Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Résultat pour “effet secondaire en attente”

Communiqué de Stop Linky Comtat Ventoux du 31 octobre 2020

1 Novembre 2020, 14:07pm

Communiqué de Stop Linky Comtat Ventoux du 31 octobre 2020

Communiqué de Stop Linky Comtat Ventoux du 31 octobre 2020

Compteurs à gaz : nous sommes nombreux à recevoir des courriers nous informant que nos compteurs à gaz vont être changés. Contrairement aux compteurs électriques, le Code de l’énergie n’impose pas à GRDF  d’installer ces compteurs. Les refus sont mieux respectés. Voici une fiche informative avec des modèles de courrier de refus : https://www.cjoint.com/c/JJApLJ4wqBG

Compteurs linky : l’adresse d’enedis régional a changé. Nous proposons aux personnes qui n’ont pas encore envoyé leur courrier de l’adresser aux bureaux nationaux à Paris. Le dossier de refus linky a donc été réactualisé en tenant compte de ce changement : https://www.cjoint.com/c/JJAkDy2fXnG

5G : à l’occasion de la journée des Nations Unies (samedi 24 octobre), les collectifs stop linky proposent aux personnes opposées à la 5G, ou tout simplement qui ont des doutes sur l’utilité et la sécurité de cette technologie, d’envoyer un courrier aux adresses suivantes :

UN Secretary General: sgcentral@un.org

WHO: phedoc@who.int

WHO office at the UN: whonewyork@who.int

WHO office at the EU: weu@who.int

WHO Center for Health Development: wkc@wkc.who.int

WHO Liaison Office to the African Union and Economic Commission for Africa: afwloaueca@who.int

WHO Global Service Centre (Kuala Lumpur, Malaysia): gscoffice@who.int

WHO Regional Office for Africa: afrgocom@who.int

Council on Human Rights: civilsociety@ohchr.org

 

Les Nord-Américains ont déjà commencé massivement et d'autres pays aussi. Les lettres seront individuelles et/ou émanant de collectifs. Quitte à ravaler notre fierté, il serait préférable d'envoyer la version anglaise dont voici le modèle (à adapter selon vos goûts) : https://stop5ginternational.org/wp-content/uploads/2020/10/Sample-Letter-to-the-United-Nations-1018.pdf

 

Ci-joint une médiocre traduction qui n'altère cependant en rien le fond du message :

 

À Son Excellence António Guterres et autres hauts fonctionnaires de l'OMS et des Nations Unies:

 

Je vous écris pour vous demander d'exhorter les responsables gouvernementaux du monde entier à mettre immédiatement un terme à la 5G jusqu'à ce que les coûts pour la santé, la faune et la Terre soient évalués.

 

L'infrastructure 5G augmentera considérablement l'exposition du public aux rayonnements sans fil et réduira considérablement la confidentialité et la sécurité.

 

La méga-augmentation de la consommation d'énergie, les effets sur la faune - en particulier sur les pollinisateurs, l'extraction des ressources et les flux de déchets électroniques qui en résultent, contribuant tous à des dommages environnementaux, sont également préoccupants.

 

Des dizaines de milliers d'articles scientifiques (liens ici) ont fait mention des liens apparents avec le rôle des rayonnements électromagnétiques dans une multitude d'effets néfastes sur la santé, notamment la dépression, l'infertilité, le cancer, les dommages à l'expression de l'ADN / des gènes, le stress oxydatif, les complications de la grossesse, la production de mélatonine, les troubles neurologiques, le dysfonctionnement immunitaire, la maladie d'Alzheimer / démence, la leucémie,  etc.

 

Plus de 1600 articles scientifiques peuvent être trouvés ici:

https: //www.powerwatch.org.uk/science/studies.asp

 

Plus de 4000 études supplémentaires peuvent être trouvées ici:

http: //www.bioinitiative.org

 

Et 23 840 autres études également référencées ici:

www.EMF-portal.org

 

Déployer la 5G sans tests de sécurité enfreindrait directement le principe de précaution ainsi que le droit humain au consentement éclairé, inscrit dans la législation des Nations Unies. La mise en œuvre doit s'arrêter jusqu'à ce que des recherches plus indépendantes aient été menées pour prouver que cette technologie est sans danger pour les humains et la faune. Ces recherches doivent également être accompagnées de consultations publiques approfondies et complètes. Toute autre chose mettrait des vies en danger, constituerait une grave violation des droits de l'homme et équivaudrait à une agression contre les électromagnétiques hypersensibles (EHS) qui n'auraient nulle part où s'échapper et deviendraient des réfugiés dans leur propre pays.

En conclusion, il serait hautement irresponsable de déployer une technologie non testée qui pourrait avoir des effets désastreux pour l'homme et l'environnement. En fait, déployer la 5G sans consentement éclairé ni diligence raisonnable, et sans couverture de responsabilité légitime, constituerait une intrusion technologique et serait un crime contre l'humanité et toute vie sur Terre.

 

Je vous exhorte à faire tout ce que vous pouvez pour protéger les gens et l’environnement de cette agression, conformément à votre devoir de diligence - votre responsabilité première en tant que fonctionnaires.

J'attends avec impatience votre réponse et votre action urgente.

Merci d'avance,

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes sentiments les plus sincères,

 

Rappel : notre dossier 5G  https://www.cjoint.com/c/JJiium2IpQG

 


 

Voir les commentaires

50 fois plus d'effets indésirables que le vaccin contre la grippe

14 Janvier 2021, 18:26pm

50 fois plus d'effets indésirables que le vaccin contre la grippe

Le nombre de personnes souffrant d'effets indésirables graves suite à la vaccination contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) est 50 fois plus élevé que celui des vaccinations contre la grippe saisonnière, indiquent de nouveaux rapports.

 

https://vaccines.news/2021-01-12-adverse-coronavirus-vaccines-50x-higher-flu-shots.html

 

Ethan Huff – Le 12 janvier 2021

 


Le système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS) constate une augmentation des nouveaux cas de lésions causées par le vaccin COVID-19 qui dépasse massivement les cas similaires pour les vaccins antigrippaux et autres vaccins.


Jusqu'au 22 décembre, avec moins d'un million de doses de vaccins contre le virus chinois distribuées, la plateforme VAERS des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a reçu 307 rapports de visites aux urgences, ainsi que 17 événements "mettant la vie en danger".


Un certain nombre de décès ont également été signalés, ce qui est très préoccupant si l'on considère que les vaccins contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) ne sont disponibles au public que depuis moins d'un mois.


"En 2019-2020, environ 175 millions de doses de vaccin antigrippal ont été administrées", a tweeté l'ancien journaliste du New York Times et auteur de Tell Your Children, Alex Berenson.


1220 visites aux urgences et 73 événements "mettant la vie en danger" ont été signalés. Les données sont disponibles sur le site web du CDC VAERS".


Malgré quelques réserves sur les raisons de cette disparité massive, Alex Berenson a été contraint de conclure que quelque chose ne va pas avec les vaccins COVID-19, ce qui fait qu'une proportion beaucoup plus importante de patients tombent gravement malades ou meurent après avoir été vaccinés.


"... les premières doses du vaccin Covid ont été administrées principalement à des personnes en bonne santé dans des contextes où les problèmes peuvent être traités rapidement", note Berenson, accusant encore plus les vaccins d'affecter les personnes en bonne santé de manière profondément négative.


"Ces problèmes surviennent AVANT l'administration du vaccin aux personnes âgées et en moins bonne santé - et avant la deuxième dose, dont on sait qu'elle est beaucoup plus dangereuse".


Pour parler franchement, seules les personnes stupides se font vacciner contre le coronavirus
En fin de compte, tout cela ne fait que confirmer ce que Berenson admet avoir reconnu dans les essais cliniques - même si nous savons que les essais cliniques ont tendance à sous-estimer les problèmes du monde réel plutôt qu'à les surestimer.


"... car toute entreprise pharmaceutique intelligente tentera de biaiser les essais en sa faveur", déclare Berenson.


Tout cela pour dire que se faire vacciner contre la WuFlu est une entreprise exceptionnellement dangereuse, d'autant plus que les grandes entreprises pharmaceutiques ne sont pas responsables des accidents ou des décès. En d'autres termes, les personnes vaccinées sont complètement livrées à elles-mêmes.


Étant donné que le risque de tomber malade, et encore moins de mourir, à cause du virus chinois lui-même est pratiquement nul, il est totalement absurde de se faire vacciner contre ce virus, surtout lorsque le risque d'un accident vaccinal est plus élevé que le risque de développer des symptômes d'une infection naturelle.


L'état médical profond continuera à le inciter les masses à se faire vacciner, bien sûr, et même à essayer de le rendre obligatoire, mais tenez bon et dites simplement non, pour votre protection et celle de votre famille.


Et félicitations à Berenson pour avoir eu le courage de dire la vérité sur ces vaccins alors que tant d'autres refusaient de le faire. Anthony Fauci et tous les autres colporteurs sont coupables de crimes contre l'humanité, et leur jour viendra - tôt ou tard, espérons-le.


"Il s'agit d'un vaccin expérimental, c'est-à-dire qui n'a pas été entièrement testé, même selon le calendrier du fabricant, et qui doit donc tomber sous le coup des violations des droits de l'homme s'il est imposé aux gens", a écrit un commentateur de Zero Hedge.


