Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

L'alliance pour l'abolition de l'argent liquide

1 Février 2021, 11:06am

Voir les commentaires

La police avec les manifestants à Vienne

1 Février 2021, 11:00am

Voir les commentaires

La minute de Ricardo du 31 janvier 2021

31 Janvier 2021, 21:50pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

La 5G pour ou contre ? Arte

31 Janvier 2021, 20:42pm

Voir les commentaires

Les résolutions du Conseil de l'Europe ne sont pas contraignantes

31 Janvier 2021, 17:01pm

Publié par Ciel Voilé

Les résolutions du Conseil de l'Europe ne sont pas contraignantes

Le parlement du Conseil de l'Europe vient de voter que le vaccin Covid 19 n'est pas obligatoire et que les personnes non vaccinées ne doivent pas être incriminées.

 

On pourrait se sentir soulagé... Mais, hélas : cette résolution n'est pas contraignante pour les Etats européens qui conservent la liberté des lois sur la santé nationale. Le ministre de la santé français, Olivier Véran a affirmé que d'ici fin août 2021, 70 millions de français seraient « vaccinés », ou plutôt participeraient à l'expérimentation génique, pour utiliser des termes plus conformes à la réalité s'agissant de vaccins à ARN qui n'ont pas passé les tests de phase 3.

 

 

Résolution 2361 (2021) du 27/01/2021
https://pace.coe.int/fr/files/29004/html
 
quelques extraits ...
7.3. pour ce qui est d’assurer un niveau élevé d’acceptation des vaccins:
7.3.1. de s'assurer que les citoyens et citoyennes sont informés que la vaccination n'est PAS obligatoire  et que personne ne subit de pressions politiques, sociales ou autres pour se faire vacciner, s'il ou elle ne souhaite pas le faire personnellement;
7.3.2. de veiller à ce que personne ne soit victime de discrimination pour ne pas avoir été vacciné, en raison de risques potentiels pour la santé ou pour ne pas vouloir se faire vacciner;
7.3.3. de prendre des mesures efficaces le plus tôt possible pour lutter contre les fausses informations, la désinformation et la méfiance concernant les vaccins contre la covid-19;
 

 

 

Voir les commentaires

Les agriculteurs indiens manifestent depuis fin novembre 2020

31 Janvier 2021, 16:39pm

Publié par Ciel Voilé

Les agriculteurs indiens manifestent depuis fin novembre 2020

NOUS NE SOMMES PAS VENUS POUR DEMANDER, NOUS SOMMES VENUS POUR EXIGER NOS DROITS. Savez-vous ce qui se passe en Inde ? | LES AGRICULTEURS PROTESTENT

 

https://civilianaire.in/2021/01/16/farmers-protests-india/

 

 

Deepti Datt pour Civilianaire – Le 16 janvier 2021

 

 

Entre juin et septembre 2020, lors des confinements brutaux et draconiens en Inde, le gouvernement BJP-Modi en place a fait passer trois projets de loi agricoles très controversés au Parlement. Ces projets de loi, qui ont fait l'objet d'un véritable battage législatif, ont provoqué un tollé. Les partis d'opposition et les militants ont qualifié ces projets de loi d'"anti-agriculteurs".

 

Fidèle à lui-même, sans bruit, comme durant les six années de mandat du président sortant, le gouvernement BJP-Modi continue d'insister sur le fait que les Farm Bills, devenues des lois, sont une réforme agricole nécessaire, qui a apparemment été "mal comprise" et qui est censée [soi-disant] aider les agriculteurs indiens. Aucun syndicat d'agriculteurs, ni aucune direction ou organisation agricole n'a été consulté, ni même informé. Medha Patkar, militant renommé des droits de l'homme et de l'environnement, de l'Alliance nationale des mouvements populaires, affirme que la façon dont les trois projets de loi sur l'agriculture ont été transmis au Parlement est « une violation absolue du cadre constitutionnel indien ».

