Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Appel à la fin des restrictions sanitaires

14 Février 2021, 15:40pm

Voir les commentaires

Interview de Jean-Louis Izambert co-auteur du livre " Le virus et le président"

14 Février 2021, 11:24am

Voir les commentaires

Alexandra Henrion Caude : PCR et nanoparticules

14 Février 2021, 10:42am

Extrait d'une vidéo du 21 septembre 2020

Et son contraire peu probant :

(L'horizontale et la verticale dans la cavité nasale ! Alors que la personne testée doit incliner la tête en arrière. )

https://factuel.afp.com/les-tests-pcr-natteignent-pas-la-plaque-cribriforme-et-sont-plus-efficaces-que-des-tests-salivaires

 

 

Voir les commentaires

Transhumanisme et géo-ingénierie

14 Février 2021, 09:54am

Publié par Ciel Voilé

VIDEO EN POLONAIS ET EN ANGLAIS

Comment l'environnement a été militarisé par les produits chimiques électromagnétiques et les nanotechnologies pour la biologie synthétique

 

Le présentateur de NTV : Janusz Zagorski, introduit le 3ème livre de Elana Freeland

Maria Dominguez est l'interprète.

Transcription de l'anglais : Ciel voilé

 

 

Marie : Bonjour Elana, je vais traduire l'introduction.

 

Janusz : En cette période où nous célébrons la 6ème journée internationale contre le contrôle des esprits, nous avons particulièrement besoin de réunions importantes et significatives. C'est la troisième fois qu'Elana est avec nous dans notre émission. Nous allons discuter de l'architecture globale de l'oppression à laquelle l'humanité est confrontée de la part d'un adversaire ou d'un oppresseur qui est en fait vaguement défini. Nous avions rencontré Elana en tant qu'invitée ... Elana est l'auteur de 3 livres, l'un sur le ciel ionisé, le second sur les chemtrails, en gros, et le troisième, le dernier en date, sur la transhumanisme géo-ingénierie. Nous aborderons ces domaines dans le contexte de la situation mondiale que nous connaissons avec le Covid et, plus largement, la situation qui se développe actuellement. Bienvenue donc à Elana.

 

Elana : Merci !

 

Janusz : Je tiens à remercier les personnes qui ont contribué à cette réunion.......

Je vais passer directement à ma première question Elana. Nous aimerions savoir ce que contient votre nouveau livre " Geoengineered transhumanism ". C'est un peu tragique et comique à la fois parce que c'est comme si vous aviez prévu ou ressenti que la situation peut se produire d'une manière qui se produit maintenant.

 

Elana : Oui, c'est remarquable. Je ne sais pas quoi dire. Suis-je une Cassandre, suis-je une prophète ? Non, je suis simplement un très bon chercheur et j'ai étudié les mouvements de l'élite mondiale pendant de nombreuses années afin de comprendre comment ils pensent et de quoi ils sont capables. Pour ce faire, je m'appuie bien sûr sur ce que Rudolf Steiner a dit, écrit, ou même dit dans ses conférences en 1917 qui s'appellent « Le karma du mensonge », deux livres de conférences. J'ai étudié ces livres avec un sentiment profond car je suis la petite-fille d'immigrants roumains qui pensaient que ce pays était le plus grand au monde. J'ai donc été amenée à raconter l'histoire de ce qui s'est passé ici en Amérique, d'une certaine manière, d'un point de vue de l'Europe de l'Est, d'une autre manière, d'une manière profondément ressentie comme le rêve américain.

 

Janusz : Que s'est-il donc passé aux États-Unis ?

 

Elana : L'Amérique est maintenant devenue une machine gérée par l'intelligence artificielle et ce que nous voyons maintenant, c'est que l'infrastructure de cette machine a été construite, comme je le vois par la géo-ingénierie,au cours des 30 dernières années. Il y avait certainement beaucoup de choses qui se produisaient, qui circulaient avant, mais dans ces trois livres, je les ai disposées, couche après couche, pour englober entièrement l'environnement. Maintenant, nous le ressentons en Amérique, mais c'est mondial, ce n'est pas seulement l'Amérique mais sa genèse technologique est venue en premier lieu d'Amérique et en second lieu probablement de la Russie pendant la guerre froide qui, soit dit en passant, n'a même pas existé.

 

Janusz : J'ai une autre question, mais si vous voulez continuer à penser comme vous le faites, faites-le. Mais ma question est maintenant l'architecture globale que nous voyons comme des événements qui ont commencé aux Etats-Unis mais dont les conséquences sont ressenties partout dans le monde et depuis que cette pandémie a été introduite, pensez-vous que la situation que nous avons maintenant est un tournant ou un point de départ pour les événements plus extrêmes à venir ?

 

Elana : Oui, je pense que ce que nous devons faire, c'est passer par la structure de l'architecture qui a été mise en place dans l'environnement qui nous entoure, sans que nous y prêtions une attention particulière, et de là, on peut voir la direction que nous sommes obligés de prendre. Oh, oui ! C'est la fin d'une ère et le début d'une autre ère et comment cela s'est-il produit est une question très intéressante.

 

Janusz : Nous sommes impatients d'entendre parler de cette structure.

 

Elana : Oui, et laissez-moi souligner aux merveilleux européens de l'Est que vous êtes, que vous avez l'esprit vivant en Europe de l'Est, en Amérique à mon avis cet esprit est mort. C'est une grande tragédie depuis que nous avons embauché les nazis dans le cadre de l'opération Paperclip et nous l'avons fait avec la naïveté américaine et avec l'intention des fascistes qui étaient en Amérique à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et très récemment, nous avons eu une succession rapide : la destruction d'un président que la nation aimait et le début d'un assaut après l'autre, à un rythme que vous pouvez reconnaître si vous êtes familier avec la franc-maçonnerie. Bien sûr, j'ai étudié le fonctionnement de ces sociétés secrètes aux Etats-Unis.

 

Janusz : Donc, si je peux juste ajouter quelque chose. J'ai l'habitude d'aller dans une petite église où il n'y a personne. J'ai demandé au prêtre de l'église que je connais pourquoi l'église polonaise garde le silence sur les principaux évènements importants qui se déroulent actuellement et qui sont dans les écritures, dans l'Apocalypse. Elles parlent très clairement de la marque de la bête et maintenant et nous l'avons, le masque et B. Gates. Pourquoi les gens de la haute hiérarchie de l'église n'en parlent-ils pas ? Il a répondu qu'il est vrai que peu de gens dans l'église en parlent, bien que cela devrait être la tâche de l'église, et que c'est donc quelque chose qui devrait être fait pour garder la clarté du message originel de Jésus, et ils ne le font pas. C'est juste pour vous dire que nous sommes en train de vivre cela, nous ressentons cette attitude.

 

Elana : Oui, et pour moi, la religion et la spiritualité sont différentes. Les grandes religions qui ont été exploitées par différents états politiques nous mettent en garde et c'est inévitable, nous sommes impliqués dans une évolution humaine. Je pense que la raison pour laquelle je me bats autant pour éduquer le public à propos de la technologie où nous vivons, c'est que je tiens à ce qui est humain en nous, et que cela reste au moins une option. Il se peut que certaines personnes choisissent de se faire vacciner avec un vaccin qui changera complètement la vie de leur âme. Elles peuvent choisir de le faire par ignorance ou pour une raison quelconque, mais je veux avoir la possibilité d'être humain et de poursuivre l'évolution humaine sur la planète Terre dans les conditions que nous avons eues avec la nature pendant des millénaires, des millions d'années. C'est pourquoi je me bats si fort pour que les gens comprennent ce que signifiera ce choix dans ce domaine.

 

Janusz : Dans votre livre, vous abordez le fait que nous avons été liés à la biologie organique pendant des millénaires et que c'est ce qui a été à l'origine de nos liens avec l'esprit de la nature et que cette conspiration mondiale nous pousse maintenant vers la biologie synthétique. Pouvez-vous donc expliquer pourquoi et comment il est si dangereux d'aller vers cette biologie synthétique et quels en seront les impacts sur notre moi supérieur et notre âme ?