"Cela viole également le code de Nuremberg sur le consentement éclairé", a répondu un autre.

 

"Ces sociétés et Bill Gates savent à quel point elles sont mortelles... et les sociétés de Vax sont à l'abri de toute poursuite pour mort ou accident causée par la Vax. Gates devrait être pendu à un lampadaire et on devrait le laisser se balancer comme une piñata pendant qu'on lui donne des coups de bâtons."


Les dernières nouvelles concernant le coronavirus de Wuhan (COVID-19) sont disponibles sur le site Pandemic.news.


Les sources de cet article sont notamment les suivantes :


ZeroHedge.com
NaturalNews.com



 

Voir les commentaires

Pour l'interdiction des vaccins-OGM

2 Août 2020, 08:35am

Pour l'interdiction des vaccins-OGM

Dr Gonzo

Nous demandons la révision de la réglementation française et européenne relative aux OGM médicinaux à usage humain et vétérinaire, et l’interdiction totale de leur mise sur le marché.

La vaccination est un moyen efficace pour lutter contre les maladies infectieuses, et la politique vaccinale doit être poursuivie avec raison, en tenant compte des connaissances médicales et scientifiques, des recommandations internationales, des progrès technologiques et du principe de précaution, et en développant par ailleurs un service public de qualité, capable d’accueillir, d’informer, et de prodiguer les meilleurs soins possibles à tout citoyen, même en cas de grave épidémie.


 

Or, à la faveur de l’épidémie de COVID-19, les nouvelles technologies vaccinales issues des recherches en thérapie génique (génie génétique), dont l’utilisation était jusqu’alors cantonnée à la recherche ou au traitement de maladies rares, sont portées par l’industrie pharmaceutique comme des solutions novatrices et généralisables pour traiter les maladies, en intervenant au niveau génétique de l’organisme humain.


 

La vaccination classique, élaborée par Louis Pasteur dès 1885, est la technologie utilisée pour le développement de la grande majorité des vaccins actuellement sur le marché. Ils sont constitués de virus vivants atténués, c’est-à-dire rendus non virulents, qui simulent une infection naturelle et déclenchent des réponses immunitaires. C’est la capacité de notre organisme à garder en mémoire cette réponse immunitaire qui rend la vaccination efficace à long terme. L’atténuation du pouvoir pathogène du virus est obtenue par passage du micro-organisme sur des cultures cellulaires successives ou par voie chimique.


 

Depuis une dizaine d’année, malgré les restrictions sur les OGM imposées par les directives européennes, des vaccins-OGM (contre la grippe, la dengue, le choléra, ebola) sont mis sur le marché en UE sans que les citoyens européens, très majoritairement contre la présence d’OGM dans les cultures, l’alimentation et les médicaments, n’en soit informés par les pouvoirs publics.


 

Les techniques dites « de l’ADN recombinant » utilisées pour créer des OGM, végétaux ou animaux, servent également pour fabriquer des vaccins à partir de recombinaisons effectuées chez les virus et bactéries.


 

Selon Michel Georget, membre du Conseil Scientifique du CRIIGEN : Le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique.


 

On retrouve pour ces vaccins à base d’organismes chimériques les mêmes problèmes que pour les végétaux : dissémination de gènes dans une population animale ou humaine avec le risque de recombinaisons incontrôlables.


 

L’exemple le plus connu des vaccins recombinants est celui des vaccins anti-hépatite B (GenHevac B®, Engerix B®, HBVax DNA® ou Recombivax®). Dans ce cas-là, on n’utilise pas directement le micro-organisme génétiquement modifié mais le produit qu’il génère. La technique consiste à faire exprimer par un système cellulaire (celui du patient) la protéine de surface du virus de l’hépatite B (HBs) grâce à un plasmide recombinant (de l’ADN du virus) introduit dans ces cellules.


 

Dans un dossier du Centre national d’information sur le médicament hospitalier (CNIMH) consacré aux vaccins contre l’hépatite B, il apparaît que ces vaccins contiennent entre 1 et 30 picogrammes d’ADN résiduel. Cet ADN provient aussi bien des cultures cellulaires (dont certaines, comme les cellules CHO, ont les caractères de cellules cancéreuses) que des manipulations nécessaires à la fabrication des plasmides recombinants. Ces impuretés d’ADN représentent des quantités non négligeables puisqu’un seul picogramme d’ADN représente un milliard de paires de bases. Le risque principal est de voir cet ADN s’incorporer au patrimoine génétique des receveurs et provoquer des mutations par insertion pouvant participer à l’apparition de cancers. Ce risque a d’ailleurs été évoqué dès 1987 par l’OMS dans un rapport d’experts sur « l’acceptabilité des cultures cellulaires pour la production de substances biologiques », rapport dans lequel on peut lire :


 

 « Un des grands problèmes est le risque de malignité que pourrait présenter à long terme un ADN contaminant hétérogène, en particulier s’il s’avère qu’il contient des séquences codantes ou régulatrices potentiellement oncogènes. Ce point est réellement préoccupant, car de nombreuses personnes en bonne santé, notamment des nourrissons, seront peut-être vaccinées avec des produits issus de lignées cellulaires continues, ou les recevront de toute autre manière.


 

Il faut tenir compte de plusieurs points lorsqu’on fait ces estimations du risque.


 

Premièrement, tous les calculs sont fondés sur le postulat selon lequel le facteur de risque d’induction tumorale décroît linéairement avec la concentration d’ADN. Ce postulat n’est pas forcément exact, puisqu’une quantité d’ADN qui n’a aucun effet biologique mesurable lors d’un essai normalisé parce qu’elle est présente à une trop faible concentration, peut quand même avoir un effet dans certaines conditions ou sur certains organes ou tissus.


 

Deuxièmement, on ignore encore si le risque associé à des expositions répétées à de l’ADN agira de façon cumulative ou non.


 

Troisièmement, il faut envisager la possibilité que les préparations d’ADN qui n’induisent pas de tumeurs dans les systèmes expérimentaux puissent provoquer chez l’homme des modifications susceptibles d’accroître l’incidence de l’apparition de tumeurs après de longues périodes de latence.


 

Quatrièmement, les expériences conduites sur des animaux à courte durée de vie ne permettent pas d’évaluer les effets à long terme des séquences d’ADN acquises. » »


 

Source : https://criigen.org/les-vaccins-issus-dorganismes-genetiquement-modifies-2005/


 

Concernant les vaccins OGM dits « vaccin à ADN » et « vaccin à ARNm », ceux-ci fonctionnent sur le même principe que les vaccins à vecteur viral, excepté qu’ici l’information génétique, qui vient « coder » les cellules du patient pour leur faire produire telle ou telle protéine, est directement injectée sous forme de plasmide. Or, en l’état actuel de la recherche, nous ne savons pas comment l’ADN réussit à rentrer dans la cellule ; cependant, une fois à l’intérieur de la cellule présentatrice d'antigène, l’ADN est transcrit et puisque ses peptides sont reconnus comme étant étranger, la cellule va externaliser l’antigène du vaccin.


 

Sur les vaccins à ADN un rapport du Sénat français conclut que :


 

« en l'état actuel des choses, plusieurs problèmes se posent :


 

- si le plasmide étranger s'intègre à l'ADN de la cellule hôte en certains endroits, on ne peut écarter l'hypothèse qu'il active un oncogène, gène déclencheur de cancer ou, à l'inverse, inhibe l'action d'un gène suppresseur du cancer. Même si ce risque semble très théorique aux chercheurs, il doit être très rigoureusement évalué ;


 

- les connaissances des mécanismes entrant en jeu lorsqu'on injecte l'ADN doivent être approfondies. En effet, si l'on a la preuve que le plasmide pénètre bien dans le noyau des cellules musculaires, puisque la protéine produite est retrouvée à l'intérieur de ces mêmes cellules, on ne sait pas encore très bien comment le système immunitaire prend connaissance de sa présence. »


 

Source : https://www.senat.fr/rap/o99-020/o99-0206.html


 

Concernant les vaccins à ARNm, selon une étude publiée le 22 février 2019 dans le Journal of Transnational Medicine :


 

« Despite the above described adaptations to the IVT mRNA, the emergence of ADA (anti-drug antibody) responses and transient cytokines is still detectable and therefore hampering the clinical applicability of mRNA-drugs, especially when the mRNA has to be administered multiple times. »


 

Selon cette étude, le corps développe des anticorps contre le vaccin, le rendant potentiellement inutile, et provoque des réactions auto-immunes dont une des conséquences peut être le développement de tumeurs.


 

La Commission Européenne soumise aux lobbys chimiques et pharmaceutiques.


 

Le 10 juillet 2020, l’UE a ouvert la porte en grand aux OGM médicinaux en adoptant un règlement qui permet aux fabricants de vaccins contenant des OGM de se passer d’étude environnementale et sanitaire préalable, et de déroger à certaines règles sur les essais cliniques chez les humains, ceci afin d’accélérer le développement et la mise sur le marché de ce type de produit promus par l’industrie pharmaceutique. À la faveur de l’épidémie de COVID-19, l’industrie pharmaceutique est en passe de donner une nouvelle dimension à la commercialisation de ces produits pharmaceutiques constitués ou issus d’OGM. Cette nouvelle réglementation suivait une précommande de 400 millions de doses de vaccins par 4 États européens (France, Italie, Allemagne, Pays Bas) au consortium formé par les laboratoires Astrazeneca (GB) et Novasep (Fr)  pour un vaccin OGM dit « vaccin à vecteur viral » (constitué de virus OGM).