 

En fait, les Farm Bills menacent la souveraineté alimentaire de l'Inde, réduisent encore plus les moyens de subsistance des agriculteurs indiens déjà assiégés, et contribuent à accélérer la prise de contrôle de l'approvisionnement alimentaire de l'Inde par les sociétés multinationales. Alors pourquoi les Farm Bills ? Qui en profite ? Qui bono ? Plus précisément, il semble que les sociétés monstrueuses détenues par Mukesh Ambani et Gautam Adani soient les principales bénéficiaires des Farm Bills - les milliardaires indiens de la liste des gros bonnets, qui se sont également avérés avoir financé la campagne politique de 2014, qui a permis à BJP-Modi d'obtenir le poste de Premier ministre.

 

Toujours pendant les confinements, Facebook/Mark Zuckerberg ont investi 5,7 milliards de dollars pour une participation de 9,99%, et Google/Alphabet Inc , a investi 4,5 milliards de dollars pour une participation de 7,7%, dans la méga-corporation d'Ambani, Jio [Reliance/JioMart], pour profiter du boom de l'internet en Inde et de la transition forcée vers une "économie numérique". Dans ce scénario d'entreprise, WhatsApp est censé devenir le point d'achat de la distribution alimentaire en Inde, détruisant les petites entreprises, les vendeurs locaux et les magasins de quartier kinara, en une "démolition contrôlée" de la véritable forteresse de l'Inde : un secteur économique informel heureusement non réglementé et florissant.

 

Anticipant l'adoption des Farm Bills, en collusion avec le gouvernement BJP-Modi, Ambani et Adani avaient déjà construit des silos de stockage et des chemins de fer privés il y a deux ans, dans le cadre de leur programme imminent, pour prendre en charge l'approvisionnement alimentaire de l'Inde, thésauriser les récoltes et diriger le marché - et les prix - pour leur seul et unique profit. Les agriculteurs, et leur système de mandi [marché des agriculteurs] actuel pour amener les récoltes au marché, sont condamnés.

 

Il sera dit, principalement par le contingent néolibéral, que chasser la concurrence avec une stratégie apparemment meilleure est un capitalisme sain à l'œuvre. Eh bien, pas tout à fait. La privatisation insidieuse, extra-judiciaire, néoféodale et hégémonique par une poignée de multimilliardaires - deux, en l'occurrence - n'est pas saine par définition - pas même par celle du capitalisme de marché libre ou anarchique. En un mot, c'est du fascisme.

 

Voir les cartes sur LittleSis.org pour comprendre les réseaux de l'oligarchie

 

Narcissique, glouton, corpulent, engorgé, le Goliath corporatif ne s'attendait pas, peut-être à un David malicieux, volontaire et autosouverain. Grosse erreur. Ce qui se trouvait entre les Farm Bills et leur résultat, c'était un mastodonte invisible - une opposition informée, éduquée, avisée du marché et de la technologie, et qui s'est mise en marche.

 

Les agriculteurs sikhs, qui n'avaient rien de tout cela, sont entrés en scène.

 

Les Sikhs sont une communauté de l'État du Pendjab, au nord-ouest de l'Inde, un peuple à la foi forte, au caractère joyeux et chaleureux, qui chante, danse et célèbre, et qui s'engage en faveur de l'éducation, de la connaissance, de la vie juste, de la charité, de l'action juste et de la justice. La foi sikh est le principe : ceux qui travaillent la terre font l'œuvre de Dieu. La majorité des agriculteurs dans les États du Pendjab et de l'Haryana sont sikhs. C'est dans ces États que l'insurrection contre les Farm Bills de 2020 a commencé. Un nom de famille sikh traditionnel courant est "Singh", qui signifie "lion". L'avidité incontrôlée, l'avarice et l'impunité fasciste de la corporatocratie ont réveillé le Lion - et cela pourrait changer le cours de l'histoire - comme cela se produit depuis près de 700 ans.

