Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Hémisphère Sud 2021 : manipulations des conditions météorologiques

27 Avril 2021, 08:25am

Publié par Ciel Voilé

Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil
Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil

Argentine (6)- Philippines- Indonésie - Brésil

Voir les commentaires

Six semaines d'emprisonnement pour Jean-Bernard Fourtillan

26 Avril 2021, 17:45pm

Six semaines d'emprisonnement pour Jean-Bernard Fourtillan

Voir les commentaires

YouTube censure un entretien avec Christian Perronne

26 Avril 2021, 17:37pm

YouTube censure un entretien avec Christian Perronne
YouTube censure un entretien avec Christian Perronne

Publié le 25/04/2021 à 15:40 - Mise à jour à 15:48


 

Le professeur Perronne, qui avait donné un entretien au "Média en 4-4-2" dans la lignée de son Entretien essentiel chez FranceSoir à l'occasion de la sortie de son dernier livre, a vu la vidéo être censurée par YouTube. Une mésaventure qu'a connue FranceSoir, mais aussi Sud Radio qui avait publié sa dernière intervention sur son antenne sur une autre plateforme. Les conditions d'utilisation de la plateforme vidéo récusent les "informations médicales incorrectes", qui sont celles... qui ne sont pas approuvées par l'OMS. YouTube avait notamment retiré les vidéos de... Pierre Kory témoignant devant le Sénat américain, alors qu'il s'agissait d'un témoignage sous serment - rappelons que le parjure est un crime passible de cinq ans de prison aux Etats-Unis - et qu'il présentait ses travaux scientifiques.

La science ne peut s'accommoder d'une "vérité officielle", qu'elle émane d'acteurs publics ou privés. Le débat scientifique, médical, et citoyen, ne peut se tenir avec de telles règles.

Nous reproduisons donc l'entretien supprimé, avec l'aimable autorisation du site qui l'avait organisé :

 

Voir les commentaires

Dr Simone Gold de America’s Front Line Doctors – les libertés fondamentales ont fondu

26 Avril 2021, 17:26pm

Dr Simone Gold de America’s Front Line Doctors – les libertés fondamentales ont fondu

France Soir Publié le 26/04/2021 à 17:30

 

Dans ce debriefing nous retrouvons Simone Gold, médecin urgentiste et avocate qui s’est illustrée pendant la pandémie en allant manifester avec les blouses blanches devant le Sénat américain, afin d’évoquer les traitements précoces et les libertés fondamentales. C'est sous son impulsion qu'a été créé America’s Front Line Doctors, un groupe qui compte aujourd'hui plus de 700 000 membres, dont des milliers de médecins bénévoles et sans conflit d'intérêt qui travaillent pour ré-informer les citoyens.

Le Dr Gold évoque notamment la situation aux États-Unis qu'elle juge "inconcevable", alors en pleine campagne de vaccination après l'élection de Joe Biden. La perte des libertés fondamentales, le consentement non éclairé ainsi que le rôle des médias viennent aussi compléter le débriefing.

Selon elle, la solution viendra des citoyens. C'est pour cette raison qu'AFLDS est actuellement au coeur de plusieurs actions juridiques.

 

 

 

Voir les commentaires

Complotistes et forces de l'ordre

26 Avril 2021, 12:04pm

Voir les commentaires

Contrer la propagande médiatique sur la crise sanitaire

25 Avril 2021, 20:13pm

Voir les commentaires

Oui, Fauci et Gates ont des liens avec Moderna

25 Avril 2021, 19:32pm

Oui, Fauci et Gates ont des liens avec Moderna

Oui, Fauci et Gates ont des liens avec Moderna

https://www.jeremyrhammond.com/2020/09/16/fauci-gates-moderna



Un titre de USA Today affirmant à tort qu'Anthony Fauci et Bill Gates n'ont "aucun lien" avec Moderna illustre un problème majeur de nos médias.

Le 11 septembre, USA Today a publié un article dont le titre était "Fact check : Fauci, Gates, Epstein et Soros n'ont aucun lien avec la société pharmaceutique Moderna".