 

Réaction de Michèle Rivasi, eurodéputée EELV :


 

« Nous n’avons pas toutes les garanties de leur sécurité. Les dérogations accordées sont contraires au principe de précaution.


 

Je me suis opposée à ce texte car on enlève les garde-fous nécessaires à la protection de notre santé. Face à ces nouveaux vaccins, nous devons redoubler de vigilance. L’argument de la Commission européenne, à l’origine du texte voté aujourd’hui, disant qu’au vu de l’urgence Covid-19 il faut se passer d’études préalables sur la santé et l’environnement, n’est pas acceptable.


 

De plus ce texte est arrivé au Parlement européen sous forme d’une résolution d’urgence, sans débat ni audition en commission environnement, ni même de débat en plénière.


 

L’urgence, c’est surtout de ne pas se tromper en autorisant des produits dont la sûreté n’est pas évaluée. Les vaccins OGM actuellement à l’étude utilisent Crispr-Cas9, une enzyme qui fonctionne comme des ciseaux génétiques. Ces nouveaux vaccins n’ont jamais été évalués de façon complète.


 

C’est un incompréhensible cadeau fait à l’industrie pharmaceutique et un gros coup de canif porté à la directive européenne sur les OGM, protectrice de l’environnement et de la santé humaine. La directive sur les OGM est un rempart efficace qu’il faut absolument préserver.


 

Je refuse d’être complice d’une fuite en avant qui nous transforme tous en cobayes ! ».


 

Source : https://www.michele-rivasi.eu/a-la-une/vaccins-ogm-cest-non


 


 

• Pour conclure,


 

Outre les dangers pour la santé des individus comme pour les écosystèmes, les OGM représentent de fausses solutions qui ne visent en réalité qu’à être des produits rentables pour l’industrie, sans aucune considération éthique, sanitaire, ni écologique. Ils conduisent progressivement à la privatisation du vivant, à des modifications génétiques qui engendreront inévitablement des dégénérescences des organismes cibles, et par voie de conséquence, à l’extinction du vivant. Ils portent ainsi atteinte aux êtres vivants d’une manière inacceptable et irréversible. L’ADN, bactérien, végétal, animal, ou humain, devrait être inviolable, d’autant que la compréhension du fonctionnement du génome par les chercheurs est encore très faible, et les effets à long terme des modifications génétiques infligés aux êtres vivants, inconnus.


 

C’est pourquoi nous demandons la révision de la réglementation française et européenne relative aux OGM médicinaux à usage humain et vétérinaire, et l’interdiction totale de leur mise sur le marché.


 

Pour finir, évoquons les dérives qui ne manqueront pas d’advenir si de telles technologies génétiques deviennent le centre de notre philosophie médicale qui, doit on le rappeler, affirme ceci : 


 

« Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice. Je ne remettrai à personne du poison, si on m'en demande, ni ne prendrai l'initiative d'une pareille suggestion ; semblablement, je ne remettrai à aucune femme un pessaire abortif. Je passerai ma vie et j'exercerai mon art dans l'innocence et la pureté. »


 

Un texte de Franck Noir sur l’aspect transhumaniste de ces nouvelles technologies vaccinales, une idéologie qui vise à « améliorer » l’humain via sa modification génétique et son artificialisation, très en vogue chez les milliardaires des GAFAM et de Wall Street :


 

« La folie transhumaniste.


 

Le développement de ce qui s’appelle la thérapie génique et dont font partie ces vaccins à mARN est en plein essor dans la plupart des industries pharmaceutiques et ceci pour raison très simple : le développement est extrêmement rentable.


 

Il est en effet extrêmement simple de générer des chaînes d’ARN, et la recherche se réduit à son plus simple aspect : balancer le gène qui va bien.


 

Un des points forts de ces thérapies, économiquement parlant, c’est qu’il est reproductible à l’infini. Une nouvelle pathologie ? On envoie un gène. Et pas seulement pour les pandémies virales : tous les traitements pourraient se voir gérés par un simple ajout génétique dans votre ADN. Sur le papier, cela semble prometteur. La réalité, c’est que plus vous injectez des gènes, plus vous modifiez votre code génétique. Vous êtes donc de moins en moins vous-même, et de plus en plus ce qu’on vous a injecté. Nous n’avons aucun recul sur cette pratique : les gènes une fois intégrés ne peuvent plus être supprimés. Vous conservez donc à vie un code génétique modifié, ce qui est d’autant plus vrai si vous avez ciblé les cellules souches de vos différents organes (ce sont les cellules qui remplacent les cellules qui meurent naturellement en se multipliant). Si vous ajoutez de plus en plus de gènes, il est impossible de connaître les conséquences à long terme, et les interactions entre eux. »


 

Tweet d’origine : https://twitter.com/docteurgonzo4/status/1288371365674987520?s=21


 

https://www.mesopinions.com/petition/sante/interdiction-vaccins-ogm/98218#HeaderGestion

 

Voir les commentaires

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

17 Janvier 2017, 19:12pm

Publié par Ciel Voilé


De Dylan Jones - Traduction Ciel voilé

http://enouranois.eu/?p=1651

« Le changement climatique» ou Comment détourner l'attention du projet délibéré de faire fondre l'Arctique ?


Deux modes de modification du climat ont été à l'origine des fluctuations extrêmes du temps et des distorsions qui l'accompagnent dans le courant-jet ou jet stream.

 

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

Au moment de la rédaction de cet article, début janvier 2017, l'Europe centrale et orientale ont subi un froid extrêmement anormal.

 

https://www.youtube.com/watch?v=Ilukwsg7O_s

https://www.youtube.com/watch?v=Ilukwsg7O_s

Dans ce bulletin météorologique, Chris Fawkes explique que les boucles « permettent » l'air chaud dans les régions arctiques et l'air froid dans certaines régions du sud de l'Europe. Environ à 20 secondes, notez la dépression anormalement prononcée du jet stream s'étendant vers le bas jusqu'à la Grèce et la Turquie.


Maintenant, regardez la deuxième vidéo de cet article de la BBC:


Le froid en Europe
A environ 22 secondes, nous avons de nouveau une image du diagramme du jet-stream déformé.
Chris Fawkes: « Ce qui a amené le temps froid en Europe, c'est une formation du jet-stream très allongée qui a permis à l'air froid de se propager vers le sud, hors de l'Arctique. »


Mais en réalité : Le jet stream est le résultat de l'interaction des masses d'air chaud et froid. Il ne « permet » rien.

 

« Contrairement à ce que l'on croit, le jet stream ne « provoque » pas l'apparition de conditions météorologiques d'un certain type ». Son existence est plutôt le résultat de certaines conditions météorologiques (un grand contraste de température entre deux masses d'air).


La masse d'air froid a été intensifiée artificiellement, ce qui a eu pour effet d'empiéter davantage vers le sud, en même temps que la formation très allongée du jet stream.


Observez cette fois que le jet stream se divise en fait et forme une crête au nord et un creux au sud. Ceci est une indication que, tandis que le refroidissement artificiel du temps est employé au sud, avec l'utilisation d'agents artificiels de nucléation de la glace tels que le nitrate de potassium, le nitrate d'ammonium, l'urée et les bactéries qui entraînent des températures au-dessus du seuil de congélation, le réchauffement artificiel du temps, la formation de cirrus artificiels, est employée plus au nord.


Ce qu'il est important de noter, c'est que tandis que la Grèce et la Turquie sont envahies par le froid, l'Arctique continue de se réchauffer à un rythme sans précédent. Les masses d'air froid ne proviennent pas de l'Arctique, elles proviennent du sud.

 

"Prévisions des anomalies de la température de surface (température,ombre) du 10 au 14 janvier 2017. Notez les températures chaudes dans une grande partie des États-Unis et de l'Europe du Nord et des températures froides dans le Sud.    En Europe, dans une grande partie de l'Asie et de l'Ouest du Canada et dans le nord-ouest des États-Unis. Les prévisions proviennent de l'ensemble GFS du 9 janvier 2017.

"Prévisions des anomalies de la température de surface (température,ombre) du 10 au 14 janvier 2017. Notez les températures chaudes dans une grande partie des États-Unis et de l'Europe du Nord et des températures froides dans le Sud. En Europe, dans une grande partie de l'Asie et de l'Ouest du Canada et dans le nord-ouest des États-Unis. Les prévisions proviennent de l'ensemble GFS du 9 janvier 2017.

À mesure que la glace nucléée se déplace vers le sud, elle est enrichie par des formations de nuages ​​qui se déplacent vers le nord et vers l'est et grossies par l'ensemencement des nuages, la production artificielle de vapeur d'eau et des fréquences radars soutenues, tant sur terre qu'en mer.

Cette rencontre de froid et de chaud donne lieu à des tempêtes intenses, à la soudaineté et à l'anormalité de « neige instable » en « lourde neige mouillée » et « neige de tempête » dont les présentateurs météo aiment parler.


Géo-ingénierie: vortex polaire – nucléation de la glace

La nature artificielle de ces événements est encore mise en évidence par la vitesse à laquelle des températures anormalement basses remontent vers des températures anormalement élevées dès que les refroidissements artificiels sont temporairement suspendus.


