Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Ces milliers de milliards $ de la transition énergétique que le Great Reset compte récupérer

29 Mai 2021, 06:20am

Ces milliers de milliards $ de la transition énergétique que le Great Reset compte récupérer

28 mai 2021 Éric Verhaeghe – Le courrier des stratèges


 

La transition énergétique ne devrait pas être perdue pour tout le temps. Les acteurs du Great Reset espèrent bien récupérer les investissements colossaux qui devraient intervenir dans les trente ans à venir dans ce domaine. Le Forum de Davos s'emploie d'ailleurs à en évaluer le montant global et à le répartir par segments de marché. C'est la transition écologique et énergétique vue depuis les coulisses : quels marchés vont engraisser les entreprises dans les trois décennies qui viennent ? Une affaire très rentable...

Il faut absolument lire le compte-rendu du NZE (Net-Zero Energy), le rapport de l’Agence Internationale de l’Energie, par le Forum de Davos pour comprendre les raisons qui poussent le Great Reset à endosser le cheval de bataille de la transition énergétique. Pour le militant écologiste moyen et de bonne foi, la transition énergétique est le seul moyen de sauver la planète. Pour l’adhérent moyen au Forum de Davos, c’est d’abord une bonne façon de gagner beaucoup d’argent, bien entendu en faisant le bien autour de soi, selon les principes de l’altruisme efficace

La transition énergétique, cette vache à lait du futur 

Voir les commentaires

Vaccin Covid : les médecins ne servent plus à rien

29 Mai 2021, 06:12am

Vaccin Covid : les médecins ne servent plus à rien

Publié le 16 mai 2021 - par Nicole Delépine – Riposte Laïque

 

FIN DES PROBLÈMES DE NUMERUS CLAUSUS, ON N’A PLUS BESOIN DE MÉDECINS

Les médecins sont plus de 200 000 en France. Mais, malgré des incitations financières considérables, beaucoup paraissaient réticents à injecter un médicament expérimental vendu comme vaccin. Alors le ministre de la Santé a autorisé les infirmières, les vétérinaires et les pompiers à vacciner. Mais ce n’était pas encore assez. Alors tout le monde ou presque (bientôt) pourra maintenant vacciner, sans préalable, sans examen clinique, sans consentement éclairé.

On n’arrête pas le « progrès ». La loi de santé de Marisol Touraine de janvier 2017 [1] avait entamé le processus en permettant des glissements de tâches entre médecins et infirmiers, puis entre infirmiers et aide-soignants etc. On était arrivé au fait qu’un personnel de garde non soignant aurait le droit d’aspirer un résident s’il s’étouffait et qu’il n’y avait aucune personne formée sur place. On était déjà dans le délire, mais encore exceptionnel, qui augurait bien de la suite…

Et l’on vient d’apprendre via Europe 1 que « les kinésithérapeutes, aides-soignants, puéricultrices, ambulanciers et titulaires d’une formation de secourisme de niveau 2 peuvent désormais participer à la campagne de vaccination. 500 000 nouveaux vaccinateurs viennent ainsi renforcer les rangs afin d’atteindre les objectifs fixés par le gouvernement. »  Par La rédaction d’Europe 1  13 MAI 2021.

Ce sont eux aussi qui fourniront les certificats verts, sésames de l’entrée en boîtes de nuit, j’imagine…

 

 

 

Voir les commentaires

Nouvelle étude Pfizer aux Etats-Unis : 78,9% des enfants vaccinés âgés de 12 ans et plus se plaignent d'effets secondaires

28 Mai 2021, 20:06pm

Nouvelle étude Pfizer aux Etats-Unis : 78,9% des enfants vaccinés âgés de 12 ans et plus se plaignent d'effets secondaires

Nouvelle étude Pfizer aux Etats-Unis : 78,9% des enfants vaccinés âgés de 12 ans et plus se plaignent d'effets secondaires


Pfizer/BioNTech a publié mercredi dernier une étude sur la sécurité et l'utilisation de son vaccin. Elle fait état de l'état actuel des études sur la vaccination dans le cadre de l'autorisation d'urgence. Environ 78,9 % des enfants vaccinés ont développé une forme d'effet secondaire.

Publié : 26 mai 2021, 11h19

Le géant pharmaceutique a publié le 19 mai une "fiche d'information" de 37 pages sur la sécurité et l'application republiée par Report24. Elle évoque l'état actuel des études de vaccination dans le cadre de l'autorisation d'urgence EUA (Emergency Use Authorization).