 

Elana : Oui, c'est la clé, et je dois dire que j'ai étudié les idées de Rudolf Steiner pendant 45, 50 ans. Pour autant je ne me considère pas comme un membre de l'organisation de Rudolf Steiner. Mais il m'a certainement appris comment penser d'une manière telle que la plupart des gens ne le font plus. Il a gardé ma pensée vivante parce que j'ai confronté beaucoup d'idées, j'ai pris très au sérieux le fait que la pensée n'est pas seulement un processus abstrait du système nerveux, c'est en fait, comme il l'a dit, une activité spirituelle. Et en construisant la pensée nous pouvons alors voir à travers les événements de notre vie et de notre époque. C'est absolument vrai parce qu'il y a de multiples niveaux qui se déroulent tout le temps que vous regardiez les médias, ou un film, ou votre internet, les nouvelles. Si vous connaissez le langage des différents niveaux, vous voyez qu'il s'agit d'une véritable opération psychologique que nous subissons actuellement, un système construit avec beaucoup de soin pour asservir fondamentalement l'esprit humain.

 

Elana : Laissez-moi continuer parce que je veux que vous compreniez ce que j'avance concernant la structuration de ce contrôle, la biologie synthétique directement liée aux nanotechnologies. C'est la clé que je ne connaissais pas quand j'ai écrit le premier livre en 2014. Il s'agissait principalement des chemtrails, des traînées chimiques aériennes, des produits chimiques qu'elles contiennent, des ouragans, des tornades, de l'ingénierie météorologique en cours. Et j'ai également inclus un chapitre sur les morgellons parce que j'étais une amie proche du scientifique indépendant Clifford Carnicom. J'ai appelé ce livre un primor, c'était le premier livre. J'ai découvert en l'écrivant qu'ils construisaient une infrastructure planétaire entre la haute atmosphère et la terre, dans la troposphère, qui finirait par contrôler nos systèmes nerveux. Mais je ne comprenais pas l'importance de la nanotechnologie à ce moment-là. Je savais que je devais étudier davantage.

 

Elana : Voici donc comment cela fonctionne : en gros, les « nanoparticules » sont simplement une référence à une taille de particule. Une nanoparticule est un milliard de fois plus petite qu'un mètre,c'est très, très petit. Mais ce qu'il s'est passé, c'est qu'un jeune homme très brillant a découvert il y a des années comment construire des particules à partir d'atomes, elles sont vraiment minuscules. Mais alors on pourrait littéralement construire de la matière et des bâtiments, des avions, toutes sortes d'objets, en ajoutant des couches d'atomes à des couches d'atomes, à des couches d'atomes ... Et cette technologie a bien sûr fasciné l'armée américaine qui a commencé à la développer. Et comme d'habitude, très peu a été révélé au public de cette technologie. On en a parlé dans les années 1980 et au début des années 2000.

 

Elana : Très tôt, ils ont découvert que les nanos, qu'il s'agisse de nanoparticules ou surtout de nanotechnologies, pouvaient être conçues de manière à fonctionner avec la biologie et ils ont également découvert que les nanoparticules, qu'ils créaient à partir d'atomes, lorsqu'elles se réunissaient en essaim, avaient une conscience. Et ils ont ensuite réalisé que nous sommes à la pointe de la physique quantique avec la petitesse de ces nanoparticules. Cela ne signifie pas que je suis un expert en physique quantique, mais je l'étudie : les quanta signifient essentiellement d'autres dimensions, de nombreuses dimensions apparaissent.

 

Elana : Malgré les avertissements du jeune homme qui a découvert la nanotechnologie, et d'après sa biographie, il n'a pas utilisé ce qu'il découvrait pendant longtemps parce que cela dérangeait sa conscience. Il a compris que cette nanotechnologie, si elle était construite, pourrait ressembler à une intelligence artificielle, dont nous entendons parler maintenant, pourrait en fait dévorer toute la matière réelle, toute la matière naturelle, au profit de sa propre existence parce qu'elle envahit la conscience. Un peu comme ce que dit Rudolf Steiner à propos d'"une âme groupe", elle pense comme une entité multiple. Donc, quand ils l'ont utilisée en biologie, ils se sont dit : « Oh ! mettons-la dans les aérosols, dans les carburants d'avions, nous recouvrirons le monde de ces nanos, de ces produits chimiques qui se répandent, en particulier dans l'oxyde d'aluminium, et nous verrons ce qui se passera ». Je pense que c'était en gros cela. C'est l'habituel : « Nous verrons ce qui se passera »  ... l'esprit scientifique !

 

Elana : Donc, en gros, nous respirons les nanotechnologies depuis 30 ans maintenant, depuis les années 1990. Ce qui se passe, c'est que la plupart des nanos que nous respirons sont des nanocapteurs, ils ont de minuscules microprocesseurs, de minuscules ordinateurs. Et ils émettent et reçoivent des personnes sur des ordinateurs portables et des I.A. dans les satellites. Il suffit de penser à cela, c'était un grand pas en avant parce que les nanorobots signalaient l'impact sur le corps humain - dans la mesure où leur programmation le permettait - et ils pouvaient être reprogrammés à distance dans notre corps. Nous parlons maintenant d'in vivo, et non d'in vitro - in vitro, c'est dans une boîte de Pétri en laboratoire, in vivo c'est dans le corps. Depuis que cela existe, la biologie synthétique a progressé à un rythme effréné, parce que tout l'argent va dans cette direction maintenant. Ils voient comment cela peut être fait, le contrôle à distance sur l'être humain et bien sûr, étant de taille nanométrique, ces petites machines, de minuscules, minuscules machines peuvent facilement aller dans notre cerveau.

 

Janusz : Puis-je demander une précision : pouvons-nous dire que pendant des milliers d'années, nous avons eu des récepteurs qui communiquaient intensément avec le cosmos, avec la source et maintenant ceux qui s'ajoutent sont des récepteurs synthétiques qui communiquent non pas avec la nature et la source mais par des appareils artificiels  contrôlés par l'intelligence artificielle ? Cela signifie donc que l'être humain est maintenant plus synthétique et l'environnement aussi. Il y a ce catalogue de réactions artificielles, est-ce que c'est l'environnement tout entier qui remplace la communication naturelle de notre être avec le cosmos ?

 

Elana : Il semble que ce soit vrai, il semble que nous pourrions aller au moins dans deux directions. On pourrait voir cela comme des gens mauvais, une science maléfique, une science nazie, partie avec toutes les ressources que l'Amérique avait à la fin de la seconde guerre mondiale. Ils ont pu poursuivre les désirs du 3ème Reich, c'est un désir nazi, je l'ai lu. Ils avaient ce désir de transformer la planète en une machine avec une grande classe d'esclaves et une petite oligarchie à sa tête, une oligarchie technologique. Il est certain que nous avons fait venir des nazis ici en Amérique, au Canada, en Amérique du Sud. Et que nous avons menti pour eux, changé leurs dossiers, leur avons donné "carte blanche" dans nos institutions et nos bases militaires parce qu'ils étaient si brillants en ingénierie. Donc, évidemment, nous nous dirigions vers ce que Catherine Fitts a raison de dire, à ce moment-là, il s'agissait d'une ère spatiale, il s'agissait d'aller vers les étoiles, de faire un "star trek", la grande vision de l'empire dans le cosmos en tant qu'homme, et non pas Dieu, en tant qu'homme, en tant que nature. Cela s'est développé depuis lors, c'est certainement tout ce que vous voyez maintenant avec le confinement. Et tout cela concerne l'espace, si vous le regardez dans une certaine optique. Est-ce qu'ils transforment l'être humain en un cyborg qui peut alors aller dans l'espace et réparer son propre corps, télécharger son logiciel pour parler des langues étrangères avec les entités qu'il rencontre, etc...

 

Janusz : Pensez-vous qu'il soit mauvais en soi d'avoir ces capacités étendues ? Ou est-ce simplement mauvais parce que la façon dont cela est fait semble desservir l'humanité ?

 

Elana : Eh bien, une fois de plus nous sommes confrontés à la possibilité que beaucoup de ces technologies puissent servir l'humanité ; le problème revient toujours au manque de développement moral. Les leaders humains, la formation des scientifiques, les idées que nous soutenons, nous les récompensons par de l'argent, de la gloire et de la fortune. Cela revient toujours à la conscience humaine. C'est toujours vrai, je veux dire, d'une certaine manière tous ces thèmes qui se déroulent maintenant sont plus vastes mais ce sont les mêmes thèmes que nous avons traversés encore et encore à travers les époques. C'est pourquoi je maintiens toujours que nous venons sur la terre non pas pour créer un paradis mais pour suivre ou non une éducation au développement moral. Mais après votre traduction, j'aimerais continuer à expliquer comment fonctionne la nanotechnologie.

