Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualite

Un décret contre le traitement du Pr Raoult

27 Mars 2020, 06:54am

Un décret contre le traitement du Pr Raoult

Depuis cette après- midi, je lis partout que : "Le gouvernement autorise par décret le traitement à la chloroquine pour tous les patients atteints du coronavirus".

Or, ce n'est pas ce que dit le nouveau décret pris le 25 mars 2020. IL N'A JAMAIS ETE INTERDIT EN FRANCE DE TRAITER LES PATIENTS ATTEINTS DU COVID 19 PAR LA CHLOROQUINE. Ce nouveau décret INTERDIT au médecin généraliste de la prescrire.

Analyse des textes:

Depuis 1945, la chloroquine est utilisée pour lutter contre le paludisme.


Selon le professeur RAOULT, elle a, déjà, été administrée à plus de 1 milliard de personnes.


Depuis de nombreuses années, la chloroquine était en vente libre en pharmacie sans prescription médicale.

Le 13 janvier 2020, au moment où, la Chine subissait l’épidémie de COVID 19, la Ministre de la santé a pris un décret et a classé la Chloroquine (l’hydroxychloroquine) « sur la liste II des substances vénéneuse. »


Cela veut dire que dès parution de ce décret, la chloroquine ne pouvait plus être délivrée sans ordonnance.

Ce qui veut dire que n’importe quel médecin généraliste pouvait la prescrire à ses patients.

Depuis que le professeur RAOULT a décidé de traiter ses patients atteint du COVID 19.

Le 23 mars 2020, Le Haut conseil de la Santé Publique a recommandé de ne pas utiliser ce traitement en l’absence de recommandation, à l’exception de formes graves, hospitalières sur décision collégiale des médecins et sous surveillance médicale stricte.


Ce Haut Conseil n’a pas de pouvoir législatif il ne donne que des recommandations.

Le 25 mars 2020, le Premier Ministre a pris un Décret relatif au PLAQUENIL (hydroxycloroquine), je cite « La spécialité pharmaceutique PLAQUENIL© et les préparations à base d'hydroxychloroquine ne peuvent être dispensées par les pharmacies d'officine que dans le cadre d'une prescription initiale émanant exclusivement de spécialistes en rhumatologie, médecine interne, dermatologie, néphrologie, neurologie ou pédiatrie ou dans le cadre d'un renouvellement de prescription émanant de tout médecin. »

Ce qui implique que depuis hier, PLAQUENIL ne PEUT PLUS être délivré par les médecins généralistes.

Son utilisation est réservée dans le cadre « classique » (ex : paludisme) et dans le cadre de renouvellement d’ordonnance. Il ne pourra être utilisé pour traiter le COVID 19 que dans le cadre d’une hospitalisation.

Or, pour être hospitalisé il faut présenter des symptômes graves (Forte fièvre, et surtout atteinte des poumons) ce qui implique que si un patient va chez son médecin avec des symptômes « non graves » et qu’il est testé positif au COVID 19, il sera renvoyé chez lui sans être hospitalisé et DONC sans possibilité de bénéficier du traitement CHLOROQUINE et AZYTROMICINE (l’antibiotique).

Avant ce décret pris le 25 mars 2020, un patient présentant des symptômes non graves pouvait bénéficier du traitement à base de chloroquine.

Ce n’est, selon moi, plus le cas.

Pour finir, les Chinois ainsi que le professeur RAOULT ont mis en avant que la Chloroquine devait être administrée le plus tôt possible aux patients atteints de COVID 19 pour permettre la réduction rapide (4 à 6 jours) de la charge virale et permettre aux patients de ne pas avoir de grave complications pulmonaires.

OR, LORSQU’ON EST TESTE POSITIF AU COVID 19 COMMENT BENEFICIER DU TRAITEMENT « CHLOROQUINE » EN AMONT, SI LES SYMPTOMES QUE NOUS AVONS NE NOUS PERMETTENT PAS D’ETRE HOSPITALISES ?

Auteur : un abonné de Franck Buhler FB
 
 
 

Voir les commentaires

Arthur Firstenberg : le ciel nous tomberait-il sur la tête ?

