere/



L'ONU, l'OMS et d'autres groupes mondialistes seraient à l'origine de la conspiration. Une cabale mondiale veut s'emparer de la Terre", a averti l'un des auteurs dans une interview récente.


Deux hommes, James Marvin Herndon et Mark Whiteside, ont publié le mois dernier dans la revue "Advances In Social Sciences Research Journal" un article accusant les Nations-Unies de participer à une conspiration visant à détruire l'environnement de la Terre.

 

Marvin Herndon est titulaire d'une licence en physique de l'université de Californie à San Diego et d'un doctorat en chimie nucléaire de l'université A&M du Texas. M. Whiteside est titulaire d'une maîtrise en santé publique de l'université de Miami et est le directeur médical du département de la santé de Floride dans le comté de Monroe depuis 2008.

Malgré leurs compétences, les médias grand public n'aborderont pas les accusations révolutionnaires formulées dans l'article de recherche publié par Herndon et Whiteside le 25 août.Intitulé "Effondrement de la biosphère de la Terre : Une affaire de trahison planétaire", les auteurs écrivent : "Les systèmes de soutien de la vie sur Terre sont en train de s'effondrer, y compris la couche d'ozone stratosphérique, qui protège toute la vie supérieure de la planète des rayons ultraviolets mortels."


Herndon et Whiteside attribuent la dégradation de l'environnement de la Terre aux activités humaines, mais pas celles qui sont généralement citées par les alarmistes du changement climatique.


L'article se concentre principalement sur la géo-ingénierie et ses effets négatifs sur la Terre Mère, largement négligés.


« Nous présentons des preuves supplémentaires que les cendres volantes de charbon, utilisées dans la géo-ingénierie des aérosols troposphériques, sont la principale cause de l'appauvrissement de l'ozone stratosphérique, et non les chlorofluorocarbones, comme le "décrète" le protocole de Montréal. Cette erreur de diagnostic a été une erreur potentiellement fatale à l'humanité", écrit le duo dans le résumé de l'article.


L'article précise que "Les particules de cendres volantes de charbon, soulevées dans la stratosphère, sont collectées et piégées par les nuages stratosphériques polaires. Au printemps, lorsque ces nuages commencent à fondre ou à s'évaporer, de nombreux composés et éléments des cendres volantes de charbon sont libérés pour réagir avec l'ozone stratosphérique et le consommer. Contrairement à ce que l'on croit, la couche d'ozone stratosphérique a déjà été gravement endommagée et les rayons ultraviolets de plus en plus mortels, les UV-B et les UV-C, pénètrent maintenant à la surface de la Terre."

Dans la conclusion du résumé, Herndon et Whiteside avertissent que l'humanité "n'a plus beaucoup de temps pour mettre fin de façon permanente à toutes les activités de géo-ingénierie", en particulier les "cendres volantes de charbon en aérosol", qui, selon eux, sont pulvérisées par les avions à réaction et "dans la troposphère" où elles "détruisent systématiquement les systèmes de soutien de la Terre et empoisonnent la vie sur cette planète".


Après cette vue d'ensemble de l'article, les auteurs se plongent dans ce qu'ils appellent "l'effondrement délibéré de la biosphère de la Terre".
Ils observent ici le déclin important et sans précédent des populations mondiales de plantes, d'insectes et d'animaux au cours des cinquante ou soixante dernières années.

Déclin mondial de 20811 populations d'animaux sauvages surveillées parmi  4392 espèces depuis 1970.

Déclin mondial de 20811 populations d'animaux sauvages surveillées parmi 4392 espèces depuis 1970.

La partie suivante de l'article, intitulée "Complicité des Nations Unies", cite un traité des Nations Unies de 1978 portant sur les techniques de modification de l'environnement qui aurait permis à des "entités non spécifiées" de s'engager dans des activités "pacifiques" de modification de l'environnement dans les pays signataires de l'accord.