 

Elana : Je n'ai pas terminé une idée plus tôt, alors je la termine maintenant : nous pouvons regarder ce qui se passe, cette énorme machine qui va directement dans notre corps jusqu'à ces minuscules machines et ces minuscules machines obéissent à la grande machine à l'extérieur. Oui, cela peut venir d'une mauvaise science et la science occidentale a certainement pris une mauvaise route, je dirais au début du 20ème siècle. Elle a complètement fait fausse route en interdisant l'utilisation du concept de l'éther. L'éther est bien sûr ce dont Nicolas Tesla parlait sans cesse, il trouvait un moyen de libérer de l'énergie pour servir l'humanité, etc. mais malheureusement, il est passé sous l'influence de l'armée américaine et les choses ont donc mal tourné. Oui, on peut dire que c'est de la mauvaise science, et à la fin, on peut dire que c'est un manque de développement moral, oui, c'est vrai. Il se pourrait aussi que nous ayons déjà affaire à des renseignements provenant de l'extérieur de la planète et obtenus grâce aux droits magiques d'Alistair Crowley. Il se trouvait dans la vallée de l'Hudson River dans l'État de New York pendant la Première Guerre mondiale, quelqu'un sait-il ce qu'il y faisait ? Ensuite, il y a eu Jacques Parsons, un sataniste en exercice qui travaillait pour l'armée américaine à la fabrication de carburant solide pour fusées, et enfin Michael Aquino, un militaire américain qui a créé une nouvelle forme de guerre de torture. Tout cela s'est déroulé sans que l'on se soucie vraiment de savoir si un travail préparatoire avait été réalisé par quelque chose qui est au moins anti-humain, voire non-humain.

 

Elana : Juste pour être clair, pour que les gens sachent que l'on a voulu bannir l'éther, le concept de l'éther. L'éther c'est la vie, nous avons de nombreux termes pour cela, le terme de Wilhem Reich était " orgon ". C'est le contraire de l'électromagnétisme. C'est vraiment important. Oui, nous avons besoin de l'électromagnétisme, mais nous ne pouvons pas non plus nous passer de l'éther, car nous ne serions pas vivants. Il faut comprendre cà quel point l'éther est attaqué maintenant, d'une certaine manière, attaqué, partout sur la terre : les arbres meurent, les feux se déclarent, allumés par les satellites. Oui il semblerait que la terre se terraforme. La question est de savoir si ce sont les humains qui ont mal tourné ou s'il y a autre chose, par exemple quelque chose que le CERN a apporté avec son ordinateur DEW-Waves (dew : directed energy weapon). Comme l'a dit le responsable de dew-waves (Jordy) : « Ils apportent les anciens », ce terme « anciens » désigne les entités qui ne sont pas humaines.

 

Elana : Je reviens après mon incursion dans le monde des ténèbres, avec lequel il semble que nos sciences soient maintenant en accord. Comment la nanotechnologie fonctionne-t-elle en nous ? Il est certain que nous voyons chez les personnes atteintes de l'épidémie de morgellons, des lésions sur leur corps. Nous pouvons voir d'après ces lésions, si vous regardez de près, qu'il y a de petits fils qui en sortent, ils sont bleus et rouges et peut-être aussi noirs.

 

Elana : On peut donc voir chez ces personnes que leur peau essaie maintenant d'expulser la nanotechnologie. Pour la plupart d'entre nous - et nous l'avons tous en nous - nous respirons tous le même air, c'est un gros ballon autour de notre planète cet air. Il est en chacun de nous. Pour le reste d'entre nous, rien ne se passe vraiment comme cela pourrait arriver. Il est certain que notre santé se détériore et cela s'explique en partie par la présence en nous de nanotechnologies qui se répliquent maintenant d'elles-mêmes et voici la partie importante : elles remplacent lentement nos propres nerfs et nos propres tissus par leur propre forme de vie. Parce que c'est une forme de vie. Il y a des brevets que vous pouvez lire maintenant, des articles aussi, sur la vie inorganique. Ainsi, le terme même de "vie" est en train d'être modifié pour inclure l'inorganique, la base non carbonée, dans le sens où nous l'entendions auparavant.

 

Elana : Donc une autre façon de disperser des nanoparticules, par les épandages aériens des nanotechnologies que nous subissons depuis trente ans, sont à la base des OGM, les organismes génétiquement modifiés de la nourriture. Et nous savons que Monsanto a conclu un accord avec les avions qui dispersent de l'oxyde d'aluminium sur nous, l'aluminium étant néfaste pour le sol, la terre, l'air et pour nous. Nous savons qu'il y a eu un accord à un moment parce que Monsanto a fait connaître aussitôt son brevet pour des plantes résistantes à l'aluminim. Donc, ils savaient que l'aluminium était dispersé dans l'air au-dessus de nous, Tant que je sache, personne dans l'agro industrie n'en était informé, personne ne savait que l'aluminium était dispersé par des drones. Nous parlons de milliards et de milliards de particules fines. Nous savons que les OGM sont un autre moyen de fournir des nanoparticules. Donc les traînées chimiques, les OGM et le troisième fournisseur de nanoparticules, ce sont les vaccins.

 

Janusz : Pensez-vous que les laboratoires pharmaceutiques tels que Pfizer, Moderna, BioTech ou Astrazeneca, est-il possible que ces vaccins contiennent des nanotechnologies, des nanoparticules qui auraient une fonction de puce nanotechnologique ? Et si oui, existerait-il une façon de le vérifier ?

 

Elana :Et bien, c'est le problème n'est-ce pas, parce que … Je ne possède pas de microscope électronique. Même d'occasion, cela coûte 50 000 dollars. Le monde minuscule comme je l'appelle est un monde très puissant. Et certainement, les scientifiques qui sont achetés au fond, savent cela. Ils savent cela et ils savent que c'est mauvais pour nous. Oui, j'ai fait des recherches sur ces sociétés comme Pfizer et d'autres qui recherchent ces contrats pour des vaccins très lucratifs. Vous savez, cette campagne pour semer la peur.

 

Rappelez-vous quand Rauna Kilde disait : «  La télévision, c'est tout ce que ces gens possèdent ? » Et que dit la télévision ? Je n'ai jamais eu de télévision ni de téléphone portable. Parce que ce sont des armes, des systèmes utilisés comme armes. Cela vient des militaires, c'est utilisé comme arme et la qualité visuelle, le software dans la diffusion font tous partie des programmations de contrôle mental. Et ce n'est que cela. Ce n'est pas seulement ce que vous voyez, c'est subliminal. Ce n'est pas seulement ce que vous voyez, c'est aussi ce que vous ne voyez pas, Ce n'est pas seulement ce que vous entendez, c'est ce que vous n'entendez pas. Et les gens ont été complètement entraînés dans une sorte d'hypnose. Et cela marche très bien, parce que je dois le dire nous sommes des êtres de résonance.

 

Robert O Becker a écrit de merveilleux livres sur ce sujet. C'était un chirurgien, un scientifique. Nous avons un système merveilleux dans notre biologie qui nous permet de résonner avec une fréquence qui nous parvient par les sens ou par la peau. Et cela nous permet d 'apprécier la musique, de sentir ce qu'il se passe autour de nous, et même à l'intérieur de nous, en résonance. Mais cette résonance peut être exploitée par des fréquences utilisées comme armes, nous ciblant. Donc Pfizer, Moderna, etc travaillent pour Big Pharma. J'ai fait de nombreuses recherches sur Big Pharma. Dans l'affaire Marc Dutroux, il y a des années, dans les années 1990.

 

 

Laissez-moi expliquer la part de Big Pharma, parce que c'est important de comprendre sa part dans ce qu'il se passe actuellement. Et combien tout cela est incroyablement relié. Et comment cela remonte directement à la période nazie, qui est bien plus qu'une période, c'est une philosophie, c'est une religion satanique. Et elle est très riche et se poursuit de nos jours. Mais, laissez- moi ajouter en remarque, quand je parle de résonance, vous pouvez comprendre comment cela fonctionne quand vous pensez à la télévision ou au téléphone. Je pense spécialement à l'iphone, c'est une arme spécifique. L'émission qui vient de la télévision ou de l'iphone est pulsée, et votre résonance viendra immédiatement à la rencontre de ces pulsations, de la même manière que vous écoutez la neuvième symphonie de Beethoven. Vous allez commencer à résonner avec ces pulsations qui porteront en elles un message : «  Vous avez besoin de vous faire vacciner. » «  Vous ne devez pas croire toutes les fausses nouvelles ! » C'est ainsi que c'est fait actuellement. Ils n'ont pas besoin de gens qui parlent. Ils ont juste besoin de ce facteur de résonance des pulsations, qui reste invisible et non-identifié. C'est crucial à comprendre. Vous pouvez imaginer les nanoparticules à l'intérieur de notre corps qui résonnent aussi. Elles résonnent avec un quartz, elles vont dans notre cerveau, et transforment nos pensées en purée.

