Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Me Di Vizio après le vote par le Sénat du passe vaccinal

13 Janvier 2022, 19:32pm

Voir les commentaires

Le vrai complot contre les bonnes mesures en santé publique dévoilé !

13 Janvier 2022, 18:38pm

Le vrai complot contre les bonnes mesures en santé publique dévoilé !
Posted by Jean-Dominique Michel – Le 11janvier 2022
lI faut mesurer l’étendue du problème : pendant que les « journalistes » ignares ou soudoyés à cette fin niaient les évidences en les faisant passer pour des « théories du complot », les principaux acteurs de la corruption institutionnelle en santé… complotaient littéralement pour mettre en échec les bonnes réponses en santé publique. Celles qui, comme nous l’avons inlassablement répété ici, auraient permis de gérer sans dégâts une épidémie de gravité moyenne. En soignant les personnes malades. En protégeant les personnes à risque. Et surtout en laissant vivre normalement la population.

Au lieu de cela, nous avons eu une manipulation massive contre les remèdes efficaces, une maltraitance généralisée des populations, la création artificielle d’un marché pour un produit génique expérimental présenté à tort comme un « vaccin » (ce qui a requis la modification radicale de la définition de ce terme…), l’imposition des conditions d’une société à la chinoise avec une stigmatisation honteuse des spécialistes lucides et compétents, traités comme des dissidents. Elle est pas belle la vie ?!

Le tout avec le concours infaillible des médecins et professeurs corrompus, de la classe politique et des médias de feu nos démocraties…

Le document que je partage ici (avec l’aimable autorisation de la rédaction française de The Epoch Times, que je remercie) est rien moins qu’exceptionnel : d’abord parce qu’il a été rédigé par deux des meilleurs épidémiologistes au monde. Rien à voir avec les « médecins de plateau » qui sévissent de part et d’autre de la frontière franco-suisse en désinformant systématiquement la population comme le font les Didier Pittet, Samia Hurst, Antoine Flahaut, Alessandro Diana, Jean-François Delfraissy, Gilbert Deray et autres Karine Lacombe…

Ici, nous avons des spécialistes qui savent de quoi ils parlent et ne sont assujettis à aucun conflit d’intérêt. Qui n’ont donc pas d’avantages à laisser mourir des gens que l’on aurait pu a) protéger et/ou b) soigner…

 

Voir les commentaires

Passe vaccinal : le Sénat s’essuie les pieds sur l’autorité parentale

13 Janvier 2022, 18:27pm

Passe vaccinal : le Sénat s’essuie les pieds sur l’autorité parentale
  • Lauriane B 13 janvier 2022 Le Courrier des Stratèges

Hier se tenait à la Haute Assemblée la deuxième session de l’examen du projet de loi instaurant le passe vaccinal. Les débats étaient beaucoup plus apaisés que ceux ayant eu lieu à l’Assemblée Nationale la semaine dernière. Les Sénateurs ont tenté de remettre un peu d’ordre dans la situation sanitaire actuelle, mais le naturel revient vite au galop.

Depuis l’ouverture de la vaccination aux enfants, seuls 2 % des enfants de 5 à 11 ans ont reçu une dose de vaccin en France. Le rythme n’est pas effréné et ce n’est pas du goût de tous les Sénateurs.

Accord d’un seul des deux parents pour vacciner les mineurs de 5 à 11 ans

En Commission, les Sénateurs ont pris la décision de limiter l’utilisation du passe vaccinal aux plus de 18 ans. « Il n’y a pas de raison d’aggraver la contrainte qui pèse sur les jeunes », fait valoir le Rapporteur Philippe Bas. C’est pourquoi on s’étonne sincèrement de voir ces deux amendements adoptés concernant la vaccination des enfants.

Pour l’instant, les 16-18 ans n’ont pas besoin de l’autorisation des parents pour accéder à la vaccination. Pour les 12-15 ans, l’accord d’un seul des parents est suffisant. Le Conseil d’État a considéré que la vaccination contre le Covid-19 est un acte non-usuel pour les 5-11 ans  (nécessitant l’accord des deux parents) et usuel pour les 12-17 ans (sans accord de l’autre parent). Les Sénateurs souhaitent pourtant étendre ce régime aux 5-11 ans, avec des arguments qui soutiennent plus l’intérêt du taux de vaccination que celui de l’enfant.  

