Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Martine Wonner : sortie d'état d'urgence

11 Mai 2021, 09:50am

Voir les commentaires

Exclusion des sans masque à l'école

10 Mai 2021, 15:52pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

La dissimulation de la mortalité du vaccin COVID-19

10 Mai 2021, 15:26pm

Publié par Ciel Voilé

La dissimulation de la mortalité du vaccin COVID-19

Virginia Stoner - Le 4 mai 2021


https://www.virginiastoner.com/writing/2021/5/4/the-deadly-covid-19-vaccine-coverup



Les dangers des vaccins se cachent au grand jour


FAIT : Le nombre de décès signalés au VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System) a massivement augmenté cette année. Il ne s'agit pas d'une "théorie du complot", mais d'un fait indiscutable. Vous pouvez essayer de l'expliquer ou de le justifier, ou même de prétendre que cela n'a pas d'importance, mais vous ne pouvez pas le nier.

 



Nous ne parlons pas d'une augmentation modeste des rapports de décès, quelque chose dont nous pourrions discuter d'une voix inquiète autour d'un thé Chai et de bagels lors d'une réunion d'entreprise. Nous parlons d'une augmentation énorme et sans précédent - si massive que, rien qu'au cours des quatre derniers mois, le VAERS a reçu plus de 40 % de tous les rapports de décès qu'il a jamais reçus au cours de ses plus de 30 ans d'existence. Tellement massive qu'elle est littéralement "hors norme".

 

Le premier graphique de la paire ci-dessous montre les rapports de décès du VAERS de 2014 à 2020. Si vous essayiez d'y ajouter les données de 2021, vous seriez loin, très loin du compte. Le deuxième graphique montre combien de détails ont été perdus lorsque les données de 2021 ont été insérées.     

 




Les deux graphiques ci-dessous en sont une autre illustration. Vous remarquerez que tous les groupes d'âge ont connu une augmentation des rapports de décès liés aux vaccins COVID-19, les groupes d'âge 18-64 ans et 65 ans et plus ayant connu une augmentation spectaculaire.

 


L'augmentation du nombre de décès signalés au VAERS n'est pas due à une vaccination accrue


Même avec les vaccins COVID-19, le nombre total estimé de vaccins administrés jusqu'à présent cette année est inférieur à la moyenne annuelle, car nous n'en sommes qu'au quart de l'année. Il ne fait aucun doute que le nombre de vaccins sera beaucoup plus élevé d'ici la fin de l'année, mais ce n'est pas la raison de l'augmentation massive des rapports de décès du VAERS au cours des quatre derniers mois.  

 

Le graphique suivant compare les estimations des vaccins administrés avec les décès signalés au VAERS, en séparant les vaccins COVID-19 des autres vaccins. Le taux de décès signalés pour les autres vaccins semble assez normal ; l'augmentation massive est principalement due aux vaccins COVID-19.

  

 


 

De nombreuses notes à la fin de ce document expliquent comment les données sur les vaccins ont été estimées et où les données de ces graphiques ont été obtenues, ainsi que le tableau de données.


Ce que les experts officiels ont à dire (*cricket*)


Parmi les nombreux experts des Centers for Disease Control (CDC) et de la Food and Drug Administration (FDA) qui se consacrent ostensiblement au COVID-19 et à la sécurité des vaccins, pas un seul n'a tenté d'expliquer ou d'analyser, ni même de mentionner, l'augmentation massive des décès signalés au VAERS suite aux injections de COVID-19. Ce silence est révélateur.   


Mais ce n'est pas exactement comme si les rapports de décès du VAERS étaient cachés. Les données du VAERS sont librement accessibles au public... et si vous ne voulez pas les consulter, vous pouvez suivre en ligne le décompte des décès dus aux vaccins COVID-19 du CDC, qui est mis à jour régulièrement. Il suffit de faire défiler la page jusqu'à la section intitulée "Rapports de décès après la vaccination par le COVID-19" pour obtenir les derniers chiffres. Dernièrement, le nombre de décès est passé de 2794 le 5 avril, à 3005 le 12 avril, puis à 3848 le 26 avril. Mais 1054 décès en 21 jours, ce n'est pas un problème pour le CDC - cela signifie probablement que les vaccins fonctionnent.