 

Quand vous voyez vraiment la programmation à l'oeuvre et combien instantanément le système de résonance est engagé. En Amérique, juste l'apparition du mot TRUMP, juste dire le mot Trump et soudainement, les gens sont dans l'émotion, c'est fou ! On peut constater qu'ils ont complètement perdu le contrôle d'eux-mêmes, pendant un temps, un long temps. Pendant un moment je me suis dit, c'est une bonne programmation où vous obtenez un tel résultat chez les gens avec seulement un mot.Un nom que la télévision ressasse à répétition. Et on peut se demander ce qu'il se passe avec les nanorobots dans le cerveau, durant la nuit quand la personne essaie de dormir. Donc vous voyez que la méthode du contrôle mental a reçu une impulsion extraordinaire de ces nanobots, qui sont la contraction de nanorobots qui sont dans notre cerveau. Je ne sais pas de quel temps nous disposons, mais je devrais parler de ce qu'une personne peut trouver comme solutions pour éliminer la nanotechnologie du cerveau.

 

Janusz : Nous sommes limités par le temps, bien que nous aimerions savoir jusqu'à quel point les organes peuvent absorber tout cela ? Donc avant de passer à la partie : que pouvons-nous faire pour sortir de cette programmation, nous pouvons nous demander si nous étions à une période de développement de l'humanité où cette technologie n'était pas si développée et où les gens ont fait l'expérience, à grande échelle, ou des masses ont été trompées par des idéologies. Le nazisme avec Hitler, le communisme avec Staline ou se qui s'est passé en Chine, ou en Corée du Nord où le leader est idolâtré comme un dieu. Donc, des foules ont été trompées, sans cette ingénierie du contrôle mental. A votre avis, est-ce pour avoir davantage de gens impactés, à grande échelle ? Puis vous nous parlerez des remèdes.

 

Elana : Si je comprends bien la question : oui, ultimement du fait du facteur de résonance nous sommes programmables.Vous avez mentionné la Chine, Staline et les nazis. Tous utilisaient des équipements audios tous. Le discours d'Hitler à Munich est bien connu pour être absolument étonnant et flatteurs, des milliers et des milliers de gens étaient excités, emballés. Et il était cette sorte d'orateurs grandiloquent. Si vous ne connaissiez pas le pouvoir des équipements audios, probablement on n'aurait pas imaginé cela avant, que tant de gens suivraient ce petit bonhomme à la drôle d'apparence. Autant pour les autres. Mais les gens sont automatiquement programmables, en partie du fait de leur manque de développement et de conscience, et nous connaissons tous des gens comme cela, des gens très gentils. Peut être bons, peut être très religieux, mais concernant la conscience, l'utilisation du néocortex, c'est plutôt rare.Et ironiquement c'est de plus en plus rare dans un environnement de plus en plus technologique. Donc, définitivement, c'est quelque chose à observer. Mais je suis toujours surprise par le grand nombre de gens très bien éduqués qui ont des doctorats, des diplômes universitaires, ils ne voient rien du problème de la technologie. Je n'arrive même pas à imaginer pourquoi, pourtant c'est le thème principal. Rudolf Steiner l'aurait évoqué en disant : « C'est l'ère d'Ahriman. » Il divisait le mal en deux branches, la branche luciférienne et la branche ahrimanienne. La renaissance représente la tendance luciférienne Shakespeare et les grands arts mais aussi la magie, la magie noire pour se venger. Dans l'ère d'Ahriman, c'est l'âge de la machine notre confrontation avec la machine. Rudolf Steiner a dit que la machine était inévitable, que nous aurions un jour à confronter notre relation aux machines. Parce qu'il est naturel pour les êtres humains d'inventer de nouvelles technologies. Nous avons toujours été ainsi. Mais notre relation à la technologie est peut être un problème de nos jours parce que la machine prend le pas sur nous et notre nature.

 

Donc oui, il y a le mal pour moi, je ne parle pas trop aux anthroposophes. J'ai analysé la qualité du mal auquel nous sommes actuellement confrontés. Oui c'est mécanique, oui, c'est robotique mais il y a un autre élément : la torture. Une vraie torture se déroule. Rauni Kilde en a témoigné : toutes ces personnes qui sont ciblées, et vraiment torturées, je suis en relation avec quelques- unes. Le fait d'aimer la torture, d'aimer affliger de la souffrance, ce n'est ni Ahriman ni Lucifer, c'est deux catégories ne collent pas à ce calibre particulier de mal. Et il existe un troisième calibre de mal dont parle Steiner, il disait qu'il était rare, c'était au 1925, il les appelle les asuras. Et ce niveau de mal est hors de notre planète, ne rend pas service à l'humanité, comme le font Lucifer et Ahriman, c'est anti-humain. Et il me semble que nous voyons de plus en plus de ce niveau. Oui, le mal, mais cela dépend du système avec lequel il travaille. Et au niveau planétaire, il y a ce que Lockheed Martin appelle la clôture de l'espace. Et cela, c'est à grande échelle. Au niveau microscopique, la nanotechnologie, qui a une conscience ... Les niveaux de la physique quantique, la multiplicité des niveaux de conscience, et nous voyons que s'il existe un niveau de mal des asuras, ce niveau travaille avec cela aussi. Et nous travaillons avec cela. Mais si nous ne le savons pas, comment pouvons-nous y travailler, comment nous préparer si nous ne connaissons pas l'ennemi ? J'ai appris cela du général George Patton. Il étudiait toujours la tactique de l'ennemi. Un général allemand, R... a dit que c'était le plus grand des généraux américains. Et c'était vrai, il était le plus grand. Mais il était aussi un homme de vérité...

 

Donc, je ne sais pas comment cela se passe en Europe de l'Est, Ici aux Etats-Unis, plus personne ne croit en la pensée. En fait les américains n'ont jamais été des penseurs, ce sont des gens très pragmatiques, orientés vers l'action, leur volonté est très forte. Rudolf Steiner parle de la grande volonté américaine. Et quand le merveilleux poète britannique, D H Lawrence est venu aux Etats-Unis au début du vingtième siècle, il a dit que l'esprit américain était tueur. Et pour moi, ce n'est pas exagéré. Les américains n'ont pas confiance en la pensée. A l'inverse, j'ai confiance en la pensée parce que je me suis entraînée à l'aide de Rudolf Steiner, sur la manière d'utiliser la pensée comme un moyen très riche et puissant pour agir spirituellement. Donc c'est mon espoir. Nous commençons à parler maintenant des solutions. Parce que pour moi, la conscience est le premier domaine inexploré. Nous connaissons les plantes, nous connaissons les médicaments, nous connaissons les exercices, la méditation, nous connaissons beaucoup de choses mais pourtant nous ne comprenons pas comment avancer au milieu des mouvements de l'ennemi et comment fonctionne la technologie et comment ils l'utilisent. Comprendre à quel point cela peut être terriblement important dans votre système de défense, spécialement si ces nanorobots dans notre corps ont une conscience. Ils sont conscients à un niveau très élémentaire. Oui, ils sont actionnés par les gens qui se servent des liaisons wifi sans fil pour communiquer avec ces millions dans notre corps. Je comprends cela. Nous devons confronter cette force et je maintiens que c'est la direction que nous devrions prendre même si dans le même temps nous utilisons des moyens de nous sentir mieux. Et ne pas nous mettre sous la coupe des hôpitaux : ne leur faites pas confiance. Bon, je m'arrête là Maria pour que vous puissiez traduire cela.

 

Clifford Carnicom a étudié les nanobots dans des boîtes de Pétri,en ajoutant différentes choses dans la boîte pour observer comment les nanorobots interagissaient avec les électrolytes, le Boron, le bicarbonate de soude, le vinaigre, des expériences très simples avec ces fibres. Il a alors compris que ces fibres extrêmement fines, 1/ 50000 l'épaisseur d'un cheveu humain, la fibre était le moyen de transport et les nanorobots étaient à l'intérieur de la fibre. Donc si vous voulez voir ces fibres, vous n'avez pas forcément besoin d'un microscope électronique, vous pouvez trouver sur internet un microscope à 7 dollars qui grossit 6 fois, et commencez par observer les végétaux, les fruits et légumes, même biologiques et vous verrez ces fibres, elles sont partout. Elles sont dans la poussière quand vous passez l'aspirateur dans la maison. Elles sont partout. Et elles ont été dispersées d'abord par les épandages aériens. Pour contrer cela au niveau élémentaire, commencez à regarder comment nous menons nos vies. D'abord vous recherchez tout ce qui est électromagnétique dans votre environnement. Ce que Clifford a trouvé c'est un que les nanorobots adorent l'acidité mais haïssent l'alcalinité et deux ils adorent les dispositifs électromagnétiques, ils deviennent très activés. Et donc, ce sont les deux choses que vous devrez observer en priorité si vous voulez décidez de votre vie dans votre environnement.