 

Voir les commentaires

ANTENNES DE TÉLÉPHONIE MOBILE AU FOND DE L'OCÉAN

13 Janvier 2022, 17:50pm

ANTENNES DE TÉLÉPHONIE MOBILE AU FOND DE L'OCÉAN

Un seul ciel bleu au-dessus de nous,
Un océan qui clapote sur tous nos rivages,
Une terre si verte et si ronde,
Qui pourrait en demander plus ?
- Pete Seeger

 

Arthur Firstenberger – Le 12 janvier 2022

 

Cell-towers-on-the-ocean-floor.pdf (cellphonetaskforce.org)

En 2018, sur terre et dans l'espace, les préparatifs de déploiement de millions d'antennes étaient très publiquement réalisés et annoncés, pour la "5G", les "villes intelligentes" et l'"Internet des objets". Dans le même temps, et sans aucune publicité, les gouvernements, les laboratoires de recherche et les intérêts commerciaux et militaires collaboraient à des plans visant à créer des "Océans intelligents" et l'"Internet des objets sous-marins" (IoUT). Ils n'ont pas consulté les poissons, les baleines, les dauphins, les pieuvres et les autres habitants des profondeurs.

Aux États-Unis, la National Science Foundation a financé ce qu'elle a appelé le projet SEANet. L'objectif était de permettre une communication sans fil à large bande depuis n'importe quel point sur ou dans les océans vers n'importe quel autre endroit de la planète ou de l'espace. L'internet des objets sous-marins est conçu pour permettre toutes les mêmes capacités de communication que celles fournies sur terre, y compris "la diffusion vidéo en temps réel depuis l'eau".

Au cours des trois dernières années, un flot d'articles a été publié par des scientifiques et des ingénieurs aux États-Unis, en Chine, au Pakistan, au Qatar, en Corée du Sud, en Espagne, en Australie, en Grèce, en Italie, en France, au Maroc, en Arabie Saoudite et ailleurs. En 2020, la revue IEEE Internet of Things Journal a publié un numéro spécial sur l'Internet des objets pour l'océan intelligent. En 2019, la revue Sensors a publié un numéro spécial sur Smart Ocean : Emerging Research Advances, Prospects and Challenges, et cette même revue est en train de publier un autre numéro spécial sur l'Internet des objets sous-marins.

Certaines des activités qui ont soi-disant "besoin" de cette technologie dans les océans sont les suivantes :

la surveillance du changement climatique
le contrôle et le suivi de la pollution
la prévention des catastrophes, y compris les systèmes d'alerte aux tsunamis
l'exploration des océans
la pêche et l'aquaculture
la récolte des récifs coralliens
la surveillance des plaques tectoniques
la navigation
le commerce océanique mondial
l'exploration et la production de pétrole et de gaz
la communication et surveillance militaires
L'infrastructure qui commence à être déployée, dans tous les océans,comprend :
des capteurs et des antennes ("nœuds") au fond de l'océan
des nœuds à différentes profondeurs
des nœuds en surface
des antennes relais à différentes profondeurs pour transmettre des données verticalement du fond à la surface de l'océan, et à la surface de l'océan.
du fond de l'océan à la surface de l'océan, et horizontalement entre les nœuds.
Véhicules sous-marins autonomes (AUV)
Véhicules autonomes de surface (ASV)
robots sous-marins
bouées de surface sans fil
bateaux et navires intelligents
sous-marins intelligents
rivages intelligents

La communication étant plus difficile à réaliser sous l'eau que dans l'air, et plus sujette aux interférences, plusieurs types de moyens de communication sont utilisés dans les océans pour envoyer des données à différentes vitesses et sur différentes distances. Les ondes acoustiques, les ondes radio, les lasers, la lumière LED et l'induction magnétique sont tous utilisés pour inonder les océans de données. Un système GPS sous-marin est en cours de développement. La plupart de ces moyens ne fonctionnent que pour les communications à courte et moyenne portée. La communication à longue portée repose sur les ondes acoustiques et est similaire à la technologie utilisée dans les sonars océaniques.

