Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Nanoparticules dans les vaccins

9 Février 2021, 12:00pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Traduction d'une communication du Me Reiner Fuellmich du 11 janvier 2021

9 Février 2021, 08:00am

Publié par Ciel Voilé

Traduction d'une communication du Me Reiner Fuellmich du 11 janvier 2021

L'étau se resserre sur la clique de Davos

Jean-Michel Grau

 

Rappelons en préambule que le procès intenté contre le Dr Drosten par l’avocat allemand Reiner Fuellmich a pour but de le poursuivre pour crimes contre l’humanité, pour avoir faussé le protocole des tests PCR pour le compte de la clique de Davos, qui a amené les gouvernements occidentaux à prendre toutes les décisions ravageuses de confinements, couvre-feux, distanciations sociales et port du masque obligatoire. En préconisant des valeurs de réglage CT jusqu’à 45, les résultats des tests devenaient presque tous positifs, même avec des traces infimes de virus, dans le but de continuer à alimenter la peur généralisée.

Voici le résumé traduit de la dernière communication du Docteur Fuellmich du 11/01/2021. (1)


« Les auditions menées par le Comité Covid de Berlin depuis le 10.07.2020 d’une centaine de scientifiques, d’experts médicaux, d’économistes, de juristes et de personnes de renommée internationale ont révélé que le scandale Covid19 n’a en aucun cas porté sur la santé. La dangerosité de ce prétendu nouveau virus correspond à celle d’une grippe, selon les études du professeur John Ioannides de l’université de Stanford, mais aussi selon l’évaluation de l’OMS. De plus, les tests PCR du Dr Drosten, que la direction de l’OMS sous contrôle financier de la Chine et de la Fondation Bill & Melinda Gates a recommandé comme norme mondiale de référence pour la détection des infections, ne conviennent en aucun cas à la détection des infections. »

« Le fait est que les tests PCR comme méthode de mesure des infections ne sont pas seulement une absurdité scientifique, mais a apparemment été programmé intentionnellement de manière à créer le plus grand nombre possible de faux positifs, et donc à semer la panique dans le monde. Cela est prouvé par un article de rétractation rédigé par 22 scientifiques internationaux très respectés, qui demande à l’éditeur de la revue de rétracter immédiatement ces absurdités. Il a été consulté environ 18 millions de fois jusqu’à présent. »

« En outre, l’affirmation de Drosten, selon laquelle il existe des infections asymptomatiques, est également fausse. Parce qu’il n’y a rien de tel, comme l’a récemment prouvé une grande étude de Wuhan, concernant 10 millions de personnes. »

« Une personne qui ne présente aucun symptôme est en bonne santé. Cela signifie qu’aucun de nous ne doit avoir peur des personnes qui ne présentent aucun symptôme et les forcer à porter des masques, ni avoir peur qu’un résultat positif signifie forcément qu’il est infecté. Les images d’horreur des hôpitaux avec des lits dans les couloirs, qui réapparaissent maintenant, existent en fait chaque année pendant la vague de grippe tout à fait normale. Elles ne sont utilisées maintenant qu’à dessein, afin d’alimenter davantage la panique. Il n’y a toujours pas de surmortalité en Allemagne. Plus de gens meurent en hiver : c’est tragique, mais c’est malheureusement “normal”. »

« Alors, de quoi s’agit-il vraiment s’il n’y a pas de problème de santé qui diffère de la vague de la grippe habituelle ? À cet égard, nous avons pu nous forger une opinion sur la base des auditions qui ont eu lieu, ainsi que des informations complémentaires. »

Le krach financier de septembre 2019 dont presque personne n’a parlé

 

 

 

Voir les commentaires

Première injection chez un diabétique

8 Février 2021, 21:32pm

Première injection chez un diabétique

Voir les commentaires

Haro sur Zoom, et l’homme s’aperçut qu’il est fatigant de communiquer

8 Février 2021, 21:05pm

Haro sur Zoom, et l’homme s’aperçut qu’il est fatigant de communiquer

 Serge TISSERON | 27 novembre 2020

 