 

Donc aux Etats-Unis, la plupart des gens mangent à l'extérieur. Ce qui veut dire qu'ils mangent beaucoup de nourriture OGM. Les OGM sont un problème parce qu'ils ont été génétiquement modifiés, ils ne sont plus du tout naturels. Cela ressemble à du maïs, cela ressemble à une pomme de terre mais ce n'est pas ce que vous avez connu venant de la nature. Depuis 50 ans, je ne mange que du biologique. J'ai 73 ans, je ne suis jamais à l'hôpital depuis l'âge de 13 ans, ni m^me je n'ai vu un docteur, je ne vais pas chez le médecin. J'ai étudié la médecine chinoise. Et c'est là que l'équilibre acide/base rentre en jeu. Je ne sais pas quelle proportion de gens font encore la cuisine en Pologne. Si vous n'utilisez pas des produits frais, mais des produits préemballés surgelés alors vous ingérez beaucoup de nanoparticules. Parce qu'à ma connaissance, toute nourriture préemballée est gavée de nanoparticules : excipients, exhausteurs de goût,etc. Pour moi, le retour à la nature doit se faire par la nourriture. Donc je prépare moi-même ma nourriture, je mange la même chose pendant des jours parce que je vis seule. Ce n'est pas spécialement très excitant. Je mange à l'extérieur peut être une fois toutes les deux ou trois semaines pour sortir de ce lieu où j'écris. Donc, d'abord regarder l'équilibre acide/base. Rappelez-vous que les nanorobots adorent l'acidité. La prochaine fois que vous prendrez un soda ou une barre chocolatée, rappelez-vous que c'est de l'acidité.

 

Janusz : Nous n'avons pas tout le temps de passer en revue ce qui nous intéresserait, mais cette partie concernant la nourriture est si importante, un chemin si crucial. A présent, il y a quelques jours Elon Musk a annoncé qu'il avait implanté Neurolink dans un singe, grâce à quoi le singe a pu jouer à des jeux sur ordinateur, c'est complètement programmé et ce genre de nouvelles est très présent dans les médias grand public. Ce thème devient l'opinion publique. Donc de quels outils disposons-nous, mis à part une bonne nourriture et cet équilibre, pour dire aux gens : «  Regardez, ils le font déjà. Ils vont nous faire cela. Que peut-on leur proposer d'autre, que l'homme « augmenté » dans ses capacités technologiques ou psychologiques. Quels outils utiliser pour être mieux ?

 

Elana : Je répondrai que ce sont des outils pour rester humain. C'est le dernier chapitre de ce livre que je termine qui s'intitule : rester humain. Peut être que certaines personnes ne veulent pas rester humaines, elles veulent être comme le singe qui s'amuse à des jeux. C'est d'ailleurs ce que l'élite pense de nous. A un certain degré, ils peuvent «  télécharger » un cerveau humain, une conscience humaine dans un corps de singe, cela ne leur pose pas de problème. IL existe un grand nombre de technologies actuellement qui nous éloigne du fait d'être humain à devenir une machine. Et cela sera présenté comme étant «  supérieur ». Un singe qui joue à des jeux vidéos ce n'est pas ce à quoi j'aspire moi-même. Mais je comprends, vous avez utilisé les mots au futur, mais non, non, c'est maintenant que cela nous arrive. Non, c'est maintenant, mais nous devons nous observer davantage nous-mêmes, nos pensées, nos comportements, nos sentiments. Ce sont les trois domaines sur lesquels les militaires se sont concentrés : la pensée, les sentiments et les comportements. Et c'est absolument accompli à distance, au moyen des technologies électromagnétiques autour de nous. Depuis les 50 ou 60 hertz dans les murs, notre circuit électrique dans l'habitat, jusqu'au téléphone portable, à l'ordinateur, la télévision, le réfrigérateur, la machine à laver, tout cet internet des objets est déjà mis en place et agit. Donc je dis que si les gens veulent avoir des pensées qui leurs appartiennent, leurs propres sentiments,et leurs propres comportements, qu'ils commencent par la nourriture et ensuite regarder tout ce qui est électromagnétique dans leur maison et de quoi ils pourraient se passer. C'est une guerre contre les humains, un point c'est tout. Donc je ne vais guider personne.

 

Janusz : Oui, vous pouvez continuer. Nous devrons terminer bientôt. Mais parlez-nous de ces remèdes que vous souhaitez mentionner. Nous aurons l'occasion d'avoir une autre interview où nous aborderons d'autres thèmes comme les programmes cosmiques.

 

Donc j'ai donné deux solutions : votre nourriture, votre environnement électromagnétique pour conserver vos propres pensées, votre propre comportement et vo propres sentiments. Parce qu'ils envoient déjà des fréquences pulsées pour avoir le contrôle partout sur toutes les populations, il n'y a pas d'exception. A votre avis à quoi servent tous ces satellites qui sont lancés actuellement ? C'est fait maintenant. Donc la troisième solution, c'est d'éliminer les métaux lourds de votre corps. Beaucoup d'entre vous connaissent déjà peut être ce sujet. Et je ne suis pas expert du sujet. Bien que je surveille ma diète de près, d'un autre côté je respire tous ces nanorobots et ces métaux lourds qui sont utilisés pour leur conductivité dans cette atmosphère ionisée du sans fil. Couper une mèche de vos cheveux envoyez-la à un laboratoire sérieux, pas n'importe quel laboratoire, un laboratoire honnête. Car comme les hôpitaux, beaucoup mentent, ils ont reçu des instructions pour mentir. Donc cherchez quels métaux lourds vous avez dans le corps et trouver les moyens de les éliminer.

Je recommande pour le début un laboratoire canadien Tony PANTALLERESCO, que j'ai peut être déjà cité dans cette émission. Tony a des tests très simples et pas chers que nous pouvons utiliser pour contrôler es nanotechnologies que nous avons dans le corps. Nous ne pouvons pas les éliminer totalement parce que chaque jour nous en respirons. Mais nous pouvons les limiter. Les magnets peuvent être utilisés mais il faut faire attention parce qu'ils peuvent être dangereux.

 

Janusz : Merci de nous avoir fourni touts ces renseignements. Pourriez-vous aussi dire aux téléspectateurs où trouver vos livres et où en savoir plus sur vous ? Bien sûr nous ajouterons les liens dans la boîte d'information sous la vidéo. Mais c'est toujours bien quand l'invitée peut dire à l'audience vous pouvez me trouver ici.

 

Elana : Les deux premiers livres qui sont publiés sont sur Amazon. Mon éditeur possède les droits pour ces livres, mais je crois qu'ils sont imprimés à la demande, ils sont faciles à obtenir. Pour en savoir plus sur moi, j'ai un site internet, que je visite rarement mais j'ai une merveilleuse webmaster qui en prend soin et qui publie ce que je lui envoie elenafreeland.com. Il existe beaucoup d'interview en vidéo, mais rare celles qui ont des sous-titres en polonais. Ce serait bien que quelqu'un le fasse. Et concernant le troisième livre, je n'ai pas encore décidé, il sera au moins sur Amazon. Et ce sera vers le mois d'avril je pense.

 

Elana : Et je tiens à m'excuser pour tout le temps  consacré aux nanotechnologies mais c'est le plus important. Et les gens ne connaissent pas ce domaine. Mais nous n'avons pas été aussi loin que vous l'auriez souhaité sur les vaccins.

 

Janusz : Les vaccins sont l'un des moyens par lesquels nous ingérons ces nanoparticules, mais il y en a d'autres. Nous aurons l'occasion de revenir sur ce sujet. Merci beaucoup pour cet interview. Nous devons rester unis ensemble en ces temps particuliers.

 

Elana : Merci beaucoup, merci pour votre travail.

 

https://www.elanafreeland.com/

https://www.facebook.com/groups/381617941986020

Trois interviews de Rauni Kilde sous-titrées en français par Ciel Voilé :

Chemtrails, Dr Rauni Kilde ( 3'11'')

Rauni Kilde : le téléphone portable( 3'07'') 

Technologies non divulguées (2'34'')

 

 

 

Voir les commentaires

Une nouvelle étude révèle des altérations du microbiome intestinal liées au glyphosate

13 Février 2021, 14:20pm

Posté le 27 janvier 2021 par Carey Gillam

 

https://usrtk.org/pesticides/new-study-finds-glyphosate-related-alterations-in-gut-microbiome/

 

 

Une nouvelle étude animale menée par un groupe de chercheurs européens a révélé que de faibles niveaux de glyphosate chimique désherbant et de produit Roundup à base de glyphosate peuvent modifier la composition du microbiome intestinal d'une manière qui peut être liée à des effets néfastes sur la santé.

