Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

L'Assemblée Nationale vote contre le pass sanitaire

11 Mai 2021, 19:25pm

Voir les commentaires

L’IHU contre-attaque et porte plainte pour harcèlement et extorsion de fonds

11 Mai 2021, 19:02pm

L’IHU contre-attaque et porte plainte pour harcèlement et extorsion de fonds

 

Publié le 10/05/2021 à 20:58 - France Soir

Depuis de nombreux mois, l’IHU du professeur Raoult et certains de ses employés font l’objet d’attaques sur les réseaux sociaux et de dénigrements constants de leur travail. Tant que les échanges restent au niveau scientifique, cela paraît tout à fait normal, cependant les évènements ont pris une nouvelle tournure avec certaines personnes qui se présentent comme des « fact checkers » scientifiques, une nouvelle forme de redresseurs de torts qui attaquent à tout-va les publications de l’IHU, certaines datant de 15 ans.

De temps à autres certaines attaques vont trop loin, ce fut le cas des menaces verbales du Pr Raffi de Nantes à l’encontre du professeur Raoult qui s’est soldé récemment par un passage aux aveux et le paiement d’une amende de 300 euros – rappelons que le Pr Raffi a reçu plus de 540 000 euros des laboratoires pharmaceutiques dont 52 000 euros du laboratoire Gilead. Une autre attaque, celle menée par Elisabeth Bik au travers du site PubPeer et sur les réseaux sociaux a dépassé les bornes puisqu’elle aurait instrumentalisé ce réseau social pour attaquer les publications de l’IHU. Une plainte a été déposée.

Qui est Elisabeth Bik ?

Mme Elisabeth Bik, depuis de nombreux mois et de façon beaucoup plus intensive à compter de janvier 2021, se présente comme une déceleuse de fraudes scientifiques au travers de deux sites internet : scienceintegritydigest.com et MicrobiomeDigest.com, et ne cesse d’inonder le site pubpeer.com et le réseau social Twitter d’attaques envers les articles scientifiques publiés par l’IHU et certains de ses employés.

Dans un passé récent, elle a été la directrice scientifique de uBiome alors que cette société faisait des levées de fonds importantes (une de 20 m$ puis une de 80 m$). Cette société a fait l’objet d’une enquête pénale du FBI suite à des malversations pour abus de biens sociaux. Mme Bik nous a confirmé avoir quitté l’entreprise « cinq mois avant que le FBI ne fasse une descente dans les bureaux de la société ». De plus, elle déclare « ne pas avoir été contacté par le FBI à propos d’une éventuelle fraude. » Même si aucun lien direct n’est établi, il est difficile d’imaginer qu’une directrice scientifique ne soit pas au courant d’activités pouvant faire l’objet d’une investigation alors qu’il y a eu deux levées de fonds importantes. Son départ est lié à sa « déception de l’équipe de direction » et au fait qu’elle aurait « trouvé un autre poste dans une autre start-up.» Lors de son départ, elle déclare avoir donné « un préavis de 15 jours, ce qui est la norme pour les Etats-Unis » et « ne pas avoir exercé d’options d’achat de titres ». On ne sait pas s’il y a eu protocole ou une clause de confidentialité, ce qui est plus qu’habituel dans les sociétés de la Silicon Valley, surtout pour une directrice scientifique. 

À propos de son activité actuelle, elle évalue avoir revu « 100 000 articles scientifiques » et elle aurait trouvé « 5000 articles avec des problèmes allant de la duplication d’images, de plagiats, des conflits d’intérêts et de potentiels problèmes d’éthiques humains et animaux». Ses clients seraient des universités et des éditeurs. Elle déclare « travailler seule en postant son travail en ligne (blog et Twitter) et que son travail est réalisé par elle-même, sans qu’elle ne commente le travail fait pour ses clients.

Un expert en fraude scientifique nous dit : « revoir 100 000 publications est un travail de titan, surtout si l’on veut détecter des fraudes scientifiques – chaque article peut demander plusieurs jours voir semaines de travail. » « Je ne vois pas comment une personne seule peut prétendre avoir revu autant d’articles, même si le chiffre n’était que 5 000 ».

