Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Interview du Dr Zach Bush

5 Octobre 2020, 20:55pm

Publié par kla.tv

Voir les commentaires

La crise sanitaire vue par un colonel des sapeurs pompiers

5 Octobre 2020, 20:42pm

Voir les commentaires

Interview du journaliste Harry Vox octobre 2014 : les vraies raisons de la crise sanitaire

5 Octobre 2020, 20:37pm

Voir les commentaires

Christian Perronne : " Je sais qu'on veut ma peau !"

5 Octobre 2020, 17:24pm

Voir les commentaires

Déclaration de Richard Boutry, ex-présentateur télé

5 Octobre 2020, 17:04pm

Voir les commentaires

Comment transporter le spermatozoïde jusqu'à l'ovule ?

4 Octobre 2020, 13:56pm

Voir les commentaires

Changer la PAC

4 Octobre 2020, 12:43pm

Voir les commentaires

Les participants à l'essai de la "phase 3" du vaccin COVID-19 font état de migraines et de fièvre d'une journée

4 Octobre 2020, 09:52am

LUKE HUTCHISON PARTICIPANT AUX ESSAIS

LUKE HUTCHISON PARTICIPANT AUX ESSAIS

Tyler Durden - Jeudi 1er octobre 2020 - Zerohedge
 

La presse européenne a indiqué précédemment que l'autorité de régulation pharmaceutique de l'UE se prépare à accélérer l'approbation du vaccin Astra Zeneca-Oxford, alors même que la FDA étend son enquête sur les essais de phase 3 du vaccin COVID-19 (après qu'un patient aurait été gravement malade au Royaume-Uni, bien que l'AZ insiste sur le fait que la maladie n'a rien à voir avec l'essai).


Alors que l'OMS, Bill Gates, le Dr Fauci et l'establishment mondial des soins de santé travaillent avec leurs alliés dans la presse pour essayer de convaincre le plus grand nombre possible de personnes d'accepter de prendre un vaccin COVID-19 une fois qu'il aura été approuvé, des rapports plus alarmants apparaissent dans la presse grand public sur les problèmes liés aux essais de "phase 3".


CNBC a rapporté jeudi matin que plusieurs patients impliqués dans les essais du candidat vaccin de Moderna et du candidat vaccin de Pfizer-BioNTech ont subi de graves effets secondaires, notamment "une secousse si forte qu'il s'est cassé une dent après avoir pris la deuxième dose".


Aussi graves soient-ils, les symptômes se sont généralement dissipés en un jour ou deux, et quatre des cinq sujets interrogés par CNBC ont déclaré que la lutte pour obtenir une protection contre COVID-19 "en valait la peine". Mais là encore, les symptômes semblent sérieux.


Luke Hutchison s'est réveillé au milieu de la nuit avec des frissons et de la fièvre après avoir reçu le rappel de Covid-19 dans le cadre de l'essai de vaccin de Moderna. Un autre participant à l'essai du vaccin contre le coronavirus, qui teste le candidat de Pfizer, s'est lui aussi réveillé avec des frissons, tremblant si fort qu'il s'est cassé une dent après avoir pris la deuxième dose.


Une forte fièvre, des douleurs corporelles, de gros maux de tête et de l'épuisement ne sont que quelques-uns des symptômes que cinq participants à deux des principaux essais de vaccins contre les coronavirus ont déclaré avoir ressentis après avoir reçu les vaccins.


Lors d'entretiens, les cinq participants - trois dans l'étude de Moderna et deux dans les essais de Pfizer en phase finale - ont déclaré qu'ils pensaient que la gêne valait la peine de se protéger contre le coronavirus. Quatre d'entre eux ont demandé à ne pas être identifiés, mais la CNBC a examiné les documents qui vérifiaient leur participation aux essais.


Si les symptômes étaient inconfortables, et parfois intenses, ils disparaissaient souvent après une journée, parfois plus tôt, selon trois participants à l'essai de Moderna et un de Pfizer ainsi qu'une personne proche d'un autre participant à l'essai de Moderna.


Au moins 41 candidats vaccins sont en cours d'essais sur l'homme dans le monde, mais seuls quatre candidats vaccins soutenus par les États-Unis sont en phase 3 : Moderna, Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson. Au moins un vaccin soutenu par le Royaume-Uni entre également en phase 3. Bien qu'il soit possible que certains des symptômes décrits aient pu être causés par une maladie sans rapport avec le vaccin, Moderna et Pfizer ont déjà déclaré que certains participants à leurs essais de phase 1 avaient ressenti des symptômes légers. Pfizer a souligné que de telles complications n'ont été observées que dans un petit nombre de cas.
 

Hutchison, un biologiste informaticien de l'Utah, a partagé son expérience avec CNBC :


"J'avais une grande confiance dans le fait que cela fonctionnerait et je voulais contribuer à la solution", a déclaré M. Hutchinson.


Après avoir reçu la première injection le 18 août, il a déclaré qu'il s'était senti un peu mal pendant plusieurs jours, avec une légère fièvre. Il a reçu sa deuxième injection dans une clinique le 15 septembre. Huit heures plus tard, il a dit qu'il était alité avec une fièvre de plus de 101, des tremblements, des frissons, un mal de tête intense et un essoufflement. Il a dit que la douleur dans le bras, où il a reçu la piqûre, ressemblait à "un œuf d'oie sur mon épaule". Il a à peine dormi cette nuit-là, enregistrant que sa température était supérieure à 100 degrés pendant cinq heures.