 

L'article, publié mercredi dans la revue Environmental Health Perspectives, est rédigé par 13 chercheurs, dont le Dr Michael Antoniou, chef du groupe d'expression et de thérapie génique au sein du département de génétique médicale et moléculaire du King's College de Londres, et le Dr Robin Mesnage, associé de recherche en toxicologie informatique au sein du même groupe. Des scientifiques de l'Institut Ramazzini de Bologne, en Italie, ont participé à l'étude, tout comme des scientifiques de France et des Pays-Bas.

 

Les effets du glyphosate sur le microbiome de l'intestin se sont avérés être causés par le même mécanisme d'action par lequel le glyphosate agit pour tuer les mauvaises herbes et autres plantes, ont déclaré les chercheurs.

 

Les microbes dans l'intestin humain comprennent une variété de bactéries et de champignons qui ont un impact sur les fonctions immunitaires et d'autres processus importants, et une perturbation de ce système peut contribuer à une série de maladies, ont déclaré les chercheurs.

 

"Le glyphosate et le Roundup ont tous deux eu un effet sur la composition de la population bactérienne de l'intestin", a déclaré M. Antoniou dans une interview. "Nous savons que notre intestin est habité par des milliers de types de bactéries différents et qu'un équilibre dans leur composition, et plus important dans leur fonction, est crucial pour notre santé. Donc tout ce qui perturbe, perturbe négativement, le microbiome de l'intestin... a le potentiel de causer une mauvaise santé car nous passons d'un fonctionnement équilibré propice à la santé à un fonctionnement déséquilibré qui peut conduire à tout un éventail de maladies différentes".

 

Voir l'interview de Carey Gillam, du Dr Michael Antonoiu et du Dr Robin Mesnage sur leur nouvelle étude sur l'impact du glyphosate sur le microbiome intestinal.

 

Les auteurs du nouvel article ont déclaré qu'ils ont déterminé que, contrairement à certaines affirmations des critiques de l'utilisation du glyphosate, le glyphosate n'agissait pas comme un antibiotique, tuant les bactéries nécessaires dans l'intestin.

 

Au lieu de cela, ils ont découvert - pour la première fois, disent-ils - que le pesticide interfère de manière potentiellement inquiétante avec la voie biochimique du shikimate des bactéries intestinales des animaux utilisés dans l'expérience. Cette interférence a été mise en évidence par des modifications de substances spécifiques dans l'intestin. L'analyse de la biochimie intestinale et sanguine a révélé des preuves que les animaux étaient soumis à un stress oxydatif, un état associé à des lésions de l'ADN et au cancer.

 

Les chercheurs ont déclaré qu'il n'était pas clair si la perturbation au sein du microbiome intestinal influençait le stress métabolique.

 

L'indication de stress oxydatif était plus prononcée dans les expériences utilisant un herbicide à base de glyphosate appelé Roundup BioFlow, un produit de Bayer AG, propriétaire de Monsanto, ont déclaré les scientifiques.

 

Les auteurs de l'étude ont déclaré qu'ils menaient d'autres études pour essayer de déterminer si le stress oxydatif qu'ils ont observé endommageait également l'ADN, ce qui augmenterait le risque de cancer.

 

Les auteurs ont déclaré que davantage de recherches sont nécessaires pour comprendre réellement les implications sanitaires de l'inhibition de la voie du shikimate par le glyphosate et d'autres perturbations métaboliques dans le microbiome intestinal et le sang, mais que les premiers résultats pourraient être utilisés dans le développement de bio-marqueurs pour les études épidémiologiques et pour comprendre si les herbicides au glyphosate peuvent avoir des effets biologiques chez l'homme.

 

Dans le cadre de cette étude, des rats femelles ont reçu du glyphosate et le produit Roundup. Les doses ont été administrées dans l'eau potable fournie aux animaux et ont été données à des niveaux représentant les doses journalières acceptables considérées comme sûres par les autorités de réglementation européennes et américaines.

 

Antoniou a déclaré que les résultats de l'étude s'appuient sur d'autres recherches qui montrent clairement que les régulateurs s'appuient sur des méthodes dépassées pour déterminer ce qui constitue des niveaux "sûrs" de glyphosate et d'autres pesticides dans les aliments et l'eau. Les résidus de pesticides utilisés dans l'agriculture se retrouvent couramment dans toute une série d'aliments consommés régulièrement.

 

"Les régulateurs doivent entrer dans le XXIe siècle, arrêter de traîner les pieds... et adopter le type d'analyses que nous avons faites dans cette étude", a déclaré M. Antoniou. Il a ajouté que le profilage moléculaire, qui fait partie d'une branche de la science connue sous le nom d'"OMICS", révolutionne la base des connaissances sur les impacts des expositions chimiques sur la santé.

 

L'étude sur les rats n'est que la dernière d'une série d'expériences scientifiques visant à déterminer si le glyphosate et les herbicides à base de glyphosate - y compris le Roundup - peuvent être nocifs pour l'homme, même à des niveaux d'exposition que les régulateurs affirment sûrs.

 

Plusieurs études de ce type ont fait état d'une série de préoccupations, dont celle publiée en novembre par des chercheurs de l'université de Turku en Finlande qui ont déclaré avoir pu déterminer, selon une "estimation prudente", qu'environ 54 % des espèces au cœur du microbiome de l'intestin humain sont "potentiellement sensibles" au glyphosate.

 

Alors que les chercheurs cherchent de plus en plus à comprendre le microbiome humain et le rôle qu'il joue dans notre santé, les questions relatives aux effets potentiels du glyphosate sur le microbiome intestinal ont fait l'objet non seulement de débats dans les cercles scientifiques, mais aussi de litiges.

 

L'année dernière, Bayer a accepté de payer 39,5 millions de dollars pour régler les plaintes selon lesquelles Monsanto aurait diffusé des publicités trompeuses affirmant que le glyphosate n'agissait que sur une enzyme présente dans les plantes et qu'il ne pouvait pas avoir le même impact sur les animaux domestiques et les personnes. Les plaignants dans cette affaire prétendaient que le glyphosate visait une enzyme présente chez les humains et les animaux qui renforce le système immunitaire, la digestion et les fonctions cérébrales.

 

Bayer, qui a hérité de la marque d'herbicide à base de glyphosate de Monsanto et de son portefeuille de semences génétiquement modifiées tolérant au glyphosate lorsqu'il a acheté la société en 2018, soutient qu'une abondance d'études scientifiques sur des décennies confirme que le glyphosate ne provoque pas le cancer. L'Agence américaine de protection de l'environnement et de nombreux autres organismes de réglementation internationaux ne considèrent pas non plus les produits à base de glyphosate comme cancérigènes.

 

Mais le Centre international de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé a déclaré en 2015 qu'un examen de la recherche scientifique a trouvé de nombreuses preuves que le glyphosate est un cancérigène humain probable.

 

Depuis lors, Bayer a perdu trois procès sur trois intentés par des personnes qui accusent leurs cancers d'avoir été exposées aux herbicides de Monsanto, et Bayer a déclaré l'année dernière qu'elle paierait environ 11 milliards de dollars pour régler plus de 100 000 plaintes similaires.

 

La voie du shikimate : https://fr.wikipedia.org/wiki/Voie_du_shikimate

 

 

 

Voir les commentaires

653 décès + 12 044 autres événements indésirables post-vaccinaux

13 Février 2021, 13:45pm

653 décès + 12 044 autres événements indésirables post-vaccinaux

653 décès + 12 044 autres événement indésirables signalés à la suite de l'administration du vaccin Covid, selon les dernières données des CDC

CHD - Le 12 février 2021


Les chiffres reflètent les dernières données disponibles au 4 février sur le site web du système de notification des effets indésirables des vaccins du CDC. Sur les 653 décès signalés, 602 provenaient des États-Unis. L'âge moyen des personnes décédées était de 77 ans, la plus jeune ayant 23 ans.

L'équipe de défense de la santé des enfants

Au 4 janvier février, 653 décès - un sous-ensemble de 12 697 événements indésirables totaux - avaient été signalés au système de déclaration des événements indésirables des vaccins (VAERS) des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) à la suite des vaccinations COVID-19. Les chiffres reflètent les rapports déposés entre le 14 décembre 2020 et le 4 février 2021.