Il s'agit d'un phénomène persistant et non isolé:

 

La carte GISS ci-dessus montre le décrochage des températures moyennes élevées dans l'hémisphère nord en hiver (décembre-janvier- février) de la période 2015-2016.

La carte GISS ci-dessus montre le décrochage des températures moyennes élevées dans l'hémisphère nord en hiver (décembre-janvier- février) de la période 2015-2016.

Celle-ci montre la même chose dans l'hémisphère nord en automne (septembre -octobre -novembre) en 2016.

Celle-ci montre la même chose dans l'hémisphère nord en automne (septembre -octobre -novembre) en 2016.

Nous pouvons voir le changement dans la localisation du refroidissement artificiel du climat en Asie du Nord. Malgré cela, les températures arctiques restent hors norme.


Un rideau de glace est dressé sur les régions fortement peuplées d'Europe.

 

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

Les épisodes de froid anormal reçoivent également l'attention maximale des médias, alimentant le débat perpétuel entre les défenseurs anthropogéniques du réchauffement planétaire et les sceptiques. Tout cela distrait de la réalité de l'opération délibérée destinée à faire fondre l'Arctique.


Cette région anormalement froide de l'océan Atlantique Nord contribue même à la fonte de la glace arctique.


Selon le spot du blog ArticNews, cette région est soumise aux effets de refroidissement des sulfates émis par l'industrie.


« Les particules, en particulier le sulfate, peuvent fournir un refroidissement à court terme de la surface de la mer. De grandes quantités de sulfate sont émises par les zones industrielles de l'Est de l'Amérique du Nord et de l'Asie de l'Est. Dans l'hémisphère Nord, l'effet Coriolis fait que ces émissions atteindront généralement les zones situées au-dessus de l'océan voisin à l'est de ces zones industrielles, ce qui entraînera un refroidissement important de la surface de la mer jusqu'à ce que les particules tombent du ciel. Puisque le sulfate est émis régulièrement, l'effet de refroidissement se poursuit sans beaucoup d'interruptions.

Ce sulfate a un effet de refroidissement sur la surface de la mer où les courants marins déplacent de l'eau chaude vers l'océan Arctique. Comme la surface de la mer devient plus froide, il y a moins
d'évaporation et donc moins de transfert de chaleur de l'océan vers l'atmosphère durant le trajet de l'eau chaude vers l'océan Arctique. Par conséquent, l'eau sous la surface de la mer reste plus chaude lorsqu'elle se déplace vers l'océan Arctique.»

 

En fait, les sulfates sont émis avec du noir de carbone, ce qui a un effet de réchauffement. Prétendre que les émissions industrielles réduisent le réchauffement climatique dans certaines régions et l'augmente dans d'autres est trompeur.

Une autre suggestion que les particules de sulfate, c'est que cette région froide subit la fonte du Groenland. L'eau douce ajoutée à l'océan est censée ralentir la Circulation Méridionale de l'Atlantique (AMOC), dont le Gulf Stream fait partie. C'est parce que l'eau douce interfère avec le cycle thermohaline, elle dilue l'eau salée laquelle ne s'enfonce pas tant.


Pourquoi certains scientifiques s'inquiètent-ils d'une «goutte» étonnamment froide dans l'océan Atlantique Nord ?


Cependant, nous sommes confrontés à un problème. Qu'en est-il de la fonte des glaces, à faible teneur en sel, partout ailleurs dans l'Arctique? Pourquoi cela ne provoque-t-il pas des « gouttes » froides anormales? Pourquoi cette théorie ignore-t-elle les régions de chaleur anormale au nord de la « goutte » froide ?

Il est plus probable que les modifications climatiques de refroidissement (plutôt que les sulfates) soient utilisées pour réduire l'évaporation et le transfert de chaleur vers l'atmosphère là où les courants marins déplacent l'eau chaude vers l'océan Arctique.

L'eau sous la surface de l'océan, qui a déjà reçu la part du lion du réchauffement climatique, reste plus chaude lorsqu'elle se déplace vers la glace arctique.

 

Teneur totale en chaleur planétaire. Les données de Nuccitelli et al. (2012)

Teneur totale en chaleur planétaire. Les données de Nuccitelli et al. (2012)

Teneur totale en chaleur planétaire. Les données de Nuccitelli et al. (2012)

L'une des régions le long de la grande bande transporteuse océanique, où la chaleur est libérée dans l'atmosphère, correspond bien à la région anormalement froide de l'Atlantique Nord.
 

Pourquoi ce temps bizarre en janvier 2017 ?

Conclusions

Le froid tout à fait anormal sur l'Europe centrale et orientale est dû à l'interaction de deux formes de modification climatique, de réchauffement et de refroidissement.


Plutôt que de « provoquer » des conditions météorologiques, le jet stream est en fait le résultat de ces conditions météorologiques, à savoir le contraste de température entre deux masses d'air.

 

Attribuer la cause de ces conditions à un changement dans le jet stream, c'est comme dire que l'éternuement est la cause du rhume.


Le réchauffement artificiel réchauffe les masses d'air qui empiètent plus au nord en provoquant des crêtes prononcées dans le jet stream.


Le refroidissement artificiel refroidit les masses d'air qui empiètent plus au sud, provoquant des creux prononcés dans le jet stream.


Alors que la Grèce et la Turquie étaient envahies par le froid, l'Arctique a continué à se réchauffer à un rythme sans précédent, si bien que les températures y étaient plus chaudes que dans les régions du sud de l'Europe.
 

Alors que la région où la glace est nucléée se déplace vers le sud, des formations de nuages se déplacent vers le nord et vers l'est augmentées par l'ensemencement des nuages, la production artificielle de vapeur d'eau et des fréquences radars soutenues, tant sur terre que sur mer.


Cette rencontre de froid et de chaud donne lieu à des tempêtes intenses, à la soudaineté et à l'anormalité de «neige instable » en «lourde neige mouillée» et «neige de tempête» dont les présentateurs météo aiment parler.

 

La nature artificielle de ces événements est encore mise en évidence par la vitesse à laquelle des températures anormalement basses remontent vers des températures anormalement élevées dès que les refroidissements artificiels sont temporairement suspendus.


Un rideau de glace est dressé sur les régions fortement peuplées d'Europe.

 

Les épisodes de froid anormal reçoivent également l'attention maximale des médias, alimentant le débat perpétuel entre les défenseurs anthropogéniques du réchauffement planétaire et les sceptiques. Tout cela distrait de la réalité de l'opération délibérée destinée à faire fondre l'Arctique.

 

Le refroidissement artificiel du climat (plutôt que les sulfates) est utilisé pour réduire l'évaporation et le transfert de chaleur vers l'atmosphère, là où les courants marins déplacent l'eau chaude vers l'océan Arctique.


L'eau sous la surface de l'océan, qui a déjà reçu la part du lion du réchauffement climatique, reste plus chaude lorsqu'elle se déplace vers la glace arctique.

Dans une future étude, nous expliquerons comment les géo-ingénieurs alimentent des tempêtes parfaites sans précédent et des ouragans de plus en plus intenses et fréquents, brassés par les océans, transformés par le réchauffement planétaire délibéré en immenses réservoirs de chaleur.


Grâce à la pulvérisation préalable de noir de carbone, aux plates-formes radar en mer, aux avions et aux navires équipés de radars embarqués, émettant des impulsions et pulvérisant des chargements d'aérosols, il n'y a pratiquement aucune limite au développement en taille de ces systèmes de tempête.


Au fur et à mesure qu'ils montent plus au nord et fusionnent avec des tempêtes nucléées de glace, ils intensifient encore davantage le gradient de pression, ils accélèrent la rupture de la glace arctique. Combinés à la géo-ingénierie déjà déployée sur place, ils ajoutent au contenu déjà chargé des nuages, et apportent assez de précipitation et de chaleur à la région pour faire monter la température du pôle Nord au-dessus du seuil de congélation en hiver. Ces facteurs s'accélèrent lorsque la superficie des eaux libres dans l'océan Arctique augmente.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Courant-jet

https://fr.wikipedia.org/wiki/Circulation_thermohaline

 

 

Voir les commentaires

Ensemencement des nuages : faire tomber la pluie ou assécher l'atmosphère

14 Février 2014, 18:31pm

Publié par Ciel Voilé

 

 

P1010562-small

 

                                         Ensemencement hygroscopique de nuages bas

 


Tanker Enemy – le 13 octobre 2013 - Traduction Ciel voilé

 

http://www.tankerenemy.com/2013/10/inseminazioni-imbrifere-e-cloud-seeding.html#.Uv5Rds4hLkc

Les  désinformateurs nient que la technologie actuelle puisse avoir un effet significatif sur les conditions météorologiques. Ils disent aussi que le contrôle du climat (météo et climat ne sont pas synonymes) est une chimère. A l’évidence leurs affirmations sont fausses et dénuées de tout fondement scientifique. Cependant, leur rôle « institutionnel » est d’essayer de dissimuler la réalité, en créant une « réalité » nouvelle, fictive et mutilée par des sophismes, en la redimensionnant de manière adéquate.

