Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualite

Priartem : communiqué de presse du 29 septembre 2020

2 Octobre 2020, 14:08pm

Priartem : communiqué de presse du 29 septembre 2020

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 29/09/2020

Mardi 29 septembre marque une étape décisive dans le dossier 5G avec le lancement officiel par l’ARCEP de la procédure d’enchères des fréquences, permettant aux quatre opérateurs déjà assurés d’obtenir un accès minimal à la 5G, d’acquérir plus de fréquences.

Côté société civile, cette date symbolise l’incapacité de l’Etat à respecter les règles qu’il s’impose à lui-même en matière d’environnement et à tenir compte des attentes de la société.

Pour François Lafforgue, avocat des associations, « le dossier de la 5G est conduit en dépit du bon sens, s’affranchissant des règles de droit, prévoyant une évaluation environnementale. Faute d’évaluations sérieuses et malgré leurs alertes, les associations n’ont d’autres choix que de saisir le Conseil d’État ».

Pour Ginette Vastel, de France Nature Environnement, « il est maintenant clair que la Convention citoyenne sur le Climat qui a demandé un moratoire le temps d’évaluer la 5G, est totalement désavouée. Les maires demandant un débat ont été raillés. Dans ces conditions, comment croire encore à un dialogue environnemental honnête et contradictoire fondé sur des données objectives ? »

Sophie Pelletier, présidente de PRIARTEM, condamne l’inconséquence avec laquelle le volet sanitaire a été traité : « L’État contrevient aux recommandations de réduction des expositions aux ondes radiofréquences émises de longue date par son agence sanitaire.

Le rapport commandité dans l’urgence aux inspections cet été n’a d’autre objectif que de garantir une sorte d’immunité aux décideurs en concluant qu’il n’y a pas de risque avéré et que si des risques existent la preuve formelle sera difficile à établir ». Elle s’insurge contre ce pari fou à l’encontre de la santé de la population : « Effet suspecté sur les cancers, effet avéré sur l’activité cérébrale, normes inadéquates pour les enfants, personnes devenues électrosensibles vivant un enfer... pendant combien de temps encore servirons-nous de cobayes ? ».

Stephen Kerckove, délégué général d’Agir pour l’Environnement va plus loin : « Incapable de justifier ses choix technologiques et stratégiques dans le contexte de crise écologique autrement que par des arguments approximatifs voire mensongers, l’État passe en force en misant sur le dénigrement des voix s’y opposant. Aujourd’hui, il récolte une levée de boucliers y compris dans des milieux a priori technophiles ». Dans cette situation, les associations continuent à plaider pour un véritable débat public mené en toute indépendance. Elles appellent les citoyens et les maires à amplifier la mobilisation afin de bloquer le développement de la 5G tant qu’une évaluation sérieuse n’aura pas été conduite dans les règles de l’art.

Face à l’entêtement du gouvernement, les associations poursuivent leur action judiciaire devant le Conseil d’État, afin notamment d’obtenir la suspension, en référé, puis l’annulation de l’attribution des fréquences. Elles entendent obtenir une véritable évaluation environnementale permettant d’évaluer sérieusement les effets écologiques et sanitaires de la 5G.

 

P.R.I.A.R.T.EM - Association Loi de 1901
Boite 64 - 206 quai de Valmy - 75010 Paris
Tél : 01 42 47 81 54 - Fax : 01 42 47 01 65 - Contactez-nous
 

 

Voir les commentaires

Association Procès 5G France

2 Octobre 2020, 13:55pm

Commentaire reçu :

L'individu sur la vidéo est diplômé de Sciences Po Paris ( l'école qui détruit la nation) et de l'Ecole des Ponts ParisTech (vivier de startupers/licornes), Côme Girschig, 24 ans, a été désigné par les Nations unies (comme greta, marionnette mondialiste) pour représenter la France au premier sommet de la jeunesse pour le climat (complice de l'hoax climatique) à New York.