Alors que les plates-formes de communication en ligne ne parvenaient pas à décoller, l’année 2020, confinement oblige, leur a donné un élan considérable. Et de toutes, la plus connue et la plus utilisée est Zoom. Mais nos contemporains, habitués depuis les origines de l’humanité à communiquer en présence physique, ont hélas pour la plupart imaginé qu’il suffisait d’utiliser un écran pour reproduire les conditions de la communication réelle. Et comme en outre, ces plateformes de communication en ligne ne nécessitent aucun déplacement physique, et qu’un simple ordinateur relié à Internet y suffit, la tentation a été grande de les utiliser bien au-delà des nécessités. Ainsi a-t-on vu se multiplier les réunions en ligne, et fleurir la création d’innombrables colloques et symposium pour lesquels les organisateurs n’avaient rien d’autre à faire qu’à demander par mail l’accord des intervenants et à prévenir les participants éventuels. Bref, comme toute technologie nouvelle, Zoom, Skype, Teams et autre Google Meet se sont trouvé soudain utilisés bien au-delà des situations nécessitant leur emploi. Lewis Mumford dénonçait déjà en 1934, dans Technique et civilisation, la tendance des technologies émergentes à être utilisées très au-delà de leurs avantages réels. Mais plus grand est cet enthousiasme, et plus forte est la désillusion.

Présentiel, distanciel, tout change

Après l’apologie des outils numériques qui permettent de maintenir le lien social en respectant la distanciation physique, il est devenu « tendance » aujourd’hui de dénoncer la fatigue supplémentaire et inutile qu’ils provoquent. Les raisons de celle-ci sont faciles à comprendre. Dans une communication en présence réelle, les moments de rencontre et de séparations sont progressifs. On perçoit d’abord le corps entier de son interlocuteur avant de se centrer sur son visage et, au moment du départ, l’éloignement progressif de notre interlocuteur permet également que s’organise le temps d’une séparation mentale. En distanciel, ces moments sont réduits à une apparition et à une disparition brutale sur un écran, qui déroutent le plus souvent. Quant au déroulement de la communication elle-même, elle ne laisse aucune place ni au corps, ni aux mimiques, ni aux échanges de regards.

 

Voir les commentaires

Les lobbies ont saboté la Convention citoyenne pour le climat

8 Février 2021, 12:54pm

Les lobbies ont saboté la Convention citoyenne pour le climat

8 février 2021 – Gaspard D'Allens - Reporterre


 

Automobile, aérien, agrochimie... « Les industriels ont mobilisé tous les leviers d’influence à leur disposition » pour torpiller le travail de la Convention citoyenne pour le climat, démontre l’Observatoire des multinationales. Grâce à d’éminents professionnels de la communication, ils ont converti moult politiques et bénéficié de relais médiatiques.

« Les lobbies industriels ont mené une guerre de l’ombre contre la Convention climat. » C’est ce que démontre l’Observatoire des multinationales dans un rapport rendu public lundi 8 février. Au fil des pages, les auteurs retracent « l’offensive acharnée » des secteurs les plus concernés par les propositions des citoyens et des citoyennes comme l’automobile, l’aérien, l’agrochimie ou la publicité.

« Les industriels ont mobilisé tous les leviers d’influence à leur disposition », notent les journalistes à l’origine du rapport. Rassemblés dans « une large coalition de conservatismes et d’intérêts établis », ils ont réussi leur travail de sape. L’influence qu’ils ont eu sur l’exécutif et la bataille qu’ils ont menée cet automne expliquent en grande partie le détricotage des 149 mesures proposées par les citoyennes et citoyens tirés au sort.

 
Le rapport de l’Observatoire des multinationales.

À l’origine, comme le rappelait son garant Cyril Dion dans Reporterre, la Convention citoyenne avait été conçue pour ouvrir les débats et éviter « l’entre-soi du système oligarchique ». Le retour de bâton n’en est que plus brutal. Le projet de loi climat censé retranscrire dans la loi les propositions des citoyens a été largement aseptisé et édulcoré : des mesures ont été abandonnées, d’autres ont vu leur échéance repoussée ou leur portée réduite. Pour de nombreux experts, le texte ne répondra pas à l’objectif de départ, à savoir la baisse de 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Le projet de loi sera présenté le 10 février en Conseil des ministres avant un examen à l’Assemblée nationale en mars.

À son lancement, en 2019, la Convention climat n’avait pas soulevé les foules ni braqué les projecteurs. Les industriels l’avaient magnifiquement ignoré, sans sentir la menace. C’est à partir de juin 2020, lorsque les citoyens ont présenté leurs mesures transformatrices qu’ils ont pris peur et commencé à se mobiliser. Ils ont dénoncé des propositions « liberticides » ou relevant de « l’écologie punitive ». En creux, « le principe même d’une régulation publique de l’activité économique au nom du climat était remis en cause », analyse l’Observatoire des multinationales.