Ces technologies sont déjà commercialisées et installées dans les océans du monde entier aujourd'hui. Lors de la conférence Oceanology International 2022, qui se tiendra à Londres du 15 au 17 mars, des dizaines de ces entreprises exposeront leurs produits.

 

WaterLinked vend la technologie des capteurs sous-marins par l'intermédiaire de distributeurs dans le monde entier pour une utilisation dans l'aquaculture, et dans la navigation sous-marine. "Notre technologie Wireless Sense™ permet une communication sans fil fiable et des solutions innovantes de capteurs sous-marins", indique leur site web.
EvoLogics vend des modems acoustiques sous-marins, à moyenne et longue portée, qui "fournissent une communication numérique en duplex intégral."
SonarDyne International vend des modems acoustiques sous-marins à l'industrie pétrolière et gazière ainsi qu'aux gouvernements et aux marines.
Voyis vend des scanners laser sous-marins à courte et longue portée.
GeoSpectrum vend des "systèmes acoustiques intégrés de bout en bout" pour l'exploration pétrolière et gazière et à des fins militaires.
Dynautics vend des véhicules sous-marins autonomes (AUV).
Seaber vend des "micro-AUV sur étagère".
Hydromea commercialise "le tout premier drone sous-marin sans fil".
Mediterraneo Señales Maritimas vend des "bouées de données qui intègrent des capteurs à travers notre enregistreur de données afin que les données puissent être transmises à une station distante et affichées sur notre logiciel".
3D at Depth, Inc. "fournit des systèmes laser LIDAR sous-marins avancés".
Teledyne Marine vend des planeurs sous-marins autonomes, des véhicules sous-marins autonomes ("sous-marins robots sans pilote") et des "systèmes laser pour la plongée sous-marine en eaux peu profondes et profondes".

 

"Les robots sous-marins essaiment l'océan", indique une page du site web de l'Institut océanographique de Woods Hole. L'institut a développé un système de navigation basé sur l'acoustique qui permet à un grand nombre de robots sous-marins de travailler ensemble. "Au lieu d'utiliser un seul robot sous-marin, plus grand et plus coûteux, pour couvrir une zone de l'océan, nous voulons avoir des centaines, voire des milliers de robots plus petits et moins coûteux qui peuvent tous travailler de manière synchronisée", indique leur page web.

 

Les organisations de protection des océans font depuis longtemps campagne contre la pollution sonore dans les océans, mais elles commencent seulement à prendre conscience de ce nouveau type d'assaut, qui pourrait éclipser tous les assauts sonores précédents par sa portée et son ampleur. Par exemple, l'une des campagnes de l'organisation environnementale Sea Shepherd s'intitule "Silencing the Deafening Roar of Ocean Noise Pollution". Ils écrivent : "En 1953, Jacques Cousteau a publié un mémoire classique sur ses premiers jours d'exploration sous-marine. Il a intitulé ce livre Le Monde du Silence.

 

Aujourd'hui, les activités humaines tournent ce titre en dérision. Au cours des dernières décennies, la pollution sonore marine a augmenté à un rythme exponentiel. Le bruit du trafic maritime double chaque décennie.

Le battage de pieux, le dragage, les sonars et l'exploration sismique pour le pétrole et le gaz ajoutent à la cacophonie. Pour la faune marine, et en particulier pour les cétacés sensibles à l'acoustique, ce vacarme anthropique constitue une menace grave et croissante. La pollution sonore des océans provoque un stress important, des changements de comportement, un masquage (c'est-à-dire une difficulté à percevoir les sons naturels importants), des échouages et une perte de sensibilité auditive due au bruit."

 

À ce mélange s'ajoute désormais l'Internet des objets sous-marins, qui commence à inonder les océans de sons afin de les connecter à Internet. Et ce son sera modulé par impulsions avec les mêmes fréquences nocives que les ondes radio afin de transporter les mêmes données. Et pour communiquer sur de grandes distances, certains des modems acoustiques sous-marins commercialisés sont capables de produire un son aussi fort que 202 décibels. C'est l'équivalent de 139 décibels dans l'air. C'est aussi fort qu'un moteur à réaction à une distance de 30 mètres, et c'est au-dessus du seuil de la douleur chez l'homme.

