Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

La numérisation à l'école : un progrès ?

10 Juillet 2020, 07:44am

Voir les commentaires

Ciel de Santiago du Chili le 8 juillet 2020

10 Juillet 2020, 07:12am

Ciel de Santiago du Chili le 8 juillet 2020
Ciel de Santiago du Chili le 8 juillet 2020
Ciel de Santiago du Chili le 8 juillet 2020

Voir les commentaires

Commission d'enquête Covid-19 : protocole Rivotril et GIR

9 Juillet 2020, 15:37pm

Voir les commentaires

Vaccin contre le Covid-19 : une enquête en ligne pour connaître les intentions de la population

9 Juillet 2020, 07:43am

Vaccin contre le Covid-19 : une enquête en ligne pour connaître les intentions de la population
Enquête organisée par l'INSERM, le CNRS et Santé Publique France

Ce questionnaire a pour objectif principal de mieux comprendre les comportements de protection de la population contre le Coronavirus SARS-CoV-2 et la maladie Covid-19 qu’il peut entraîner. Cette étude de recherche est conduite par des équipes de l’Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et de Santé publique France (SPF) en collaboration avec l’institut BVA.

Vous devez avoir
entre 18 et 64 ans et résider en France métropolitaine pour participer à cette étude. En répondant au questionnaire, vous acceptez de participer à cette étude de recherche. Vos réponses sont entièrement anonymes et leur traitement statistique fera l’objet de publications scientifiques. Une synthèse des résultats sera publiée sur le site www.santepubliquefrance.fr
.

Répondre au questionnaire vous prendra une quinzaine de minutes. Il n’y a pas de « bonnes » ou « mauvaises » réponses, c’est votre opinion qui compte avant tout.

Votre participation est très importante !


En remplissant ce questionnaire, vous acceptez que les données renseignées soient utilisées à des fins de recherche. Le questionnaire étant totalement anonyme, aucune demande d'accès à vos données, de rectification ou d'effacement ne pourra être prise en compte après remplissage et validation du questionnaire car il nous est impossible de vous identifier comme de vous relier à votre questionnaire.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Le navire militaire américain "Endurance" débarque à la Rochelle

9 Juillet 2020, 07:29am

Le navire militaire américain "Endurance" débarque à la Rochelle
Opération Mousquetaire : l'armée américaine débarque à La Rochelle avant de rejoindre l'est de l'Europe


 

Publié le 07/07/2020

 

Le port de La Pallice accueille à partir de ce mardi soir 7 juillet, une opération militaire de grande ampleur menée par l'armée américaine. Le navire "Endurance" de l'US Army accoste à La Rochelle pour débarquer des hommes et du matériel destinés à la relève de l'armée US en Allemagne et Pologne.


 

Actualisé le 8 juillet 2020


L'US Endurance, le bateau de l'armée américaine est entré dans le port de La Pallice, le mardi 7 juillet vers 19 heures. Il est désormais ammarré à quai, le temps que les opérations de déchargements du matériel s'effectuent. Une tâche qui va prendre plusieurs jours et qui se déroule à l'abri des regards indiscrets dans une zone placée sous haute surveillance et interdite d'accès.


 

La Rochelle va servir de tête de pont à l'US Army pour débarquer le chargement de leur navire "Endurance" destiné à assurer la relève et le renforcement des bases américaines situées à l'est de l'Europe, en Allemagne et Pologne face à la Russie. Le navire est parti du port de Jacksonville en Floride, le 27 juin dernier.


Il transporte soixante hélicoptères de combat de la 101e Combat Aviation Brigade, 500 véhicules, 250 conteneurs et 350 hommes. L'US Endurance est un énorme navire mesurant 264 mètres de long pouvant transporter des dizaines de tonnes de matériel militaire et d'hommes.


 

 

Voir les commentaires

Pr Denis Rancourt : les mensonge de l'OMS sur le Covid-19

9 Juillet 2020, 07:19am

Voir les commentaires

Pr Didier Raoult : des mots et des chiffres

8 Juillet 2020, 11:10am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Déclaration du Dr Stoian Alexov : " Personne n'est mort du coronavirus"

8 Juillet 2020, 11:00am

Publié par Ciel Voilé

Interview du Dr Stoian Alexov à droite

Interview du Dr Stoian Alexov à droite

« Personne n'est mort du coronavirus » Révélations importantes partagées par le Dr Stoian Alexov, président de l'Association bulgare de pathologie


Rosemary Frei et Patrick Corbett

https://www.globalresearch.ca/no-one-has-died-coronavirus/5717668

( liens dans l'article en anglais)

Un éminent pathologiste européen rapporte que lui et ses collègues de toute l'Europe n'ont trouvé aucune preuve de décès dû au nouveau coronavirus sur ce continent.


Le Dr Stoian Alexov a qualifié l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) d'"organisation médicale criminelle" pour avoir créé la peur et le chaos dans le monde sans fournir de preuves objectivement vérifiables d'une pandémie.


Une autre révélation étonnante du président de l'Association bulgare de pathologie (BPA), le Dr Alexov, est qu'il estime qu'il est actuellement "impossible" de créer un vaccin contre le virus.