 



Je n'ai trouvé qu'un seul article (1) qui mentionne les rapports de décès du VAERS concernant les vaccins COVID-19. L'auteur principal était Julianne Gee, de l'équipe d'intervention du CDC sur le COVID-19, et l'article concernait le suivi de la sécurité pendant le premier mois (du 14 décembre au 13 janvier).

 

On nous dit, dans le résumé :


"La surveillance ... indique des profils de sécurité rassurants pour les vaccins COVID-19. ... Aucun modèle de déclaration inhabituel ou inattendu n'a été détecté".


Les auteurs disent que 113 décès ont été signalés au VAERS ce mois-là à cause des vaccins COVID-19. Incroyablement, ils n'ont jamais comparé ce chiffre aux moyennes ou aux tendances historiques du VAERS... Je plaisante. Bien sûr, ils l'ont comparé, ont réalisé qu'il était étonnamment plus élevé que la moyenne historique de 12 décès par mois, et ont décidé de ne pas le mentionner. Ne jamais laisser la science interférer avec le bon marketing des vaccins.


Bizarrement, les auteurs ont en fait laissé entendre que le nombre de décès signalés au VAERS indiquait que le vaccin était sûr, parce que beaucoup moins de décès ont été signalés au VAERS que ce qu'ils auraient pu s'attendre à voir par hasard chez les personnes ayant reçu le vaccin. Pensez-vous que cela ait un sens ? J'espère que vous avez répondu "non", car cela n'a pas de sens. Vous ne pouvez pas conclure qu'un vaccin est sûr parce qu'il y a moins de personnes qui ont signalé leur décès au VAERS que celles qui auraient dû mourir par coïncidence. Je ne peux même pas l'expliquer d'une manière qui ait un sens - parce que c'est un non-sens.  


Ils allaient mourir de toute façon... un jour ou l'autre.


Une hypothèse que j'ai entendue, et qui est évoquée par Gee et al. dans l'article ci-dessus, est que les personnes âgées et infirmes, dont beaucoup vivent dans des établissements de soins de longue durée, ont été les premières à être ciblées par la campagne de vaccination contre le COVID-19, et qu'elles sont beaucoup plus susceptibles de mourir par coïncidence. Ces décès coïncidents conduisent ensuite à une augmentation des décès suspectés d'avoir été provoqués par le vaccin et signalés au VAERS.  (*cough*)


Les données du VAERS ne confirment tout simplement pas cette hypothèse.

Tout d'abord, parce que tous les groupes d'âge - et pas seulement les personnes âgées - ont connu une augmentation spectaculaire des rapports VAERS de décès dus aux vaccins COVID-19, comme l'illustrent les graphiques ci-dessous. La ligne rouge représente les décès signalés liés au vaccin COVID-19, et la ligne verte représente les autres vaccins. Dans l'ensemble, tous les groupes d'âge ont connu une augmentation spectaculaire des décès signalés au VAERS suite à l'administration du vaccin COVID-19 - même le groupe des moins de 18 ans, qui a reçu très peu de vaccins COVID-19 (jusqu'à présent).

 

 

 

Deuxièmement, l'augmentation du nombre de décès signalés dans le groupe d'âge des 65 ans et plus est tellement massive que les décès par coïncidence, quel que soit le degré de maladie de la population, ne semblent pas être une explication suffisante et plausible. Après tout, les personnes âgées et les infirmes vivant dans des établissements de soins de longue durée sont souvent la cible des campagnes de vaccination contre la grippe.