 

Le jeudi 26 novembre 2020, avec un rugissement retentissant, rien de moins, de "Inquilab Zindabad" [Vive l'insurrection], l'Inde a pris conscience de la puissance brute qui a toujours été le centre du cœur de cet ancien sous-continent : son peuple. Environ 250 millions d'agriculteurs et d'ouvriers, unis, se sont rassemblés en solidarité, pour la PLUS GRANDE manifestation pacifique de l'histoire de l'humanité, un Bandh [grève des ouvriers] dans toute l'Inde. Mardi 8 décembre et lundi 14 décembre 2020, les organisations et syndicats d'agriculteurs et d'ouvriers ont appelé à la création de deux autres Bandhs dans toute l'Inde.

 

Aujourd'hui, jeudi 14 janvier 2021, c'est le 50e jour de la grande manifestation des agriculteurs indiens, qui se poursuit et s'intensifie. On estime que plus de 200 000 et jusqu'à 350 000 personnes sont rassemblées aux frontières autoroutières de Singhu, Tikri, Shahjahanpur et Ghazipur vers Delhi, dans un siège pacifique et non-violent de la capitale. Il s'est passé beaucoup de choses, tragiques et euphoriques, dans ce soulèvement de masse de l'humanité, des plus prometteurs et des plus inspirants. Grâce aux représailles du gouvernement BJP-Modi, aux canons à eau par des températures hivernales glaciales, aux gaz lacrymogènes, aux "lathi charges" [passages à tabac de la police], aux attaques nocturnes, aux barricades et à plus d'une centaine de morts - chaque jour, les campements s'agrandissent - et des milliers d'autres, venus de toute l'Inde, les rejoignent - et sont invités à se joindre - aux manifestations. C'est le moment, le point où l'humanité trace une ligne dans le sable.

 

La manifestation des fermiers indiens devrait faire la une des journaux du monde entier. Mais ce n'est pasle cas, parce que tout le monde serait encouragé à imiter leur courage.

- Julianne Romanello

 

MINT Long Story | La révolte des agriculteurs

 

Les agriculteurs se rassemblent, dans ce rassemblement sans précédent des "Annadaatas" [fournisseurs de nourriture] de l'Inde, dans le froid glacial de l'hiver, animés par la foi, l'engagement, la solidarité, un "état d'être positif et élevé" connu sous le nom de "Chardi Kala" dans la tradition sikh, et unis dans la solide base de l'action juste.

 

Si vous ne savez pas ce qui se passe en Inde, vous vous devez de le découvrir. Mangez-vous ? De la nourriture ? Alors cela compte, et cette protestation vous concerne au plus haut point, et concerne chacun d'entre nous, partout sur cette planète.

 

Les écrivains, les romanciers et les journalistes indépendants ont continué à écrire, à parler, à faire des reportages, à faire connaître les protestations depuis qu'elles ont commencé. La presse nationale indienne - surnommée "Godi media" par les manifestants - a cependant mené une campagne de désinformation pour discréditer les manifestations, en rejetant la responsabilité sur les prétendus "anti-nationaux", "séparatistes", "terroristes", "communistes" et partis politiques opposés - ce qui n'est cependant pas vrai - et la tentative de briser les manifestations a clairement échoué. La devise nationale de l'Inde est, après tout : « la vérité triomphe ».

 

La presse internationale et les grands médias ont fait preuve de laxisme et de silence, et ont peut-être été interdits ou censurés en interne pour rendre compte des manifestations, obéissant à leurs employeurs et financeurs. Dans le monde entier, comme nous en sommes de plus en plus conscients depuis l'apocalypse de 2020, les médias sont cooptés et sévèrement compromis dans le contenu qu'ils peuvent publier, et leur véracité est rendue douteuse par l'influence des grandes sociétés financières sur les décisions éditoriales.