Il a également révélé que les pathologistes européens n'ont identifié aucun anticorps spécifique du CoV-2 du SRAS.


Ces déclarations stupéfiantes soulèvent de grandes questions, notamment sur les affirmations des fonctionnaires et des scientifiques concernant les nombreux vaccins qu'ils font passer d'urgence aux essais cliniques dans le monde entier.


Elles soulèvent également des doutes quant à la véracité des affirmations concernant la découverte d'anticorps contre les nouveaux coronavirus (qui commencent à être utilisés pour traiter les patients).


Les anticorps spécifiques aux nouveaux coronavirus sont censés être à la base des coûteux kits de tests sérologiques utilisés dans de nombreux pays (dont certains se sont révélés d'une inexactitude inacceptable).


Et ils sont censés être la clé des certificats d'immunité convoités par Bill Gates qui sont sur le point d'être largement utilisés - sous la forme du COVI-PASS - dans 15 pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada.


Le Dr Alexov a fait des observations stupéfiantes lors d'une interview vidéo résumant le consensus des participants à un webinaire de la Société Européenne de Pathologie (ESP) sur le COVID-19, le 8 mai 2020.


L'interview vidéo du 13 mai du Dr Alexov a été réalisée par le Dr Stoycho Katsarov, président du Centre pour la protection des droits des citoyens à Sofia et ancien vice-ministre bulgare de la santé. La vidéo est disponible sur le site web du BPA, qui met également en évidence certains des principaux points du Dr Alexov.


Nous avons demandé à une personne de langue maternelle bulgare ayant une formation scientifique de traduire oralement l'interview vidéo en anglais. Nous avons ensuite transcrit sa traduction. La vidéo est ici et notre transcription en anglais est ici.


Parmi les principales révélations du Dr Alexov, les dirigeants du webinaire ESP du 8 mai ont déclaré qu'aucun anticorps spécifique à un nouveau coronavirus n'avait été trouvé.


L'organisme forme des anticorps spécifiques aux agents pathogènes qu'il rencontre. Ces anticorps spécifiques sont connus sous le nom d'anticorps monoclonaux et constituent un outil essentiel en pathologie. L'immunohistochimie, qui consiste à marquer les anticorps avec des couleurs et à les appliquer sur les lames de biopsie ou d'autopsie, permet d'obtenir ces anticorps. Après avoir donné aux anticorps le temps de se fixer aux agents pathogènes auxquels ils sont spécifiques, les pathologistes peuvent examiner les lames au microscope et voir les endroits spécifiques où se trouvent les anticorps colorés, et donc les agents pathogènes auxquels ils sont liés.


Par conséquent, en l'absence d'anticorps monoclonaux contre le nouveau coronavirus, les pathologistes ne peuvent pas vérifier si le SRAS-CoV-2 est présent dans l'organisme, ou si les maladies et les décès qui lui sont attribués ont bien été causés par le virus plutôt que par autre chose.
Il serait facile d'écarter le Dr Alexov comme un autre "théoricien de la conspiration". Après tout, beaucoup de gens croient qu'ils sont partout ces jours-ci, répandant de dangereuses informations erronées sur le COVID-19 et d'autres questions.


En outre, le consensus du webinaire du 8 mai n'est guère présent dans les parties de la procédure qui peuvent être vues par le public.


Mais il faut garder à l'esprit que les dénonciateurs sont souvent seuls car la grande majorité des gens ont peur de s'exprimer publiquement.


De plus, le Dr Alexov a un dossier et une réputation irréprochables. Il est médecin depuis 30 ans. Il est président du BPA, membre du conseil consultatif de l'ESP et chef du département d'histopathologie de l'hôpital d'oncologie de Sofia, la capitale bulgare.


En plus de cela, il y a d'autres soutiens à ce que dit le Dr Alexov.


Par exemple, le directeur de l'Institut de médecine légale du Centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf en Allemagne a déclaré dans des interviews aux médias qu'il y a un manque frappant de preuves solides de la létalité du COVID-19.


Le "COVID-19 est une maladie mortelle seulement dans des cas exceptionnels, mais dans la plupart des cas, il s'agit d'une infection virale essentiellement inoffensive", a déclaré le Dr Klaus Püschel à un journal allemand en avril. Ajout d'une autre interview :


Dans un certain nombre de cas, nous avons également constaté que l'infection corona actuelle n'a rien à voir avec l'issue fatale parce que d'autres causes de décès sont présentes, par exemple, une hémorragie cérébrale ou une crise cardiaque [...] [COVID-19 n'est] pas une maladie virale particulièrement dangereuse [...] Toutes les spéculations sur les décès individuels qui n'ont pas été examinés par des experts ne font qu'alimenter l'anxiété".


De plus, l'une d'entre nous (Rosemary) et une autre journaliste, Amory Devereux, ont documenté dans un article du Off-Guardian du 9 juin que le nouveau coronavirus n'a pas rempli les postulats de Koch.