26 Mars 2020, 22:30pm

https://www.cellphonetaskforce.org/wp...

Arthur Firstenberg - Traduction Ciel voilé - 26 mars 2020

LE CIEL NOUS TOMBERAIT- IL SUR LA TÊTE ? ( partie 1)

Au moment où j'écris ceci, le monde - ou une très grande partie de celui-ci - est effectivement soumis à la loi martiale. Pour se protéger contre un projet d'ennemi nommé coronavirus (COVID-19), les écoles ont été fermées, les vols des compagnies aériennes supprimés, les théâtres et les restaurants fermés, les églises fermées, les couvre-feux mis en place, les rassemblements publics interdits, les frontières nationales fermées, on a dit aux gens de ne pas s'approcher les uns des autres, de ne pas toucher les surfaces, les poignées de porte et les mains humaines sont couvertes de désinfectant toxique, et la population a reçu l'ordre de «s'abriter sur place» à domicile.

Et les gens, des États-Unis à la Norvège en passant par la Bolivie, l'Australie, l'Égypte et l'Indonésie, ont obéi, non seulement sans beaucoup de protestations, mais avec enthousiasme.

Ma boîte mail et ma messagerie vocale sont inondées d '«informations» contradictoires, dont peu sont vérifiables, mais qui n'ont aucun sens, adaptées aux points de vue scientifiques et politiques dominants. Personne ne regarde la situation dans son ensemble. Personne ne remarque que les taux de mortalité, toutes causes confondues, sont en baisse, non en hausse dans la plupart des pays.


QU'EST-CE QUI A CAUSÉ LA «GRIPPE ESPAGNOLE» DE 1918?

Ce n'est pas la première fois que la peur d'une pandémie virale envahit le monde. Nous avons déjà entendu des prédictions - dont aucune ne s'est réalisée - selon lesquelles la grippe porcine, la grippe aviaire, le SRAS, le MERS, le virus du Nil occidental, le virus Zika et Ebola allaient tuer des millions de personnes. En particulier, toutes ces peurs sont survenues après qu'Internet a remplacé le contact humain comme moyen de communication prédominant, et les mots et les images sur un écran ont remplacé la réalité. Aujourd'hui, cela est allé si loin que les gens sont finalement prêts à fermer le monde plutôt que de remarquer ce qui se passe autour d'eux.

Je ne prétends pas que ces prédictions reposeraient sur rien. Derrière toute l'hystérie, il y a la crainte que la catastrophe que fut la «grippe espagnole» de 1918-1921 ne se répète. Après tout, la grippe de 1918 a rendu malade un tiers de la population mondiale et tué environ cinquante millions de personnes.

Mais il existe un certain nombre de faits importants sur la grippe de 1918 qui ne sont pas largement connus:

La grippe de 1918 n'a pas été causée par un virus.
La grippe de 1918 n'était pas contagieuse et ne s'est pas propagée par contact direct d'homme à homme.
La grippe de 1918 a commencé sur des bases militaires américaines où des soldats étaient formés à la télégraphie sans fil. Elle s'est propagé dans le monde entier sur dix mille navires de la marine américaine équipés de stations sans fil ultramodernes. Elle est devenue beaucoup plus meurtrière en septembre 1918 lorsque la première station de radio diffusant 24h / 24 suffisamment puissante pour être reçue dans la plupart des régions du monde a été diffusée au Nouveau-Brunswick, dans le New Jersey, au service de l'effort de guerre américain, lançant ainsi l'ère moderne de la communication radio.

Les efforts des médecins travaillant pour le U.S.Public Health Service pour prouver la nature contagieuse de la grippe de 1918 ont été héroïques et ont entraîné un échec retentissant et répété. En novembre et décembre 1918 et en février et mars 1919, ils ont tenté d'infecter une centaine de volontaires sains avec la grippe des manières suivantes:

Ils ont mis des sécrétions de la bouche, du nez, de la gorge et des bronches des patients grippaux hospitalisés dans le nez, la gorge et les yeux des volontaires;
Ils ont injecté du sang de patients malades à des volontaires;
Ils ont filtré les muqueuses des patients malades et les ont injectées sous la peau de volontaires;
Ils ont demandé à des volontaires de serrer la main de patients malades, de leur parler, les visages rapprochés, pendant cinq minutes, puis de faire expirer le patient aussi fort qu'il le pouvait pendant que le volontaire, à deux pouces de distance, respirait, puis a toussé directement. face au volontaire, cinq fois.