Visée par une plainte pour harcèlement moral aggravé, tentative de chantage, tentative d’extorsion et complicités de ces infractions

 

 

 

Voir les commentaires

Essais vaccinaux sur enfants

11 Mai 2021, 18:31pm

Voir les commentaires

Effet des vaccins et corruption

11 Mai 2021, 17:56pm

Voir les commentaires

Martine Wonner : Port du masque pour les enfants

11 Mai 2021, 13:02pm

Voir les commentaires

Martine Wonner : sortie d'état d'urgence

11 Mai 2021, 09:50am

Voir les commentaires

Exclusion des sans masque à l'école

10 Mai 2021, 15:52pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

La dissimulation de la mortalité du vaccin COVID-19

10 Mai 2021, 15:26pm

Publié par Ciel Voilé

La dissimulation de la mortalité du vaccin COVID-19

Virginia Stoner - Le 4 mai 2021


https://www.virginiastoner.com/writing/2021/5/4/the-deadly-covid-19-vaccine-coverup



Les dangers des vaccins se cachent au grand jour


FAIT : Le nombre de décès signalés au VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) a massivement augmenté cette année. Il ne s'agit pas d'une "théorie du complot", mais d'un fait indiscutable. Vous pouvez essayer de l'expliquer ou de le justifier, ou même de prétendre que cela n'a pas d'importance, mais vous ne pouvez pas le nier.

 



Nous ne parlons pas d'une augmentation modeste des rapports de décès, quelque chose dont nous pourrions discuter d'une voix inquiète autour d'un thé Chai et de bagels lors d'une réunion d'entreprise. Nous parlons d'une augmentation énorme et sans précédent - si massive que, rien qu'au cours des quatre derniers mois, le VAERS a reçu plus de 40 % de tous les rapports de décès qu'il a jamais reçus au cours de ses plus de 30 ans d'existence. Tellement massive qu'elle est littéralement "hors norme".

 

Le premier graphique de la paire ci-dessous montre les rapports de décès du VAERS de 2014 à 2020. Si vous essayiez d'y ajouter les données de 2021, vous seriez loin, très loin du compte. Le deuxième graphique montre combien de détails ont été perdus lorsque les données de 2021 ont été insérées.     

 




Les deux graphiques ci-dessous en sont une autre illustration. Vous remarquerez que tous les groupes d'âge ont connu une augmentation des rapports de décès liés aux vaccins COVID-19, les groupes d'âge 18-64 ans et 65 ans et plus ayant connu une augmentation spectaculaire.

 


L'augmentation du nombre de décès signalés au VAERS n'est pas due à une vaccination accrue


Même avec les vaccins COVID-19, le nombre total estimé de vaccins administrés jusqu'à présent cette année est inférieur à la moyenne annuelle, car nous n'en sommes qu'au quart de l'année. Il ne fait aucun doute que le nombre de vaccins sera beaucoup plus élevé d'ici la fin de l'année, mais ce n'est pas la raison de l'augmentation massive des rapports de décès du VAERS au cours des quatre derniers mois.  

 

Le graphique suivant compare les estimations des vaccins administrés avec les décès signalés au VAERS, en séparant les vaccins COVID-19 des autres vaccins. Le taux de décès signalés pour les autres vaccins semble assez normal ; l'augmentation massive est principalement due aux vaccins COVID-19.

  

 


 

De nombreuses notes à la fin de ce document expliquent comment les données sur les vaccins ont été estimées et où les données de ces graphiques ont été obtenues, ainsi que le tableau de données.


Ce que les experts officiels ont à dire (*cricket*)


Parmi les nombreux experts des Centers for Disease Control (CDC) et de la Food and Drug Administration (FDA) qui se consacrent ostensiblement au COVID-19 et à la sécurité des vaccins, pas un seul n'a tenté d'expliquer ou d'analyser, ni même de mentionner, l'augmentation massive des décès signalés au VAERS suite aux injections de COVID-19. Ce silence est révélateur.   


Mais ce n'est pas exactement comme si les rapports de décès du VAERS étaient cachés. Les données du VAERS sont librement accessibles au public... et si vous ne voulez pas les consulter, vous pouvez suivre en ligne le décompte des décès dus aux vaccins COVID-19 du CDC, qui est mis à jour régulièrement. Il suffit de faire défiler la page jusqu'à la section intitulée "Rapports de décès après la vaccination par le COVID-19" pour obtenir les derniers chiffres. Dernièrement, le nombre de décès est passé de 2794 le 5 avril, à 3005 le 12 avril, puis à 3848 le 26 avril. Mais 1054 décès en 21 jours, ce n'est pas un problème pour le CDC - cela signifie probablement que les vaccins fonctionnent.

 



Je n'ai trouvé qu'un seul article (1) qui mentionne les rapports de décès du VAERS concernant les vaccins COVID-19. L'auteur principal était Julianne Gee, de l'équipe d'intervention du CDC sur le COVID-19, et l'article concernait le suivi de la sécurité pendant le premier mois (du 14 décembre au 13 janvier).

 

On nous dit, dans le résumé :


"La surveillance ... indique des profils de sécurité rassurants pour les vaccins COVID-19. ... Aucun modèle de déclaration inhabituel ou inattendu n'a été détecté".