Les soi-disant « debunkers » en fait, admettent certaines informations pour les contredire toutes après. Donc, beaucoup comme Simon Angioni utilisent la chimie de base, reconnaissent qu'il est possible d'affaiblir une tempête de grêle ou de faire tomber la pluie, dans ce cas, en utilisant l'iodure d'argent ou de la glace sèche ( dioxyde de carbone sous forme solide ). Cependant, ils prétendent que ces actions sont circonscrites et occasionnelles et que leur impact environnemental est insignifiant et incertain. Ils oublient de mentionner que  pour les pluies artificielles, on utilise surtout, à l’heure actuelle, des bactéries génétiquement modifiées [ 1 ], qui provoquent des infections graves. Il est « naturel » qu’après tant de décennies d’interventions sur les phénomènes atmosphériques, ils ne puissent absolument pas contester l'existence d'outils ad hoc. Néanmoins, ils ne vont pas au-delà : ils s'arrêtent à la préhistoire de la géo-ingénierie en minimisant ses  résultats et ses dommages.

Nous savons bien que ce n'est pas le cas. Nous savons que les pratiques visant à stimuler les précipitations ne sont que l’arbre destiné à cacher la forêt de la géo-ingénierie illégale, celle qui dévaste la planète. Ensemencer les nuages pour faire pleuvoir était une activité relativement courante dans les années 1970, en particulier aux États-Unis, en Israël et en Italie (Pouilles, le «  projet pluie »). Souvent cet ensemencement des nuages​​, encore pratiqué aujourd'hui, mais de manière marginale, n’a été que le prélude à d'autres interventions dont les buts étaient très différents, voire opposés. Ce n’était donc qu’un cheval de Troie pour introduire en douce des opérations hygroscopiques.


P1010669-small

Le terme « hygroscopique » vient du grec et signifie « ce qui capte l'humidité ». Les traînées d’avions sont hygroscopiques à base de composés dessicateurs (gel de silice, triméthyl d’aluminium, lithium, carbonate de calcium, composés du baryum, etc...) qui réagissent avec l'eau présente dans l'atmosphère. Des réactions chimiques rompent la liaison moléculaire entre l'hydrogène et l'oxygène, souvent abaissent considérablement le taux d'humidité de l'air et empêchent ainsi la formation de nuages​​. Elles libèrent d'autres composés nocifs et même mortels.

L'humidité et les nuages​​, surtout les cumulus qui sont des réservoirs de pluie, sont les ennemis des radars et des systèmes de satellites qui opèrent dans une gamme particulière de fréquences ( bande Ka ). Les nuages ​​naturels, en fait, perturbent et affaiblissent les signaux électromagnétiques : cela s’appelle la diffusion. L'armée a résolu le problème, en détruisant les formations nuageuses. Des escadrons d’avions empêchent la pluie, et diffusent des substances toxiques et nuisibles. Habituellement ces opérations aériennes se déroulent à basse ou très faible altitude, à la base des nuages ​​: c'est parce que les courants ascendants emportent ensuite les composés vers des « formations pluvieuses » qui sont dissoutes et remplacées par une patine grisâtre.

Les traînées d’avions déshydratantes, durables ou non, provoquent un effet de serre, car elles créent un écran qui capte le rayonnement infrarouge (associé à l'énergie thermique) en provenance du sol. Elles voilent la lumière du soleil, en interférant avec la photosynthèse et les processus biologiques de tous les êtres vivants. Elles apparaissent clairement avec un ciel opaque ou strié, elles provoquent la sécheresse ou lorsque l'énergie d'un front perturbé est concentrée dans une zone limitée, elles déclenchent des tempêtes désastreuses. [2]

Ne confondez pas les nuages ensemencés pour faire pleuvoir avec les traînées toxiques ​​hygroscopiques. Ne regardez pas l’arbre, mais la forêt.


[ 1 ] Pseudomonas syringae : la bactérie des pluies artificielles 2010
Escherichia coli : la bactérie tueuse qui vient du ciel , 2011
http://www.tankerenemy.com/2010/11/pseudomonas-syringae-il-batterio-dei.html#.Uv5S9s4hLkc


[2] L'humidité de l'air peut également être réduite au moyen d' un micro-ondes . Voir "L'arme à micro-ondes contre la biosphère", 2008

http://www.tankerenemy.com/2008/07/le-microonde-arma-contro-la-biosfera_28.html#.Uv5TJ84hLkc

Voir les commentaires

Etude norvégienne : Les effets biologiques des retombées de chemtrails sur la vie végétale

29 Mars 2013, 13:30pm

Publié par Ciel Voilé

a79f90e912ac85aacb9407d43ea226bb

 

L’étude traduite et recopiée ci-dessous a été préparée par des chercheurs norvégiens. Elle contribue à documenter quelques-uns des effets hautement néfastes des programmes de GSA (géo-ingénierie stratosphérique par aérosols) et de GRS (gestion des radiations solaires) en cours.

 

Il ne subsiste désormais plus de sources « organiques » de nourriture. Tout a été pollué avec les métaux toxiques et les produits chimiques qui sont émis par les programmes mondiaux de vaporisation d’aérosols. Certains des éléments toxiques que nous sommes contraints d’ingérer dans notre alimentation ont été identifiés, d’autres sont sans doute encore inconnus.

 

 

[Lien vers la version PDF (en anglais) de cet article: BaSrTiO3_cell_communication.pdf  ]

 

Conférence « Esprit Ouvert », Oslo, 19-21 octobre 2012

 

Harald Kautz-Vella:

 

Effets néfastes théoriques et scientifiquement prouvés des nano-particules de (Ba, Srx) TiO3 sur la croissance des végétaux (premier jet)


Concernant les qualités chimiques et physiques du TiO3 (Ba, Srx) désigné comme aérosols dans les concepts d’ingénierie climatique globale.

 

Résumé:

 

Les implications théoriques ainsi que les preuves scientifiques indiquent que des nano-particules de <100nm [1/1O.OOOème de millimètre, ndt] de (Ba, Srx) TiO3 [titanate de baryum/strontium - baryum=Ba, strontium=Sr, le 'x' indique l'usage de plusieurs isotopes de cet élément, titane=Ti, le suffixe -ate indique un composé contenant de l'oxygène, O - ndt] telles que celles faisant l’objet de discussions, en tant que composantes de l’ensemencement du nuages dans les brevets de modification climatique globale, nuiraient aux végétaux en:

 

1) interrompant la communication cellulaire au seuil d’absorption de rayonnement UV de 230nm, en absorbant les faibles signaux UV intracellulaires responsables du déclenchement de la division cellulaire;

 

2) irradiant l’ADN de la plante avec de la lumière hautement énergétique de longueur d’onde (λ) de 230nm stockée dans un état excité dans les nucléides [les protons et les neutrons présents dans le noyau des atomes, ndt] de baryum et de strontium. Cette excitation est provoquée par l’exposition aux radiations cosmiques dans les nuages. Les photons à haute énergie stockés peuvent être relâchés par une interaction non-linéaire lorsqu’un photon longitudinal UV de faible énergie et de même λ (un bio-photon) frappe une nano-particule. L’état excité des nucléides se décharge alors en une onde en réplique inversée dans le temps qui s’écoule directement en retour vers l’ADN, l’exposant alors à un impact photonique UV de même λ mais beaucoup plus énergétique;

 

3) déséquilibrant le potentiel électrique de la cellule lorsque stimulées par le champ électromagnétique terrestre, des radiations radar ou des micro-ondes, en relâchant des électrons libres lors d’une altération induite dans leur géométrie cristalline selon leurs propriétés piézo-électriques, rendant les plantes vulnérables aux attaques fongiques.

 

L’interaction complexe de ces trois formes de nuisance théoriquement envisageables n’est pas entièrement comprise. Toutefois l’effet général sur les végétaux a pu être expérimentalement confirmé, démontrant un dosage létal pour les plantes d’approximativement 35mg de (Ba, Srx) TiO3 par kg de matière organique sèche, en fonction du type de plante et d’autres variables externes (à la fois par des analyses en laboratoire et) des études en extérieur.

 

Attendu que:

 

 - la quantité de (Ba, Srx) TiO3 évaluée, en g/ha [grammes par hectare, ndt] et par an résultant des projets de géo-ingénierie est beaucoup plus élevée que le dosage mesuré comme mortel pour les végétaux en g/ha et qu’en sus de cela,

 

 - l’indissolubilité de ces cristaux mènerait à une accumulation continuelle de ces particules dans la biosphère, la mise en œuvre de ces projets serait une menace pour les écosystèmes du monde qui tôt ou tard mèneraient à la destruction totale des biotopes naturels et des récoltes agricoles dans les zones de retombées.

 

1. Introduction


L’esprit humain est entraîné à penser à l’échelle macroscopique, ce qui peut mener à des erreurs de décision quand il s’agit d’exposer la nature à des nano-particules. Plus petites sont les particules, le plus grand devient le rapport de surface au volume. Nous sommes techniquement capables de produire des particules de (Ba, Srx) TiO3 offrant une surface de 2500m² au gramme. Pour les estimations qui vont suivre, cette valeur servira dans les opérations de calcul.

 

En théorie une quantité de 300 tonnes de ce matériau serait suffisante pour en construire une couche de l’épaisseur d’une particule à même de couvrir optiquement un pays de la taille de l’Allemagne. Assurer la dissémination par aérosols de ces particules prendrait 30 vols de Boeing 737.