 

 

 

Voir les commentaires

Hold-up 2 : sortie le 15 février

7 Février 2021, 21:25pm

Voir les commentaires

Alerte liberté

7 Février 2021, 18:02pm

Voir les commentaires

Science et vie : janvier 2016

7 Février 2021, 10:04am

Voir les commentaires

Vittel Nestlé - Bilan 2020

6 Février 2021, 21:12pm

Voir les commentaires

Le Rockefeller Way : Le plan secret de la famille pour le « changement climatique »- Résumé

6 Février 2021, 18:15pm

Le Rockefeller Way : Le plan secret de la famille pour le « changement climatique »- Résumé

Par l'Institut juridique de l'énergie et de l'environnement - 1er décembre 2016
 

Global Research - le 6 février 2021

 

https://www.globalresearch.ca/rockefeller-familys-covert-climate-change-plan/5678775



Publié pour la première fois en décembre 2016, cet article permet de comprendre le débat actuel sur le changement climatique ainsi que le Green New Deal, largement contrôlé par l'establishment financier. Les Rockefeller jouent également un rôle clé dans la proposition de grande réinitialisation du Forum économique mondial.


"À partir des années 1980, le Rockefeller Brothers Fund est devenu le principal défenseur du programme de lutte contre le réchauffement climatique. ... Dans son examen du programme de développement durable, le Rockefeller Brothers Fund se targue d'être l'un des premiers grands militants de la lutte contre le réchauffement climatique, citant son action en faveur de la création du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) en 1988 et de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques en 1992". (extrait du rapport)
Le texte suivant est le résumé d'un rapport complet de l'Energy & Environmental Legal Institute publié en 2016.


Ce rapport informatif est porté à l'attention des lecteurs de Global Research. Global Research ne cautionne pas nécessairement le titre ni le contenu de ce rapport.


Ce qui est important, cependant, c'est de reconnaître le rôle de la famille Rockefeller - qui a été historiquement l'architecte du "Big Oil" - dans le soutien au débat sur le changement climatique ainsi que le financement des scientifiques, des écologistes et des ONG impliqués dans l'activisme de base contre le "Big Oil" et l'industrie des combustibles fossiles.


Le débat sur le climat mondial est d'une importance cruciale. Mais qui contrôle ce débat ?


Il existe une relation contradictoire évidente : Alors que le "Big Oil" est la cible de l'activisme contre le réchauffement climatique, le "Big Oil", par l'intermédiaire de la famille Rockefeller et des Rockefeller Brothers Trusts, finance généreusement le mouvement mondial de protestation contre le climat. Demandez-vous pourquoi ?


Michel Chossudovsky, 24 novembre 2019, 6 février 2021


***
Les Rockefeller sont sans doute la famille la plus riche et la plus puissante de l'histoire des États-Unis. Depuis plus de 100 ans, ils ont façonné et dirigé la politique économique, financière, politique et publique de l'Amérique tout en amassant l'un des plus grands empires familiaux de l'ère moderne.
La plupart des Américains tiennent en haute estime les philanthropes milliardaires, associant le nom de Rockefeller au "pétrole" et au "capitalisme". En réalité, les Rockefeller sont déterminés à contrôler presque toutes les grandes institutions américaines, utilisant la philanthropie comme un moyen d'accroître leur influence sur la scène mondiale sous le couvert de l'avancement de diverses causes sociales. Leur opposition avide à l'industrie des combustibles fossiles qui a fait de John D. Rockefeller le premier milliardaire américain montre que les Rockefeller ne sont pas des idéologues politiques. Au contraire, ce sont de simples opportunistes qui soutiennent des programmes politiques qui leur permettent de renforcer leur influence sur la scène mondiale.


Grâce à leur réseau de fondations familiales, d'universités et d'institutions, ainsi qu'aux énormes subventions accordées à d'autres organisations caritatives, les Rockefeller ont acquis une influence sans précédent dans les domaines de la santé, de la pharmacie, de l'agriculture, de l'énergie et de l'environnement. Leur intégration très complexe de fonds spéculatifs, de conseils d'administration interdépendants et d'organisations à but non lucratif a orienté les politiques publiques sur ces questions et leur a permis d'acquérir une connaissance approfondie des marchés émergents et de l'accès aux ressources naturelles des pays en développement.