Ces postulats sont des étapes scientifiques utilisées pour prouver l'existence d'un virus et sa relation individuelle avec une maladie spécifique. Nous avons montré qu'à ce jour, personne n'a prouvé que le SRAS-CoV-2 provoque une maladie discrète correspondant aux caractéristiques de toutes les personnes qui sont ostensiblement mortes du COVID-19. Le virus n'a pas non plus été isolé, reproduit puis démontré comme étant à l'origine de cette maladie distincte.


En outre, dans un article paru le 27 juin dans le Off-Guardian, deux autres journalistes, Torsten Engelbrecht et Konstantin Demeter, ont ajouté aux preuves que "l'existence de l'ARN du SRAS-CoV-2 est basée sur la croyance et non sur les faits".


Les deux journalistes ont également confirmé "qu'il n'y a aucune preuve scientifique que ces séquences d'ARN [considérées comme correspondant à celles du nouveau coronavirus] seraient la cause de ce qu'on appelle le COVID-19".


Le Dr. Alexov a déclaré dans l'interview du 13 mai que la principale conclusion [de ceux d'entre nous qui ont participé au webinaire du 8 mai] est que les autopsies qui ont été réalisées en Allemagne, en Italie, en Espagne, en France et en Suède ne montrent pas que le virus est mortel".


Il a ajouté que :


Ce que tous les pathologistes ont dit, c'est que personne n'est mort du coronavirus. Je le répète : personne n'est mort du coronavirus".


Le Dr Alexov a également observé qu'il n'y a aucune preuve, à partir des autopsies, que les personnes considérées comme ayant été infectées par le nouveau coronavirus soient mortes uniquement d'une réaction inflammatoire déclenchée par le virus (se présentant comme une pneumonie interstitielle) plutôt que d'autres maladies potentiellement mortelles.


C'est une autre de ses révélations :


"Nous devons voir exactement comment la loi traitera l'immunisation et le vaccin dont nous parlons tous, car je suis certain qu'il n'est [actuellement] pas possible de créer un vaccin contre le COVID. Je ne suis pas sûr de ce que Bill Gates fait exactement avec ses laboratoires - est-ce vraiment un vaccin qu'il produit, ou autre chose ?


Comme indiqué ci-dessus, l'incapacité à identifier des anticorps monoclonaux pour le virus suggère qu'il n'y a pas de base pour que les vaccins, les tests sérologiques et les certificats d'immunité soient déployés dans le monde entier à une vitesse et à un coût sans précédent. En fait, il n'existe aucune preuve solide de l'existence du virus.


Le Dr Alexov a soulevé des points encore plus importants. Par exemple, il a noté que, contrairement à la grippe saisonnière, il n'a pas été prouvé que le SRAS-CoV-2 tue les jeunes :


[Avec la grippe] nous pouvons trouver un virus qui peut causer la mort d'une jeune personne sans qu'aucune autre maladie ne soit présente [...] En d'autres termes, l'infection par le coronavirus est une infection qui ne conduit pas à la mort. Et la grippe peut conduire à la mort".


(On a signalé des maladies graves telles que la maladie de Kawasaki et l'accident vasculaire cérébral chez des jeunes qui ont été considérés comme atteints d'une infection par un nouveau coronavirus. Cependant, la majorité des articles publiés sur ces cas sont très courts et ne concernent qu'un seul ou une petite poignée de patients. De plus, les commentateurs de ces articles notent qu'il est impossible de déterminer le rôle du virus parce que les auteurs des articles n'ont pas suffisamment contrôlé, voire pas du tout, les facteurs de confusion. Il est très probable que les décès d'enfants attribués au COVID-19 sont en fait dus à une défaillance de plusieurs organes résultant de la combinaison du cocktail de médicaments et de la ventilation auxquels ces enfants ont été soumis).


Le Dr Alexov a donc affirmé que l'OMS est en train de créer un chaos mondial, sans qu'aucun fait réel ne sous-tende ce qu'elle dit".


Parmi la myriade de façons dont l'OMS crée ce chaos, il y a l'interdiction de presque toutes les autopsies de personnes considérées comme mortes à cause du COVID-19. En conséquence, selon le Dr Alexov, le 13 mai, seules trois autopsies de ce type avaient été pratiquées en Bulgarie.
De plus, l'OMS dicte que toutes les personnes dites infectées par le nouveau coronavirus et qui décèdent par la suite doivent voir leur décès attribué au COVID-19.


"C'est assez stressant pour nous, et pour moi en particulier, car nous avons des protocoles et des procédures que nous devons utiliser", a-t-il déclaré au Dr Katsarov. "...Et un autre pathologiste, dans 100 ans, va dire : "Hé, ces pathologistes ne savaient pas ce qu'ils faisaient [quand ils ont dit que la cause du décès était le COVID-19] ! Nous devons donc être très stricts dans nos diagnostics, parce qu'ils pourraient être prouvés [ou réfutés], et ils pourraient être vérifiés à nouveau plus tard".