Il faut se faire représenter par des personnes intègres comme le sont Priartem ou robin des toits dans le domaine des ondes et pas par un pantin mondialiste.Il faut surtout choisir d'urgence de bons avocats ( plusieurs pour mieux enfoncer le clou) et diligenter la bonne procédure. Ce type d'expertise peut s'avérer très onéreux. Si c'est contre l'Etat, c'est la juridiction administrative, si c'est contre des sociétés civiles, c'est le tribunal de grande instance et il n'est pas facile de les convaincre de l'application du principe de précaution; d'où la nécessité de faire appel à de très bons avocats spécialisés en droit de l'environnement, et bons procéduriers. Il faut aussi demander de stopper dans l'urgence immédiatement toutes les installations d'antennes dans l'attente des résultats des expertises.

 
 

 

Voir les commentaires

Plus de file d'attente à l'IHU

2 Octobre 2020, 12:10pm

Voir les commentaires

Action collective en justice contre les restrictions Covid-19

2 Octobre 2020, 12:03pm

Voir les commentaires

300 scientifiques dénoncent les mesures gouvernementales disproportionnées

2 Octobre 2020, 10:38am

300 scientifiques dénoncent les mesures gouvernementales disproportionnées
Covid : dans une tribune, près de 300 scientifiques dénoncent les mesures gouvernementales "disproportionnées"


 

Dans une tribune publiée lundi sur le site de Médiapart, près de 300 scientifiques, médecins et universitaires critiquent les dernières restrictions décidées par le gouvernement contre le Covid et leurs effets "secondaires" dramatiques. Ils appellent à changer en urgence de stratégie sanitaire.

Publié le 29/09/2020 • Mis à jour le 01/10/2020

 

 

Le 10 septembre, ils étaient 35 à signer une première tribune "Nous ne voulons pas être gouvernés par la peur". Le docteur Fouché était déjà de ceux-là.

17 jours plus tard, ils sont près de 300 à clamer : " Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face au Covid-19." 

Louis Fouché, médecin anesthésiste-réanimateur à l’Hôpital de la Conception à Marseille (AP-HM) est à nouveau en tête des signataires de cette tribune publiée par Médiapart.

Des personnalités très médiatiques comme le Pr Jean-François Toussaint, le Pr Chritian Perronne, l’épidémiologiste Laurent Toubiana ou le philosophe André Comte-Sponville, côtoient des anonymes professionnels de santé, chercheurs mais aussi universitaires.

Une quinzaine de personnalités de la région PACA co-signent ce texte comme le sociologue Raphaël Liogier, professeur à l’Institut de Sciences Politiques d’Aix-en-Provence.

Porte-parole du collectif "Soignants pour une politique sanitaire juste et proportionnée" qui regroupe 400 médecins, chercheurs et soignants et citoyens, le Dr Fouché dénonce des "mesures disproportionnées". 

On maintient la peur et c’est surtout ça qui nous gêne.

Dr Louis Fouché anesthésiste-réanimateur

Le 23 septembre dernier, le ministre de la Santé a annoncé la fermeture des bars, restaurants et salles de sport dans la métropole d'Aix-Marseille en se basant sur les données de circulation du virus. Pour le docteur Fouché, le Covid masque les "défaillances du système hospitalier".

"Oui, il y a une tension hospitalière sur le nombre de soignants, de lits, etc. explique-t-il, mais cette situation n’est pas nouvelle, c’est lié à un sous-investissement dans l’hôpital public depuis une quinzaine d’années pour favoriser le secteur privé".

"Est-ce que l’hôpital est en tension à cause du Covid ? Je dis non, ajoute-il. La réalité, c’est qu’il y a eu un mort du Covid à Marseille ce week-end (NDLR 27 sur toute la France), alors qu’il y a en moyenne 1700 morts par jour en France, 450 morts de maladies cardio-vasculaires, 430 de cancers, 110 de maladies respiratoires, 27 suicides, 11 accidents de la route. C’est très disproportionné". 

Statistiques contre statistiques

Le médecin réanimateur estime qu'"on fait peser sur l’institution hospitalière l’ensemble de ces malades, or un certain nombre de ces malades ne sont pas là forcément pour le Covid".