Les auteurs disent que 113 décès ont été signalés au VAERS ce mois-là à cause des vaccins COVID-19. Incroyablement, ils n'ont jamais comparé ce chiffre aux moyennes ou aux tendances historiques du VAERS... Je plaisante. Bien sûr, ils l'ont comparé, ont réalisé qu'il était étonnamment plus élevé que la moyenne historique de 12 décès par mois, et ont décidé de ne pas le mentionner. Ne jamais laisser la science interférer avec le bon marketing des vaccins.


Bizarrement, les auteurs ont en fait laissé entendre que le nombre de décès signalés au VAERS indiquait que le vaccin était sûr, parce que beaucoup moins de décès ont été signalés au VAERS que ce qu'ils auraient pu s'attendre à voir par hasard chez les personnes ayant reçu le vaccin. Pensez-vous que cela ait un sens ? J'espère que vous avez répondu "non", car cela n'a pas de sens. Vous ne pouvez pas conclure qu'un vaccin est sûr parce qu'il y a moins de personnes qui ont signalé leur décès au VAERS que celles qui auraient dû mourir par coïncidence. Je ne peux même pas l'expliquer d'une manière qui ait un sens - parce que c'est un non-sens.  


Ils allaient mourir de toute façon... un jour ou l'autre.


Une hypothèse que j'ai entendue, et qui est évoquée par Gee et al. dans l'article ci-dessus, est que les personnes âgées et infirmes, dont beaucoup vivent dans des établissements de soins de longue durée, ont été les premières à être ciblées par la campagne de vaccination contre le COVID-19, et qu'elles sont beaucoup plus susceptibles de mourir par coïncidence. Ces décès coïncidents conduisent ensuite à une augmentation des décès suspectés d'avoir été provoqués par le vaccin et signalés au VAERS.  (*cough*)


Les données du VAERS ne confirment tout simplement pas cette hypothèse.

Tout d'abord, parce que tous les groupes d'âge - et pas seulement les personnes âgées - ont connu une augmentation spectaculaire des rapports VAERS de décès dus aux vaccins COVID-19, comme l'illustrent les graphiques ci-dessous. La ligne rouge représente les décès signalés liés au vaccin COVID-19, et la ligne verte représente les autres vaccins. Dans l'ensemble, tous les groupes d'âge ont connu une augmentation spectaculaire des décès signalés au VAERS suite à l'administration du vaccin COVID-19 - même le groupe des moins de 18 ans, qui a reçu très peu de vaccins COVID-19 (jusqu'à présent).

 

 

 

Deuxièmement, l'augmentation du nombre de décès signalés dans le groupe d'âge des 65 ans et plus est tellement massive que les décès par coïncidence, quel que soit le degré de maladie de la population, ne semblent pas être une explication suffisante et plausible. Après tout, les personnes âgées et les infirmes vivant dans des établissements de soins de longue durée sont souvent la cible des campagnes de vaccination contre la grippe.

 

Que fait le VAERS, et les personnes qui s'en occupent, toute la journée ?

 

Le VAERS est un "système générateur d'hypothèses" qui "identifie les problèmes potentiels de sécurité des vaccins qui peuvent être étudiés dans des systèmes de données plus solides". VAERS utilise l'exploration de données pour "...identifier les rapports d'événements indésirables disproportionnés pour les vaccins, y compris le vaccin COVID-19." VAERS " identifie également... des paires événement indésirable-vaccin rapportées au moins deux fois plus fréquemment que prévu pour un vaccin COVID-19... " (2) (Pages 12-15)

 

Compte tenu de l'augmentation massive des décès signalés au VAERS - pas une augmentation modeste, mais une augmentation énorme et sans précédent - il est insondable que le VAERS ne détecte pas une notification "disproportionnée", mettant ainsi en branle les roues pour étudier la situation "dans des systèmes de données plus solides". Mais rien n'indique qu'une telle chose se soit produite.

 

Selon le CDC :

 

"Le VAERS n'a pas détecté de tendances dans les causes de décès qui pourraient indiquer un problème de sécurité avec les vaccins COVID-19."

 

Alors même que les rapports de décès continuent d'affluer à un rythme effarant, par dizaines et parfois par centaines par semaine, dans le plus pur style orwellien, le CDC se contente de mettre à jour le nombre de décès sur son site Internet et de répéter :

 

"Le VAERS n'a pas détecté de tendances dans les causes de décès qui pourraient indiquer un problème de sécurité avec les vaccins COVID-19."

 

Et, bien sûr, la vieille rengaine rassurante :

"Les vaccins COVID-19 sont sûrs et efficaces."