Il a révélé que les pathologistes de plusieurs pays d'Europe, ainsi que de Chine, d'Australie et du Canada résistent fortement aux pressions exercées sur eux pour qu'ils attribuent les décès au seul COVID-19 :


Je suis vraiment triste que nous devions suivre les instructions [de l'OMS] sans même y réfléchir. Mais en Allemagne, en France, en Italie et en Angleterre, ils commencent à penser que nous ne devrions pas suivre l'OMS aussi strictement, et [au lieu de cela] lorsque nous écrivons la cause de la mort, nous devrions avoir des résultats pathologiques [pour étayer cela] et nous devrions suivre le protocole. [Parce que] quand nous disons quelque chose, nous devons pouvoir le prouver."


(Il a ajouté que les autopsies auraient pu contribuer à confirmer ou à infirmer la théorie selon laquelle de nombreuses personnes considérées comme mortes du COVID-19 en Italie avaient déjà reçu le vaccin contre la grippe H1N1. Car, comme il l'a fait remarquer, le vaccin supprime le système immunitaire des adultes et a donc pu contribuer de manière significative à leur décès en les rendant beaucoup plus sensibles à l'infection).


Les docteurs Alexov et Katsarov ont convenu qu'un autre aspect du chaos causé par l'OMS et de ses conséquences fatales est que de nombreuses personnes risquent de mourir bientôt de maladies telles que le cancer parce que les fermetures d'hôpitaux, combinées au fait de les vider (apparemment pour faire de la place aux patients COVID-19), ont interrompu toutes les procédures et tous les traitements, sauf les plus urgents.


Ils ont également observé que ces maladies sont exacerbées par la peur et le chaos qui entourent le COVID-19.


Nous savons que le stress affaiblit considérablement le système immunitaire, je peux donc affirmer à 200 % que toutes les maladies chroniques seront plus graves et plus aiguës en soi. Plus précisément, les carcinomes in situ - plus de 50 % d'entre eux vont devenir plus envahissants [...] Je dirai donc que cette épidémie n'est pas tant une épidémie du virus, mais une épidémie qui donne aux gens beaucoup de peur et de stress".


En outre, a déclaré le Dr Alexov, la panique causée par la pandémie a eu pour conséquence directe et désastreuse que de nombreuses personnes perdent confiance en les médecins.


« Parce qu'à mon avis, le coronavirus n'est pas si dangereux, et comment les gens vont-ils me faire confiance dans la pathologie du cancer, dont une grande partie est également liée aux virus ? Mais personne ne parle de cela ».


Nous avons envoyé plusieurs questions par e-mail au Dr Alexov, lui demandant notamment pourquoi il pense qu'il est impossible de créer un vaccin contre le COVID-19.


Il n'a pas répondu directement aux questions. Le Dr Alexov a plutôt répondu :

Nous avons également envoyé un courriel à cinq des collègues du Dr Alexov de la Société européenne de pathologie pour leur demander de confirmer les révélations du Dr Alexov. Nous avons assuré un suivi téléphonique auprès de deux d'entre eux. Aucun n'a répondu.


Pourquoi le Dr Alexov ou ses cinq collègues n'ont-ils pas répondu à nos questions ?


Nous doutons que cela soit dû à un manque de maîtrise de l'anglais.


Il est plus probable que ce soit à cause de la pression exercée sur les pathologistes pour qu'ils suivent les directives de l'OMS et ne s'expriment pas publiquement. (Et, en plus de cela, les départements de pathologie dépendent des gouvernements pour leur financement).


Néanmoins, des pathologistes comme les docteurs Alexov et Püschel semblent prêts à affirmer que personne n'est mort d'une infection par un nouveau coronavirus.


C'est peut-être parce que les dossiers et la réputation des pathologistes sont basés sur des preuves physiques solides plutôt que sur une interprétation subjective des tests, des signes et des symptômes. Et il n'y a pas de preuves physiques solides que le COVID-19 soit mortel.
 

« Personne n'est mort du coronavirus » Révélations importantes partagées par le Dr Stoian Alexov, président de l'Association bulgare de pathologie


Rosemary Frei et Patrick Corbett

https://www.globalresearch.ca/no-one-has-died-coronavirus/5717668



Un éminent pathologiste européen rapporte que lui et ses collègues de toute l'Europe n'ont trouvé aucune preuve de décès dû au nouveau coronavirus sur ce continent.


Le Dr Stoian Alexov a qualifié l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) d'"organisation médicale criminelle" pour avoir créé la peur et le chaos dans le monde sans fournir de preuves objectivement vérifiables d'une pandémie.


Une autre révélation étonnante du président de l'Association bulgare de pathologie (BPA), le Dr Alexov, est qu'il estime qu'il est actuellement "impossible" de créer un vaccin contre le virus.


Il a également révélé que les pathologistes européens n'ont identifié aucun anticorps spécifique du CoV-2 du SRAS.


Ces déclarations stupéfiantes soulèvent de grandes questions, notamment sur les affirmations des fonctionnaires et des scientifiques concernant les nombreux vaccins qu'ils font passer d'urgence aux essais cliniques dans le monde entier.


Elles soulèvent également des doutes quant à la véracité des affirmations concernant la découverte d'anticorps contre les nouveaux coronavirus (qui commencent à être utilisés pour traiter les patients).