L'autorité sanitaire américaine CDC a confirmé que les enfants et les adolescents développent le Covid-19 de manière extrêmement légère, voire pas du tout. En outre, les enfants et les adolescents à partir de 12 ans ne peuvent pas prendre seuls la décision d'une injection. Malgré cela, les enfants sont ciblés. L'étude a montré que jusqu'à 80 % des enfants développent des effets secondaires qui peuvent entraîner un traumatisme grave.


La nouvelle "fiche d'information" montre que le vaccin BioNTech/Pfizer a été testé sur 1097 enfants et adolescents de 12 à 15 ans. Au moins 866 des 1097 enfants ont développé une forme d'effet secondaire désagréable. Chez 466 d'entre eux, les effets secondaires ont été qualifiés de "légers", chez 393 de "modérés" et chez 7 de "graves".


L'étude a été réalisée en double aveugle, c'est-à-dire que ni les participants ni les expérimentateurs ne savent qui reçoit un traitement particulier. Outre les 1127 enfants et adolescents auxquels on a injecté la première dose et les 1097 autres auxquels on a injecté la seconde, 1127 et 1078 ont reçu une solution saline comme placebo. Les différences étaient remarquables : parmi les enfants vaccinés avec le vrai vaccin, plus de cinq fois plus se sont plaints d'effets secondaires dans les sept premiers jours.


Voici le détail de ces effets :


Première vaccination


Fièvre supérieure à 38 degrés C (114)
Fatigue (677)
Maux de tête (623)
Frissons (311)
Vomissements (31)
Diarrhée (90)
Douleurs musculaires (272)
Douleurs articulaires (109)

 

Deuxième vaccination


Fièvre supérieure à 38 degrés C (215)
Fatigue (726)
Maux de tête (708)
Frissons (455)
Vomissements (29)
Diarrhée (65)
Douleurs musculaires (355)
Douleurs articulaires (173)


L'appendicite potentiellement mortelle est l'un des effets secondaires potentiellement graves qui ont été observés plus fréquemment chez les personnes auxquelles le produit a été injecté que dans le groupe témoin.


Selon Pfizer/BioNTech, le nombre d'effets secondaires graves à court terme est de 0,4 à 0,8 % des personnes injectées. À long terme, ces effets peuvent augmenter. Il y a actuellement environ 82 millions de personnes âgées de 0 à 19 ans aux États-Unis. Si tous ces enfants et adolescents devaient être vaccinés, on pourrait s'attendre à ce que 330 000 à 660 000 bénéficiaires présentent des effets secondaires graves immédiats.


Néanmoins, les médias du système et les autorités sanitaires font croire aux enfants et à leurs parents qu'il est urgent de les vacciner avec les produits expérimentaux à ARNm.


https://freewestmedia.com/2021/05/26/new-pfizer-study-four-fifths-of-all-vaccinated-children-aged-12-and-over-complain-of-side-effects/

 

Voir les commentaires

Interview de Reiner Fuellmich

28 Mai 2021, 18:13pm

Voir les commentaires

5G : Communiqué de presse du vendredi 28 mai 2021 d'Alerte Phone Gate et Robin des Toits

28 Mai 2021, 18:00pm

5G : Communiqué de presse du vendredi 28 mai 2021 d'Alerte Phone Gate et Robin des Toits
Rapport 5G de l’ANSES : Alerte Phonegate et Robin des toits dénoncent dans leur contre-expertise un positionnement ouvertement favorable au lobby des industriels et qui met en danger la santé publique !
  • Notre travail d’analyse, de recherche bibliographique et de remise en perspective des éléments scientifiques présentés, nous amènent à porter un regard critique circonstancié sur ce nouveau rapport de l’ANSES sur la 5G. Il est, selon nous, plus politique que scientifique !

  • Pour comprendre pourquoi nous sommes en mesure de dénoncer la communication faussement rassurante autour de la sortie du rapport, nous vous proposons de prendre connaissance de nos commentaires et propositions au travers d’un document commun de contre-expertise de 52 pages qui sera remis à l’ANSES dans le cadre de la consultation publique qui se termine le 1er juin :

  • Les différentes demandes de moratoire avant mise en place de la 5G, dont celle signée en 2017 par plus de 170 experts et médecins internationaux parmi lesquels le Pr Dominique Belpomme et le Dr Marc Arazi, justifiées déjà par le manque d’études scientifiques spécifiques à ces nouvelles fréquences, se trouvent totalement validés par ce rapport de l’ANSES. Toutefois, l’agence, si elle reconnaît tout du long des 241 pages le manque de données scientifiques, elle n’en tire pas les conclusions qui s’imposent. En agissant ainsi, l’ANSES, mais aussi l’ANFR associée aux travaux, font clairement et délibérément courir un risque potentiel sanitaire tant aux riverains d’antennes-relais qu’aux utilisateurs de téléphones portables, les reléguant au statut de cobayes.

