Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Les banquiers misanthropes derrière la COP26 et le New Deal vert

7 Novembre 2021, 19:28pm

Les banquiers misanthropes derrière la COP26 et le New Deal vert

Matthew Ehret-Kump Global Research, 02 novembre 2021

 

https://www.globalresearch.ca/misanthropic-bankers-behind-cop26-green-new-deal/5760272

 

L'enjeu a toujours été le contrôle de la population

 

Un vaste changement radical vers une "économie verte" est maintenant poussé par des forces qui peuvent mettre mal à l'aise un citoyen éduqué.

 

Bien sûr, des reportages quotidiens mettent en avant le courageux mouvement des jeunes "éco-guerriers" mené par la suédoise Greta Thunberg, âgée de 15 ans [aujourd'hui 18 ans], ou par l'Américaine Jamie Margolin, âgée de 17 ans, qui sont devenus une force à travers l'Europe et l'Amérique en dirigeant des mouvements tels que l'Extinction Rebellion, This is Zero Hour, le Sunrise Movement et l'écocroisade des enfants. Le jeune visage d'Alexandria Ocasio-Cortez vend quotidiennement l'idée que la seule façon de remplacer les forces capitalistes dépassées qui ont tourmenté le monde pendant des décennies est d'imposer un New Deal vert de grande envergure qui donnerait la priorité à la dé-carbonisation comme objectif pour l'humanité plutôt que de continuer à permettre aux forces insensées des marchés de déterminer notre destin.

 

Lorsque la présidente de l'UE, Ursula von der Leyen, est entrée en fonction, elle n'a pas perdu de temps pour attaquer l'initiative chinoise "Belt and Road" (qui, ironiquement, représente un véritable New Deal du XXIe siècle) en déclarant que "certains achètent leur influence en investissant dans la dépendance des ports et des routes"... mais "nous suivons la voie européenne".

 

Qu'est-ce que la "voie européenne" ? Pas les plans de développement de Charles De Gaulle ou de Konrad Adenauer, qui considéraient la croissance industrielle et l'augmentation de la population comme des éléments positifs, mais plutôt un New Deal vert. Mme Von der Leyen a alors annoncé : "Je veux que l'Europe devienne le premier continent neutre en CO2 au monde d'ici 2050 ! Je proposerai un Green New Deal pour l'Europe dans les 100 premiers jours de mon mandat..."

 

S'attaquer aux "forces aveugles du marché" et aux structures de pouvoir du capitalisme n'est pas une mauvaise chose... mais pourquoi devons-nous décarboner ?

 

La re-réglementation des banques trop grandes pour faire faillite est attendue depuis longtemps, mais pourquoi tant de gens supposent-ils qu'un "New Deal vert" ne va pas simplement renforcer les mêmes forces qui ont ravagé le monde au cours du dernier demi-siècle et causé plus de morts et de famine que ce qui a déjà été subi dans le cadre de la mondialisation ?

 

On ne peut penser à poser de telles questions qu'en se confrontant d'abord au fait inconfortable que derrière des jeunes figurants comme Thunberg, Margolin, Cortez ou le Green New Deal se cachent des personnalités que l'on n'associerait en aucun cas à l'humanitarisme.

 

Obligations vertes et oligarques

 

Lorsque nous commençons à tirer le rideau, nous tombons rapidement sur des personnages tels que le prince Charles, qui a récemment rencontré les chefs de 18 pays du Commonwealth afin de consolider la législation d'urgence sur le climat qui a été rapidement adoptée par les parlements britannique et canadien. À la fin de la réunion, Charles a déclaré que nous "avons 18 mois pour sauver le monde du changement climatique" et a appelé à "augmenter le montant des financements du secteur privé destinés à soutenir le développement durable dans l'ensemble du Commonwealth".

 

À la suite du décret royal, la Banque d'Angleterre et certaines des banques les plus douteuses du réseau financier de Rothschild et de la City de Londres ont promu des "instruments financiers verts", notamment des obligations vertes, afin de réorienter les plans de retraite et les fonds communs de placement vers des projets verts dans lesquels aucune personne saine d'esprit n'investirait délibérément.

 

L'indice écologique, social et de gouvernance (ESGI) a maintenant été mis en place dans 51% des banques allemandes, y compris la Deutschebank, une bombe à dérivés prête à exploser. Des banquiers de premier plan soutenant l'ESGI, comme Mark Carney de la Banque d'Angleterre, ont déclaré que plus de 6 500 milliards d'euros pourraient être mobilisés dans le cadre de ce nouvel indice (qui représente actuellement environ 160 milliards de dollars).

 

La création de ces "obligations vertes" va de pair avec les mécanismes de renflouement qui ont maintenant été mis en œuvre dans les nations transatlantiques afin de voler des milliers de milliards de dollars des fonds de pension, des REER et des fonds communs de placement la prochaine fois qu'un renflouement sera nécessaire pour soutenir les "trop gros pour faire faillite" qui sont actuellement assis au sommet d'une bulle de produits dérivés de 1200 milliards de dollars attendant d'exploser.