 

Ce simple calcul est ce qui rend ces matériaux si tentants quand il s’agit de géo-ingénierie. Que ce soit pour l’ensemencement de nuages pour contrôler le changement climatique, ou pour protéger des zones industrielles des effets d’éruptions solaires en formant un écran de plasma dans les couches supérieures de l’atmosphère en utilisant les propriétés piézo-électriques de ce matériau – les bénéfices peuvent être considérables.

De plus le baryum, les isotopes non-radioactifs 85, 86, 87 et 88 du strontium et le titane ainsi que ses oxydes peuvent être considérés comme chimiquement non-toxiques.

 

Il y a des preuves irréfutables que des vaporisations non-autorisées ont été menées par le passé. Des séquences vidéo d’avions militaires en pleine opération de vaporisation, de traînées d’avions persistantes à des températures de -35° et un taux d’humidité de 40%, la langue de bois des personnes impliquées jusqu’à l’ancien directeur du FBI, et des analyses chimiques révélant les taux de titanate de baryum/strontium dans l’analyse des eaux pluviales, des sols et de spécimens de plantes dans la plupart des pays industrialisés. Nonobstant cela l’objectif de ce document n’est pas de discourir sur l’existence ou la légitimité d’actions passées, mais de présenter les effets d’activités futures alors qu’elles sont apportées dans le débat public, notamment par le service fédéral allemand de l’environnement, « Umwelt Bundesamt » dans le livret « Geo-Engeneering. Wirksamer Klimaschutz oder Grössenwahn. Methode. Rechtliche Rahmenbedingungen. Umweltpolitische Fragen. Berlin, April 2011″ [Géo-ingénierie. Protection du climat efficace ou mégalomanie. Méthode. Cadre juridique général. Questions de politique environnementale. Berlin, avril 2011 - PDF (en anglais)]


Ne sont pas prises en considération dans ces discussions publiques les propriétés optiques et électro-physiques de ces matériaux, qui sont remarquables, ou leur possible interaction avec les systèmes biologiques.

 

L’objectif de ce document est d’apporter ces considérations au débat.

Des échantillons de plantes mourantes dont le taux de croissance avait été ralenti de manière significative  de tout autour du monde ont révélé au cours d’analyses de laboratoire des valeurs répétitivement hautes de baryum, de strontium et de titane en une concentration molaire relative indiquant une quantité de 35mg de titanate de baryum/strontium nano-cristallin par kg de matière organique sèche au moment de la mort de la plante. Bien qu’il n’y ait pas d’explication biochimique pour quelque dommage causé à la plante, la corrélation des dommages et des concentrations de baryum, de strontium et de titane est suffisamment significative pour prendre en considération des mécanismes alternatifs d’interaction plante-particule autres que ceux qui sont connus par la chimie. Sachant que des nano-particules de la taille de celles projetées dans les brevets de géo-ingénierie peuvent être absorbées par les plantes dans leur ensemble, et connaissant les propriétés remarquables de ces matériaux, ces modes d’interaction alternatifs peuvent très bien être optiques et/ou électro-physiques dans leur nature.

 

2. Affirmations


2.1 Interruption optique de la communication cellulaire


Dans la conception des bio-photons les molécules d’ADN d’une plante envoient des modèles qui s’interfèrent de faibles émissions bidirectionnelles dans la gamme des UV, qui toutes ensemble forment une image holographique servant de schéma directeur pour la plante, amenant à des divisions cellulaires là où il n’y a pas d’onde-réplique renvoyée par une molécule ADN receveuse pour cause d’une cellule « manquante ». L’onde mono-directionnelle et donc visible déclenchera la division cellulaire dans une cellule avoisinante pour refermer l’espace.

Des plantes entières auraient leurs échanges luminiques intracellulaires dans un état entièrement annihilé par les ondes UV et leurs répliques inversées dans le temps, les plantes blessées ou les zones de croissance active comme le cambium devraient montrer un excès d’ondes UV mono-directionnelles, déclenchant la division cellulaire.

 

Une forme simplifiée de ce concept est utilisée dans des technologies de projection holographique se servant de lasers comme « ADN transmetteur » et du même type de nano-cristaux piézo-électriques comme « ADN récepteur » et capables de projeter des hologrammes en 3D de haute définition.

 

Le seuil d’absorption des nano-particules de titanate de baryum/strontium a son maximum à une longueur d’onde de 250nm, absorbant 90% de la lumière passant par le cristal.

 

La communication intracellulaire qui est responsable du déclenchement est accomplie par des photons de faible énergie d’une longueur d’onde de 260nm.

 

Adjoindre ces deux découvertes ensemble démontre que l’insertion de particules piézo-électriques de cette qualité devrait interférer lourdement avec la communication cellulaire – ainsi l’ADN et les particules se servent de la même longueur d’onde et de la même forme d’onde électromagnétique pour communiquer.

 

Afin de comprendre la relation quantitative entre ce type particulier d’opacité suscité par les nano-particules et les dommages causés aux plantes il est utile de calculer la densité optique des particules dans la plante au moment de la mort.

 

Estimant qu’une concentration de 35mg/kg de matière organique sèche ainsi que mesurée dans l’herbe norvégienne comme dans l’écorce d’arbres californiens mourants l’on peut affirmer que

 

35mg ≈ 87,5m² de surface particulaire ≈ 21.875 de surface optique

 

Estimant que 1kg de matière organique sèche équivaut à 3l = 0,003m3 de matière organique vivante, l’opacité sera atteinte à une distance optique de 0,1311mm ce qui est dans l’ordre de la taille d’une cellule.

 

Au moment de la mort d’une plante, contenant 35mg (Ba, Srx) TiO2, la densité optique des nano-particules est suffisamment élevée pour aller jusqu’à interrompre les communications de cellules directement avoisinantes!

 

2.2 Irradiation de l’ADN des plantes avec du rayonnement UV de haute énergie


Comprendre le concept de bio-photons comme un modèle d’ondes bi-directionnelles avec leurs ondes-répliques inversées dans le temps envoyées et reçues par des molécules d’ADN, incluant des éléments photo-actifs étrangers pourrait induire le changement de la force des photons impliqués de faibles à pas si faibles.

 

Il est connu que des particules dans les nuages peuvent être excitées par la radiation cosmique incidente et relâcher cette radiation plus tard sous la forme de rayons gamma. Cette émission de rayons gamma peut subvenir spontanément ou être déclenchée par l’arrivée d’un photon.

 

En visualisant cette possibilité, il devient évident que l’implication de nucléides en état d’excitation dans un échange de bio-photons pourrait mener à l’émission de quanta de rayons gamma stockés sous la forme d’ondes de réplique inversées dans le temps étant dirigées directement en retour vers l’ADN qui avait émis le photon déclencheur.

 

Ce processus non-entropique redirigeant de grandes quantités d’énergie de retour vers une source faible déclencheuse est en fait la caractéristique principale des systèmes optiques non-linéaires. Pour une compréhension plus complète veuillez vous rapporter aux articles référencés.

 

Le rayonnement UV de haute énergie est connu pour être la source principale de dommages aux végétaux. Par conséquent un dépôt d’aérosols optiquement excités pourrait mener à des dommages à l’ADN par l’émission de quanta UV.

 

2.3 Déséquilibrage du potentiel cellulaire


Le système immunitaire de toutes les cellules suit une courbe hautement raffinée de potentiels électromagnétiques cellulaires, avec des différences de potentiel définies entre le cœur de la cellule et la membrane cellulaire interne, ainsi qu’entre la membrane cellulaire interne et la membrane cellulaire externe. Toute altération de ces potentiels cellulaires affaiblit le « système immunitaire » en dérangeant l’équilibre des procesusi oxydants et anti-oxydants.

 

Le titanate de baryum/strontium, en tant que substance piézo-électrique change sa géométrie cristalline quand elle est exposée à des champs électromagnétiques externes. Tout changement dans la structure cristallographique est accompagné de l’émission d’électrons.

 

En tant qu’aérosol dans l’atmosphère cet effet peut être utilisé pour « allumer ou éteindre » des nuages en appliquant des champs électromagnétiques tels qu’utilisés par les appareils HAARP et ICECAT ou d’autres systèmes d’antennes de radiations de micro-ondes en altérant la structure cristallographique, ce qui mène à changer par du courant libre la particule en ion, provoquant instantanément la formation d’une gouttelette dans le nuage.

 

Le même effet provoqué par des téléphones cellulaires terrestres, des transmissions radar ou de micro-ondes mèneraient à l’émission spontanée d’électrons libres par la particule, ce qui altérerait le potentiel cellulaire de la plante et donc détruire ou affaiblir le système immunitaire de la plante.

 

Comme cause indirecte la plante pourrait mourir d’infections fongiques dissimulant la cause première de sa souffrance.

 

3. Preuves expérimentales


Des expériences de germination avec du titanate de baryum/strontium du domaine industriel, ajouté en concentrations différentes pré-définies au processus de germination, ont besoin d’être menées afin de déterminer de manière expérimentale le dosage létal de titanate de baryum/strontium pour les plantes. J’estimerais une concentration de 35mg/kg de graines imbibées comme zone ciblée d’expérimentation, ajoutant le titanate de baryum/strontium à l’eau pour être sûr qu’il soit complètement absorbé par les graines.