 

Ces modems émettent un son modulé à des fréquences allant de 7 kHz à 170 kHz, ce qui englobe la quasi-totalité de la gamme d'audition des dauphins, qui utilisent le son pour chasser et se diriger. Les effets des sonars sur les baleines et les dauphins ont été largement médiatisés. Mais les effets de la pollution sonore sur les poissons et autres habitants des profondeurs sont tout aussi dévastateurs, comme le détaille Lindy Weilgart dans son rapport de 36 pages pour OceanCare. Elle passe en revue 115 études de recherche sur les effets du bruit sur 66 espèces de poissons et 36 espèces d'invertébrés. "La plupart des poissons et des invertébrés utilisent le son pour leurs fonctions vitales", écrit-elle. "Les effets du bruit sur le développement comprennent des malformations corporelles, une mortalité plus élevée chez les œufs ou les immatures, des retards de développement, des retards de métamorphose et d'installation, et des taux de croissance plus lents...

 

Les impacts anatomiques du bruit impliquent des blessures internes massives, des dommages cellulaires aux statocystes et aux neurones, entraînant une désorientation et même la mort, et une perte d'audition... Sur le plan comportemental, les animaux ont montré des réactions d'alarme, une augmentation de l'agressivité, de la dissimulation et des réactions de fuite, et une diminution de la défense contre les prédateurs, du creusement et de l'entretien du nid, des appels nuptiaux, du frai, de la ponte des œufs et de l'alimentation... Sur le site, les prises commerciales ont chuté jusqu'à 80 % à cause du bruit, les plus gros poissons quittant la zone."

 

Si ce nouvel assaut se poursuit, il fournira les derniers clous dans le cercueil de nos océans, et -- puisque les océans sont la source de toute vie -- de notre planète. Déjà en 1970, 17 ans seulement après avoir publié Le Monde du Silence, Jacques Cousteau, de retour de 3½ années d'exploration au cours desquelles il a parcouru 155 000 miles, déclarait au monde : "Les océans sont en train de mourir. La pollution est générale." "Les gens ne réalisent pas que toute la pollution va dans les mers", dit Cousteau. "La terre est moins polluée. Elle est lavée par la pluie qui emporte tout dans les océans où la vie a diminué de 40 % en 20 ans. Les poissons disparaissent. La flore aussi." Et ce qui n'était pas empoisonné était exploité pour la nourriture, comme si la vie océanique était une ressource inépuisable. "Les océans sont raclés", dit-il. "Les œufs et les larves disparaissent. Dans le passé, la mer se renouvelait. C'était un cycle complet.

 

Mais cet équilibre a été rompu avec l'apparition de la civilisation industrielle. Les crevettes sont chassées de leurs trous par des chocs électriques. Les homards sont recherchés dans des endroits impossibles. Le corail lui-même disparaît. Même dans l'océan Indien, qui est peu fréquenté." La vie dans les océans ne tient plus qu'à un fil. Si le rythme de déclin des populations se poursuit, il ne restera presque plus de poissons dans les océans d'ici 2048.

 

1 Les océans absorbent 24 millions de tonnes de dioxyde de carbone chaque jour, sont 26 % plus acides qu'avant que nous ne commencions à brûler des combustibles fossiles

 

2 et ont absorbé 93 % de la chaleur générée par les gaz à effet de serre depuis les années 1970

 

3.L'acidification, la hausse des températures et le chalutage de fond ont déjà causé des dommages aux récifs coralliens que la nature mettrait 100 000 ans à réparer.

 

4 Les diatomées - un type d'algues à la base de la chaîne alimentaire de l'océan qui est également la source d'un tiers de la production mondiale d'oxygène - ont diminué de plus de 1 % par an depuis deux décennies.

 

5 Les populations de krill - petits crustacés ressemblant à des crevettes qui constituent une grande partie du régime alimentaire de nombreuses espèces de baleines, de pingouins et de phoques - ont diminué de 80 % depuis les années 1970.

 

6 Les couches les plus profondes des océans sont gravement appauvries en oxygène, à tel point que les poissons plongeurs ne plongent plus en profondeur mais restent près de la surface pour respirer.