 

En plus de diriger la Banque d'Angleterre, M. Carney, ancien membre de Goldman Sachs, a également approuvé le groupe de travail du Conseil de stabilité financière sur les informations financières liées au climat, créé en 2015 et utilisé comme ligne directrice pour le livre blanc du gouvernement britannique de juillet 2019 intitulé "Green Finance Strategy : Transformer la finance pour un avenir plus vert".

 

Le livre blanc proposait de "consolider la position du Royaume-Uni en tant que plaque tournante mondiale de la finance verte et de positionner le Royaume-Uni à la tête de l'innovation financière verte et des données et analyses... approuvée par des institutions représentant 118 000 milliards de dollars d'actifs dans le monde". Le groupe de travail dirigé par M. Carney a également donné naissance à l'Initiative pour la finance verte en 2016, qui est aujourd'hui le principal véhicule conçu pour détourner les flux de capitaux internationaux vers les technologies vertes.

 

L'ancien employeur de Carney, Goldman Sachs, a également créé un "indice vert pour l'investissement vertueux", comprenant deux nouveaux indices de durabilité destinés à promouvoir les investissements lourds dans les infrastructures vertes, appelés CDP Environment EW et CDP Eurozone EW. L'acronyme CDP provient du Climate Disclosure Project, un groupe de réflexion basé à Londres qui est à l'origine du programme de Goldman Sachs. Marine Abiad, de Goldman Sachs, a fait la promotion de l'indice CDP en déclarant le 10 juillet "nous sommes convaincus que la finance durable permet aux marchés financiers de jouer un rôle vertueux dans l'économie."

 

Au cas où vous penseriez que Extinction Rébellion serait en quelque sorte épargnée par la main de l'ingénierie sociale, l'une des figures de proue du mouvement, Alex Evans, était un ancien consultant de l'Unité internationale de durabilité du Prince et co-auteur du rapport Global Trends 2025 du National Intelligence Council américain : A Transformed World, qui est devenu un modèle de politique environnementale et étrangère pour l'administration Obama en 2008. Actuellement, Evans dirige également le projet de psychologie collective "où la psychologie rencontre la politique".

 

Parmi les autres personnalités des services de renseignement britanniques qui gèrent le mouvement Extinction Rebellion figurent Farhana Yamin et Sam Gaell, de Chatham House (l'institution qui contrôle le Conseil des relations étrangères de New York).

 

Une dictature verte "bienveillante" pourrait-elle être une bonne chose ?

 

L'avocat du diable parle : Ne pouvons-nous pas présumer que ces banques centrales, oligarques et gestionnaires de fonds spéculatifs se soucient simplement de l'environnement ? Et s'ils essayaient de modifier le comportement de l'humanité pour sauver l'environnement ? Après tout, l'humanité elle-même est une machine à polluer égoïste et gloutonne, et n'est-il pas préférable pour tout le monde que ces élites éclairées transforment simplement l'économie mondiale pour que nous consommions moins et que nous pensions davantage à l'avenir ?

 

Si cette façon de penser correspond à quelque chose que vous avez ressenti en vous, alors vous avez subi un lavage de cerveau. Bien sûr, au cours des dernières décennies, le monde s'est transformé en un culte de la consommation qui a sacrifié la réflexion à long terme au profit du gain à court terme et, bien sûr, nous avons besoin d'une réorganisation du système. Thunberg et les Green New Dealers n'ont pas tort à ce sujet. C'est très bien comme ça.

 

Mais si vous pensez que suivre le type de réforme qui aspire à attribuer une valeur monétaire à la réduction de l'empreinte carbone ou à la diffusion d'éoliennes et de panneaux solaires de qualité médiocre (et très coûteux) dans le monde entier en espérant que, d'une manière ou d'une autre, ces sources d'énergie ne provoqueront pas un vaste effondrement de la capacité industrielle de la civilisation (et une perte associée de la capacité à maintenir la vie humaine), alors vous vous trompez. Un kilowatt d'énergie éolienne n'est équivalent à un kilowatt d'énergie nucléaire que lorsqu'il est appliqué à une équation mathématique, mais pas dans la vie réelle.

 

Lorsqu'elles sont appliquées à des fonctions de travail à forte intensité de capital nécessaires pour fondre l'acier industriel, faire fonctionner des machines-outils, alimenter un vaste complexe agro-industriel, un système ferroviaire à grande vitesse ou construire des choses comme l'initiative "Belt and Road", les sources d'énergie "vertes" sont loin de pouvoir croiser le fer.