Les anticorps spécifiques aux nouveaux coronavirus sont censés être à la base des coûteux kits de tests sérologiques utilisés dans de nombreux pays (dont certains se sont révélés d'une inexactitude inacceptable).


Et ils sont censés être la clé des certificats d'immunité convoités par Bill Gates qui sont sur le point d'être largement utilisés - sous la forme du COVI-PASS - dans 15 pays, dont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Canada.


Le Dr Alexov a fait des observations stupéfiantes lors d'une interview vidéo résumant le consensus des participants à un webinaire de la Société Européenne de Pathologie (ESP) sur le COVID-19, le 8 mai 2020.


L'interview vidéo du 13 mai du Dr Alexov a été réalisée par le Dr Stoycho Katsarov, président du Centre pour la protection des droits des citoyens à Sofia et ancien vice-ministre bulgare de la santé. La vidéo est disponible sur le site web du BPA, qui met également en évidence certains des principaux points du Dr Alexov.


Nous avons demandé à une personne de langue maternelle bulgare ayant une formation scientifique de traduire oralement l'interview vidéo en anglais. Nous avons ensuite transcrit sa traduction. La vidéo est ici et notre transcription en anglais est ici.


Parmi les principales révélations du Dr Alexov, les dirigeants du webinaire ESP du 8 mai ont déclaré qu'aucun anticorps spécifique à un nouveau coronavirus n'avait été trouvé.


L'organisme forme des anticorps spécifiques aux agents pathogènes qu'il rencontre. Ces anticorps spécifiques sont connus sous le nom d'anticorps monoclonaux et constituent un outil essentiel en pathologie. L'immunohistochimie, qui consiste à marquer les anticorps avec des couleurs et à les appliquer sur les lames de biopsie ou d'autopsie, permet d'obtenir ces anticorps. Après avoir donné aux anticorps le temps de se fixer aux agents pathogènes auxquels ils sont spécifiques, les pathologistes peuvent examiner les lames au microscope et voir les endroits spécifiques où se trouvent les anticorps colorés, et donc les agents pathogènes auxquels ils sont liés.


Par conséquent, en l'absence d'anticorps monoclonaux contre le nouveau coronavirus, les pathologistes ne peuvent pas vérifier si le SRAS-CoV-2 est présent dans l'organisme, ou si les maladies et les décès qui lui sont attribués ont bien été causés par le virus plutôt que par autre chose.
Il serait facile d'écarter le Dr Alexov comme un autre "théoricien de la conspiration". Après tout, beaucoup de gens croient qu'ils sont partout ces jours-ci, répandant de dangereuses informations erronées sur le COVID-19 et d'autres questions.


En outre, le consensus du webinaire du 8 mai n'est guère présent dans les parties de la procédure qui peuvent être vues par le public.


Mais il faut garder à l'esprit que les dénonciateurs sont souvent seuls car la grande majorité des gens ont peur de s'exprimer publiquement.


De plus, le Dr Alexov a un dossier et une réputation irréprochables. Il est médecin depuis 30 ans. Il est président du BPA, membre du conseil consultatif de l'ESP et chef du département d'histopathologie de l'hôpital d'oncologie de Sofia, la capitale bulgare.


En plus de cela, il y a d'autres soutiens à ce que dit le Dr Alexov.


Par exemple, le directeur de l'Institut de médecine légale du Centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf en Allemagne a déclaré dans des interviews aux médias qu'il y a un manque frappant de preuves solides de la létalité du COVID-19.


Le "COVID-19 est une maladie mortelle seulement dans des cas exceptionnels, mais dans la plupart des cas, il s'agit d'une infection virale essentiellement inoffensive", a déclaré le Dr Klaus Püschel à un journal allemand en avril. Ajout d'une autre interview :


Dans un certain nombre de cas, nous avons également constaté que l'infection corona actuelle n'a rien à voir avec l'issue fatale parce que d'autres causes de décès sont présentes, par exemple, une hémorragie cérébrale ou une crise cardiaque [...] [COVID-19 n'est] pas une maladie virale particulièrement dangereuse [...] Toutes les spéculations sur les décès individuels qui n'ont pas été examinés par des experts ne font qu'alimenter l'anxiété".


De plus, l'une d'entre nous (Rosemary) et une autre journaliste, Amory Devereux, ont documenté dans un article du Off-Guardian du 9 juin que le nouveau coronavirus n'a pas rempli les postulats de Koch.


Ces postulats sont des étapes scientifiques utilisées pour prouver l'existence d'un virus et sa relation individuelle avec une maladie spécifique. Nous avons montré qu'à ce jour, personne n'a prouvé que le SRAS-CoV-2 provoque une maladie discrète correspondant aux caractéristiques de toutes les personnes qui sont ostensiblement mortes du COVID-19. Le virus n'a pas non plus été isolé, reproduit puis démontré comme étant à l'origine de cette maladie distincte.


En outre, dans un article paru le 27 juin dans le Off-Guardian, deux autres journalistes, Torsten Engelbrecht et Konstantin Demeter, ont ajouté aux preuves que "l'existence de l'ARN du SRAS-CoV-2 est basée sur la croyance et non sur les faits".