 

Que fait le VAERS, et les personnes qui s'en occupent, toute la journée ?

 

Le VAERS est un "système générateur d'hypothèses" qui "identifie les problèmes potentiels de sécurité des vaccins qui peuvent être étudiés dans des systèmes de données plus solides". VAERS utilise l'exploration de données pour "...identifier les rapports d'événements indésirables disproportionnés pour les vaccins, y compris le vaccin COVID-19." VAERS " identifie également... des paires événement indésirable-vaccin rapportées au moins deux fois plus fréquemment que prévu pour un vaccin COVID-19... " (2) (Pages 12-15)

 

Compte tenu de l'augmentation massive des décès signalés au VAERS - pas une augmentation modeste, mais une augmentation énorme et sans précédent - il est insondable que le VAERS ne détecte pas une notification "disproportionnée", mettant ainsi en branle les roues pour étudier la situation "dans des systèmes de données plus solides". Mais rien n'indique qu'une telle chose se soit produite.

 

Selon le CDC :

 

"Le VAERS n'a pas détecté de tendances dans les causes de décès qui pourraient indiquer un problème de sécurité avec les vaccins COVID-19."

 

Alors même que les rapports de décès continuent d'affluer à un rythme effarant, par dizaines et parfois par centaines par semaine, dans le plus pur style orwellien, le CDC se contente de mettre à jour le nombre de décès sur son site Internet et de répéter :

 

"Le VAERS n'a pas détecté de tendances dans les causes de décès qui pourraient indiquer un problème de sécurité avec les vaccins COVID-19."

 

Et, bien sûr, la vieille rengaine rassurante :

"Les vaccins COVID-19 sont sûrs et efficaces."

 

 

La seule façon dont il semble possible que le VAERS n'ait détecté aucun problème de sécurité, c'est si le VAERS était en fait programmé pour s'attendre à un taux très élevé de décès dus aux vaccins COVID-19 - bien plus élevé que le taux de décès attendu pour les autres vaccins. Cela expliquerait pourquoi le VAERS n'a pas détecté de "paires événement indésirable-vaccin signalées au moins deux fois plus fréquemment que prévu pour un vaccin COVID-19...".

 

D'un autre côté, il se peut que les gens mentent et que le VAERS ne fasse rien du tout, ou quelque chose d'autre que ce qu'on nous dit, ou qu'il détecte comme un fou des problèmes de sécurité possibles avec les vaccins COVID-19, et que cela soit on-divulgué.

 

Mais qu'on ne dise jamais que je n'ai pas l'esprit ouvert. Peut-être que l'un des nombreux experts très bien payés et respectés du CDC fera une analyse - comme mon humble analyse ici, mais plus grande et plus sophistiquée avec plus de cloches et de sifflets, parce qu'ils sont des experts - et prouvera que l'augmentation massive des rapports de décès VAERS n'a rien à voir avec les dangereux vaccins COVID-19. Mais je ne retiendrai pas mon souffle. Je pense que si cela pouvait être fait, cela aurait déjà été fait trois fois et plus.

 

NOTES:

1.       Gee J, Marquez P, Su J, et al. First Month of COVID-19 Vaccine Safety Monitoring — United States, December 14, 2020–January 13, 2021. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2021;70:283–288. DOI: http://dx.doi.org/10.15585/mmwr.mm7008e3

2.       COVID-19 vaccine safety update, Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) January 27, 2021, Tom Shimabukuro, MD, MPH, MBACDC COVID-19 Vaccine Task Force Vaccine Safety Team

3.       Search VAERS data: https://vaers.hhs.gov/data.html

4.       There were a lot of “unknown age” VAERS death reports—sometimes dozens or even hundreds per year. Therefore, 1/3 of the unknown age reports were added to each of the 3 age groups of 0-17, 18-64 and 65+.