 

Au lieu de cela, la presse indépendante en langue régionale, les chaînes Youtube, les plates-formes médiatiques alternatives et les journalistes citoyens se sont chargés de diffuser les nouvelles du mouvement croissant en Inde. Les plateformes de médias sociaux ont ensuite empêché les nouvelles de parvenir au monde entier en censurant le hashtag "#FarmersProtests", et même le hashtag "#Sikh", la communauté du Pendjab et les croyants qui suivaient les protestations. Les syndicats agricoles, les dirigeants, les bénévoles et les participants ont réagi en lançant leur propre média, Kisan Ekta Morcha [Marche des agriculteurs unis] - en quelques heures, Facebook, Twitter, Google, Instagram ont supprimé leurs comptes et leurs pages.

 

Il s'en est suivi un retour de bâton massif, qui a permis d'exploiter les médias sociaux non seulement de tous ceux qui étaient solidaires des agriculteurs en Inde, mais aussi dans le monde entier -

 

 

La formidable diaspora panjabi, qui s'est rendue jusqu'au Canada et aux États-Unis, s'est soulevée avec des hashtags, des articles et des pétitions interpellant les TechBros.

 

 

La bataille numérique a été courte et décisive - les pages ont été restaurées. Kisan Ekta Morcha est désormais le média direct des protestataires et diffuse en direct sur le web, tous les jours, à partir de la base des sites de protestation, avec la tactique d'un nouveau hashtag affiché chaque matin à l'intention de leurs partisans en ligne en plein essor, afin d'éviter toute nouvelle censure ou interdiction de l'ombre. Trolley Times est un bulletin d'information publié directement à partir des sites de campement, pour contrer la campagne de mensonges et de désinformation des médias Godi et publier la vérité des manifestants pacifiques.

 

Il s'agit de l'activiste Dr NAVKIRAN NATT, dentiste de profession, et maintenant spécialiste du cinéma. Elle milite depuis dix ans auprès de l'Association des étudiants de l'Inde (AISA) et de l'Association de la jeunesse révolutionnaire (RYA). Le Dr Natt, ainsi que sa famille, a participé activement aux manifestations des agriculteurs depuis le premier jour. Le père du Dr Natt, Sukhdarshan Singh Natt, et sa mère, Jasbir Kaur Natt, sont des leaders paysans qui luttent contre la politique des entreprises de l'État indien depuis les années 1990. Le Dr. Natt est co-fondateur du TROLLEY TIMES, le journal qui connaît la plus forte croissance, une initiative collective de 7-8 jeunes qui participent activement aux protestations des agriculteurs depuis le début. Le journal a été lancé pour contrer la campagne de désinformation "Godi media", avec des reportages factuels au sein des sites de manifestation des agriculteurs.

 

Dans les campements, des Langar sont donnés quotidiennement - une autre tradition de la foi sikh, pour nourrir les gens - tous sont les bienvenus, tout le monde reçoit de la nourriture. Le lieu traditionnel de l'agriculteur, le fournisseur de nourriture, est un lieu exalté dans la culture indienne - ceux qui travaillent la terre sont honorés et considérés comme sacrés, nos Annadaatas. Les Langars permettent que personne ne souffre de la faim. Des écoles ont été installées dans les campements - les enfants des bidonvilles environnants des sites de protestation viennent pour apprendre et manger ; les manifestants ont fait plus pour les sites de campement en un peu plus d'un mois, que le gouvernement BJP/Modi en six ans de mandat. Une bibliothèque est mise en place, un centre de médias, un ciné-club Trolley Talkies qui projette des films pour inspirer et éduquer.

 

Des conférences sont données, des entretiens sur la scène centrale, où chacun a la possibilité de parler et de partager son expérience - c'est pour entretenir l'esprit de tous ceux qui sont là, bravant le froid et les conditions de vie sur les routes. C'est Chardi Kala... pour rester positif dans l'adversité, pour faire ce qui doit être fait dans la joie, le contentement, l'élévation, la paix, avec la confiance que le Tout-Puissant protège et se tient aux côtés des justes, et avec la justice. Ce soulèvement est alimenté par la foi, par la prière et par la pratique - Miri Piri [Spirituel et temporel].