  • > Nous rappelons la nécessité d’un moratoire à l’échelon national et européen

  • Il y a au travers de ce rapport la démonstration d’une totale disproportion entre les moyens alloués aux études scientifiques sur la 5G et les centaines de milliards dépensées par les industriels et les opérateurs pour commercialiser ces nouvelles fréquences. En France, nous constatons le même déséquilibre concernant de la vente des fréquences pour près de 3 milliards d’euros aux opérateurs avec, en face, à peine quelques centaines de milliers d’euros réaffectés par les pouvoirs publics à la protection des populations. Ceci est encore plus flagrant au niveau européen, au travers des financements de la Commission européenne.

  • > Les moyens affectés par l’État aux études scientifiques indépendantes dédiées doivent être augmentés en lien avec les enjeux de santé publique.

  • Le choix d’un alignement sans aucune réserve de l’ANSES sur les recommandations de l’ICNIRP correspond, selon nous, à une reprise en main politique de l’agence par les ministères de tutelle sous l’influence du lobby des industriels de la téléphonie mobile. Ainsi ce rapport marque une très notable inflexion par rapport à ses propres rapports antérieurs plutôt courageux de 2016 et 2019 (totalement absents ici) qui ont permis la révélation du scandale du Phonegate et d’ainsi mettre en évidence certains éléments de la surexposition des utilisateurs aux ondes de leurs téléphones portables du fait des graves manquements des normes ICNIRP en terme de protection de la santé des utilisateurs.

  • L’ANSES doit avoir l’indépendance nécessaire pour mener une étude critique sur les recommandations de l’ICNIRP et les conflits d’intérêts qui l’entourent.

  • Une des conséquences fondamentales de cet alignement sur l’ICNIRP est de ne reconnaître que les effets thermiques des ondes. Laissant ainsi totalement de côté l’ensemble des études scientifiques indépendantes faisant état des effets non thermiques. Le fait qu’à ce stade il n’y ait pas de consensus officiel ne veut pas dire que l’ANSES ne doive pas tenir compte de ces éventuels effets sanitaires.

  • >   L’ANSES, dans un contexte de doute scientifique, doit demander l’application du principe de précaution aux pouvoirs publics.

  • Considérant les effets thermiques des ondes et leur consensus scientifique, l’ANSES, tournant le dos à ses propres recommandations (2016, 2019) concernant la mauvaise qualité de l’indicateur DAS (Débit d’absorption spécifique) pour mesurer l’exposition réelle des utilisateurs de téléphones portables, n’a jamais pris en compte dans ce rapport leur non-application par les pouvoirs publics français et européens. L’agence se contentant de rappeler à de multiples reprises la nécessité d’être en dessous des valeurs limites réglementaires.

  • >   L’ANSES doit remettre en cohérence ce rapport avec ses précédentes recommandations et rendre compte des risques sanitaires au-delà des valeurs réglementaires

  • Encore plus préoccupant, l’ANSES nous indique qu’il n’existe quasiment aucune étude mesurant l’exposition locale et le niveau d’absorption aux ondes des nouveaux téléphones portables. Ceci est aussi le cas de l’ANFR qui n’a rien publié à ce jour concernant les mesures d’exposition aux téléphones portables 5G. D’ailleurs, aucune des deux agences n’évoquent l’impossibilité actuelle de mesurer avec précision les niveaux de DAS résultant de l’émission simultanée de plusieurs antennes de fréquences différentes incluses dans les nouveau téléphones portables 5G. Ceci est encore plus vrai pour la cohabitation à venir des indicateurs DAS et du Power density dans les Smartphones réellement 5G (24-26 GHz).

  • >   L’ANSES et l’ANFR doivent clarifier au plus vite ces points en toute transparence et mettre les pouvoirs publics devant leurs responsabilités

  • Concernant l’exposition dans les fréquences au-dessus des 24 GHz, ni l’ANFR ni l’ANSES n’ont tenu réellement compte des évolutions à venir concernant la nécessité d’augmenter de manière localisée (par exemple comme dans un stade, un bureau, une rue) le nombre de micro-antennes de proximité avec pour conséquence une surexposition des personnes mais aussi de tout le vivant. Ce rapport donne des niveaux d’exposition de la population une série d’informations qui ne correspondent pas à la réalité, dans le seul but de les sous-estimer et de rassurer pour permettre le déploiement de la 5G. Il n’aborde pas la question de l’Electrohypersensibilité, oubliant par là même son rapport de 2018.