Aucun des volontaires dans aucune de ces expériences n'est tombé malade.

Des tentatives similaires d'infecter des chevaux sains avec des sécrétions de chevaux atteints de grippe ont entraîné le même échec retentissant.

Ces expériences et d'autres faits sur la grippe de 1918, ainsi que sur la grippe en général, sont discutés et documentés en détail dans les chapitres 7, 8 et 9 de mon livre, The Invisible Rainbow: A History of Electricity and Life (AGB Press 2017, Chelsea Green 2020).

Historiquement, la grippe était une maladie imprévisible qui a frappé sans avertissement et sans calendrier et a disparu aussi soudainement et mystérieusement qu'elle était arrivée, pour ne plus être vue depuis des années ou des décennies. Elle n'existait pas sur cette terre en tant que maladie annuelle avant le déploiement mondial de l'électricité pour l'éclairage et l'énergie qui s'est produit en 1889. De nombreux médecins qui ont été inondés de grippe en 1889 n'avaient jamais vu de cas auparavant. Mais depuis, la grippe n'a plus disparu nulle part sur terre.

 

Ce qui est le plus difficile à abandonner, c'est l'idée, si profondément ancrée dans notre société, qu'une maladie serait la même quelle soit provoquée par une bactérie ou par un virus. Cette façon de voir le monde, comme un combattant au lieu d'une communauté, est fausse. Oui, il existe un virus respiratoire associé à la grippe. Non, le virus ne cause pas la maladie. La grippe est une maladie neurologique qui peut toucher presque tous les organes, avec ou sans symptômes respiratoires. Elle est causée par l'électricité.

Surtout maintenant, le monde a besoin de connaître ces choses. Une fois qu'il est entendu que la grippe de 1918 n'a pas été causée par un virus et n'a pas été propagée par contagion, mais a plutôt été provoquée par la diffusion soudaine des communications radio à travers le monde, l'hystérie devrait disparaître et le monde pourrait revenir à la normale, et vaquer à ses occupations et s'occuper de se débarrasser de la technologie sans fil. Les ondes radio ont rendu malade et tué plus d'êtres humains au cours du siècle dernier que toutes les bactéries et virus réunis. Les maladies cardiaques, le diabète et le cancer (chapitres 11, 12 et 13 de The Rainbow Invisible) sont également causés principalement par la soupe de rayonnements émis par nos téléphones portables, les antennes de téléphonie mobile, les antennes radio, les stations radar, les systèmes de sécurité, les moniteurs pour bébé, les ordinateurs sans fil et d'autres appareils et infrastructures sans fil, et qui inonde notre monde précieux et fragile.


Le coronavirus et la 5G

On m'a demandé si je pense que le coronavirus est causé par la 5G, et ma réponse est: pas directement. Mais les parallèles avec 1918 sont frappants. Rappelez-vous que la grippe de 1918 n'a pas été causée par un virus mais par la prolifération de la technologie radio, au point de modifier l'environnement électromagnétique de la Terre elle-même. La première vague bénigne de grippe durant l'hiver, le printemps et l'été 1918 a été causée par la prolifération de milliers de stations de télégraphie sans fil, chacune ayant une portée géographique limitée et fonctionnant pendant un nombre limité d'heures par jour. La deuxième vague, qui a duré trois années complètes, rendant malade un tiers de l'humanité et tuant dix pour cent de ceux qu'elle a rendu malades, a été provoquée par une escalade de la diffusion radio de la télégraphie à la voix, à temps partiel jusqu'au plein temps et à ondes courtes ou su toute la terre.

C'est parallèle à ce qui se passe aujourd'hui. La 5G intensifie l'assaut de rayonnement sur notre planète à un nouveau niveau, en utilisant des fréquences beaucoup plus élevées, une bande passante beaucoup plus grande et des niveaux de puissance beaucoup plus élevés. La première vague du coronavirus a accompagné une énorme prolifération de stations 5G au sol, chacune ayant une aire géographique limitée. Cela va bientôt passer de courte portée à l'ensemble de la planète, et d'un assaut indirect à un assaut direct sur l'ionosphère, lorsque des milliers de satellites 5G entreront en service cette année et l'an prochain.