5.       US Census Bureau data was used for the years 2014-2020. For 2021, the 2020 population estimates were used.

6.       2014: https://data.census.gov/cedsci/table?q=census%20age%202014-2020&tid=ACSST1Y2014.S0101

7.       2015: https://data.census.gov/cedsci/table?q=population%20by%20age%202015&tid=ACSST1Y2015.S0101

8.       2016: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202016&tid=ACSST1Y2016.S0101

9.       2017: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202017&tid=ACSST1Y2017.S0101

10.   2018: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202018&tid=ACSST1Y2018.S0101

11.   2019: https://data.census.gov/cedsci/table?q=age%20%26%20sex%202020&tid=ACSST1Y2019.S0101

12.   2020: https://www.census.gov/data/tables/2020/demo/popest/2020-demographic-analysis-tables.html

13.   Age data was consolidated into 3 uniform groups of Age 0-17, Age 18-64 & Age 65+. The Census Bureau uses a 0-19 age range, and no adjustments were made for that.

14.   The CDC's estimated rate of flu vaccination for 2010-2020 was used to estimate the rate of all vaccinations. https://www.cdc.gov/flu/fluvaxview/coverage-1920estimates.htm

15.   % vaccinated in each age group for flu was used to estimate the rate of vaccination per the CDC's vaccine schedule for non-COVID-19 vaccines.

16.   Minimum recommended vaccines for each age group were divided among the years in the age group to estimate yearly vaccine consumption:

17.   Age 0-17: 18 flu shots + 35 other shots = 53 / 18 = 2.94 per year.

18.   Age 18-64: 45 yrs, 45 flu shots + 12 more recommended for everyone (18 more for some) = 45 + 12 = 57 / 45 = 1.24 per year.

19.   Age 65+: 15 yrs: 15 flu shots + 5 more recommended for all (18 more recommended for some) =  15 + 5 = 20 / 15= 1.33 per year.

20.   CDC’s child and adolescent vaccine schedule: https://www.cdc.gov/vaccines/schedules/hcp/imz/child-adolescent.html

21.   CDC’s adult vaccine schedule: https://www.cdc.gov/vaccines/schedules/hcp/imz/adult.html

22.   For COVID-19 vaccines I used the total # administered in each age group and estimated 5% were given in 2020 and 95% were given in 2021. https://covid.cdc.gov/covid-data-tracker/#vaccination-demographic

Voir les commentaires

Lyon : samedi 15 mai : Alexandra Henrion Caude sur la loi bio-éthique

10 Mai 2021, 13:29pm

Lyon : samedi 15 mai : Alexandra Henrion Caude sur la loi bio-éthique

Voir les commentaires

Dr. Gérard Delépine : Alerte sur les vaccins et le pass vaccinal

10 Mai 2021, 09:57am

Voir les commentaires

Emballage des tiges test : deux versions ?

10 Mai 2021, 09:43am

Publié par Ciel Voilé

Emballage des tiges test : deux versions ?

 

Une employée de pharmacie aux Pays-Bas a voulu ranger deux cartons abîmés de tiges-test et a fait une incroyable découverte. Elle a eu le temps de prendre une photo. Les pharmacies ne seraient-elles informées ? rétribuées ?

Voir les commentaires

57 scientifiques et médecins demandent l'arrêt immédiat de toutes les "vaccinations" Covid-19

10 Mai 2021, 09:19am

57 scientifiques et médecins demandent l'arrêt immédiat de toutes les "vaccinations" Covid-19

Publié le 09/05/2021 à 19:47 - Mise à jour à 19:48 – France Soir


 

Un groupe de 57 scientifiques, médecins et experts politiques de premier plan a publié un rapport appelant à remettre en question la sécurité et l'efficacité des « vaccins » COVID-19 actuels et réclame maintenant la fin immédiate de tous les programmes de vaccination – parmi eux la généticienne Alexandra Henrion-Caude.