Mais ce titre était faux.


Anthony Fauci, directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) et membre du groupe de travail de la Maison Blanche sur les coronavirus, et Bill Gates ont tous deux des liens avec Moderna, une société pharmaceutique qui développe un vaccin contre le COVID-19 en utilisant la technologie de l'ARNm.


L'article identifie à juste titre la désinformation présentée dans une vidéo largement partagée sur les médias sociaux.


En ce qui concerne Fauci, USA Today note que l'affirmation de la vidéo selon laquelle Fauci était le premier PDG de Moderna est fausse. Néanmoins, Fauci a des liens avec Moderna.


De même, l'article note que l'affirmation de la vidéo selon laquelle Fauci et Gates étaient colocataires à l'université est fausse. Mais Gates, lui aussi, a néanmoins des liens directs avec Moderna.


En fait, USA Today contredit son propre titre en reconnaissant que la Fondation Bill et Melinda Gates "est répertoriée comme l'un des collaborateurs de Moderna" sur la page de la société sur le site Web des investisseurs Flagship Pioneering.


Le lien le plus étroit que USA Today reconnaît avec Fauci est le fait qu'il ait été "co-examinateur d'une plateforme de vaccins que Moderna s'efforce d'améliorer", comme l'indique une lettre aux actionnaires de 2019. Il s'agit d'un examen des technologies vaccinales que Fauci a coécrit et qui a été publié l'année dernière dans la revue Nature Reviews Immunology.


Bien que USA Today ne le mentionne pas, la même lettre, sous le sous-titre "Partenariats", mentionne avoir 187 millions de dollars de financement provenant de subventions, avec une référence en note de bas de page. La note de bas de page précise que les subventions proviennent de la Biomedical Advanced Research and Development Authority (BARDA), de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) et de la Fondation Bill et Melinda Gates.


La BARDA relève du ministère de la santé et des services sociaux. La DARPA est une agence de recherche et de développement du ministère de la Défense.


Le fait que Fauci et Gates aient tous deux des liens étroits avec Moderna n'est pas un secret. Ayant rencontré ce titre dans un fil d'actualité, je savais qu'il était faux et j'ai donc effectué une recherche rapide sur Google pour vérifier sa fausseté. Il m'a fallu environ dix secondes pour vérifier les faits sur le site "Fact Check" de USA Today.


Ma recherche a immédiatement fait apparaître une page publiée en mars sur le site web du NIAID, qui dépend des National Institutes of Health (NIH), annonçant le début d'un essai clinique de phase 1 pour le vaccin COVID-19 de Moderna. La page web indique que le NIAID de Fauci "finance l'essai".


En outre, le candidat vaccin de Moderna "a été développé par des scientifiques du NIAID et leurs collaborateurs" chez Moderna.


La page cite Fauci disant que l'essai était "une étape importante" vers le développement "d'un vaccin sûr et efficace pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2".


De même, j'ai pu immédiatement faire apparaître une page du site Web de Moderna mentionnant la Fondation Bill et Melinda Gates comme "collaborateur stratégique", la fondation ayant "conclu un accord-cadre de projet de santé mondiale" en janvier 2016 "pour faire avancer les projets de développement basés sur l'ARNm pour diverses maladies infectieuses."

Le titre original de USA Today affirmait faussement qu'Anthony Fauci et Bill Gates n'avaient "aucun lien" avec Moderna, le fabricant du vaccin COVID-19.


J'ai envoyé un courriel à l'auteur et au rédacteur en chef des corrections le 13 septembre pour leur demander de corriger leur faux titre et de reconnaître le partenariat du NIAID avec Moderna, conformément au code d'éthique de USA Today.


J'ai également souligné que, même s'ils n'étaient pas au courant de ce partenariat, puisque la collaboration entre la Fondation Gates et Moderna est reconnue dans l'article, ils savaient que leur titre était faux. J'ai également souligné l'hypocrisie de vérifier les faits des autres tout en désinformant délibérément le public.