 

Le problème a toujours été le contrôle de la population

 

Les oligarques qui dirigent le "grand dessein vert" depuis que Sir Alexander King du Club de Rome a commencé l'étude Limits to Growth en 1970 savaient que les sources d'énergie vertes à "faible densité de flux énergétique" limiteraient la population mondiale et c'est exactement ce qu'ils voulaient. Sir King l'a dit en 1990 lorsqu'il a écrit : "En cherchant un nouvel ennemi pour nous unir, nous avons eu l'idée que la pollution, la menace du réchauffement de la planète, les pénuries d'eau, la famine et d'autres phénomènes semblables feraient l'affaire..... Tous ces dangers sont causés par l'intervention humaine, et ce n'est que par un changement d'attitude et de comportement qu'ils peuvent être surmontés. Le véritable ennemi est donc l'humanité elle-même".

 

Après tout, Sir King ne faisait que suivre l'exemple du fondateur de l'UNESCO (et président d'Eugenics) Sir Julian Huxley qui écrivait en 1946 : "L'unification politique dans une sorte de gouvernement mondial sera nécessaire... Même si... toute politique eugénique radicale sera pendant de nombreuses années politiquement et psychologiquement impossible, il sera important pour l'UNESCO de veiller à ce que le problème eugénique soit examiné avec le plus grand soin et que l'esprit public soit informé des questions en jeu afin que beaucoup de choses aujourd'hui impensables puissent au moins devenir pensables."

 

Ce n'est que quelques années plus tard que Huxley cofondera le World Wildlife Fund aux côtés du prince Philip Mountbatten et du prince Bernhardt des Pays-Bas. Tous les trois étaient présents à la réunion fondatrice du groupe Bilderberg de Bernhardt pour faire avancer cette grande conversion de la société en une auto-extermination volontaire en 1954 et, alors que Huxley n'était pas présent en 1970, les deux autres oligarques ont cofondé le 1001 Nature Trust avec 999 autres riches misanthropes pour financer le mouvement environnemental en plein essor. Ces forces sont également à l'origine du coup d'État en Amérique qui a mis la Commission trilatérale au pouvoir sous Jimmy Carter et a déclenché la "désintégration contrôlée de l'économie américaine" de 1978 à 1982 (ce sera le sujet d'une autre étude). Ce groupement, dirigé par Zbigniew Brzezinski, a non seulement joué la carte de l'islam radical contre l'Union soviétique, mais a également mis en place un programme de réduction de la population par la promotion des sources d'énergie verte bien avant qu'il ne soit populaire.

 

Les oligarques qui tentent aujourd'hui de réformer l'humanité ne se soucient pas de l'environnement. On sait que les princes Philip et Bernhardt ont tué plus d'espèces en voie de disparition lors de safaris que la plupart des gens n'ont tué de moustiques. Ils n'aiment tout simplement pas les gens. Surtout ceux qui réfléchissent. Les personnes qui réfléchissent et qui se demandent comment et pourquoi des règles arbitraires sont appliquées pour justifier les guerres, la pauvreté et l'oligarchie qui détruit des vies aujourd'hui et à l'avenir.

 

L'initiative "Belt and Road" et la tendance à l'accroissement de la population humaine, tant sur le plan quantitatif que qualitatif, qu'entraînent de tels grands projets, sont la cible du Green New Deal.

L'héritage du progrès scientifique et technologique qui a permis à la civilisation occidentale de sortir d'un âge sombre et de renaître au 15e siècle est attaqué, car c'est cette éthique perdue dont l'oligarchie SAIT qu'elle peut encore être réveillée et qui mettrait l'Occident en harmonie avec le programme de croissance et de développement de la Russie et de la Chine dans le cadre d'une philosophie de "coopération gagnant-gagnant" sur Terre et dans l'espace.

 

Les effets des idées de la Renaissance ont coïncidé avec le plus grand nombre de découvertes de principes universels, l'humanité cherchant à connaître l'esprit de Dieu en étudiant le livre de la nature avec un cœur d'amour et une attitude d'humilité illustrés par la figure de Léonard de Vinci.

 

L'explosion des nouvelles technologies qui ont vu le jour n'a pas seulement révolutionné l'astronomie, la médecine et l'ingénierie, mais a donné naissance à l'économie industrielle moderne, qui a coïncidé avec la plus grande augmentation de la population de l'histoire. Cette augmentation exponentielle a été utilisée par les malthusiens pendant des siècles comme la preuve que l'humanité n'est "qu'une autre croissance cancéreuse" sur la "pureté de la mère Gaia".

 

Alors si vous n'êtes pas d'accord avec la philosophie "humains=cancer" et que vous voulez quelque chose d'un peu plus optimiste dans votre vie, soutenez un vrai New Deal aujourd'hui.

 

 

Cet article a été initialement publié sur le site de blog de l'auteur, Matthew Ehret's Insights.

Matthew Ehret est le rédacteur en chef de la Canadian Patriot Review , et Senior Fellow à l'Université américaine de Moscou. Il est l'auteur de la série de livres "Untold History of Canada" et de Clash of the Two Americas. En 2019, il a cofondé la Rising Tide Foundation , basée à Montréal.

 

Commenter cet article