"Les six derniers malades de la réanimation chez moi, trois avaient un Covid positif, et étaient comptés dans les statistiques Covid positifs. Mais en fait, ils étaient malades d’autre chose, un choc septique sur une pneumonie à bacille pyocyanique, un œdème aigü du poumon, un lymphome en cours d’induction de chimiothérapie…" explique-t-il.

"On fait dire aux chiffres des choses qui ne sont pas vrais, affirme-t-il. On fait dire à ces gens positifs qu’ils sont tous malades de la maladie Covid qu’on a vue au mois de mars, ce n’est pas vrai. Et je ne peux pas croire qu’on soit la seule réa dans ce cas-là. Ça veut dire qu’il y a environ 30% au moins des patients qui ne sont pas malades de la Covid."

Pour LouisFouché, il y a une raison à cela.

C’est un chantage aux ressources.

"Quand Olivier Véran vient à Marseille, pourquoi vient-il ? En gros, il vient donner de l’argent si on continue la narration de la peur et il vient faire un espèce de chantage consistant à dire "je ne nourris l’hôpital public que si vous continuez à faire ce que je vous dis sans discuter". Et les gens s’alignent pour maintenir l’institution et continuer de soigner les gens".

Louis Fouché ne nie pas la recrudescence du nombre de cas positifs. Mais, dit-il, c'est parce qu'' on voit ce qu’on s’est interdit de voir en mars par une politique de tests qui n’étaient pas adaptée à l’époque."

La menace d'un reconfinement 

Pour le praticien, il faut arrêter l'organisation de ces dépistages massifs, et se limiter aux tests sur prescription "quand on a un doute, après avoir vu un médecin". 

On ne peut pas cantonner une maladie virale c’est une illusion.

La menace d’un reconfinement brandie par le ministre de santé est selon lui une façon de "reprendre le contrôle sur les gens par la menace". "Ça jugule toute contestation, c’est tyrannique, anti-démocratique et ça n’est pas proportionné aux risques de cette épidémie de Covid", assène-t-il.

Selon le docteur Fouché, les restrictions prises rendraient le remède pire que la maladie.

"La volonté de la cantonner actuellement, c’est de ne pas mettre en tension le système hospitalier. Et on fait peser sur la population générale des mesures extrêmement liberticides et qui divisent et qui ont plein de dommages collatéraux alors que c’est la politique de gestion du système de santé qui est défaillante."

Des effets collatéraux dévasteurs

"On est en train de casser le lien social, de le disloquer en prenant la proie pour l’ombre" s'inquiète le médecin marseillais. 

"Il faut protéger les plus fragiles et ce n’est pas par la politique sanitaire actuelle qu’on les protège, au contraire. Il faudrait d’arrêter les masques dans les écoles, d’arrêter les masques à l’extérieur, d’arrêter les tests en population générale parce que tout cela procède d’une imposture et tout le monde le sait".

L’urgence, affirme-t-il, "c’est de protéger les plus fragiles, ça veut dire donner aux gens qui ont peur, aux gens qui ont une immuno-dépression sévère , ceux qui sont hypertendus, obèses, diabétiques, ou avec des comorbidités sévères, c’est ceux-là qui font les formes graves et on les connaît. Il faut leur donner des FFP2 et qu’ils les portent et pas faussement les rassurer avec un masque chirurgical qui ne les protège pas. Et laisser le reste de l’épidémie circuler pour que l’immunité collective se fasse."

Laure Farnault, hématologue-immunologue à Marseille, partage cette analyse. Elle aussi a signé la tribune. Elle tient à préciser qu'elle exprime de son point de vue et non au nom de l'institution.

Dans son service, elle a vu les conséquences des choix faits ces derniers mois. 

"En post-confinement dans mon service d’hématologie, j’ai vu arriver des patients avec des diagnostics qu’on a jamais vus, ils sont tous bien restés confinés chez eux pendant trois mois et ils pensaient que dans le monde il n’y avait que le Covid. 