Deux jours plus tard, j'ai reçu une réponse de l'auteur, Chelsey Cox, qui me remerciait pour mes commentaires mais s'en tenait au titre en arguant que "le titre reflète l'analyse de l'affirmation soumise à la vérification des faits".


J'ai répondu : "Il ne s'ensuit pas que, puisque les affirmations concernant Fauci et Gates soumises à la vérification des faits sont fausses, ils n'ont "aucun lien" avec Moderna. Il s'agit d'un sophisme non sequitur. En effet, vous soulignez vous-même dans l'article que Gates a des liens avec Moderna, sa fondation étant associée à la société. Le titre est faux et devrait, selon les propres directives éthiques de USA Today, être corrigé."


Elle m'a répondu plus tard dans la journée pour me faire savoir qu'elle avait obtenu l'accord d'un rédacteur en chef pour modifier le titre, qui est désormais comme suit : "Vérification des faits : Moderna post makes false claims about Fauci, Gates, Soros, Epstein".
 

(Ce n'est pas non plus un bon titre puisqu'il donne l'impression que c'est Moderna elle-même qui diffusait la désinformation, mais au moins la fausse affirmation selon laquelle Fauci et Gates n'avaient "aucun lien" avec Moderna a été supprimée).


USA Today n'a pas publié de reconnaissance de l'erreur et n'a pas mis à jour l'article pour reconnaître que Fauci, comme Gates, est partenaire de Moderna dans le développement de son vaccin COVID-19.

Qui vérifiera les faits dans les médias grand public ?


La diffusion de fausses informations est un problème grave dans notre société actuelle. Mais le discours dominant consiste à dire qu'elle provient d'individus sur les médias sociaux ou de sites de médias alternatifs. En réalité, les plus grands pourvoyeurs de désinformation sont le gouvernement et les médias grand public.


Remarquez que les "vérificateurs de faits" autoproclamés des médias grand public ne se vérifient pas mutuellement les faits, malgré les innombrables occasions de le faire. Au lieu de cela, ils s'attachent à "démystifier" les informations provenant de sources alternatives.


L'utilisation du terme "fake news" est illustrative. Les médias aux ordres accusent les sources alternatives de propager des "fake news" pour maintenir leur propre domination en tant que pourvoyeurs de désinformation, comme la théorie du complot non prouvée propagée par le New York Times selon laquelle le gouvernement russe a piraté l'infrastructure électorale américaine en 2016.


À titre d'illustration, un éditorial du New York Times publié en novembre 2019 a souligné que des régimes oppressifs avaient utilisé ce terme pour rejeter les critiques sur les violations des droits de l'homme, puis a imputé ce phénomène à Donald Trump pour avoir désigné à plusieurs reprises les sources médiatiques grand public comme propageant des "fake news". C'est Trump, selon eux, qui a donné naissance à "l'épithète de "fake news" comme arme".


Mais c'était un mensonge flagrant. En fait, c'est le New York Times et d'autres médias grand public qui ont fait de l'expression "fake news" une arme en attaquant le journalisme indépendant en ligne qui menace à la fois le modèle économique des grands médias d'entreprise et les programmes politiques sur lesquels ces entreprises ont tendance à s'aligner.


Dans ce cas, l'agenda politique des médias grand public consistait à fabriquer un consentement pour la censure des informations provenant de sources médiatiques alternatives sur les médias sociaux.


Lorsque Donald Trump a commencé à utiliser le terme "fake news", il leur renvoyait, par dérision, leur propre étiquette pour souligner leur hypocrisie.


Cet épisode était conforme à la fonction des médias décrite par Edward Herman et Noam Chomsky dans leur traité fondamental Manufacturing Consent : The Political Economy of the Mass Media.


Les articles dits de "fact check" remplissent souvent cette fonction en désinformant le public.


Par exemple, une "vérification des faits" de Lead Stories, citée par Facebook pour signaler comme faux un message concernant le taux de mortalité lié à l'infection par le SRAS-CoV-2, était elle-même coupable de mensonge, affirmant à tort qu'il était de 1,3 %, chiffre effrayant, alors qu'il ne s'agissait même pas d'une estimation du taux de mortalité lié à l'infection.