Un exemple du programme de l'ONU fourni dans le document est le phénomène aérien connu sous le nom de "chemtrails", lesquels sont des traînées persistantes laissées derrière certains avions. Selon les auteurs, "la pollution par les cendres volantes de charbon pulvérisées par avion, illustrée figure 2 [ci-dessous], est menée secrètement sans le consentement éclairé des citoyens contraints de respirer les particules toxiques." 

figure 2

Plus loin dans le document, les auteurs affirment qu'ils ont envoyé à deux reprises "une perspective" à l'Organisation Mondiale de la Santé, mais que leurs soumissions ont été rejetées sans avoir été soumises à un examen par les pairs.


Ils accusent également un programme des Nations-Unies pour l'environnement de trop se concentrer sur les gaz à effet de serre lorsqu'il s'agit de questions telles que le réchauffement de la planète, au lieu des particules troposphériques qui sont manipulées par la géo-ingénierie.


"D'une part, le GIEC des Nations-Unies trompe le public sur la cause du réchauffement climatique [45]. D'autre part, les « sanctions » des Nations-Unies provoquent en fait le réchauffement de la planète et le chaos climatique par des actions de "géo-ingénierie" entreprises en secret sous l'égide de son cheval de Troie, le Traité ENMOD", affirment les deux auteurs.


Alors que l'ONU serait à l'origine de la crise et mentirait sur sa véritable cause, les auteurs affirment que l'Organisation Mondiale de la Santé joue son rôle en ignorant et en supprimant toute "mention des conséquences néfastes sur la santé publique".


L'étude décrit ensuite comment le programme de géo-ingénierie "chemtrail" est censé détruire la couche d'ozone stratosphérique de la Terre.


Vous vous souvenez du blitz médiatique sur la couche d'ozone dans les années 90 ?


Eh bien, Herndon et Whiteside affirment que le "Protocole de Montréal" des Nations unies de 1989, qui réglementait les produits chimiques contenant des halogènes qui forment facilement des gaz, et désignait ces produits comme la principale cause de la destruction de la couche d'ozone, a été mis en œuvre.

 

Ils écrivent qu'au cours des 33 années qui se sont écoulées depuis l'adoption du "Protocole de Montréal", "l'ozone stratosphérique de la Terre continue de diminuer, et les scientifiques de l'atmosphère ne savent pas ou ne veulent pas dire à quel point la couche d'ozone a été endommagée".


"L'appauvrissement de l'ozone stratosphérique est peut-être la menace la plus imminente pour la biosphère", affirment-ils, et non les gaz chlorofluorocarbonés comme l'élite mondiale voudrait nous le faire croire.


L'article donne un aperçu de la façon dont les cendres volantes de charbon réagissent avec différents types de nuages et de la façon dont leurs éléments primaires peuvent être trouvés dans les chutes de neige après le chemtrail qui ne devraient pas contenir de grandes quantités de choses tels le baryum et l'aluminium.

 

Trainées délibérées de particules pulvérisées par avion, de haut en bas et de gauche à droite : San Diego, Californie (Etats-Unis), Karnack ( Egypte),Londres (Angleterre),Danby, Vermont ( Etats-Unis), Luxembourg ( Luxembourg), Jaïpur ( Inde)

Trainées délibérées de particules pulvérisées par avion, de haut en bas et de gauche à droite : San Diego, Californie (Etats-Unis), Karnack ( Egypte),Londres (Angleterre),Danby, Vermont ( Etats-Unis), Luxembourg ( Luxembourg), Jaïpur ( Inde)

Plus loin dans le document, les auteurs affirment qu'ils ont envoyé à deux reprises "une perspective" à l'Organisation Mondiale de la Santé, mais que leurs soumissions ont été rejetées sans avoir été soumises à un examen par les pairs.


Ils accusent également un programme des Nations-Unies pour l'environnement de trop se concentrer sur les gaz à effet de serre lorsqu'il s'agit de questions telles que le réchauffement de la planète, au lieu des particules troposphériques qui sont manipulées par la géo-ingénierie.


"D'une part, le GIEC des Nations-Unies trompe le public sur la cause du réchauffement climatique [45]. D'autre part, les « sanctions » des Nations-Unies provoquent en fait le réchauffement de la planète et le chaos climatique par des actions de "géo-ingénierie" entreprises en secret sous l'égide de son cheval de Troie, le Traité ENMOD", affirment les deux auteurs.