 

Cette protestation est incomparable et ne ressemble à rien de ce qui a été vu auparavant. La dernière fois qu'un soulèvement de cette ampleur s'est produit en Inde, c'était le mouvement Ahimsa [non-violent] qui a obtenu l'indépendance vis-à-vis du colonisateur britannique.

 

Au profit de qui les Farm Bills ont-elles été votées au Parlement ? Etait-ce pour les agriculteurs indiens ? Était-ce, en fait, même seulement pour les deux milliardaires indiens ? Ou bien y a-t-il un système beaucoup plus vaste à l'œuvre ici, pour lequel les Farm Bills en Inde ne sont qu'une partie d'une prise de contrôle - de la terre, de la nourriture, de l'eau, des ressources, de la vie sur Terre elle-même ? Pour qui le gouvernement BJP/Modi - ou n'importe quel "gouvernement" n'importe où - travaille-t-il vraiment ? Voici une galerie. Faites défiler la galerie. Faites des rapprochements. Faut-il dire quelque chose ? Vous comprendrez la guerre qui se déroule en ce moment. Et pourquoi elle est intégralement importante pour chacun d'entre nous, maintenant et pour notre avenir à tous.

 

Les alliances de solidarité avec le mouvement de protestation des agriculteurs s'élèvent aujourd'hui à environ 600 (et ce n'est pas fini) syndicats, organisations et comités de coordination nationaux +++ : agriculteurs, chauffeurs de taxi/auto/bus, camionneurs, enseignants, avocats, vétérans de l'armée, etc. Les athlètes, les acteurs et les chanteurs du Pendjab ont également été à l'avant-garde sur les médias sociaux et sur les sites de protestation. Cette mise au point, concernant les célébrités du Pendjab, est importante, parce que le signal de la vertu "bollywood", qui est devenu sa marque de fabrique sur des questions de toute importance, reste dans un silence assourdissant sur la manifestation des agriculteurs - sauf malheureusement une actrice, Kangana Ranaut, qui a fait l'objet d'un précédent essai ici sur Civilianaire, et qui s'est jetée dans le mauvais camp de l'histoire en réprimandant avec véhémence les agriculteurs - dommage. Le reste de "Bollywood", bien que bruyant l'été dernier, a pris le train en marche de "Black Lives Matter" jusqu'aux États-Unis, mais reste étonnamment muet sur l'événement historique qui s'est produit dans son propre pays.

 

Depuis le début des protestations, l'appel à s'allier au peuple, contre le gouvernement BJP-Modi, a provoqué un bouleversement parmi les plus hauts responsables : L'inspecteur général du district de police de l'État du Pendjab a démissionné, en solidarité avec les protestations ; cette semaine, après le huitième cycle de négociations infructueuses entre les dirigeants du syndicat des agriculteurs et le gouvernement central, Bhupinder Singh Mann, président du syndicat Bhartiya Kisan, l'un des quatre experts nommés à un comité d'arbitrage par la Cour suprême de l'Inde, s'est retiré du panel, montrant une solidarité évidente avec les agriculteurs. Dans les ambassades et consulats indiens des villes du monde entier, avec les grandes communautés de la diaspora panjabi, les protestations se poursuivent en solidarité avec la patrie.

 

Partout dans le monde, le soulèvement des peuples combat pour protéger le sacré, pour protéger la nature, pour protéger ce que nous connaissons tous comme notre mère, la planète Terre. Partout dans le monde, le soulèvement du peuple doit s'élever contre le colonisateur prédateur, l'oligarchie qui attaque tout ce qui est naturel, pour posséder, opprimer, contrôler - jamais satisfait des grands dons de générosité et d'abondance que notre Mère nous accorde depuis son corps même.

