Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualite

Phonegate : échanges entre Marc Arazi et Sam Roe journaliste

1 Décembre 2020, 12:24pm

Voir les commentaires

Covid-19 : ce que l'on sait déjà du plan vaccin après les recommandations de la Haute autorité de Santé

30 Novembre 2020, 21:17pm

Covid-19 : ce que l'on sait déjà du plan vaccin après les recommandations de la Haute autorité de Santé

Le Journal du Dimanche le 30 novembre 2020

 

Un plan qui s'affine. La Haute Autorité de santé a dévoilé lundi ses préconisations sur la mise en œuvre de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Les conclusions de cette autorité indépendante constituent la clé de voûte de la stratégie vaccinale du gouvernement, qui sera également présentée cette semaine par l'exécutif lors d'une conférence de presse. "Tout sera présenté aux Français en toute transparence", avait insisté jeudi dernier le ministre de la Santé Olivier Véran, concédant que "la France a beau être le pays de Pasteur, c'est un pays qui doute parfois, et qui doute parfois fortement, plus fortement que les autres, lorsqu'il est question de vaccin".


 

Qui sera prioritaire? Dans un premier temps, les doses ne suffiront pas pour prendre en charge les quelque 3 millions de professionnels de santé et du secteur médico-social, et plus encore les 30 millions de personnes à risque par leur âge ou leur état physique. Comme l'a annoncé le JDD dimanche, la Has recommande ainsi de vacciner en premier les personnes âgées les plus fragiles, notamment celles qui vivent dans des Ehpad (750.000 personnes visées) ; et les personnels de santé les plus exposés ou fragiles (soit 90.000 à 100.000 personnes).

 

La deuxième phase devrait concerner l'ensemble des personnes âgées, en commençant par "les personnes ayant plus de 75 ans, puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans", ainsi que les "professionnels du secteur de la santé, du médico-social et du transport sanitaire, en priorisant les professionnels âgés de plus de 50 ans" ou présentant un facteur de risque de forme grave.

 

 

 

Voir les commentaires

Alexandra Henrion Caude chez Morandi

30 Novembre 2020, 20:56pm

Voir les commentaires

Censure belge

30 Novembre 2020, 20:35pm

Voir les commentaires

Arte : la face cachée des énergies vertes

30 Novembre 2020, 20:31pm

Voir les commentaires

Laurent Mucchielli à l'IHU Méditerranée Infection

30 Novembre 2020, 20:27pm

Voir les commentaires

La pathologisation de la dissidence

29 Novembre 2020, 19:36pm

La pathologisation de la dissidence

Benoît et moi – Le 25 novembre 2020 – Traduction d'un article d'Enrica Peruccietti

 

Ou quand les « négationnistes »- du Covid – et plus généralement les dissidents, sont considérés comme des fous, à rééduquer, voire à soumettre à des traitements psychiatriques. Ces jours derniers, on y arrive (de moins en moins) doucement, on a même inventé des mots spécialement pour les désigner (et les ridiculiser): négationnistes, justement, mais aussi complotistes, conspirationnistes, NoVax. Et un délit caractéristique: diffuser des « fake news ». Décidément, le Meilleur des Mondes, c’est maintenant…

On veut neutraliser la conscience critique et censurer toute forme de dissidence. Ceux qui sont en désaccord doivent être censurés, ils doivent avoir honte non seulement de ce qu’ils ont dit, mais aussi de ce qu’ils ont « osé » penser.

 

 

 

Voir les commentaires

L'ONU a déjà recruté 110 000 combattants du virus de la désinformation en ligne !

29 Novembre 2020, 19:14pm

L'ONU a déjà recruté 110 000 combattants du virus de la désinformation en ligne !

Forum Economique Mondial - Le 26 novembre 2020

 

Il n'y a pas de vaccin contre l'infodémie - alors comment pouvons-nous combattre le virus de la désinformation ?


Les fausses nouvelles concernant le COVID, ses origines, son traitement et sa prévention, sont devenues virales. L'ONU a lancé une contre-attaque et veut que vous l'aidiez.


Selon le fondateur de l'organisation, les algorithmes et les rédacteurs humains peuvent aider à renverser la vapeur.

Ce qui se propage à travers le monde, peut être transmis involontairement d'une personne à d'innombrables autres, est potentiellement mortel, mais peut être arrêté si tout le monde prend les bonnes mesures ? La désinformation. Le sujet du nouvel épisode de World Vs Virus.

Vous avez entendu parler du remède miracle pour le Covid que les médias grand public ne veulent pas que vous connaissiez ? Ou que la pandémie est en fait une "plandémie" - créée délibérément pour faire fortune ou pour soumettre les masses ? Alors vous vous heurtez au virus de la désinformation qui s'est répandu dans le monde entier aussi vite que le coronavirus lui-même.