Alors que l'ONU serait à l'origine de la crise et mentirait sur sa véritable cause, les auteurs affirment que l'Organisation Mondiale de la Santé joue son rôle en ignorant et en supprimant toute "mention des conséquences néfastes sur la santé publique".


L'étude décrit ensuite comment le programme de géo-ingénierie "chemtrail" est censé détruire la couche d'ozone stratosphérique de la Terre.


Vous vous souvenez du blitz médiatique sur la couche d'ozone dans les années 90 ?


Eh bien, Herndon et Whiteside affirment que le "Protocole de Montréal" des Nations unies de 1989, qui réglementait les produits chimiques contenant des halogènes qui forment facilement des gaz, et désignait ces produits comme la principale cause de la destruction de la couche d'ozone, a été mis en œuvre.

 

Ils écrivent qu'au cours des 33 années qui se sont écoulées depuis l'adoption du "Protocole de Montréal", "l'ozone stratosphérique de la Terre continue de diminuer, et les scientifiques de l'atmosphère ne savent pas ou ne veulent pas dire à quel point la couche d'ozone a été endommagée".


"L'appauvrissement de l'ozone stratosphérique est peut-être la menace la plus imminente pour la biosphère", affirment-ils, et non les gaz chlorofluorocarbonés comme l'élite mondiale voudrait nous le faire croire.


L'article donne un aperçu de la façon dont les cendres volantes de charbon réagissent avec différents types de nuages et de la façon dont leurs éléments primaires peuvent être trouvés dans les chutes de neige après le chemtrail qui ne devraient pas contenir de grandes quantités de choses tels le baryum et l'aluminium.

 

Fibres observées et prélevées dans la neige qui commence à fondre

Fibres observées et prélevées dans la neige qui commence à fondre

Dans la conclusion de l'article, les auteurs déclarent : "Les particules de cendres volantes de charbon en aérosol sont responsables, non seulement de la destruction de l'ozone stratosphérique, qui protège la vie en surface contre le rayonnement ultraviolet solaire mortel, mais aussi des dommages causés à la santé humaine et environnementale, notamment les maladies neurodégénératives, la MPOC et les maladies respiratoires, le cancer du poumon, les maladies cardiovasculaires, le covid-19 et l'immunopathologie."


Le programme mondial "perturbe également les habitats, contamine l'environnement au mercure, décime les populations d'insectes, de chauves-souris et d'oiseaux, tue les arbres, exacerbe les incendies de forêt, permet la présence d'algues nocives dans nos eaux et détruit la couche d'ozone stratosphérique", écrivent-ils.


Herndon et Whiteside décrivent la situation à laquelle l'humanité est confrontée comme un "assaut technologique global contre l'environnement naturel de notre planète et l'ensemble de son biote par des entités barbares sans compassion ni remords" et qualifient le programme mondialiste de "trahison planétaire".


En conclusion, ils préviennent que "le temps est compté" avant l'extinction de l'humanité et demandent que "les pulvérisations dans la troposphère de cendres volantes de charbon et de toute autre matière particulaire" cessent afin que nous puissions sauver les systèmes vitaux de la Terre tels que la couche d'ozone stratosphérique.


Lundi, M. Herndon a rejoint George Noory sur l'émission Coast to Coast AM pour discuter de ses conclusions.


Il a déclaré à Noory : "Il y a une cabale mondiale qui veut s'emparer de la Terre", qui implique les Nations-Unies et de « mauvais acteurs » qui se livrent à une "guerre" environnementale contre l'humanité.


Le fondateur d'Infowars, Alex Jones, est à l'avant-garde de la dénonciation du programme qui empoisonne notre ciel depuis des décennies, interviewant des experts en géo-ingénierie tels que Rosalind Peterson et Dane Wigington.

 

 

Commenter cet article
P
on comprends mal l'intérêt de prendre possession d'un monde invivable où il faudrait vivre dans des bunkers ou sous terre
Répondre