 

Et les populations de poissons qui vivent dans les profondeurs de l'océan déclinent de façon spectaculaire. Les océans qui se réchauffent ne peuvent plus retenir autant d'oxygène, et ce sont les eaux les plus profondes qui s'appauvrissent en oxygène en premier.

 

7,8,9,10 Un grand nombre de crabes vivant au fond de l'eau se sont asphyxiés au large des côtes de l'Oregon.

 

11 Plus d'un millier de lamantins sont morts de faim en 2021 au large des côtes de la Floride parce que les herbes marines dont ils se nourrissent ont été détruites par la pollution.

 

12 Et il y a tant de plastique dans les océans

 

13 que les sardines vendues dans une poissonnerie australienne contiennent 3 milligrammes de plastique dans chaque gramme de leur tissu.

 

14 Bien que les attaques contre les océans et la Terre soient nombreuses, l'attaque la plus urgente, celle qui détruit la planète le plus rapidement, est la technologie sans fil. Elle est elle-même la plus destructrice, et elle accélère et coordonne toutes les autres agressions. Le téléphone portable est le moteur de toute la technologie sans fil, y compris la technologie sans fil sur terre, dans l'espace et dans les océans. Toute la technologie sans fil, de la 2G à la 5G en passant par l'internet des objets et l'internet des objets sous-marins, exige que tout le monde ait un téléphone portable dans les mains. C'est le directeur, c'est la cible, et sans lui, le rythme actuel de destruction ne pourrait pas continuer. Comme le disait Hillel il y a deux mille ans, "Si ce n'est pas maintenant, ce sera quand ? Si ce n'est pas moi, qui ?"

 

1 Boris Worm et al. Impacts of Biodiversity Loss on Ocean Ecosystem Services. Science 314: 787-790 (2006).

2 Oceaneos. Ocean Acidification.

3 D. Laffoley and J. M. Baxter. Explaining ocean warming: Causes, scale, effects and consequences. International Union for the Conservation of Nature. Sept. 2016.

4 Charles Clover. The End of the Line: How Overfishing is Changing the World and What We Eat. New Press, 2006, p. 67.

5 Cecile S. Rousseaux and Watson W. Gregg. Recent decadal trends in global phytoplankton composition. Global Biogeochemical Cycles 29: 1674-1688 (2015).

6 Matthew Taylor. Decline in krill threatens Antarctic wildlife, from whales to penguins. The Guardian, Feb. 14, 2018.

7 Craig Welch. Oceans Are Losing Oxygen—and Becoming More Hostile to Life. National Geographic, March 12, 2015.

8 Laura Poppick. The Ocean Is Running out of Breath, Scientists Warn. Scientific American, Feb. 25, 2019.

9 Kirsten Isensee. The Ocean Is Losing Its Breath. Ocean and Climate Platform, 2018.

10 International Union for the Conservation of Nature. Ocean Deoxygenation. 11 Bradley W. Parks. Low oxygen levels off Northwest coast raise fears of marine “dead zones.” Oregon Public Broadcasting, July 22, 2021.

12 Corryn Wetzel. Florida Wildlife Officials Move to Feed Starving Manatees in Experimental Conservation Approach. Smithsonian, Dec. 8, 2021.

13 Captain Charles Moore. Plastic Ocean. Avery, NY 2011.

14 Francisca Ribeiro et al. Quantitative Analysis of Selected Plastics in HighCommercial-Value Australian Seafood by Pyrolysis Gas Chromatography Mass Spectrometry. Environmental Science and Technology 54: 9408-9417 (2020).

 

Arthur Firstenberg Author,

The Invisible Rainbow: A History of Electricity and Life Administrator,

International Appeal to Stop 5G on Earth and in Space Caretaker,

ECHOEarth (End Cellphones Here On Earth)

P.O. Box 6216 Santa Fe, NM 87502 USA

phone: +1 505-471-0129 info@cellphonetaskforce.org

 

 

 

 www.cellphonetaskforce.org/

 

Voir les commentaires

Les fausses couches censurées sur VAERS

13 Janvier 2022, 17:23pm

Les fausses couches censurées sur VAERS

Les milliers de fausses couches consécutives aux injections de COVID-19 signalées dans le VAERS sont censurées alors qu'une génération entière est stérilisée.