 

Les femmes de la nation Lakota Sioux, dans l'État américain du Dakota, ont commencé le grand soulèvement populaire toujours en cours à Standing Rock pour protéger nos eaux, Mni Wičoni (Lakota pour "L'eau c'est la vie"). Là, ils ont dit : "N'agissez pas par peur, agissez par espoir. Parce qu'avec l'espoir, tout est possible". - Winona LaDuke

 

Le soulèvement de cette grande manifestation des agriculteurs indiens, de nos Annadaatas [fournisseurs de nourriture], de la KisanMorcha [marche des agriculteurs] et du mouvement Andolan [mouvement] vise à protéger notre nourriture. Voici ce qu'ils déclarent : Nous ne sommes pas venus ici pour demander ou supplier, nous sommes venus pour réclamer nos droits.

 

Wetiko, le virus mental de l'avidité pathologique pour le pouvoir et le contrôle, hurle parmi nous, s'agite avec folie, à notre époque actuelle. Ces deux mouvements populaires, aux antipodes l'un de l'autre, ont été confrontés à la même violence d'État - comme tous les soulèvements authentiques, conduits par la vérité, contre la folie de l'oppression oligarchique. Ces deux mouvements sont alimentés par la foi, la famille, la communauté, les liens et un profond enracinement dans la spiritualité. Notre prière quotidienne est que ces batailles spirituelles triomphent, comme elles le feront certainement. Si vous n'avez pas la foi, que vous suivez, alors prenez une minute dans vos journées, envoyez vos pensées et votre intention de bien-être et de victoire à ces guerriers pacifiques de la vérité, de la justice et de l'action juste. Envoyez une pensée et une bonne intention pour notre avenir, nos enfants, aux personnes qui se sont placées, au nom de toute l'humanité, sur les lignes de front de la guerre pour l'eau, la nourriture... et la vie.

 

N'oubliez jamais : nous sommes nombreux, ils sont peu nombreux.

 

Depuis le début des protestations, le seul message important à tous ceux qui veulent aider, de ceux qui se sont mis en première ligne de ce mouvement, a été cohérent. Ils ne demandent pas de dons, d'argent, de charité - ils sont notre Annadaata, ils ne demandent rien, ils nous donnent notre nourriture ; ce qu'ils ont toujours dit, c'est qu'il faut dire la vérité, partager de vraies nouvelles et des informations authentiques sur les manifestations, pour atteindre tous les coins du pays et du monde ; et ainsi, tous les gens, partout, sauront ce qui se passe en Inde et seront eux-mêmes motivés pour se soulever et reprendre notre Mère des griffes de la corporatocratie.

 

Dire que quelque chose est "grand" à notre époque signifie qu'il doit vraiment être électrique, spontané, sauvage, libre... et honnête. Dire que quelque chose est "grand" signifie que son importance s'élève au-dessus du vacarme de tout ce qui se passe - au quotidien ! - dans la surcharge sensorielle de notre urgence permanente sur la planète Terre. À notre époque, "grand" doit faire ses preuves avec une authentique substance d'esprit dans notre humanité collective, grand d'espoir, de fierté, de foi et de cœur. Les manifestations de fermiers en Inde, c'est GRAND. Et cela devient de plus en plus grand chaque jour.

 

Deepti Datt for Civilianaire Rejoignez-nous. Où que vous soyez, rejoignez-nous.

Voir les commentaires

Sanofi : suppression de plus de 1100 emplois, distribution de 4 milliards aux actionnaires

31 Janvier 2021, 10:53am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

On nous dit, la minute de Ricardo

30 Janvier 2021, 12:52pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Libération de Lynda Thyer

30 Janvier 2021, 10:57am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

RT : édito de Nicolas Vidal

30 Janvier 2021, 09:37am

Voir les commentaires