Un indice de la nature électromagnétique de la pandémie actuelle provient d'une observation intéressante: jusqu'à deux tiers des personnes testées positives pour le coronavirus ont perdu leur odorat, et c'est souvent leur seul symptôme et elles ne sont pas partout malades. («Perte de l'odorat comme marqueur de l'infection au COVID-19», ENT UK). La perte de l'odorat est un signe classique de la maladie que l'on appelait le mal des ondes radio dans l'ancienne Union soviétique, et qui est appelée sensibilité électrique aujourd'hui; c'est souvent le seul symptôme d'exposition aux ondes radio chez des individus par ailleurs en bonne santé. («Investigation of the Olfactory Sensitivity in Persons Subject to the Influence of UHF», Ye. A. Lobanova et ZV Gordon, in The Biological Action of Ultrahigh Frequencies, AA Letavet and ZV Gordon, eds., Moscou 1960, JPRS 12471, pp. 50-56).

Un autre indice ce sont les effets fréquemment signalés du coronavirus sur le système cardiovasculaire, y compris «les arythmies, l'hypotension, la tachycardie et une proportion élevée de maladies cardiovasculaires concomitantes chez les personnes infectées». Cela a été rapporté le 6 mars 2020 dans Cardiology Magazine. Ce sont également des effets classiques de l'exposition aux ondes radio.

Un troisième indice est la variation étonnante de la gravité de la pandémie actuelle, quelles que soient les mesures prises par les gouvernements pour empêcher les contacts interpersonnels. Pourquoi, par exemple, l'Italie compte-t-elle 74 000 cas de coronavirus et le Japon seulement 1 200? Quatre-vingt pour cent des cas identifiés au Japon n'ont transmis l'infection à personne d'autre. Tokyo, parmi les zones métropolitaines les plus densément peuplées du monde avec une population de 38 millions d'habitants, n'a presque pas de maladie. Ceci malgré une quarantaine nationale et une fermeture de la société en Italie, et peu de mesures prises contre la maladie au Japon. Il n'y a pas de quarantaine au Japon et les bars, restaurants et clubs sont occupés et animés. Les temples sont remplis et les parcs sont remplis de gens qui regardent les fleurs de cerisier. Les métros sont bondés et les gens vont travailler, mais la maladie ne se propage pas. Le Japon a des contacts étroits avec la Chine et n'a même pas arrêté les vols à destination de Hubei avant le 1er février. Le Japon a une population plus âgée que l'Italie et un taux de tabagisme plus élevé.


 

La nature électrique de la maladie expliquerait cela aussi. Presque tout le Japon est volcanique, et la conductivité électrique de la terre sous le Japon est plus élevée que sous la plupart de l'Italie. Les résidents du Japon sont donc mieux ancrés que les résidents de la majeure partie de l'Italie et sont moins affectés par les ondes radio qui les entourent. Les régions volcaniques d'Italie - la Sicile et la Campanie - ont des taux de coronavirus beaucoup plus faibles que le reste de l'Italie. Patricia Ormsby, qui vit au Japon, m'a dit il y a des années que lorsqu'elle est aux États-Unis, elle peut sentir un téléphone portable à une distance de 6 mètres, mais lorsqu'elle est au Japon, elle ne sent pas un téléphone portable jusqu'à ce qu'il entre 3 mètres d'elle. J'habite à Santa Fé pour la même raison: je ne sens pas toutes antennes relais ici parce que la conductivité de la terre sous Santa Fé est très élevée.

Quelle que soit l'origine ou la gravité du virus respiratoire appelé COVID-19, le déploiement de la 5G joue un rôle important dans la pandémie actuelle. La peur, l'isolement social et la fermeture de la société font beaucoup plus de dégâts au tissu de la vie que le virus n'aurait jamais pu en faire. Il est temps que la société surmonte son obsession pour ce micro-organisme et se tourne vers l'urgence posée par la technologie sans fil, sur Terre et dans l'espace.