Dans un monde où les médias sociaux sont de plus en plus utilisés par la plupart d'entre nous et où nous considérons la liberté d'expression comme une pierre angulaire de la démocratie, que peut-on faire pour lutter contre la désinformation dangereuse ?


Avez-vous lu ?


YouTube interdit la désinformation sur le vaccin contre le coronavirus


Notre volonté de partager contribue à la diffusion de la désinformation COVID-19


Ce sont les pays qui passent le plus et le moins de temps sur les médias sociaux 


"Lorsque Covid-19 a vu le jour, il était clair dès le départ qu'il ne s'agissait pas seulement d'une urgence de santé publique, mais aussi d'une crise des communication", explique Melissa Fleming, qui dirige les communications mondiales pour les Nations Unies.


La demande d'information sur la pandémie étant très forte et les fausses informations se répandant rapidement, l'"infodémie" met des vies en danger. Melissa Fleming dirige donc une campagne visant à aider les véritables informations à sortir du déluge de rumeurs et de mensonges.


Elle a lancé la campagne "Verified", qui permet aux gens de s'inscrire à des courriels quotidiens sur les dernières nouvelles de COVID provenant de sources fiables : des "informations scientifiques" qui pourraient autrement être enterrées à la "page 125 d'un PDF" présenté "dans des formats optimisés pour le partage sur les médias sociaux".


"Elle est au centre de vos flux de médias sociaux. Il peut donc rivaliser avec le contenu de désinformation ", explique M. Fleming.


Les Nations Unies nous encouragent également à ne plus nous précipiter pour re-poster des contenus potentiellement douteux, en promouvant le hashtag #PledgetoPause.

Nous essayons de créer cette nouvelle norme sociale appelée "pause - prenez garde avant de partager"", explique M. Fleming. Nous équipons les gens, grâce à cette nouvelle norme sociale, d'un peu de "scepticisme à l'égard de l'information"".


L'ONU encourage également les personnes influentes dans les médias sociaux à contribuer à la diffusion de véritables nouvelles sur la pandémie.


Jusqu'à présent, nous avons recruté 110 000 volontaires de l'information, que nous équipons de connaissances sur la manière dont la désinformation se répand et nous leur demandons de servir de "premiers intervenants numériques" dans les espaces où la désinformation circule", explique M. Fleming.


Toujours sur le podcast, le journaliste et entrepreneur Mark Little présente des solutions potentielles à l'infodémie.


Il a travaillé pour Twitter et a fondé Storyful, une agence de presse de médias sociaux qui a pour vocation de vérifier les faits. Il a maintenant lancé une nouvelle société appelée Kinzen qui vise à tirer le meilleur parti de l'intelligence artificielle et des rédacteurs humains pour combattre les rumeurs et les mensonges en ligne.


"J'ai commencé à considérer la diffusion de la désinformation comme une crise sanitaire mondiale", explique Little à World Vs Virus. "La désinformation est une menace aussi grave pour notre société.
"Si les gens ne peuvent pas faire confiance aux informations sur les défis critiques de notre monde actuel, qu'il s'agisse du coronavirus ou du changement climatique, alors nous ne pouvons pas prendre de décisions raisonnées en tant que démocratie".


Nous devons nous méfier de toute tendance à la censure qui réduirait la liberté d'expression, mais nous devons au contraire donner aux gens les outils qui leur permettront de distinguer la réalité de la fiction.


"La désinformation se produit au sein de nos amis et de nos familles. Nous devons donc trouver des stratégies pour, tout d'abord, la reconnaître. Et, deuxièmement, en tant que citoyens actifs, tout comme nous portons des masques pour protéger les autres, nous devons être le bon citoyen, le vecteur actif qui se bat dans notre vie quotidienne".


En plus de promouvoir l'éducation aux médias, M. Little estime que les plateformes de médias sociaux doivent s'assurer qu'elles travaillent pour le bien de la démocratie, plutôt que contre elle. Il applaudit Twitter pour avoir étiqueté certains tweets trompeurs, mais affirme qu'il faut en faire plus et appelle à un "audit de fond sur la façon dont l'information est distribuée sur les différentes plateformes".


"Il n'y a pas de solution facile. Le modèle économique des plates-formes encourage malheureusement la diffusion de ce type d'informations scandaleuses. Mais il faut que cela change.
"J'espère que les plateformes technologiques réalisent qu'elles ont besoin d'un changement radical pour revenir aux racines et à la promesse démocratique de ces plateformes qu'elles ont créées".


https://www.weforum.org/agenda/2020/11/misinformation-infodemic-world-vs-virus-podcast/




 

Voir les commentaires

Louis Fouché chez Morandini

29 Novembre 2020, 07:45am

Voir les commentaires

L'ONU annonce un portefeuille d'identité numérique

28 Novembre 2020, 21:59pm

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>