 

 

La seule façon dont il semble possible que le VAERS n'ait détecté aucun problème de sécurité, c'est si le VAERS était en fait programmé pour s'attendre à un taux très élevé de décès dus aux vaccins COVID-19 - bien plus élevé que le taux de décès attendu pour les autres vaccins. Cela expliquerait pourquoi le VAERS n'a pas détecté de "paires événement indésirable-vaccin signalées au moins deux fois plus fréquemment que prévu pour un vaccin COVID-19...".

 

D'un autre côté, il se peut que les gens mentent et que le VAERS ne fasse rien du tout, ou quelque chose d'autre que ce qu'on nous dit, ou qu'il détecte comme un fou des problèmes de sécurité possibles avec les vaccins COVID-19, et que cela soit on-divulgué.

 

Mais qu'on ne dise jamais que je n'ai pas l'esprit ouvert. Peut-être que l'un des nombreux experts très bien payés et respectés du CDC fera une analyse - comme mon humble analyse ici, mais plus grande et plus sophistiquée avec plus de cloches et de sifflets, parce qu'ils sont des experts - et prouvera que l'augmentation massive des rapports de décès VAERS n'a rien à voir avec les dangereux vaccins COVID-19. Mais je ne retiendrai pas mon souffle. Je pense que si cela pouvait être fait, cela aurait déjà été fait trois fois et plus.

 

NOTES:

1.       Gee J, Marquez P, Su J, et al. First Month of COVID-19 Vaccine Safety Monitoring — United States, December 14, 2020–January 13, 2021. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2021;70:283–288. DOI: http://dx.doi.org/10.15585/mmwr.mm7008e3

2.       COVID-19 vaccine safety update, Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) January 27, 2021, Tom Shimabukuro, MD, MPH, MBACDC COVID-19 Vaccine Task Force Vaccine Safety Team

3.       Search VAERS data: https://vaers.hhs.gov/data.html

4.       There were a lot of “unknown age” VAERS death reports—sometimes dozens or even hundreds per year. Therefore, 1/3 of the unknown age reports were added to each of the 3 age groups of 0-17, 18-64 and 65+.

5.       US Census Bureau data was used for the years 2014-2020. For 2021, the 2020 population estimates were used.

6.       2014: https://data.census.gov/cedsci/table?q=census%20age%202014-2020&tid=ACSST1Y2014.S0101

7.       2015: https://data.census.gov/cedsci/table?q=population%20by%20age%202015&tid=ACSST1Y2015.S0101

8.       2016: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202016&tid=ACSST1Y2016.S0101

9.       2017: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202017&tid=ACSST1Y2017.S0101

10.   2018: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202018&tid=ACSST1Y2018.S0101

11.   2019: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202020&tid=ACSST1Y2019.S0101

12.   2020: https://www.census.gov/data/tables/2020/demo/popest/2020-demographic-analysis-tables.html

13.   Age data was consolidated into 3 uniform groups of Age 0-17, Age 18-64 & Age 65+. The Census Bureau uses a 0-19 age range, and no adjustments were made for that.

14.   The CDC's estimated rate of flu vaccination for 2010-2020 was used to estimate the rate of all vaccinations. https://www.cdc.gov/flu/fluvaxview/coverage-1920estimates.htm

15.   % vaccinated in each age group for flu was used to estimate the rate of vaccination per the CDC's vaccine schedule for non-COVID-19 vaccines.

16.   Minimum recommended vaccines for each age group were divided among the years in the age group to estimate yearly vaccine consumption:

17.   Age 0-17: 18 flu shots + 35 other shots = 53 / 18 = 2.94 per year.

18.   Age 18-64: 45 yrs, 45 flu shots + 12 more recommended for everyone (18 more for some) = 45 + 12 = 57 / 45 = 1.24 per year.

19.   Age 65+: 15 yrs: 15 flu shots + 5 more recommended for all (18 more recommended for some) =  15 + 5 = 20 / 15= 1.33 per year.

20.   CDC’s child and adolescent vaccine schedule: https://www.cdc.gov/vaccines/schedules/hcp/imz/child-adolescent.html

21.   CDC’s adult vaccine schedule: https://www.cdc.gov/vaccines/schedules/hcp/imz/adult.html

22.   For COVID-19 vaccines I used the total # administered in each age group and estimated 5% were given in 2020 and 95% were given in 2021. https://covid.cdc.gov/covid-data-tracker/#vaccination-demographic

Voir les commentaires

Lyon : samedi 15 mai : Alexandra Henrion Caude sur la loi bio-éthique

10 Mai 2021, 13:29pm

Lyon : samedi 15 mai : Alexandra Henrion Caude sur la loi bio-éthique

Voir les commentaires

Dr. Gérard Delépine : Alerte sur les vaccins et le pass vaccinal

10 Mai 2021, 09:57am

Voir les commentaires