Brian Shilhavy Rédacteur en chef, Health Impact News – Le 12 janvier 2022

 

Thousands of Miscarriages Following COVID-19 Injections Reported in VAERS are Being Censored as an Entire Generation is Being Sterilized (healthimpactnews.com)

 


Après une année complète d'injections d'un vaccin expérimental anticovid modifiant les gènes, nous pouvons affirmer avec certitude qu'il s'agit d'une arme de destruction massive, car non seulement elle tue et handicape des personnes dans le présent, mais elle détruit également des enfants à naître dans l'utérus, et rend très probablement stérile une génération entière de femmes en âge de procréer.


Les faits qui étayent cette affirmation se trouvent dans la propre base de données du gouvernement, le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS), aussi incomplet que soit cet ensemble de données.


Dans mes articles de l'année dernière, j'ai essentiellement utilisé deux méthodes d'analyse des données du VAERS, à savoir la comparaison des données publiées par le gouvernement pour les vaccins expérimentaux COVID-19 avec tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des 32 dernières années, depuis le début du VAERS en 1990.


Cela nous donne une véritable approche "pommes contre pommes" en utilisant uniquement les données qu'ils fournissent.


L'autre méthode consiste à déterminer le "multiplicateur de sous-déclaration", car tout le monde admet, y compris les autorités sanitaires gouvernementales, que le VAERS est un système passif qui est largement sous-déclaré.


J'ai utilisé l'analyse du Dr Jessica Rose sur le multiplicateur de sous-déclaration qui est publiée ici, et elle a déterminé qu'à partir de son analyse, la déclaration du COVID-19 dans le VAERS doit être multipliée par un facteur de 41.


Pour arriver au nombre de morts fœtales enregistrées dans le VAERS, j'ai dû tester plusieurs recherches différentes sur les "symptômes" répertoriés et voir ensuite si les résultats de la recherche documentaient les morts fœtales, puisqu'il n'existe pas de données démographiques pour les "morts fœtales".


Voici la liste actuelle des "symptômes" du VAERS qui révèlent des morts fœtales :


Grossesse avortée
Avortement
Avortement complet
Avortement compliqué
Avortement précoce
Avortement incomplet
Avortement provoqué
Avortement provoqué incomplet
Avortement tardif
Avortement manqué
Avortement d'une grossesse extra-utérine
Avortement spontané
Avortement spontané complet
Avortement spontané incomplet
Grossesse ectopique
Interruption de grossesse ectopique
Grossesse extra-utérine avec dispositif contraceptif
Arrêt cardiaque fœtal
Mort fœtale
Mort prématurée du bébé
Accouchement prématuré
Grossesse extra-utérine rompue
Mortinaissance


Cette liste n'est peut-être pas exhaustive. Mais en utilisant cette liste avec la dernière mise à jour du VAERS qui contient des données jusqu'au 31 décembre 2021, j'ai trouvé 3 147 décès fœtaux enregistrés suite aux injections de COVID-19 chez des femmes enceintes, ou chez des femmes en âge de procréer qui sont tombées enceintes peu après avoir reçu l'une des injections expérimentales de COVID-19 (comme les grossesses extra-utérines). (Source.)


En utilisant le multiplicateur de sous-déclaration de 41, le véritable nombre de morts fœtales suite aux injections de COVID-19 devient 129 027 morts fœtales.
Veuillez noter que ces décès s'ajouteraient aux décès enregistrés de personnes déjà nées, qui, selon la publication des données VAERS du 31 décembre 2021, s'élèvent à 21 382 (source).


En utilisant le multiplicateur de sous-déclaration de 41, nous avons 876 662 décès après les injections de COVID-19, et cela en plus des 129 027 décès fœtaux.


CELA FAIT PLUS D'UN MILLION DE MORTS POUR LA SEULE PREMIÈRE ANNÉE DES "VACCINS" COVID-19 !
 

Vous ne le croyez pas ? Regardez autour de vous les goulots d'étranglement de la "chaîne d'approvisionnement" qui s'aggravent au lieu de s'améliorer, et comprenez qu'il n'y a PAS de pénurie de produits, mais une pénurie de MAIN-D'ŒUVRE HUMAINE !