 

Je suggérerais de travailler sur des semences céréalières telles que le maïs, le soja et le blé, et des plantes à croissance rapide comme le cresson pour des résultats rapides afin de pouvoir publier une première version.

 

Il devrait être possible d’acheter du (Ba, Srx) TiO3 via Internet, j’ai vu des offres. S’il est impossible de mettre la main sur de petites quantités je suggère de contacter en privé des personnes travaillant dans des laboratoires où cette substance est utilisée.

 

4. Conclusion


Bien que les mécanismes présentés en postulat avec leurs interactions n’aient pas fait l’objet de recherches complètes il y a assez de preuves et de logique autour du sujet pour NE PAS utiliser les nano-particules décrites à moins que la chose ait été convenablement étudiée, et que les dommages à la nature et aux végétaux aient pu être exclus.

 

Bien qu’il soit tentant de contrôler la météo pour le bénéfice de l’agriculture, bien qu’il puisse paraître sans alternative, pour protéger nos technologies pendant les éruptions solaires pouvant nous frapper jusqu’à l’équateur pendant un possible basculement magnétique – surtout, pris en considération le déplacement s’accélérant de façon exponentielle du pôle nord magnétique au cours des cinq dernières années, indiquant la période de novembre 2012 à mars 2013 comme moment de transition possible – le prix pourrait être trop élevé et la nature pourrait simplement ne pas se réveiller après un hiver de vaporisation d’aérosols – étant totalement aveuglés par notre tentative de protection.

 

Madame, Monsieur,

Je demande respectueusement à tous et à toutes qui ont accès à des conditions de laboratoire ou à des serres disposant de conditions contrôlées de se livrer aux expériences manquantes au chapitre 4 et de rapporter les résultats, comprenant des photos à:

 

kautzvella@gmail.com

Tél. 0049 179 2661123

 

Si je ne devais pas réagir à des résultats arrivants dans la semaine ce texte peut être utilisé dans le domaine public et complété avec vos résultats chiffrant les doses létales de titanate de baryum/strontium, ensemble avec les preuves expérimentales. Tant qu’un e-mail ou contact téléphonique m’a été donné je souhaite évaluer les résultants entrants moi-même et les publierai dès qu’il y aura un schéma visible dans ces résultats.

 

Merci pour votre attention et possibles contributions.

 

Dieu vous garde

 

Harald Kautz-Vella

 

Source: geoengineeringwatch; chemtrailsplanet

 

Lien vers l’article d’où est tirée la traduction: http://www.unhealthyearth.com/2012/10/norwegian-study-biological-effects-of.html#more

 

Traduit depuis le web par willsummer

Voir les commentaires

Neige toxique en Roumanie

5 Février 2014, 17:41pm

Publié par Ciel Voilé

Neige hygroscopique


neve-artificiale.jpg


 Tanker Enemy - Le 1er février 2014  http://www.tankerenemy.com/2014/02/neve-igroscopica.html#.UvJco_shLkc


Le  site italien Tanker Enemy  a publié un article roumain (en italique ci-dessous) donnant les résultats d’une analyse de neige à Bucarest, précédé de deux paragraphes présentant des informations venant des Etats-Unis.  L’article n’est plus accessible sur le site source :

http://www.stiri.com.ro/cautare.php?text=Ce+substante+chimice+nocive+se+regasesc+in+zapada%3F+Rezultatele+unei+analize+in+laboratorul+ICA&submit_news=Cauta

 


Des  nouvelles glaçantes, c’est le cas de le dire, nous parviennent du monde entier. La neige qui tombe en abondance durant cet hiver polaire contient des poisons de toutes sortes, des métaux lourds, des polymères et même de l’uranium appauvri (procédure synthétique pour l'oxyde d'uranium MCM-41) . C'est une neige artificielle : elle fond et ne produit pas d'eau au contact de la chaleur, elle noircit et dégage une forte odeur de plastique brûlé. La catastrophe de Fukushima et des expériences diaboliques provoquent ce phénomène météorologique. De nombreux témoins indiquent que les chiens qui habituellement aiment courir dans les champs enneigés, sont même réticents à aller dehors, après la chute de cette neige artificielle. En Roumanie, l’analyse, par un laboratoire certifié,  de neige tombée à Bucarest, révèle des résultats inquiétants.



Nous sommes en présence d'une neige de polymères très hygroscopiques, produite par un processus chimique qui implique l'uranium appauvri. Par conséquent, un matériau approprié pour capturer l'humidité de l'air et affaiblir la perturbation, facilitant les communications radar/satellite, comme déjà démontré ici, qui ne tolèrent pas la présence d'eau dans les nuages​​. L'effet sur ​​le terrain est ce qui a été observé ces derniers jours.

 

Neve-igroscopica-ai-polimeri-small.jpg

 

 

Ecomagazin.ro  -  Le 28 janvier 2014


http://www.ecomagazin.ro/ce-substante-chimice-nocive-se-regasesc-in-zapada-rezultatele-unei-analize-in-laboratorul-ica/


Quels produits chimiques nocifs se retrouvent dans la neige ? Voici les résultats de l'analyse du laboratoire certifié  ICA. Qui aurait pensé que la neige puisse être si dangereuse ? La neige grise en ville contient beaucoup de poisons, y compris des métaux lourds, des nitrates et du DDT, un pesticide particulièrement nocif pour les êtres vivants.

 
Comment est-il possible que la neige tombée du ciel apporte du DDT en ville ? C’est simple, par le cycle « naturel » de l'eau. Les composés nocifs pénètrent dans les eaux souterraines, les rivières et les lacs. Avec l'évaporation, les polluants se concentrent dans les nuages ​​enfin dans les précipitations.

« Ces poisons nuiront à la santé des personnes pendant des décennies », a déclaré, M. Gheorghe Mencinicopschi, directeur de l'ICA.

« Le plomb dans la neige à Bucarest atteint 76,72 mg / litre. C'est un niveau huit fois supérieur au maximum autorisé. C'est incroyable! En théorie dans une capitale, il ne devrait pas exister de sources polluantes fortes de plomb. L'empoisonnement au plomb provoque la perte des cheveux et des ongles. Il endommage aussi le système nerveux, et cause des troubles sanguins.

Le cadmium
(ingrédient typique de chemtrails, également trouvé à bord d'un Ryanair ... Tanker Enemy ) est à des concentrations de 0,075 mg / litre. C'est un métal lourd très toxique. Chez les enfants, il s'accumule dans les reins et peut entraîner la mort.

Les nitrates atteignent 11,35 mg / litre. « Une concentration de 50 mg / litre peut tuer un enfant en quelques heures. Ce n'est pas une blague », a déclaré Mr Mencinicopschi.

Les nitrites, 0,16 mg / litre, peuvent déclencher un cancer du système lymphatique.

Le lindane, 0,0593 microgrammes / litre, est un pesticide neurotoxique oncogène.

Le  DDT, 0,0415 microgrammes / litre. C'est un pesticide interdit dans les pays industrialisés depuis 1970 en raison de son fort effet cancérigène.

Des huiles lubrifiantes, 28 mg / décimètre cube. Elles sont cancérigènes et leur concentration est très élevée, a affirmé Mr Mencinicopschi.

Voir les commentaires

Géo-ingénierie contre panneaux solaires : 35% de baisse de rendement

19 Juillet 2019, 14:49pm

Géo-ingénierie contre panneaux solaires : 35% de baisse de rendement

auteur Tanker Enemy - Le 16 juillet 2019

http://www.tankerenemy.com/2019/07/impianti-fotovoltaici-e-geoingegneria.html#.XTHLBns6_tQ

Traduction Ciel voilé, avec l'aimable autorisation de Tanker Enemy

 

L'image de couverture montre deux diagrammes représentant le rendement quotidien moyen d'un système photovoltaïque de 3 KW / h. Ce sont deux schémas purement illustratifs, mais l’appareil et son rendement dans différentes conditions météorologiques sont surveillés tous les jours depuis plus de deux ans et les données ont été collectées, ce qui crée une statistique qui ne laisse aucun doute sur les opérations de géo-ingénierie illégales qui affectent l'efficacité globale des installations photovoltaïques, entraînant une baisse du rendement annuel de plus de 35%.

Cela est dû à la présence des "chemtrails" omniprésents, appelés "traînées chimiques" et, par conséquent, à l'obscurcissement artificiel provoqué par les chemtrails. Et, cependant, il est important de souligner que même les soi-disant "beaux jours", décrits par les météorologues comme étant "sereins" et "ciel clair", sont en réalité « artificiels ». Ce sont des cieux anormalement sans nuages, complètement «plats» d’un point de vue chromatique. Le ciel n'est plus bleu cobalt comme il était, mais bleu pâle, sinon blanc. À l'horizon, entre autres, vous pouvez voir clairement le brouillard des retombées .

Ce ne sont pas des cieux naturels, mais ils sont le résultat "d'opérations de maintenance", car les avions ne créent pas de traînées persistantes et donc clairement visibles. La dispersion de particules dans l'atmosphère (brevet Welsbach [1]), en plus d'avoir des conséquences sur la santé de la population (maladies respiratoires, tumeurs, maladies neurodégénératives), d'endommager les plantes, de faciliter les incendies de forêt, d'augmenter les températures, etc., provoque des dommages mesurables à la production d’électricité photovoltaïque, entraînant une baisse importante de l’efficacité des installations. En effet, les produits chimiques dispersés 24 heures sur 24, faisant largement appel à l’aviation civile, créent un écran entre la Terre et le Soleil, aux conséquences inévitables.

