Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

La pollution de l'air est la principale cause du réchauffement climatique, pas les gaz à effet de serre

3 Octobre 2018, 21:01pm

Publié par Ciel Voilé

La pollution de l'air est la principale cause du réchauffement climatique, pas les gaz à effet de serre : Communiqué de presse

 

Traduction Béatrice Wright et Association Ciel voilé

SAN DIEGO, le 3 octobre 2018 - Dans un article récent du Journal of Geography, Environment and Earth Science International, le géoscientifique de Transdyne Corporation, J. Marvin Herndon, déclare de manière alarmante que les climatologues, y compris le Groupe intergouvernemental d’experts sur l'évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, ont poursuivi le faux coupable du réchauffement planétaire et du changement climatique.

 

L’article de Herndon explique : « Les séries chronologiques de présentations de température de surface mondiale montrent souvent un pic coïncidant à la Seconde Guerre mondiale comme l'a illustré la une du New York Times du 19 janvier 2017». Intrigué par le graphique en première page du New York Times, « Bernie Gottschalk de l’Université d'Harvard a appliqué des techniques sophistiquées d’ajustement des courbes et a démontré que la courbe qui exprime un pic mondial de la température de la Terre pendant la Seconde Guerre mondiale « est une caractéristique persistante qui apparait dans huit bases de données indépendantes de l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique, quatre pour les terres et quatre pour les océans. »

 

Inspiré par les données de Gottschalk, Herndon a examiné « les activités plus vastes de la seconde guerre mondiale », en particulier celles capables de « modifier le fragile équilibre énergétique de la Terre par des aérosols de particules ». Herndon a ensuite « calqué ces activités sur le réchauffement planétaire après la seconde guerre mondiale ». Le géoscientifique a utilisé des valeurs relatives indiquant les causes de pollution pour démontrer « le caractère raisonnable de la proposition selon laquelle l'augmentation des particules aérosolisées au fil du temps est principalement responsable de l'augmentation consécutive du réchauffement de la planète».

 

Ces indicateurs de la pollution mondiale aux particules - hausse de la production mondiale de charbon et de pétrole brut, ainsi que de la consommation de carburant pour l'aviation - augmentent de manière frappante parallèlement à la hausse de la température mondiale, comme le montre la figure ci-jointe.

 

L'article de Herndon affirme que « la pollution aux particules due à la seconde guerre mondiale » a eu les mêmes conséquences sur le réchauffement de la planète que la pollution croissante due aux aérosols dans le monde, résultant de (1) l'augmentation du trafic aérien et du trafic routier, et de l'industrialisation de la Chine et de l’Inde dont les cheminées d'usines rejettent de la fumée et des cendres volantes de charbon », ainsi que d’après des études récemment documentées qui montrent que «(2) des cendres volantes de charbon [sont] pulvérisées clandestinement par des avions dans la région où des nuages se forment, presque quotidiennement et quasi-globalement. "

 

L'article de Herndon souligne en outre que « l'intégrité des modèles et des évaluations [du GIEC] est compromise », parce qu'ils omettent de manière systématique, de prendre en compte les particules de pollution pulvérisées intentionnellement et secrètement dans l'atmosphère depuis des décennies dans la région où les nuages se forment ... »

 

 

" La figure 3 de l’article est une copie de la fig. 2 de [Gottschalk], à laquelle ont été ajoutées trois approximations de valeur relative représentant les principales activités génératrices de pollution aux particules."

 

Au lieu de refroidir la Terre, comme le croient encore de nombreux scientifiques, l’activité militaire secrète de géo-ingénierie augmente le réchauffement planétaire et provoque un chaos climatique, comme le fait la pollution atmosphérique industrielle en général, tel que l'indique le graphique ci-joint.

 

Les conséquences de la pollution de l'air et des aérosols militaires tels que les cendres volantes de charbon sont graves pour la santé humaine et l’environnement.

 

« Actuellement, la pollution atmosphérique est la principale cause environnementale de maladies et de décès dans le monde et… elle augmente à un rythme alarmant », selon Herndon qui cite une étude de 2016 de l'Organisation Mondiale de la Santé. Le fait de pulvériser des aérosols dans l'atmosphère pour altérer le temps et le climat ou pour améliorer les systèmes de communication militaires a des effets négatifs énormes sur l'économie, notamment sur la santé, les assurances, l'énergie solaire, la consommation d'énergie, l'agriculture et l'industrie forestière.

 

Comme cela a été souligné : « La pulvérisation de cendres volantes de charbon dans l'atmosphère provoque non seulement le réchauffement planétaire en altérant le fragile équilibre thermique de la planète, mais elle constitue également un facteur de risque majeur pour les maladies pulmonaires obstructives chroniques, le cancer du poumon et les maladies neurodégénératives. Elle est également impliquée dans la disparition catastrophique des abeilles et des insectes dans le monde, des forêts, en empoisonnant la biosphère au mercure et en détruisant la couche d'ozone atmosphérique qui nous protège du rayonnement ultraviolet mortel du soleil. "

 

L'article contient de nombreuses références scientifiques relatives aux déclarations ci-dessus.

 

Herndon conclut son article en avertissant que « la pollution continue délibérée de notre atmosphère par des cendres volantes de charbon pulvérisées empêchera inévitablement la production de cultures vivrières et pourrait provoquer des mortalités et des destructions incalculables, par exemple, en modifiant les conditions météorologiques de la mousson et en intensifiant les incendies de forêts. A moins qu'elle ne soit arrêtée, nous nous dirigeons inexorablement vers une première extinction de masse, d'origine anthropique, de la vie sur Terre. »  

 

Téléchargez gratuitement le pdf: http://nuclearplanet.com/apmh.pdf

 

Référence: Air Pollution, Not Greenhouse Gases: The Principal Cause of Global Warming. J. Geography Environ. Earth Sci. Int. 17(2) 1-8; Article no. JGEESI.44290

 

Source:  J. Marvin Herndon, Ph.D.  Transdyne Corporation  

 

Related references: http://www.nuclearplanet.com/Geoengineering_Scientific_Articles.html 

Email: mherndon@san.rr.com  

Website: http://www.NuclearPlanet.com 

 

Bientôt l'article traduit en français

Commenter cet article

Holà 04/10/2018 20:48

Vu que ce n'est pas prêt de s'arrêter. D'une part ça génère trop de frics pour les élites , d'autre part tout le bas peuple prône son individualisme au nom de la sacro-sainte réussite sociale et donc n'en a rien a foutre de se faire asperger comme un cafard. Qu'il en soit ainsi. D'ici 15-20ans, à ce rythme effréné la vie humaine et animale sera éteinte. Beau gâchis

LE GALL 08/10/2018 14:23

Le gâchis c'est la perte de vie animale. Humaine...bof... lees élites sont coupables, les peuples sont responsables, mais ils sont bêtes, et ignorent tout des chemtrails...faites un essai : demandez autour de vous...