  • > Il y a donc urgence à pouvoir mesurer ces nouvelles sources d’exposition qui se situent à la frontière entre sources proches et sources lointaines et pour lesquelles il n’est pas connu de méthode fiable.

  • La lettre de saisine de l’ANSES (2019) n’a tenu aucun compte des possibles atteintes environnementales liées aux expositions générales à la 5G, et ce concernant les plantes, les insectes, et le vivant dans son ensemble. Et ce rapport ne dit quasiment rien à ce propos, comme il ne prend pas en compte les risques associés ou les cofacteurs potentialisant les effets délétères des radiofréquences sur l’homme et la nature ou les conséquences sur le réchauffement climatique.

  • > L’ANSES, et à travers elle les pouvoirs publics, a la responsabilité de protéger la nature et prévenir des risques d’atteinte à la biodiversité et au climat.

  • Les choix dans la sélection des articles ou études de la bibliographie et leurs interprétations par les membres du comité d’experts démontrent, selon nous, plutôt une démarche à caractère politique que scientifique et ce afin de permettre au gouvernement de continuer le développement de la 5G. En agissant ainsi, l’ANSES tourne le dos à la science. Elle a volontairement éliminé de sa démonstration tous les travaux scientifiques et médicaux qui montrent des effets des ondes millimétriques, soit sur la santé (traitements de la douleur, désordres cardiovasculaires, diabète, dermatite, ulcère gastrique, asthme bronchique, diplégie cérébrale infantile, cancer, etc.) soit sur son utilisation dans un cadre militaire en tant qu’armes non létales ou létales.

  • >  L’ANSES doit revoir l’intégralité de son travail sur les conséquences sanitaires des ondes de la 5G, afin de tenir compte à la fois de nos remarques, de celles du groupe de travail de l’ECERI et des diverses contributions qui ne manqueront pas de relever ces points.

  • En vue de la restitution du rapport définitif, nous demandons à l’ANSES de soumettre le travail final, lors d’un débat public contradictoire, à un groupe d’experts internationaux indépendants de tous conflit d’intérêt et reconnus pour leur compétence dans le domaine des ondes des radiofréquences. C’est à ce seul prix que peut se renouer une confiance sereine entre toutes les parties et, le plus important, avec le grand public

Accéder au rapport de contre-expertise


 

Alerte Phonegate est une association régie par la loi de 1901 à vocation internationale, créée en 2018, qui contribue avec ses partenaires à la définition d’une stratégie globale pour une utilisation du téléphone portable, des tablettes numériques, des objets connectés ou de tout autre nouvelle technologie à venir utilisant les ondes électromagnétiques, dans des conditions qui protègent la santé des utilisateurs et en particulier des enfants ;

Robin des Toits est une association selon la loi de 1901 fondée en 2004, centrée sur l’impact sanitaire, environnemental et sociétal des technologies émettrices d’ondes électromagnétiques artificielles, qui a une relation privilégiée avec le terrain et a développé ses expertises dans les domaines à la fois sanitaire, techniques, juridique et sociétal.

https://www.phonegatealert.org/rapport-5g-de-lanses-alerte-phonegate-et-robin-des-toits-denoncent-dans-leur-contre-expertise-un-positionnement-ouvertement-favorable-au-lobby-des-industriels-et-qui-met-en-danger-la-sante?

 

Voir les commentaires

Loi renseignement : le retour en pire

28 Mai 2021, 13:44pm

Loi renseignement : le retour en pire

La quadrature du net - Le 27 mai 2021

Le 28 avril 2021, le gouvernement a proposé un nouveau projet de loi renseignement, complété le 12 mai par de nouveaux articles tirant les conséquences de notre défaite devant le Conseil d’État (relire notre réaction).

L’objectif premier du texte sera de faire définitivement entrer dans le droit commun les mesures de l’état d’urgence débuté en 2015 (assignation à résidence, perquisitions administratives…) ainsi que les mesures expérimentales de la loi renseignement de 2015 (surveillance automatisée du réseau par des « algorithmes »). L’objectif secondaire sera d’inscrire dans la loi française les violations du droit européen actées par le Conseil d’État le mois dernier afin de défendre à tout prix la surveillance de masse française. Toutefois, la menace la plus grave pourrait se situer entre les lignes : une multitude d’ajustements d’apparence sommaire qui semblent cacher un bouleversement dramatique du rapport de force entre le gouvernement et la population.

Dans cette première analyse, nous prenons le temps d’examiner l’ensemble des modifications apportées par ce projet de loi en matière de renseignement. Le texte qui vient d’être validé par la commission des lois de l’Assemblée nationale sera étudié en hémicycle à partir du 1er juin prochain.