Autre exemple, le site FactCheck.org a faussement affirmé que le mercure utilisé dans les vaccins contre la grippe, et autrefois dans de nombreux autres vaccins figurant dans le calendrier de routine des CDC pour les enfants, est inoffensif et que la science a prouvé que les vaccins ne causent pas l'autisme. La source du site Web pour ces affirmations était le site Web du CDC et une étude de 2004 de l'Institute of Medicine (IOM). Le CDC cite à son tour plusieurs études d'observation et la revue de l'IOM. Pourtant, l'IOM a reconnu que le thimérosal, conservateur à base de mercure, est une "neurotoxine connue" qui "s'accumule dans le cerveau" et "peut endommager le système nerveux".


L'IOM a également reconnu que l'hypothèse selon laquelle les vaccins peuvent contribuer au développement de l'autisme chez les enfants sensibles ne peut être exclue par des études d'observation et, de plus, qu'aucune des études incluses dans leur examen n'était réellement conçue pour tester cette hypothèse.


La censure des informations véridiques est un problème croissant.


En février 2019, le membre du Congrès Adam B. Schiff a envoyé des lettres aux PDG de Facebook, Google et Amazon, demandant essentiellement à ces entreprises d'aider le gouvernement à censurer toute information sur les vaccins qui n'était pas conforme aux objectifs de la politique publique en matière de vaccins.


En apparence, l'objectif était de combattre la "désinformation" sur les vaccins, mais ses critères ne s'appliquaient qu'à ce qu'il appelait les informations "anti-vaccins" et incluaient toute information, quelle que soit sa véracité et son fondement scientifique, qui pourrait amener les parents à "refuser de suivre le calendrier de vaccination recommandé".


Schiff lui-même a menti de manière flagrante sur la sécurité des vaccins dans la lettre en affirmant qu'il n'y a "aucune preuve suggérant que les vaccins causent des maladies potentiellement mortelles ou invalidantes".
 

Conformément à ce devoir perçu, Facebook a, par exemple, signalé comme "faux" un post affirmant que les vaccins peuvent provoquer une encéphalopathie, en citant un article "fact check" de Health Feedback. (L'encéphalopathie englobe tout type de dommage, trouble ou maladie du cerveau, y compris l'encéphalite, ou inflammation du cerveau).

 

Pourtant, le fabricant de vaccins Merck, dans son manuel médical à succès, le Merck Manual, déclare explicitement que "l'encéphalite peut survenir comme une complication immunologique secondaire de certaines infections virales ou post- vaccinales."

 

Et le gouvernement américain, dans le cadre de son programme de compensation des dommages dus aux vaccins, qui, avec l'immunité juridique des fabricants de vaccins, sert à déplacer le fardeau financier des dommages des compagnies pharmaceutiques vers les consommateurs contribuables, liste l'encéphalopathie et l'encéphalite comme des dommages compensables dus aux vaccins.

 

Dans un cas célèbre, une fille nommée Hannah Poling a régressé sur le plan du développement et a été diagnostiquée autiste après avoir reçu neuf doses de vaccin en une seule fois à l'âge de 19 mois. Le gouvernement a reconnu que les vaccins "ont considérablement aggravé un trouble mitochondrial sous-jacent, qui l'a prédisposée à des déficits du métabolisme énergétique cellulaire, et s'est manifesté par une encéphalopathie régressive avec des caractéristiques du trouble du spectre autistique".

 

Un autre "Fact Check" de Facebook cite un article de l'AFP et un article de Lead Stories pour signaler qu'une vidéo est fausse pour avoir rapporté que le scientifique en chef de l'Organisation mondiale de la santé avait été surpris en train de mentir au public sur la sécurité des vaccins. Les deux articles de "Fact Check" ont nié que le responsable scientifique de l'OMS avait menti.