Les deux journalistes ont également confirmé "qu'il n'y a aucune preuve scientifique que ces séquences d'ARN [considérées comme correspondant à celles du nouveau coronavirus] seraient la cause de ce qu'on appelle le COVID-19".


Le Dr. Alexov a déclaré dans l'interview du 13 mai que la principale conclusion [de ceux d'entre nous qui ont participé au webinaire du 8 mai] est que les autopsies qui ont été réalisées en Allemagne, en Italie, en Espagne, en France et en Suède ne montrent pas que le virus est mortel".


Il a ajouté que :


Ce que tous les pathologistes ont dit, c'est que personne n'est mort du coronavirus. Je le répète : personne n'est mort du coronavirus".


Le Dr Alexov a également observé qu'il n'y a aucune preuve, à partir des autopsies, que les personnes considérées comme ayant été infectées par le nouveau coronavirus soient mortes uniquement d'une réaction inflammatoire déclenchée par le virus (se présentant comme une pneumonie interstitielle) plutôt que d'autres maladies potentiellement mortelles.


C'est une autre de ses révélations :


"Nous devons voir exactement comment la loi traitera l'immunisation et le vaccin dont nous parlons tous, car je suis certain qu'il n'est [actuellement] pas possible de créer un vaccin contre le COVID. Je ne suis pas sûr de ce que Bill Gates fait exactement avec ses laboratoires - est-ce vraiment un vaccin qu'il produit, ou autre chose ?


Comme indiqué ci-dessus, l'incapacité à identifier des anticorps monoclonaux pour le virus suggère qu'il n'y a pas de base pour que les vaccins, les tests sérologiques et les certificats d'immunité soient déployés dans le monde entier à une vitesse et à un coût sans précédent. En fait, il n'existe aucune preuve solide de l'existence du virus.


Le Dr Alexov a soulevé des points encore plus importants. Par exemple, il a noté que, contrairement à la grippe saisonnière, il n'a pas été prouvé que le SRAS-CoV-2 tue les jeunes :


[Avec la grippe] nous pouvons trouver un virus qui peut causer la mort d'une jeune personne sans qu'aucune autre maladie ne soit présente [...] En d'autres termes, l'infection par le coronavirus est une infection qui ne conduit pas à la mort. Et la grippe peut conduire à la mort".


(On a signalé des maladies graves telles que la maladie de Kawasaki et l'accident vasculaire cérébral chez des jeunes qui ont été considérés comme atteints d'une infection par un nouveau coronavirus. Cependant, la majorité des articles publiés sur ces cas sont très courts et ne concernent qu'un seul ou une petite poignée de patients. De plus, les commentateurs de ces articles notent qu'il est impossible de déterminer le rôle du virus parce que les auteurs des articles n'ont pas suffisamment contrôlé, voire pas du tout, les facteurs de confusion. Il est très probable que les décès d'enfants attribués au COVID-19 sont en fait dus à une défaillance de plusieurs organes résultant de la combinaison du cocktail de médicaments et de la ventilation auxquels ces enfants ont été soumis).


Le Dr Alexov a donc affirmé que l'OMS est en train de créer un chaos mondial, sans qu'aucun fait réel ne sous-tende ce qu'elle dit".


Parmi la myriade de façons dont l'OMS crée ce chaos, il y a l'interdiction de presque toutes les autopsies de personnes considérées comme mortes à cause du COVID-19. En conséquence, selon le Dr Alexov, le 13 mai, seules trois autopsies de ce type avaient été pratiquées en Bulgarie.
De plus, l'OMS dicte que toutes les personnes dites infectées par le nouveau coronavirus et qui décèdent par la suite doivent voir leur décès attribué au COVID-19.


"C'est assez stressant pour nous, et pour moi en particulier, car nous avons des protocoles et des procédures que nous devons utiliser", a-t-il déclaré au Dr Katsarov. "...Et un autre pathologiste, dans 100 ans, va dire : "Hé, ces pathologistes ne savaient pas ce qu'ils faisaient [quand ils ont dit que la cause du décès était le COVID-19] ! Nous devons donc être très stricts dans nos diagnostics, parce qu'ils pourraient être prouvés [ou réfutés], et ils pourraient être vérifiés à nouveau plus tard".


Il a révélé que les pathologistes de plusieurs pays d'Europe, ainsi que de Chine, d'Australie et du Canada résistent fortement aux pressions exercées sur eux pour qu'ils attribuent les décès au seul COVID-19 :


Je suis vraiment triste que nous devions suivre les instructions [de l'OMS] sans même y réfléchir. Mais en Allemagne, en France, en Italie et en Angleterre, ils commencent à penser que nous ne devrions pas suivre l'OMS aussi strictement, et [au lieu de cela] lorsque nous écrivons la cause de la mort, nous devrions avoir des résultats pathologiques [pour étayer cela] et nous devrions suivre le protocole. [Parce que] quand nous disons quelque chose, nous devons pouvoir le prouver."