Les thérapies utilisées appelés « vaccins » ne répondent pas à la définition du mot vaccin et il serait plus approprié de les nommer
thérapies géniques ou thérapies à vecteurs vaccinaux.

Il existe deux certitudes concernant la distribution mondiale de ces thérapies Covid-19 :

  1. La première est que les gouvernements et la grande majorité des médias grand public mettent toutes leurs forces pour que ces médicaments expérimentaux s'adressent au plus grand nombre de personnes possible. 
  2. La deuxième est que ceux qui sont prêts à affronter le mépris qui accompagne le fait de poser des questions sérieuses sur les vaccins sont des acteurs essentiels dans nos efforts continus pour répandre la vérité.

Vous pouvez lire ce manuscrit en pré-impression ci-dessous. Il a été préparé par près de soixante médecins, scientifiques et experts en politiques publiques du monde entier pour être envoyé de toute urgence aux dirigeants mondiaux ainsi qu'à tous ceux qui sont associés à la production et à la distribution des différents vaccins Covid-19 en circulation.

Il y a encore beaucoup trop de questions sans réponse concernant l'innocuité, l'efficacité et la nécessité de ces thérapies Covid-19. 

Cette étude est une bombe qui devrait être lue par tout le monde,
quel que soit son point de vue sur les thérapies géniques ou vaccins. Il n'y a pas assez de citoyens qui posent des questions. La plupart des gens suivent simplement les ordres des gouvernements mondiaux, comme s'ils avaient gagné notre entière confiance. Ce n’est pas le cas. Ce manuscrit est un pas en avant en termes de responsabilité et de libre circulation de l'information sur ce sujet crucial. Veuillez prendre le temps de le lire et de le partager largement.
 


Vaccination de masse contre le SARS-CoV-2: questions urgentes sur la sécurité des vaccins qui exigent des réponses des agences internationales de santé, des autorités réglementaires, des gouvernements et des développeurs de vaccins

Auteurs : Roxana Bruno 1 , Peter McCullough 2 , Teresa Forcades i Vila 3 , Alexandra Henrion-Caude 4 , Teresa García-Gasca 5 , Galina P. Zaitzeva 6 , Sally Priester 7 , María J.Martínez Albarracín 8 , Alejandro Sousa-Escandon 9 , Fernando López Mirones 10 , Bartomeu Payeras Cifre 11 , Almudena Zaragoza Velilla 10 , Leopoldo M. Borini 1 , Mario Mas 1 , Ramiro Salazar 1 , Edgardo Schinder 1 , Eduardo A Yahbes 1 , Marcela Witt 1, Mariana Salmeron 1 , Patricia Fernández 1 , Miriam M. Marchesini 1 , Alberto J. Kajihara 1 , Marisol V. de la Riva 1 , Patricia J. Chimeno 1 , Paola A. Grellet 1 , Matelda Lisdero 1 , Pamela Mas 1 , Abelardo J. Gatica Baudo 12 , Elisabeth Retamoza 12 , Oscar Botta 13 , Chinda C. Brandolino 13 , Javier Sciuto 14 , Mario Cabrera Avivar 14 , Mauricio Castillo 15 , Patricio Villarroel 15 , Emilia P. Poblete Rojas 15, Bárbara Aguayo 15 , Dan I. Macías Flores 15 , Jose V. Rossell 16 , Julio C. Sarmiento 17 , Victor Andrade-Sotomayor 17 , Wilfredo R. Stokes Baltazar 18 , Virna Cedeño Escobar 19 , Ulises Arrúa 20 , Atilio Farina del Río 21 , Tatiana Campos Esquivel 22 , Patricia Callisperis 23 , María Eugenia Barrientos 24 , Karina Acevedo-Whitehouse 5 ,