Le VAERS est le principal mécanisme de notification des effets indésirables des vaccins aux États-Unis. Les rapports soumis au VAERS nécessitent une enquête plus approfondie avant de pouvoir confirmer que l'effet indésirable signalé a été causé par le vaccin.

En date du 10 février, environ 44,77 millions de personnes aux États-Unis avaient reçu une ou les deux doses d'un vaccin COVID. Jusqu'à présent, seuls les vaccins Pfizer et Moderna ont reçu une autorisation d'utilisation d'urgence aux États-Unis par la Food and Drug Administration (FDA). Selon la définition de la FDA, les vaccins sont toujours considérés comme expérimentaux jusqu'à ce qu'ils soient pleinement homologués.


Selon les dernières données, 602 des 653 décès signalés se sont produits aux États-Unis, et 137 d'entre eux étaient liés à des troubles cardiaques. Cinquante-trois pour cent des personnes décédées étaient des hommes, 44 % étaient des femmes, les autres rapports de décès ne mentionnaient pas le sexe du défunt. L'âge moyen des personnes décédées était de 77 ans, le plus jeune décédé signalé avait 23 ans. Le vaccin Pfizer a été administré à 58 % des personnes décédées, tandis que le vaccin Moderna a été administré à 41 % des personnes décédées.


Au 4 février, 163 cas de paralysie de Bell avaient été signalés et 775 cas d'anaphylaxie avaient été signalés.


Comme l'a rapporté le Défenseur aujourd'hui, le CDC enquête sur le décès, le 8 février, d'un médecin de 36 ans du Tennessee qui est décédé environ un mois après avoir reçu la deuxième dose d'un vaccin COVID. Selon les informations, le Dr Barton Williams est décédé de la forme adulte du syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-A), une affection causée par l'attaque du système immunitaire contre l'organisme, entraînant une défaillance de plusieurs organes. De nouveaux rapports ont attribué le décès à une réaction à un cas asymptomatique de COVID, bien que Williams n'ait jamais été testé positif pour le virus.


Le 8 février, Fox5 a rapporté la mort d'un homme d'une soixantaine d'années qui s'est effondré et est décédé le 7 février alors qu'il quittait le Javits Center de Manhattan environ 25 minutes après avoir reçu un vaccin contre le COVID.


Le 7 février, un site d'information local de Villa Hills, Kentucky, a rapporté la mort de deux religieuses suite à une "épidémie de COVID-19" qui s'est produite deux jours après que les religieuses aient été vaccinées. Avant le début du programme de vaccination, il n'y avait eu aucun cas de COVID au monastère, qui a été fermé aux visiteurs pendant la pandémie. Après le début des vaccinations, 28 des femmes avaient été testées positives pour le COVID au 7 février.


Les essais cliniques ont suggéré que presque tous les avantages de la vaccination COVID et la grande majorité des accidents étaient associés à la deuxième dose.


Le Défenseur a également rapporté cette semaine que, selon le New York Times, plusieurs médecins associent désormais les vaccins COVID de Pfizer et Moderna à la thrombocytopénie immunitaire (PTI), un état qui se développe lorsque le système immunitaire attaque les plaquettes (composant sanguin essentiel pour la coagulation) ou les cellules qui les créent. L'article du Times présentait deux femmes qui se remettent d'une thrombocytopénie immunitaire après avoir été vaccinées. Le mois dernier, le Dr Gregory Michaels est mort du PTI deux semaines après avoir reçu le vaccin Pfizer.


Bien que les chiffres de la base de données VAERS puissent sembler donner à réfléchir, selon une étude du ministère américain de la santé et des services sociaux, le nombre réel d'événements indésirables est probablement beaucoup plus élevé. Le VAERS est un système de surveillance passive qui repose sur la volonté des individus de soumettre volontairement des rapports.


Selon le site web du VAERS, les prestataires de soins de santé sont tenus par la loi de faire des rapports au VAERS :


Tout événement indésirable figurant dans le tableau VAERS des événements à déclarer après la vaccination qui se produit dans la période spécifiée après la vaccination.


Un événement indésirable répertorié par le fabricant du vaccin comme une contre-indication à l'administration de doses supplémentaires du vaccin.


Le CDC indique que les prestataires de soins de santé sont fortement encouragés à signaler ces événements :


Tout événement indésirable qui se produit après l'administration d'un vaccin homologué aux États-Unis, qu'il soit clair ou non qu'un vaccin a causé l'événement indésirable.

 

Les erreurs d'administration de vaccins.

 


Cependant, "dans le délai spécifié" signifie que les réactions survenant en dehors de ce délai peuvent ne pas être déclarées, en plus des réactions subies quelques heures ou quelques jours plus tard par les personnes qui ne les déclarent pas à leur prestataire de soins.


Les fabricants de vaccins sont tenus de signaler au VAERS "tous les effets indésirables dont ils ont connaissance".

Historiquement, moins de 1 % des événements indésirables ont été signalés au VAERS, un système que la Défense de la santé des enfants a précédemment qualifié d'"échec lamentable", notamment dans une lettre de décembre 2020 adressée au Dr David Kessler, ancien directeur de la FDA et aujourd'hui coprésident du conseil consultatif de COVID-19 et de la version de l'opération Warp Speed du président Biden.

 

Un critique familier des lacunes du VAERS a carrément condamné le VAERS dans le BMJ comme "rien de plus que de la poudre aux yeux, et une partie de l'effort systématique des autorités américaines pour nous rassurer / nous tromper sur la sécurité des vaccins".

 

La CHD demande une transparence totale. L'organisation pour la santé des enfants demande à Kessler et au gouvernement fédéral de publier toutes les données des essais cliniques et de suspendre l'utilisation du vaccin COVID-19 dans tout groupe qui n'est pas suffisamment représenté dans les essais cliniques, notamment les personnes âgées, les personnes fragiles et toute personne présentant des comorbidités.

 

Le CHD demande également une transparence totale des données post-marketing qui rendent compte de tous les résultats sanitaires, y compris les nouveaux diagnostics de troubles auto-immuns, les événements indésirables et les décès dus aux vaccins COVID.

 

Children's Health Defense demande à toute personne ayant subi un effet indésirable, quel que soit le vaccin, de déposer un rapport en suivant ces trois étapes.

 

https://childrenshealthdefense.org/defender/vaers-injuries-covid-vaccine-cdc-data/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=e6b37aec-89c0-44b5-be90-d2376c84bfcb

 

Voir les commentaires

Un médecin de 36 ans meurt après une deuxième dose de vaccin Covid

13 Février 2021, 13:10pm

Un médecin de 36 ans meurt après une deuxième dose de vaccin Covid

Un médecin de 36 ans meurt après une deuxième dose de vaccin COVID


Les médias ont attribué la mort du Dr Barton Williams au syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-A) causé par une COVID asymptomatique, bien qu'il n'ait jamais été testé positif pour le virus.


L'équipe de défense de la santé des enfants Le 12 février 2021

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) enquêtent sur la mort d'un médecin de 36 ans au Tennessee, décédé le 8 février, environ un mois après avoir reçu la deuxième dose d'un vaccin COVID.


Selon les médias, le Dr Barton Williams est mort de la forme adulte du syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-A), une maladie causée par l'attaque du système immunitaire contre l'organisme, entraînant une défaillance de plusieurs organes. Le MIS-A est considéré comme extrêmement rare.


Le Daily Memphian et d'autres sources d'information ont rapporté que les personnes impliquées dans l'enquête pensent que Williams a développé le MIS-A en réponse à un cas asymptomatique de COVID-19, et non au vaccin.


Le Dr Stephen Threlkeld, un spécialiste des maladies infectieuses qui a traité Williams et qui travaille avec le CDC pour enquêter sur le décès, a déclaré à une filiale de Memphis ABC News que Williams avait été testé négatif pour le COVID pendant son séjour à l'hôpital et que Williams lui avait dit qu'à sa connaissance, il n'avait pas le virus.


Cependant, M. Threlkeld a déclaré que les tests ont révélé "deux types d'anticorps dans le système de Williams - un type d'anticorps qui résulte d'une infection naturelle par le COVID, et un second type d'anticorps provenant du vaccin".


A la question de savoir si le vaccin, plutôt qu'un cas asymptomatique de COVID, aurait pu provoquer le développement de MIS-A chez Williams, M. Threlkeld a répondu : "Tous ceux qui ont eu [MIS-A], ont eu l'infection. Aucun cas n'a encore été publié concernant une personne ayant été vaccinée dans le passé et pour laquelle ce problème a été documenté".