 

 

 

Voir les commentaires

Arte : pollution électromagnétique, quels risques pour la santé ?

1 Octobre 2020, 18:54pm

Arte : pollution électromagnétique, quels risques pour la santé ?

Documentaire allemand de 27' doublé en français disponible jusqu'au 19 octobre 2020 :

 

Arte : La-pollution-electromagnetique-quels-risques-pour-la-sante

Voir les commentaires

David Icke à Londres le 26 septembre 2020

30 Septembre 2020, 19:23pm

Voir les commentaires

Intervention de Gareth Icke à Londres le samedi 26 septembre 2020

29 Septembre 2020, 17:17pm

Voir les commentaires

Rapport d'enquête : conclusions et préconisations

29 Septembre 2020, 16:51pm

Rapport d'enquête : conclusions et préconisations
Nous publions ci-dessous les conclusions et préconisations de ce rapport d'enquête ( pages 113 et 114) de 153 pages y compris les annexes.

CONCLUSIONS ( page 113)

 

Force est de constater que, factuellement, des incohérences flagrantes et des «vides» inexplicables invalident la théorie officielle et que la gestion de la «crise» sanitaire, tout aussi incohérente, semble plutôt prétexte à une prise de contrôle totalitaire au niveau mondial.

 

Ce qui nous est apparu comme une guerre et biologique et électromagnétique, soutenue par une vaste opération «d'enfumage», dissimule à l'évidence une corruption massive jusqu'au sein de l'OMS et les intentions les plus inavouables.

 

Si l'existence d'un virus ne peut en aucun cas être écartée, et si donc les «gestes barrières» devront continuer à être appliqués jusqu'à la fin de la «crise» sanitaire, une guerre de type électromagnétique est indéniablement à l'œuvre derrière cet écran de fumée semant la confusion jusque dans les rangs des personnels médicaux et hospitaliers.

 

Ainsi, il est avéré que beaucoup d'antennes ont été mises en place à la faveur du confinement, sans souci du «principe de précaution» pourtant largement évoqué par ailleurs, notamment pour entraver des traitements médicaux.Bien que des technologies de type HAARP ou SURA viennent immédiatement à l'esprit, les installations de 5G, terrestres et aériennes (satellites d'Elon Musk en orbite à faible altitude),participent à l'évidence à ce projet de «guerre totale».

 

A cet égard, il est impossible de ne pas remarquer la similitude des dégâts pulmonaires observés par tous les urgentistes dans le cadre de l'épidémie de COVID-19 avec les dommages causés par l'usage d'une arme à rayonnement, et jusqu'aux maux de tête permanents, fatigue croissante, aux sensations de brûlure dans les poumons, à la thrombose et à la perte de sensibilité aux odeurs et aux goûts cités également comme un des symptômes du COVID-19.

 

A cet égard, le rapport du Docteur Jeremy K. Raynes, ingénieur en champs électromagnétiques –qui fait autorité – indique que des signaux sont utilisés par le corps humain pour réguler ses processus, alertant que des signaux électromagnétiques extérieurs peuvent interférer gravement dans ce processus. Manifestement jusqu'à désorganiser le système immunitaire.

 

Par ailleurs, les intentions d'imposer au niveau mondial une monnaie dématérialisée, un vaccin comportant des nano-puces, et une puce électronique sous-cutanée reflètent à l'évidence des tentations totalitaires.

 

Mais s'il a été constaté que des activités industrielles (activités minières, extraction de pétrole et de gaz, géothermie) peuvent, dans certains cas, induire des séismes, aucune enquête n'a été diligentée par la réaction de la Terre à l'utilisation massive d'une technologie 5G. Pourtant, depuis les essais de 5G réalisés avec l'aval de l'ARCEP (autorité de régulation des communications électroniques et des Postes), des séismes inhabituels – vite oubliés - ont fait trembler la France notamment en novembre 2019 et des communes ont été reconnues en état de catastrophe naturelle.