(Il a ajouté que les autopsies auraient pu contribuer à confirmer ou à infirmer la théorie selon laquelle de nombreuses personnes considérées comme mortes du COVID-19 en Italie avaient déjà reçu le vaccin contre la grippe H1N1. Car, comme il l'a fait remarquer, le vaccin supprime le système immunitaire des adultes et a donc pu contribuer de manière significative à leur décès en les rendant beaucoup plus sensibles à l'infection).


Les docteurs Alexov et Katsarov ont convenu qu'un autre aspect du chaos causé par l'OMS et de ses conséquences fatales est que de nombreuses personnes risquent de mourir bientôt de maladies telles que le cancer parce que les fermetures d'hôpitaux, combinées au fait de les vider (apparemment pour faire de la place aux patients COVID-19), ont interrompu toutes les procédures et tous les traitements, sauf les plus urgents.


Ils ont également observé que ces maladies sont exacerbées par la peur et le chaos qui entourent le COVID-19.


Nous savons que le stress affaiblit considérablement le système immunitaire, je peux donc affirmer à 200 % que toutes les maladies chroniques seront plus graves et plus aiguës en soi. Plus précisément, les carcinomes in situ - plus de 50 % d'entre eux vont devenir plus envahissants [...] Je dirai donc que cette épidémie n'est pas tant une épidémie du virus, mais une épidémie qui donne aux gens beaucoup de peur et de stress".


En outre, a déclaré le Dr Alexov, la panique causée par la pandémie a eu pour conséquence directe et désastreuse que de nombreuses personnes perdent confiance en les médecins.


« Parce qu'à mon avis, le coronavirus n'est pas si dangereux, et comment les gens vont-ils me faire confiance dans la pathologie du cancer, dont une grande partie est également liée aux virus ? Mais personne ne parle de cela ».


Nous avons envoyé plusieurs questions par e-mail au Dr Alexov, lui demandant notamment pourquoi il pense qu'il est impossible de créer un vaccin contre le COVID-19.


Il n'a pas répondu directement aux questions. Le Dr Alexov a plutôt répondu :

Nous avons également envoyé un courriel à cinq des collègues du Dr Alexov de la Société européenne de pathologie pour leur demander de confirmer les révélations du Dr Alexov. Nous avons assuré un suivi téléphonique auprès de deux d'entre eux. Aucun n'a répondu.


Pourquoi le Dr Alexov ou ses cinq collègues n'ont-ils pas répondu à nos questions ?


Nous doutons que cela soit dû à un manque de maîtrise de l'anglais.


Il est plus probable que ce soit à cause de la pression exercée sur les pathologistes pour qu'ils suivent les directives de l'OMS et ne s'expriment pas publiquement. (Et, en plus de cela, les départements de pathologie dépendent des gouvernements pour leur financement).


Néanmoins, des pathologistes comme les docteurs Alexov et Püschel semblent prêts à affirmer que personne n'est mort d'une infection par un nouveau coronavirus.


C'est peut-être parce que les dossiers et la réputation des pathologistes sont basés sur des preuves physiques solides plutôt que sur une interprétation subjective des tests, des signes et des symptômes. Et il n'y a pas de preuves physiques solides que le COVID-19 soit mortel.
 

Voir les commentaires

Contamination aux gammaretrovirus

4 Juillet 2020, 19:43pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Énorme fraude sur le comptage des cas de COVID au CDC

3 Juillet 2020, 05:59am

Énorme fraude sur le comptage des cas de COVID au CDC

John Rappoport le 2 juillet 2020

 

Dans ce cas, nous devons entrer dans le monde officiel (de la folie) -- où tout le monde est sûr qu'un nouveau coronavirus a été découvert en Chine et que les tests de diagnostic sans valeur ont une signification et que les chiffres des cas sont réels et significatifs.  Une fois que nous aurons exécuté toutes ces manœuvres absurdes, nous nous retrouverons au milieu d'un autre scandale, cette fois-ci au sein de notre agence américaine préférée pour les scandales, le CDC.

Le 21 mai, le journal The Atlantic titrait : "Comment le CDC a-t-il pu commettre cette erreur ?"

Je vais vous donner les principales citations, puis je commenterai la conclusion brutale que The Atlantic n'a pas réussi à saisir.

"Nous avons appris que le CDC fait, au mieux, une erreur démoralisante : combiner les résultats des tests qui diagnostiquent les infections actuelles au coronavirus à ceux des tests qui mesurent si quelqu'un a déjà eu le virus... L'agence a confirmé à The Atlantic mercredi qu'elle mélangeait les résultats des tests viraux [PCR] et des tests d'anticorps, même si les deux tests révèlent des informations différentes et sont utilisés pour des raisons différentes.

"Plusieurs États, dont la Pennsylvanie, le site de l'une des plus grandes épidémies du pays, ainsi que le Texas, la Géorgie et le Vermont, mélangent les données de la même manière. La Virginie a également mélangé les résultats des tests viraux et des tests d'anticorps jusqu'à la semaine dernière, mais elle a fait marche arrière et le gouverneur s'est excusé de cette pratique après qu'elle ait été couverte par le Richmond Times-Dispatch et The Atlantic. Le Maine a également séparé ses données mercredi ; les autorités du Vermont ont déclaré qu'elles ne savaient même pas qu'elles faisaient cela".