En utilisant l'analyse "pommes contre pommes" des données VAERS, j'ai effectué exactement la même recherche sur les symptômes énumérés ci-dessus pour tous les vaccins approuvés par la FDA dans la base de données avant décembre 2020, qui est le mois où les deux premières injections de COVID-19 ont reçu une autorisation d'utilisation en urgence.


Cette recherche a donné une valeur de 2 479 morts fœtales après TOUS les vaccins des 31 années précédentes, soit une moyenne d'environ 80 morts fœtales par an. (Source.)


Morts fœtales suite à des vaccins approuvés par la FDA : 80 par an
Morts foetales suite à des injections expérimentales de COVID-19 au cours de la première année : 3,147


Cela représente une augmentation de 3 834 % des décès fœtaux, si l'on se base uniquement sur les données gouvernementales rapportées par le VAERS.


Et si quelqu'un comme moi, assis chez lui derrière un ordinateur, qui fait des recherches dans la base de données VAERS du gouvernement américain, peut voir cela, vous pouvez être sûr que tous les scientifiques et les médecins qui travaillent pour le gouvernement et qui ont également accès à ces données le voient aussi.


Arrêtez d'appeler cela une "théorie du complot" et réveillez-vous !


C'est un plan de réduction de la population. C'est un génocide. Ce sont des crimes contre l'humanité. C'EST LE MAL ABSOLU ! [...]



Determining the VAERS Under-Reporting Multiplier (healthimpactnews.com)

Voir les commentaires

Le Pr Perronne au parlement du Luxembourg

13 Janvier 2022, 08:40am

Voir les commentaires

Dr Mike Yeadon/Reiner Fuellmich - Les preuves d'un crime prémédité

13 Janvier 2022, 08:23am

Voir les commentaires

Bulgarie : des opposants à la politique vaccinale tentent de s'introduire dans le Parlement

12 Janvier 2022, 19:52pm

Voir les commentaires

Tucker Carlson : la folie du covid prendra fin en 2022

12 Janvier 2022, 18:41pm

Voir les commentaires

Vaccins anti HPV et cancer du col de l’utérus. Où en est-on en décembre 2021?

12 Janvier 2022, 18:25pm

Vaccins anti HPV et cancer du col de l’utérus. Où en est-on en décembre 2021?

Dr Gérard Delépine Mondialisation.ca, 11 janvier 2022

 

Résumé

15 ans après sa mise sur le marché l’efficacité de la vaccination contre le papillomavirus pour réduire l’incidence du cancer du col de l’utérus n’est toujours pas démontrée. Des accidents graves post vaccination ont été constatés dans de nombreux pays.

La balance avantage/risque de ces vaccins est donc toujours négative

Pourquoi cette tribune ?

Le but affirmé de la vaccination anti-HPV est de diminuer l’incidence du cancer du col dans la population. Malheureusement les résultats actuels, objectivés par les registres du cancer des pays qui ont organisé de larges campagnes de vaccination, montrent au contraire qu’elles ont été suivies d’une augmentation ou au mieux d’une stabilisation du risque de cancer invasif, contrairement à la propagande médiatique par les revues de vulgarisation.

Nous avions alerté de cette évolution paradoxale dès août 2018 par une tribune sur Agoravox [1], la publication du livre « hystérie vaccinale : Gardasil et cancer un paradoxe »[2], et averti le président de l’institut du cancer (qui n’a pas nié les faits objectifs publiés, mais demandé plus de recul). En janvier 2020, j’avais démenti un article du Canard enchaîné [3] prétendant que la vaccination anti HPV diminuait le risque de cancer invasif du col de l’utérus [4].

Mais, depuis quelques mois les médias reprennent la propagande mensongère habituelle sur la prétendue efficacité anticancéreuse de cette vaccination. Ces articles qui confondent succès anti infectieux avéré des vaccins et efficacité anti cancéreuse nulle, et mélangent dysplasies bénignes et vrais cancers fleurissent avec des titres accrocheurs [5, 6, 7, 8]   dans le but de stimuler les ventes de ce vaccin. 

 

Voir les commentaires