La différence de rendement de l’installation photovoltaïque examinée, égale en moyenne à plus de 700 W / h, indique indirectement la présence massive de nanoparticules pulvérisées par avion (lesquelles jouent le rôle de filtre) même pendant les jours apparemment caractérisés par l’absence d'opérations de géo-ingénierie illégales. Il n’est pas vrai que les soi-disant "chemtrails persistants" soient le seul signe de l’activité des aérosols dans notre ciel. Si tel était le cas, en effet, les appareils de production d'énergie électrique à l'aide de l'énergie solaire ne devraient pas subir une baisse de rendement aussi importante les jours où les cumulus ne se forment plus par beau temps. Si l'atmosphère était vraiment propre, l'inverse devrait être vrai ! La concomitance de ces deux facteurs (absence totale de nuages naturels et diminution considérable du rendement photovoltaïque) constitue la démonstration claire et sans équivoque de la présence dans l'atmosphère d'un écran de nanoparticules constamment déversées par l'aviation civile et militaire.

[1] En répandant des tonnes de particules par avion, l'atmosphère de la planète se charge électriquement et convient donc aux projets militaires. L'air que nous respirons est rempli de fibres d'amiante et de métaux toxiques, notamment de sels de baryum, d'aluminium et, comme déjà signalé en 2008, de thorium radioactif. Ces substances réagissent sous forme d'électrolytes pour améliorer la conductivité de l'air, pour les radars militaires et les ondes radio.

 

 

Voir les commentaires

Rendre l'eau à la terre

5 Août 2016, 08:51am

Publié par Ciel Voilé

Californie : à gauche janvier 2014, à droite janvier 2015.http://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=85349

Californie : à gauche janvier 2014, à droite janvier 2015.http://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=85349

Jim Kirwan - Le 21 mai 2014 - Traduction Ciel voilé

http://http://www.rense.com/general96/h20.html

Je dispose d'informations d'une source distante selon lesquelles un évènement va commencer dans les prochaines 48 à 72 heures. Je connais ma source, mais l'information est nouvelle pour moi. Je partage avec vous, car cela représente la première percée majeure, à ma connaissance, depuis que les lois interdisant l'utilisation du temps comme arme ont été créées par l'ONU en 1947. ( ndt : ENMOD 1977)

Depuis lors, le monde a utilisé la modification du temps pour améliorer les conditions météorologiques pour les cultures et pour éviter les catastrophes naturelles. Mais depuis le nouveau millénaire, le temps partout dans le monde a été manipulé pour mettre fin au mode de vie que nous connaissions. Le "marteau" de HAARP a fonctionné non-stop, sans opposition, depuis sa création.

Hier, j'ai appris qu'un nouveau procédé va enfin contrecarrer HAARP et arrêter cette vague criminelle. Le jetstream, les vents d'altitude qui amènent les tempêtes, les tornades, reviendront, et la sécheresse qui est maintenant devenue mortelle en Californie prendra fin.

Des équations, basées sur l'éther, développées par Viktor Schauberger dans les années 1930, ont maintenant été modifiées en utilisant les équations de Maxwell, qui aboutiront à cette percée mondiale qui peut contrecarrer les problèmes causés par HAARP. Ce procédé est développé non seulement en Amérique mais aussi en Europe et en Australie.(1)

Cette technologie a été développée depuis trois ans et testée avec succès 26 fois. Alors que la puissance de HAARP vient de la manipulation de la chaleur et que ses effets ressemblent à ceux d'un marteau, ce procédé, basé sur les propriétés de l'éther, utilise le froid pour contrer la chaleur et un scalpel pour atténuer les dommages déjà produits.

Le procédé, qui combine l'éther et l'eau, fonctionne parce que ces éléments sont naturellement attirés l'un vers l' autre. Cette nouvelle équation dynamique et le résultat de ces combinaisons seront activés en Amérique pour produire une douce pluie en Californie pendant sept à dix jours, et ce n'est que le début.

Quel effet ce type de pluie pourrait avoir sur les feux qui brûlent encore en Californie du Sud ? Ce n'est pas connu. Mais cette pluie est absolument nécessaire dans tout l'État pour sauver ce qui pourrait encore l'être de certaines cultures et pour remplir les réservoirs.

Enfin, le monde a trouvé un moyen de neutraliser HAARP, avec ce puissant antidote qui agira d'ici 48 à 72 heures; avec la première démonstration publique que nous gagnerons avec succès, les jours de fonctionnement de HAARP seront comptés.

Ce n'est pas rien. C'est énorme. C'est la première étape importante pour avertir ce gouvernement que ses jours sont comptés aussi.

La beauté de ceci est que tout le monde en Californie sera en mesure de voir le résultat de l'expérience, quand l'eau tombera ... Cela va durer de sept à dix jours, et ce n'est que le début!

C'est incroyable ce que quelques personnes dévouées peuvent faire, malgré les obstacles, quand ça compte vraiment!


Plus d'informations seront disponibles après les pluies.

Les pluies sont bien tombées deux jours plus tard, article en anglais non traduit :

http://www.rense.com/general96/andtherains.html


kirwanstudios@sbcglobal.net

Viktor Schauberger

https://www.alivewater.com/viktor-schauberger

https://en.wikipedia.org/wiki/Ether

Voir les commentaires

Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !

21 Septembre 2016, 17:39pm

Publié par Attac FRance

Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !
Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !
Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !

Pétition : le secteur aéronautique doit réduire ses émissions, pas les compenser !

mardi 20 septembre 2016, par Attac France

https://france.attac.org/se-mobiliser/changeons-systeme-pas-climat/article/petition-le-secteur-aeronautique-doit-reduire-ses-emissions-pas-les-compenser

L’aviation est un des deux seuls secteurs au monde sans objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il est même prévu que ses émissions augmentent de 300 % à 700 % d’ici à 2050 si rien n’est fait. Du 27 septembre au 7 octobre, à Montréal, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a l’intention de repousser à 2027 tout véritable engagement, tout en introduisant de la compensation carbone. Avec de nombreuses autres organisations, nous rejetons cette proposition contradictoire avec l’impératif climatique et nous appelons l’OACI à réduire ses émissions sans tarder et à exclure, comme première étape, tout dispositif de compensation.

Les gaz à effet de serre issus du transport aérien ont doublé depuis 1990, faisant de l’aviation mondiale le septième plus gros pollueur au monde. C’est particulièrement disproportionné quand on sait que ces émissions sont causées par moins de 10 % de la population mondiale. Epargné par l’Accord de Paris (voir cet article), le secteur de l’aviation ne doit plus tarder pour se conformer à l’impératif climatique : la proposition de l’OACI, qui vise à atteindre une « croissance neutre en carbone », manque sérieusement d’ambition, notamment parce qu’elle repose principalement sur la compensation carbone.

La compensation carbone est un dérivatif facile pour qui ne veut pas réduire ses émissions de GES. Elle permet de se limiter à déplacer les émissions de GES d’un secteur à un autre avec à la clé, au mieux, un résultat nul. Si l’OACI prévoit la mise en œuvre de plusieurs principes pour que son dispositif de compensation évite notamment le double comptage et les préjudices aux populations locales, ils ne sont pas suffisants. L’expérience du Mécanisme de développement propre (MDP) a profondément et durablement discrédité l’idée selon laquelle la compensation pourrait offrir quelque bénéfice que ce soit du point de vue de la lutte contre les dérèglements climatique.

Les projets de compensation ont prouvé qu’ils n’étaient pas en mesure de respecter les principes posés par l’OACI. Ainsi, un nombre significatif de projets, notamment ceux visant à « réduire les émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts » (REDD+), sont contestés, notamment par les populations locales, parce qu’ils font comme si l’agriculture paysanne et l’utilisation de la forêt par les peuples autochtones étaient responsables de la déforestation, tout en gardant le silence sur les causes réelles de la destruction à grande échelle de la forêt. Les projets REDD+ imposent des restrictions sur l’utilisation actuelle des terres, dans le but de générer des crédits carbone utilisés dans le cadre de dispositifs de compensation. En introduisant un dispositif mondial de compensation, l’OACI ne ferait qu’aggraver la situation.

Les organisations à l’initiative de la pétition ci-dessous et signataires de la déclaration publiée au mois d’avril, exigent des membres de l’OACI de s’assurer que les mesures qui seront adoptées à Montréal représentent une contribution juste et adaptée à l’effort global pour limiter le réchauffement climatique en dessous de 2°C, ou idéalement en-deçà de 1,5°C comme le prévoit l’article 2 de l’Accord de Paris. Il ne saurait y avoir de propositions sérieuses sans objectif contraignant et ambitieux de réduction d’émissions, et ce, sans utilisation de la compensation carbone.

Le gouvernement français, en tant que président de la COP 21, ne doit pas accepter un dispositif de compensation carbone qui ne ferait que nous éloigner des objectifs fixés dans le cadre de l’Accord de Paris : sans objectifs clairs et sans règles strictes, un accord de l’OACI sur le climat sera un vol sans destination d’arrivée.

Signez la pétition !
Pour en savoir plus

Voir les commentaires