 

Pourtant, aucun de ces articles n'a pris la peine d'expliquer en quoi le rapport était faux alors que le scientifique avait en fait affirmé dans une vidéo de l'OMS publiée sur YouTube qu'il existait des "systèmes solides de sécurité des vaccins" dans les pays du monde entier, permettant aux scientifiques travaillant en étroite collaboration avec l'OMS de s'assurer que les vaccins sont administrés "sans risques", pour ensuite admettre quelques jours plus tard qu'il s'agissait d'un mensonge devant ses collègues lors d'une réunion de l'OMS que "nous ne pouvons pas trop insister sur le fait que nous n'avons pas vraiment de très bons systèmes de surveillance de la sécurité dans de nombreux pays" et que le risque que des effets indésirables graves ne soient découverts qu'après la mise sur le marché d'un vaccin est "toujours présent".

 

La pression en faveur de la censure des vérités qui dérangent est telle qu'une étude publiée dans la revue Vaccine a assimilé à de la "désinformation" sur les vaccins même les messages qui soulignent simplement que nous avons le droit de donner un consentement éclairé.

 

Cette étude a été largement citée par les médias comme ayant montré que l'organisation Children's Health Defense de Robert F. Kennedy Jr. était le principal diffuseur de "désinformation" sur les vaccins par le biais de publicités Facebook, même si elle n'a pas produit un seul exemple d'une telle publicité.

 

Ironiquement, l'étude a produit un exemple de publicité "pro-vaccins" qui n'a posé aucun problème aux auteurs, même si elle a faussement indiqué que la science avait prouvé que le vaccin contre le VPH prévenait le cancer du col de l'utérus alors qu'en réalité, comme l'a noté en janvier une étude publiée dans le Journal of the Royal Society of Medicine, aucun des essais cliniques utilisés par les fabricants pour obtenir l'autorisation de mise sur le marché n'a été conçu pour déterminer l'efficacité du vaccin contre le cancer du col de l'utérus, et on ne sait toujours pas si le vaccin prévient le cancer.

 

C'est à nous de demander des comptes aux médias

 

Le problème de la censure et de la désinformation généralisée est grave et a des implications effrayantes. Tout comme la désinformation généralisée a permis d'obtenir le consentement à l'invasion illégale de l'Irak en 2003, elle est utilisée aujourd'hui pour obtenir le consentement à des mesures de "confinement" extrêmes et nuisibles en réponse à la pandémie de SRAS-CoV-2 et à l'obligation de vacciner.

Ensemble, ces programmes politiques poussés par les médias grand public font planer la menace que tout vaccin COVID-19 qui passe par le processus d'approbation de la FDA pour être mis sur le marché sera imposé.

 

Nous devons nous battre contre cet agenda autoritaire.

 

Il y a un certain nombre de choses que vous pouvez faire pour aider à combattre cette menace.

 

Premièrement, ne diffusez pas de fausses informations sur les médias sociaux. Réfléchissez de manière critique, remettez en question vos propres hypothèses et vérifiez votre confirmation. Prenez le temps d'essayer de vérifier les informations pour vous assurer qu'elles sont exactes. Nous ne voulons pas légitimer les accusations de diffusion de fausses informations, car cela fait le jeu de ceux qui souhaitent censurer nos voix.

 

Deuxièmement, continuez à diffuser des informations véridiques que l'establishment veut cacher au public. Les médias sociaux sont un outil très utile pour contourner les gardiens et contester les récits de la propagande dominante. C'est précisément la raison pour laquelle des personnes comme Adam Schiff, membre du Congrès, souhaitent que les plateformes de médias sociaux comme Facebook censurent les informations au nom du gouvernement. Lorsque vous lisez des articles de qualité contenant des informations importantes et vérifiables que les consommateurs des médias traditionnels ne reçoivent pas, veillez à les partager.

 

Troisièmement, lorsque vous êtes confronté à des contenus médiatiques qui désinforment le public, faites l'effort de leur demander des comptes. Écrivez aux auteurs et aux rédacteurs pour leur demander respectueusement de corriger les fausses informations, en leur fournissant toute la documentation nécessaire pour prouver que leurs affirmations sont fausses (je remercie mes propres lecteurs d'avoir parfois identifié des erreurs dans mes propres écrits, que je corrige en publiant des remerciements).