Après 12 heures, Hutchison a dit qu'il se sentait de retour à la normale et que son niveau d'énergie était revenu. Ayant signé un long formulaire de consentement, Hutchison était conscient qu'il pourrait ressentir des symptômes. Mais il a quand même été frappé par la gravité et la durée, tweetant le 16 septembre qu'il avait "plein de symptômes de type Covidien".


Deux autres participants à l'essai Moderna, qui ont demandé à rester anonymes parce qu'ils craignaient une réaction de rejet de la part des entreprises, ont fait état d'effets secondaires similaires. De même, un participant à l'essai de Pfizer a déclaré qu'il avait ressenti des symptômes plus graves que ce à quoi il s'attendait.


Un autre participant a estimé que Moderna pourrait devoir dire aux gens de prendre un jour de congé après leur deuxième dose.


Une femme de Caroline du Nord, âgée d'une cinquantaine d'années et participant à l'étude Moderna, a déclaré qu'elle n'avait pas fait de fièvre mais qu'elle avait souffert d'une mauvaise migraine qui l'avait laissée épuisée pendant une journée et incapable de se concentrer. Elle a dit qu'elle s'était réveillée le lendemain en se sentant mieux après avoir pris l'Excedrin, mais a ajouté que Moderna pourrait devoir dire aux gens de prendre un jour de congé après une deuxième dose. Elle a ajouté que d'autres personnes participant à l'essai ont rejoint quelques groupes privés sur Facebook et ont partagé des expériences similaires. Elle a ajouté que des membres de ces groupes ont également signalé une fièvre et des douleurs dans le bras, similaires à celles ressenties lors d'une injection de tétanos, ajoutant que "vous n'allez pas soulever des poids ou faire de l'exercice".


"Si cela fonctionne, les gens vont devoir s'endurcir", a-t-elle déclaré. "La première dose n'est pas un problème. Et puis la deuxième dose vous fera certainement perdre du poids pour la journée... Vous devrez prendre un jour de congé après la deuxième dose".


Moderna et Pfizer ont répondu en faisant remarquer que certains vaccins sont plus durs pour l'organisme que d'autres, et que les réactions négatives chez une minorité de patients étaient un compromis malheureux, mais pas une raison suffisante pour renoncer à prendre le vaccin.


Moderna et Pfizer ont reconnu que leurs vaccins pouvaient induire des effets secondaires similaires aux symptômes associés à un léger Covid-19, tels que des douleurs musculaires, des frissons et des maux de tête. Au fur et à mesure que les entreprises ont progressé dans les essais cliniques, plusieurs fabricants de vaccins ont abandonné leurs doses les plus élevées suite à des rapports faisant état de réactions plus graves.


Le spécialiste des maladies infectieuses Florian Krammer, de Mount Sinai à New York, a déclaré sur Twitter que les effets secondaires signalés lors de la première phase de l'essai de Moderna sont "désagréables mais pas dangereux". Il reste à voir si les enfants et les femmes enceintes connaîtront des symptômes similaires.


Nous nous demandons à quel point de tels témoignages figureront dans la décision accélérée de la FDA d'accorder ou non une autorisation d'urgence à ces deux entreprises.

https://www.zerohedge.com/geopolitical/covid-19-vaccine-trial-participants-report-day-long-migraines-fever



 

Voir les commentaires

Ces nanoparticules magnétiques permettent de contrôler à distance la libération d’hormones

4 Octobre 2020, 09:21am

Ces nanoparticules magnétiques permettent de contrôler à distance la libération d’hormones

Dailygeekshow.com

Cette approche pourrait permettre de développer de nouvelles thérapies pour traiter la dépression, le stress post-traumatique et l'anxiété

Une équipe de recherche du MIT a récemment mis au point un moyen de contrôler à distance la libération d’hormones produites par les glandes surrénales, comme l’adrénaline ou le cortisol, grâce à des nanoparticules magnétiques.

Cibler les canaux ioniques pour contrôler la libération des hormones

Présentées dans la revue Science Advances, ces nouvelles recherches pourraient aider les scientifiques à mieux comprendre les liens entre dysfonctionnement des glandes surrénales et troubles psychiques, et par extension à développer de nouvelles thérapies pour traiter la dépression, l’anxiété et le stress post-traumatique.

Lire aussi Un microbe mangeur de cerveau présent dans l’eau du robinet inquiète les autorités au Texas

 

« Nos travaux visent à une meilleure compréhension des troubles liés au stress et à leur éventuel traitement en modulant le fonctionnement des organes périphériques, plutôt qu’en adoptant une approche hautement invasive, ciblant le système nerveux central », explique Polina Anikeeva, co-auteure de l’étude.

Dans le cadre de leurs expériences, les scientifiques ont ciblé spécifiquement les canaux ioniques, qui régulent le flux de calcium dans les cellules surrénales. Lorsque la température augmente, les canaux ioniques acheminent davantage de calcium, ce qui se traduit par une plus grande quantité d’hormones produites. Les chercheurs ont donc décidé d’utiliser l’énergie thermique afin de contrôler leur libération.

 

Une production de cortisol et de noradrénaline largement augmentée en chauffant des nanoparticules magnétiques

 

La suite

 

 

 

Voir les commentaires

Déclaration choc d'une députée française

3 Octobre 2020, 11:23am

Voir les commentaires