Résumé

Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, la course au test de nouvelles plates-formes conçues pour conférer une immunité contre le SARS-CoV-2, a été endémique et sans précédent, conduisant à l'autorisation d'urgence de divers vaccins. Malgré les progrès de la polychimiothérapie précoce pour les patients atteints de COVID-19, le mandat actuel est de vacciner la population mondiale le plus rapidement possible. Le manque de tests approfondis sur les animaux avant les essais cliniques et l'autorisation basée sur les données de sécurité générées lors des essais qui ont duré moins de 3,5 mois, soulèvent des questions concernant la sécurité de ces vaccins. Le rôle récemment identifié du pic de glycoprotéine du SARS-CoV-2 qui peut induire des lésions endothéliales caractéristiques du COVID-19, même en l'absence d'infection, est extrêmement pertinent étant donné que la plupart des vaccins autorisés induisent la production de glycoprotéine Spike chez les receveurs. Compte tenu du taux élevé d'occurrence des effets indésirables et du large éventail de types d'effets indésirables signalés à ce jour, ainsi que du potentiel d'amélioration de la maladie due au vaccin, de l'immunopathologie Th2, de l'auto-immunité et de l'évasion immunitaire, il y a la nécessité d'une meilleure compréhension des bénéfices et des risques de la vaccination de masse, en particulier dans les groupes exclus des essais cliniques. Malgré les appels à la prudence, les risques de vaccination contre le SARS-CoV-2 ont été minimisés ou ignorés par les organisations de santé et les autorités gouvernementales. Nous appelons à la nécessité d'un dialogue pluraliste dans le cadre des politiques de santé.

 

 

Voir les commentaires

Vaccins contre le Covid : notice vide

10 Mai 2021, 07:35am

Voir les commentaires

Depuis minuit, l’Espagne revit !

9 Mai 2021, 19:16pm

Publié par Ciel Voilé

Depuis minuit, l’Espagne revit !

Publié le 09 mai 2021 à 06h40 - Le télégramme

Depuis fin octobre, les Espagnols n’ont pu quitter leur région qu’à Noël, état d’urgence sanitaire oblige. Ce dernier est levé depuis ce dimanche matin et c’est un vent de liberté qui souffle sur l’Espagne.

Les Espagnols étaient nombreux, à Madrid (ci-dessus) et ailleurs dans le pays, à fêter la fin de l’état d’urgence la nuit dernière.  (Photo EPA)

Dans la nuit de samedi à ce dimanche, l’Espagne a levé l’état d’urgence sanitaire en vigueur depuis octobre, permettant à ses habitants de sortir de leur région pour changer d’air ou retrouver des proches qu’ils n’avaient pas vus depuis des mois. « J’en avais trop marre de ne pas pouvoir sortir » de la région de Madrid, « je me sentais frustrée, attachée, sans liberté », confiait, samedi, Blanca Valls, créatrice de bijoux de 46 ans, qui ira le week-end prochain en Galice, au nord-ouest du pays, pour un anniversaire et elle espère aller bientôt à la plage. Argentina Enriquez, étudiante mexicaine de 37 ans, est, elle, « impatiente » de pouvoir enfin partir à la campagne, vendredi, et « faire un barbecue avec des amis, jouer de la guitare, se balader ». « Etre ensemble », lance-t-elle avec « beaucoup d’émotion ».

Un casse-tête juridique

À part à Noël où les restrictions avaient été assouplies durant quelques jours pour permettre les réunions familiales, les Espagnols n’ont pas pu quitter leur région depuis le début de l’état d’urgence fin octobre. Dissuadées par l’explosion des cas ayant suivi Noël, les autorités avaient maintenu les bouclages de régions pour la Semaine sainte, fête familiale fondamentale en Espagne. Ces bouclages ont été particulièrement mal vécus par les Espagnols, empêchés d’aller voir leur famille dans une autre région alors que le pays restait ouvert aux touristes étrangers.


 

 

 

 

Voir les commentaires

Aveyron : analyse d'eau de pluie avril 2021

9 Mai 2021, 19:05pm

Voir les commentaires