Threlkeld a également déclaré : "Ce n'est pas une raison pour ne pas se faire vacciner. C'est une raison pour se faire vacciner, parce que seules les personnes qui ont eu l'infection ont eu ce problème".


Mais Lyn Redwood, RN, MSN, présidente émérite de Children's Health Defense, a remis en question les conclusions préliminaires qui excluaient le vaccin au profit d'une réaction rare à un cas asymptomatique de COVID.


Mme Redwood a mis en avant des recherches qui décrivent les associations temporelles entre la maladie de Kawasaki (KD), une maladie qui présente des symptômes similaires à ceux de la MIS-C, tels que des fièvres élevées, des éruptions cutanées et une inflammation des vaisseaux sanguins, et une grande variété de vaccins, dont l'hépatite A et B, le rotavirus, la grippe, le DPT ou le DTaP, les vaccins anti-pneumococciques et la fièvre jaune.


"Les scientifiques qui ont étudié les "caractéristiques distinctives du système immunitaire" des enfants atteints de la maladie de Kawasaki, une maladie très similaire à la MIS-C, reconnaissent que la "stimulation antigénique" déclenchée par les vaccins et autres produits biologiques a la capacité de créer une "interférence immunologique", a déclaré M. Redwood. "Est-il possible que les MIS-C et MIS-A soient le résultat d'une "amorce pathogène", un mécanisme que d'autres chercheurs décrivent par euphémisme comme un "renforcement immunitaire" ?


"L'amorçage de l'agent pathogène peut se produire lorsque les protéines des vaccins viraux sont si similaires ("homologues") aux protéines humaines qu'elles déclenchent ensuite des réactions d'auto-immunité ou d'hypersensibilité incontrôlables telles que le syndrome de choc et l'anaphylaxie retardée", a déclaré M. Redwood.


Comme l'a rapporté M. Redwood en début de semaine, les recherches ont montré que la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 seule - sans le virus - est un puissant inducteur de dysfonctionnement endothélial, ce qui suggère que "les manifestations du syndrome de choc COVID-19 chez les enfants peuvent être au moins partiellement attribuées à son action".


Le MIS-C, la version infantile du syndrome inflammatoire multisystémique, est également rare, mais plus fréquent chez les enfants que chez les adultes. Les enfants atteints du MIS-C présentent souvent des symptômes similaires à ceux de la maladie de Kawasaki.


Dans son article du 10 février, Mme Redwood fait référence à un commentaire public soumis en décembre à la Food and Drug Administration américaine par le Dr J. Patrick Whelan, un rhumatologue pédiatrique, qui met en garde contre le risque que les vaccins à ARNm conçus pour créer une immunité contre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 ne provoquent des accidents.


Les vaccins Pfizer et Moderna, les deux seuls à ce jour à avoir été approuvés pour une utilisation d'urgence aux États-Unis, utilisent tous deux la technologie de l'ARNm.


La formation de Whelan (à Harvard, au Texas Children's Hospital et au Baylor College of Medicine) comprend des diplômes en biochimie, en médecine et en rhumatologie. Pendant 20 ans, il a travaillé comme rhumatologue pédiatrique. Il se spécialise actuellement dans le traitement des enfants atteints du syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-C), qui a été associé à des infections à coronavirus.


Dans ses commentaires à la FDA, M. Whelan a écrit :


"Je suis préoccupé par la possibilité que les nouveaux vaccins visant à créer une immunité contre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 aient le potentiel de causer des lésions microvasculaires au cerveau, au cœur, au foie et aux reins d'une manière qui ne semble pas être actuellement évaluée dans les essais de sécurité de ces médicaments potentiels".

  1. Whelan faisait référence au fait que les vaccins à ARNm fonctionnent en incorporant le schéma génétique de la protéine de pointe clé à la surface du virus dans une formule qui - lorsqu'elle est injectée à l'homme - ordonne à nos propres cellules de fabriquer la protéine de pointe.


En théorie, l'organisme fabriquera alors des anticorps contre la protéine de pointe pour protéger contre l'infection par le SRAS-CoV-2.


"Le problème avec ce scénario", a déclaré M. Redwood, "est que la protéine de pointe seule - que les vaccins à ARNm donnent l'ordre au corps de fabriquer - a été impliquée comme une cause clé d'accident et de décès dans les infections COVID-19".


Sur la base des recherches menées jusqu'à présent, M. Redwood a déclaré qu'il est très probable que certains receveurs de vaccins à ARNm à base de protéines de pointe présentent les mêmes symptômes et accidents que ceux associés au virus.


Toujours selon M. Whelan, "le potentiel de causer des lésions microvasculaires (inflammation et petits caillots sanguins appelés microthrombus) au cerveau, au cœur, au foie et aux reins... n'a pas été évalué dans les essais de sécurité".


L'année dernière, des chercheurs canadiens ont identifié la maladie de Kawasaki comme une "maladie d'intérêt" pour la surveillance de l'innocuité des vaccins pédiatriques, en citant les rapports en cours sur la maladie de Kawasaki aux systèmes passifs de surveillance des effets indésirables après la vaccination (AEFI).
Deux études - l'une menée à Singapour et l'autre aux États-Unis - ont mis en évidence une association entre le vaccin conjugué antipneumococcique 13-valent (PCV13) et la maladie de Kawasaki :


Les chercheurs de Singapour ont examiné tous les jeunes enfants (moins de deux ans) hospitalisés pour la maladie de Kawasaki dans leur hôpital entre 2010 et 2014, en tenant compte des enfants chez qui la maladie de Kawasaki est apparue dans le mois suivant la vaccination par le PCV13. Dans un article paru dans Nature en 2019, les auteurs ont nié toute augmentation du risque global, mais ont signalé "un risque environ deux fois plus élevé de maladie kystique complète dans l'intervalle de 28 jours suivant la réception de la première dose de PCV13". Les chercheurs ont conclu par un appel "urgent" à confirmer leurs conclusions.


L'étude américaine, une analyse de la liaison de données sur la sécurité des vaccins de 2013 réalisée par les chercheurs de Kaiser Permanente dans huit organismes de soins gérés, a également examiné les enfants de deux ans et moins, comparant ceux qui ont reçu le PCV13 de 2010 à 2012 aux enfants du même âge qui ont reçu le vaccin Prevnar-7 (PCV7) au milieu des années 2000. Pour les nourrissons et les enfants en bas âge vaccinés par le PCV13, la probabilité de développer une maladie coronarienne était 1,94 fois plus élevée que pour ceux qui avaient reçu le PCV7 - ce qui représente une fois de plus un résultat qui mérite d'être "approfondi".

https://childrenshealthdefense.org/defender/doctor-dies-second-dose-covid-vaccine/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=e6b37aec-89c0-44b5-be90-d2376c84bfcb

 

Voir les commentaires

Openlux : Macron et les 40 voleurs

13 Février 2021, 11:08am

Très pédagogique, sauf, encore et encore, le vaccin"salvateur" en plein été !

Voir les commentaires

Patrick Mille au président français

13 Février 2021, 11:03am

Malgré la vision "programmée" du vaccin salvateur

Voir les commentaires

Pernes-les-fontaines, des symptômes inquiétants chez de nombreux enfants

13 Février 2021, 10:53am

Pernes-les-fontaines, des symptômes inquiétants chez de nombreux enfants

 

Publié le 10/02/2021 par admin

Depuis le mois de Janvier, certains enfants des classes de CP d’une école de Perne-les-Fontaines, dans le Vaucluse, souffrent de symptômes inhabituels : fatigue extrême, endormissements, maux de tête, nausées…

La situation perdurant au fil des jours, les parents, l’équipe enseignante et la mairie ont alerté et recherché la cause de ces incidents. Puis récemment, ce sont les services de la Préfecture qui sont venus prêter assistance pour analyser la situation et trouver l’origine du problème.

Extrait du communiqué de presse la préfecture du Vaucluse, début Février :

«Des analyses ont été réalisées dans les locaux sur les fluides (eau, air) ainsi que l’alimentation. À ce stade, les premières analyses n’ont révélé aucune anomalie et les contrôles se poursuivent».
Par ailleurs, il n’y a pas de cas covid19 diagnostiqués.

Dans un communiqué suivant, quelques jours plus tard, la préfecture précisait :

«les contrôles de l’environnement vont se poursuivre avec un diagnostic de la ventilation, la mesure, dans les classes, des paramètres de confort (CO2, température hygrométrie) et des mesures de qualité de l’air notamment formaldéhyde et benzène». 

 

 

 

 

Voir les commentaires