Perquisitions administratives de matériel informatique (article 4)

Les perquisitions administratives appelées « visites domiciliaires » en novlangue sécuritaire, se voient dotées d’une nouvelle possibilité. Toujours sans contrôle d’un juge, l’article 4 offre à la police la possibilité d’exiger l’accès sur place à du matériel informatique. Si la personne perquisitionnée refuse, son matériel pourra être saisi et analysé par un laboratoire de la police.

Voir les commentaires

"Auto-proclamé" ?! Attaques et bassesses : ça suffit !

28 Mai 2021, 13:26pm

"Auto-proclamé" ?! Attaques et bassesses : ça suffit !

Jeudi 27 mai 2021 22h39 – Jean-Dominique Michel

La violence mimétique est un donné anthropologique lorsqu'un corps social est en tension.

Depuis quinze mois, on a observé le retour d'inconduites et de vilenies qui, en temps normal, auraient valu à ceux qui les ont agies ou proférées une réprobation sur la base des règles élémentaires de bonne conduite et de civilité.

Le déchaînement contre les "complotistes", provenant de la presse, des autorités ou du Café du commerce, fut ainsi d'une stupidité et/ou d'une ignominie rares. Comme une forme d'hystérie banale visant à étouffer dans l'oeuf tout risque de débat d'idées authentique.

Et en effet, stressés, terrifiés et brutalisés comme ils l'auront été par des mesures "sanitaires" absurdes et inutiles, le seul moyen pour la plupart des gens de ne pas affronter la gravité de cette dérive et de leur docilité aura consisté à incendier les raisonnables et les sceptiques.

On a ainsi vu des gens a priori "normaux", parfois ayant eu ou ayant des responsabilités, se comporter comme des  petites frappes ou des malfrats.

Avec des effets de masse, de meute, de harcèlement et de lâcheté.

 

Dans de tels contextes, les limites du normal et de l'anormal, de l'acceptable et de l'inacceptable, du policé et de l'odieux vacillent, avec des emballements soudains de pulsions agressives mais aussi une tonalité de fond de bassesse banalisée.

Les voix dissidentes sont évidemment les cibles de choix de cet ensauvagement collectif.


 

 


 

Voir les commentaires

Richard Boutry : Reiner Fuellmich ce héros

28 Mai 2021, 13:16pm

Voir les commentaires

"Littéralement criminel" : Pierre Kory accuse la suppression des données sur l'ivermectine d'avoir coûté "un demi-million de vies"

28 Mai 2021, 12:45pm

"Littéralement criminel" : Pierre Kory accuse la suppression des données sur l'ivermectine d'avoir coûté "un demi-million de vies"

le 27/05/2021 à 16:41 - Auteur(s): R. Clinton Ohlers, traduit par FranceSoir

 

Lors d'une récente conférence Zoom, le Dr Pierre Kory, de l'Alliance Front Line COVID-19 Critical Care, a exposé de nombreux détails montrant que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a sciemment supprimé les données sur l'efficacité de l'ivermectine contre le virus afin de favoriser les intérêts de Big Pharma en matière de vaccins.

Article initialement paru sur worldtribune.com et traduit par France Soir, cet article faisant écho à l'analyse du Collectif citoyen publiée le 23 décembre dernier :
Ivermectine : De l’indifférence scandaleuse au mensonge criminel
 

 

"C'est criminel", a déclaré Kory. "C'est littéralement criminel". Le médicament "aurait pu sauver un demi-million de vies cette année s'il avait été approuvé".

Selon M. Kory, l'OMS ne fait que participer aux tactiques d'un "manuel de désinformation" usé par le temps. Ce terme a été inventé par l'Union of Concerned Scientists il y a 50 ans afin de décrire les stratégies que les entreprises ont développées au fil des décennies pour "attaquer la science lorsqu'elle va à l'encontre de leurs intérêts financiers".

Il se compose de cinq parties :

L'imposture - Mener des recherches contrefaites et tenter de les faire passer pour des recherches légitimes.
Le blitz - Harceler les scientifiques qui s'expriment sur des résultats qui dérangent l'industrie.
La diversion - Fabriquer de l'incertitude sur la science là où il n'y en a pas ou peu.
L'écran - Acheter de la crédibilité par le biais d'alliances avec le monde universitaire ou des sociétés professionnelles.
La solution - Manipuler les fonctionnaires ou les processus gouvernementaux pour influencer les politiques de manière inappropriée.

 

 


 

Voir les commentaires

Surveillance de masse : le Royaume-Uni condamné par la CEDH

28 Mai 2021, 12:34pm

Voir les commentaires