"'Vous vous moquez de moi', nous a dit Ashish Jha, le professeur K. T. Li de santé mondiale à Harvard et le directeur de l'Institut de santé mondiale de Harvard, lorsque nous avons décrit ce que faisait le CDC. Comment le CDC a-t-il pu faire cette erreur ? C'est un gâchis".

"Le 29 février, le CDC a cessé de publier tout ce qui ressemblait à une base de données complète des résultats des tests quotidiens [COVID]. Quand il a repris la publication des données des tests la semaine dernière [mi-mai]..."

Tout d'abord, la mission fondamentale du CDC est de publier des statistiques sur les maladies de façon continue.  La publication de données partielles va à l'encontre de ce qu'elles sont censées être.

Mais le problème, bien sûr, est de combiner les résultats de deux tests différents - le PCR et l'anticorps - et de les mettre dans un seul et même lot.

J'ai lu l'article de l'Atlantique en long, en large et en travers, et il semble que les experts pensent que seuls les tests viraux PCR devraient être utilisés pour compter le nombre de cas de COVID.

Voici donc un point à retenir que je ne trouve nulle part dans l'article de The Atlantic : LA COMBINAISON DES DEUX TESTS VA CONSIDÉRABLEMENT GONFLER LE NOMBRE DE CAS.

Je ne parle pas de catégories comme le "taux d'infection" ou le "pourcentage".  Je parle de simples nombres de cas.

Certains tests PCR indiqueront COVID et certains tests d'anticorps indiqueront COVID, et les additionner fera augmenter le nombre de cas.  Vous savez, ce grand nombre qu'ils affichent sur les écrans de télévision une centaine de fois par jour.

"Les cas de coronavirus ont encore augmenté hier, et le grand total aux États-Unis est maintenant..."

C'est ce nombre.

Le nombre que les médias, le gouvernement et les escrocs apparentés déploient pour effrayer la population et justifier les mesures de confinement et les utiliser pour arrêter la réouverture de l'économie.

Le cirque de la fanfare avec ses acrobates volants, ses éléphants et ses numéros de clown.

Par conséquent, je ne qualifie pas d'erreur ce que fait le CDC.  Ils ont réussi à créer l'illusion que le nombre absolu de cas est plus élevé qu'il ne devrait l'être.

D'une manière ou d'une autre, ces "erreurs" semblent toujours entraîner de mauvaises nouvelles, et non de meilleures.  Les "erreurs" se situent toujours du côté des hauts plutôt que du côté des bas.

Exemple : la prédiction par ordinateur des décès par COVID au Royaume-Uni et aux États-Unis, faite par cette catastrophe lamentable, Neil Ferguson, dont les antécédents, remontant à 2001, n'ont cessé d'être une horrible exagération lunatique.  Ses prévisions pour 2020, soit 500 000 décès par COVID au Royaume-Uni et deux millions aux États-Unis, ont été directement utilisées pour justifier le confinement dans de nombreux pays.

En 2009, le CDC a cessé de communiquer le nombre de cas de grippe porcine aux États-Unis, tout en affirmant que ce nombre se chiffrait par dizaines de milliers.  J'ai écrit en détail sur le scandale, qui a été révélé par Sharyl Attkisson, alors journaliste d'investigation de la chaîne de télévision américaine CBC.  Le CDC a cessé de compter les cas, parce que le pourcentage écrasant d'échantillons de tissus de patients revenaient des laboratoires sans aucun signe de grippe porcine ou de tout autre type de grippe.  Et pourtant, dans une "analyse" rétrospective ultérieure, le CDC a affirmé qu'au plus fort de l'"épidémie", il y avait 22 MILLIONS de cas de grippe porcine aux États-Unis.

En remontant jusqu'en 2003 et au SRAS, le CDC et d'autres agences de santé publique du monde entier ont fait état des dangers qui planent sur le ciel ; le dernier décompte officiel des décès, au niveau mondial, lorsque la poussière s'est dissipée ?  800.

La tradition veut que l'on exagère le pire, que l'on fasse exploser les chiffres pour créer l'illusion de la destruction.

CDC ?  Erreur ?  L'agence est certainement incompétente.  Mais ce n'est que le début de l'histoire.

La seule fois où ils disent qu'il n'y a pas de danger, c'est quand ils mentent sur les effets des vaccins.

Mon titre pour l'article sur The Atlantic serait le suivant ALORS COMBIEN DE CAS DE COVARIECTOMIE DEVRIONS-NOUS SOUSTRAIRE POUR OBTENIR LE NOMBRE RÉEL ?

Et le premier paragraphe irait dans ce sens : "Juste au moment où les gouverneurs tentent de rouvrir leur économie, une gigantesque fraude dans le décompte des cas au CDC leur coupe le souffle.  Les millions d'Américains qui souffrent de la dévastation financière pourraient être démoralisés.  Qui crie à l'aide à ce sujet aux informations du soir ?  Personne.  Pourquoi ?"


https://blog.nomorefakenews.com/2020/07/02/huge-covid-case-counting-deception-at-the-cdc/


 

Voir les commentaires