 

Si l'on ajoute à cela le fait que des éruptions solaires – que l'on pense en corrélation étroite avec l'activité volcanique – seraient de nature à rendre brutalement inopérants tous les systèmes électroniques, le jeu d'apprenti-sorcier auquel se livrent certains acteurs internationaux de l'industrie et de la finance pourrait bien nous acheminer vers un avenir des plus incertains.

 

Quoi qu'il en soit, l'implication de la 5G est hautement suspectée dans le présent désastre sanitaire, soit que l'exposition à ces rayonnements ait hautement potentialisé le pouvoir pathogène du virus ou de la bactérie Prevotella à l'origine du choc cytokinique, soit que l'épisode viral du «COVID-19» ne soit que la préparation d'une opération combinée de plus grande envergure, conjuguée à un écran de fumée visant à dissimuler des essais en grand de cette arme électromagnétique, à des fins criminelles qui resteront à éclaircir.

 

 

PRECONISATIONS ( page 114)

 

 

Le Groupe d'enquête préconise solennellement la création d'un «Groupe d'études NRBC  (nucléaire,radiologique,biologique,chimique)» permanent, orienté vers l'étude des agents biologiques et vers l'étude des rayonnements morbides, aux fins de donner aux populations les moyens de se préserver d'un usage éventuel et massif des technologies de 5G qui, une fois en place et poussées à forte puissance, se traduiraient immanquablement par une hécatombe, spécialement si elles sont combinées à des injections pathogènes sous forme vaccinale et à des épandages aériens(chemtrails) de perturbateurs endocriniens ou d'agents viraux.

 

Ainsi, si les décès provoqués par le COVID-19 ont pu être favorisés par des essais de 5G augmentant le pouvoir pathogène du virus, réciproquement des décès provoqués par une montée en puissance ponctuelle d'antennes de 5G ont pu être attribués au COVID-19.Au terme de cinquante jours d'enquête et au plan de l'étude des risques, le Groupe d'enquête préconise que devraient être analysés d'urgence par un Groupe d'Etude des Menaces :

l'impact sociologique de la pandémie de COVID-19 sur les libertés publiques et l'économie

le contenu du vaccin obligatoire en préparation et notamment la présence de nanotechnologies (puces électroniques de contrôle des populations)

les intentions relatives à une abolition de la monnaie physique et son impact sur les libertés publiques (puçage des populations, qui a déjà commencé en Europe)

l'impact sanitaire sur les libertés publiques du déploiement massif de la 5G, le déploiement et le rôle exact des dispositifs HAARP et SURA

la nature exacte des trainées chimiques et leurs objectifs (chemtrails): les métaux lourds comme perturbateurs endocriniens (aluminium, baryum), l'épandage de virus ethniques

le risque d'affrontement communautaire comme outil de destruction des nations

les risques de guerre mondiale (conflit NRBC généralisé).

 

Au plan individuel, le G.E. recommande de développer son autonomie (point d'eau naturel à proximité, vivres, potager, poulailler, ruches pour ceux qui le peuvent, huiles essentielles, argile verte, quercétine), de ne pas se soumettre sans réfléchir à un vaccin qui nous serait proposé dans le cadre de la «pandémie» (la Loi interdit des soins sans le consentement éclairé du patient), à se tenir éloigné d'installations de 5G en état de fonctionnement et de prendre garde aux épandages aériens (chemtrails) qui pourraient reprendre à l'issue du confinement: il faudrait alors ne pas sortir de chez soi.

 

Si on ajoute à cela le risque que soient encouragés des affrontements intercommunautaires pour déstabiliser et détruire les états-nations en vue de conduire les populations vers une gouvernance mondiale non-élue et totalitaire, ainsi que les risques de conflits NRBC, la situation à venir pourrait bien demander beaucoup de vigilance et de solidarité, dans un esprit fraternel et de complémentarité.Certains semblent avoir décidé d'ouvrir la boite de Pandore.

Voir les commentaires

Pr Raoult le 29 septembre 2020

29 Septembre 2020, 16:25pm

Voir les commentaires