Voir les commentaires

Pandémie, le jour des comptes

26 Mars 2020, 06:56am

Pandémie : le jour d’après sera celui des comptes, radical et sans concession

Le dévoilement : tous les rois sont nus

Ainsi que nous l’avions pressenti, la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 est la révélatrice de toutes les autres. Très rapidement, chacun y est allé, à juste titre, de son domaine d’expertise pour considérer l’évidence qui allait promptement s’imposer : remise en question cette fois-ci rédhibitoire d’une Union européenne parfaitement inutile voire nuisible, incapable de protéger qui que ce soit et occupée, pendant que chacun tente de survivre, à intégrer en son sein déjà obèse l’Albanie et la Macédoine du Nord (on comprend vraiment l’urgence du dossier). Remise en question du modèle, une nouvelle fois en crise grave, d’une économie mondialisée, financiarisée et déshumanisée, irrespectueuse des peuples, de l’environnement mais aussi source d’insécurité profonde pour ceux-ci. Prise de conscience subite, comme d’autres découvrent la lune, des vertus de l’État providence –encore faudrait-il que celui-ci soit aux mains d’hommes d’Etat dignes de ce nom et non de valets de la finance, lesquels découvrent subitement que le pays tourne encore, malgré le confinement, grâce aux éboueurs, aux personnels soignants, aux caissières, aux livreurs, à tous ceux que l’enseigne Intermarché a récemment et fort justement qualifiés de « héros discrets », sur lesquels le pouvoir macronien n’aura pourtant eu de cesse de taper pendant des mois, depuis la crise des Gilets Jaunes jusqu’aux mobilisations contre la réforme des retraites, et qui continuent de faire tourner la boutique, enfin, pour ceux qui auront réussi à conserver leurs deux yeux.

La fulgurante débandade

On avait donc rapidement compris que tout allait s’écrouler, mais on n’avait pas imaginé que la débandade serait aussi rapide et fulgurante, quand bien même pour des raisons conjoncturelles évidentes, la machine tient encore debout, rafistolée avec du scotch, comme elle-même placée sous un respirateur artificiel de fortune: la France retient son souffle avant que des comptes soient demandés, rendus et que les responsables soient amenés à répondre de leurs nombreuses et coupables errances. Car l’heure viendra de rendre des comptes, quoi qu’en pensent ceux qui tentent, sous prétexte d’une Union nationale qu’ils n’ont cessé de déconstruire méthodiquement (le mot même de nation était devenu péjoratif) de faire taire les esprits libres et critiques et les personnes qui s’efforcent, en dépit des circonstances, de réfléchir.

Voir les commentaires

Plus de 90 000 amendes en 6 jours

24 Mars 2020, 17:59pm

Publié par Nantes révoltée

Plus de 90 000 amendes en 6 jours

Gestion policière d'une crise sanitaire

https://www.nantes-revoltee.com/gestion-policiere-dune-crise-sanitaire/

Le 23 mars 2020

La France est-elle le seul pays au monde qui distribue plus d’amendes que de tests de dépistage ?

Les autorités annoncent le chiffre fièrement, comme un exploit : en 6 jours de confinement, 91 824 amendes ont été distribuées à la population. 91 824 amendes dont :

• 22 574 rien que ce dimanche 22 mars

• Une grande partie en banlieue, et assorties de violences

• Plusieurs amendes à des SDF qui n’ont nul part où se confiner

• 4 sur des personnes qui se rendaient à un enterrement dans la ville de Falaise

• des soignants qui sortaient du travail

Si le système de santé français est à l’agonie, le système sécuritaire semble lui, parfaitement fonctionner. Comme dans tous les autres domaines, la France choisit de régler un problème sanitaire par la répression policière.

91 824 amendes à 135 € l’unité, cela fait 12 396 240 €. Ces millions d’euros iront-ils financer les soins et l’hôpital public ? Serviront-ils a payer les masques qui font si cruellement défaut ?

La France est-elle le seul pays au monde qui distribue plus d’amendes que de tests de dépistage du Coronavirus ?