 

Quatrièmement, lorsque vous rencontrez des informations erronées, prenez-les comme exemple pour éduquer les autres sur la façon dont ils sont trompés et sur la façon dont les médias tendent à servir la fonction de fabrication de consentement pour des politiques gouvernementales nuisibles. Partagez l'information et expliquez à vos amis, à votre famille et à ceux qui vous suivent sur les médias sociaux pourquoi l'affirmation ou le récit est faux et quelle est la vérité.

 

Vous n'avez pas besoin d'être un journaliste indépendant pour prendre position et agir contre les menaces que représentent les fausses informations et les récits de propagande du courant dominant. Nous avons tous un rôle important à jouer dans la recherche de la vérité et sa diffusion pour le bien de l'humanité.

 

Il se peut que vous soyez personnellement attaqué pour avoir pris la parole. Mais avec la connaissance, on acquiert la confiance nécessaire pour faire face aux brutes qui vous traiteront de tous les noms et s'en prendront à votre personnalité au lieu d'aborder le fond de votre argument légitime.

 

Vous pouvez aussi vous retrouver censuré. Facebook a pénalisé ma page, par exemple, pour avoir partagé quelques éléments de contenu qu'il a faussement signalés comme étant désinformatifs, alors qu'il diffusait lui-même des informations erronées par le biais de ses prétendus articles de "vérification des faits".

 

Autre exemple : sur un article d'un journal local citant la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, qui encourageait les gens à se faire vacciner contre la grippe, j'ai commenté en indiquant les résultats d'études qui n'allaient pas dans le sens de cet objectif politique et en donnant des liens vers ces études dans la littérature médicale ; le journal a réagi en supprimant mes commentaires et en me bannissant de sa page. J'ai donc riposté en encourageant mes lecteurs à les confronter pour avoir censuré la science afin de promouvoir les vaccins contre la grippe, et ils ont finalement eu recours à l'autocensure et à la suppression de leur message pour empêcher leur public d'apprendre la vérité à la fois sur la science et sur leur censure lâche et intellectuellement malhonnête.

 

Une guerre de l'information est en cours. Nous devons tous faire notre part pour nous éduquer et partager avec les autres les connaissances qui nous permettent de nous assumer. Nous devons également exiger des institutions médiatiques qu'elles respectent des normes plus strictes. Notre avenir en dépend.

 

Voir les commentaires

St Leu Ile de la Réunion danser encore

25 Avril 2021, 18:32pm

Voir les commentaires

Double mutant indien, la mystification continue

25 Avril 2021, 16:53pm

Double mutant indien, la mystification continue

24 avril 2021 Philippe Huysmans - Le vilain petit canard

 

Le pouvoir et les médias à la botte sentant que le bon peuple commence sérieusement à renâcler, et que d’autre part il devient de plus en plus rétif à l’idée de se faire vacciner, nous ont créé, comme ça, vite fait sur le gaz une énième faribole bien anxiogène histoire de terroriser le chaland.  Mesdames et Messieurs, laissez-moi vous présenter le variant double mutant indien.

D’une dangerosité sans pareille (il est pas double mutant pour rien), ce virus qui est déjà parmi nous représente la fine fleur du Covid.  A entendre les médias, l’Inde serait en passe de se transformer en pays de zombies, c’est une catastrophe sanitaire sans précédent : hôpitaux débordés, respirateurs qui viennent à manquer, c’est plus ou moins une scène d’apocalypse.  Et si nous prenions la peine de vérifier par nous-mêmes ce qu’il en est réellement?

Les chiffres

Pas inutile de rappeler, en ces temps où les charlatans en sont à compter les cas en se basant sur des tests bien pourris que le premier indicateur de la dangerosité d’une épidémie c’est le nombre de victimes qu’elle fait.  Or ces données, nous les avons, elles sont presque quotidiennement mises à jour sur le site OurWorldInData.Comparons donc la situation de l’Inde avec la nôtre et celle de quelques pays de référence.


 

 

 

 

Voir les commentaires

Interview de Fabrice Di Vizio

24 Avril 2021, 16:08pm

Voir les commentaires