Voir les commentaires

Chloroquine : interview du Professeur Chabrière

24 Mars 2020, 12:00pm

Publié par Ciel Voilé

Curieusement, vidéo non trouvée sur la chaîne YouTube de LCI

Voir les commentaires

Gilbert Collard : Buzyn- Lévy contre le professeur Raoult

24 Mars 2020, 10:44am

Gilbert Collard :  Buzyn- Lévy contre le professeur Raoult


Mais quel courroux anime le couple Buzyn-Lévy contre le Professeur Raoult et sa tête de guitariste des années 60 ?

Un chercheur qui cherche mais ne cherche pas à occuper les postes prestigieux, politiques, dans les vertes prébendes de la République, à la différence de ses Augustes détracteurs.

Yves Lévy, Professeur d’université, médecin immunologiste, spécialiste de l’infection par le VIH, ôtera la blouse blanche des soins pour endosser la livrée grise des ministères et autres fonctions. Il occupera plusieurs postes (PDG de l’Inserm, conseiller juridique du gouvernement, Directeur scientifique du programme vaccinal de l’ANRS), dans ce que l’on peut appeler la nomenclatura de l’administration française, aujourd’hui toute puissante, jusqu’à exercer la Direction de l’Inserm.

Depuis 1995, il est l’époux d’Agnès Buzyn, elle-même divorcée de Pierre-François Veil, fils de Simone. Ainsi se coagule un couple idéal, médical, qui ne manque pas d’intérêts… amour, amour, pouvoir de l’amour, amour du pouvoir…

Monsieur Lévy, époux donc de la ministre de la Santé, la Santé qui fut aussi une prison, a participé activement à l’élaboration du laboratoire P4, à Wuhan, ville où le Covid-19 a surgi… Avec un tel poste, évidemment, Monsieur ne tenait pas au courant Madame... La France, en application d’accords franco-chinois relatifs à ce laboratoire, l’a financé à hauteur de 1 million d’euros pendant 5 ans.

Avant cette inauguration, le mari d’Agnès s’est fâché avec Didier Raoult en refusant le label de l’Inserm au centre de recherche mondialement réputé (IHU) qu’il dirigeait. Pourquoi ? Cette directive visait directement ce service de pointe. Que cache ce comportement ?

Aujourd’hui, un certain parisianisme universitaire clanique cherche à discréditer la théorie de Raoult sur l’efficacité de la chloroquine dans la lutte contre le Covid-19. Pourquoi ? Alors que les États-Unis et la Chine appliquent en masse ce traitement, que le Maroc a réquisitionné les stocks de chloroquine entreposés à Casablanca, que le Pakistan va accroître sa production à destination de la Chine ; et qu’en Israël la société TEVA annonce une livraison gratuite de plus de 10 millions de doses aux États-Unis. En France, doux pays où l’ex-ministre de la Santé a reconnu avoir menti sur la réalité de la pandémie, la chloroquine a été inscrite, le 13 janvier 2020, en pleine expansion de l’épidémie dans les substances vénéneuses ; outre cette étrange coïncidence temporelle, comment peut-on caractériser de vénéneux un médicament qui a été utilisé en vente libre depuis 50 ans contre le paludisme, avec succès et qui ne coûte rien, 10 centimes le comprimé ? Pourquoi a-t-on retardé sa fabrication de masse ? Ne coûterait-il pas assez cher ? Au lieu de poser ces questions qui épargneraient aux journalistes la courbature vertébrale de la soumission, Le Monde et l’Agence d’État de la Santé qualifient les recherches du Professeur Raoult de « fake news », avant de se rétracter ! Autant de questions qu’un jour un magistrat, s’ils n’ont pas tous le coronavirus, poserait !

Gilbert Collard
Ancien député de la Nation
Député français au Parlement européen

Voir les commentaires

Depuis deux mois l'Etat ne répond pas aux industriels prêts à fabriquer des respirateurs

23 Mars 2020, 19:19pm

Voir les commentaires

Coronavirus et changement climatique

23 Mars 2020, 19:07pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Dr Wolgang Wodarg coronavirus une maladie respiratoire comme chaque hiver

23 Mars 2020, 18:18pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Coronavirus : que disent les chiffres ?

23 Mars 2020, 17:05pm

Voir les commentaires