Depuis le début de leurs activités philanthropiques, les Rockefeller ont utilisé des causes sociales pour acquérir de l'influence dans les domaines politiques de leur choix. Depuis les années 1980, leur cause de prédilection est le programme de lutte contre le changement climatique (appelé à l'origine réchauffement de la planète). Leur croisade pour l'effondrement de l'industrie des combustibles fossiles en faveur des énergies renouvelables est bien documentée, depuis leur participation aux principaux traités et organisations sur le climat mondial - le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations unies en 1992 jusqu'au protocole de Kyoto en 1997 - jusqu'aux dépenses de centaines de millions de dollars pour faire progresser l'industrie des énergies renouvelables. Grâce à leur programme de développement durable, les Rockefeller continuent de promouvoir leurs politiques égoïstes en matière d'énergie propre auprès du gouvernement fédéral et du grand public.


En tant que principaux bienfaiteurs du mouvement militant pour le climat, l'impact des Rockefeller sur l'industrie de l'énergie ne connaît pas de limites, car les objectifs de la famille imprègnent toute la politique énergétique fédérale et étatique, ainsi que les pactes internationaux d'ingénierie sociale et mondialiste tels que l'Agenda 21. Avec l'influence incommensurable qui accompagne la richesse et le pouvoir de masse, l'empire Rockefeller s'est révélé un marionnettiste efficace pour faire avancer son principal objectif : la destruction de l'industrie des combustibles fossiles pour accroître son influence sur le secteur de l'énergie.

Le 5 novembre 2015, le procureur général de New York, Eric Schneiderman, a lancé une enquête sans précédent sur ExxonMobil afin de déterminer si la société avait fraudé les investisseurs en ne divulguant pas les risques que le changement climatique pourrait avoir sur ses activités.1

 

Cela s'est produit quelques semaines seulement après que le Columbia Journalism School (CJS) Energy and Environment Reporting Fellowship a accusé Exxon d'avoir trompé le public par le biais de son article du Los Angeles Times, "Comment Exxon est passée de leader à sceptique sur le changement climatique".2


Malgré le débat qui fait rage sur l'impact du changement climatique provoqué par l'homme, les politiciens de gauche, les lobbyistes et, surtout, les milliardaires, ont déclaré qu'il s'agissait d'une science réglée, utilisant cette question comme un moyen de contrôler l'arène énergétique. Les recherches montrent que l'enquête juridique d'Eric Schneiderman, ainsi que la représentation négative d'ExxonMobil par Columbia Journalism n'étaient ni objectives ni indépendantes. En fait, des preuves substantielles conduisent à la prémisse que les accusations de l'école de journalisme de Columbia contre ExxonMobil et l'enquête légale d'Eric Schneiderman sur le géant pétrolier n'étaient pas seulement financées, mais orchestrées par la famille Rockefeller.


Notamment, les Rockefeller ont financé la diabolisation de la compagnie pétrolière par le Energy and Environmental Reporting Fellowship Project de l'école de journalisme de Columbia.3 Cependant, l'enquête de Schneiderman et les publications de l'école de journalisme de Columbia ont pris des années à se réaliser.


Le Rockefeller Family Fund a organisé et dirigé deux réunions à huis clos avec d'éminents militants du climat - une en 2012 et une en janvier 2016. Les courriels découverts montrent que la question principale des deux rassemblements était de savoir comment faire tomber au mieux l'industrie des combustibles fossiles.4

 

Outre les principaux dirigeants des nombreuses fondations des Rockefeller, les deux sommets ont rassemblé les principaux acteurs du mouvement climatique tels que Matt Pawa (avocat au Centre pour le droit international de l'environnement), Sharon Eubanks (directrice de l'action en justice contre le tabac du ministère de la justice dans les années 1990 et militante connue contre Exxon), des représentants de Greenpeace et Carroll Moffit du Climate Accountability Institute.5

 

Lors des deux sommets, Eric Schneiderman a été considéré comme le catalyseur possible pour mener l'enquête juridique, tandis qu'ExxonMobil a été mentionné à plusieurs reprises comme la cible possible.


Le franc-parler fervent de Schneiderman contre les "négationnistes du climat" et son appel public à adopter des politiques favorisant l'utilisation accrue des énergies renouvelables en ont fait un candidat parfait et volontaire.6

 

Lorsqu'il a annoncé sa croisade contre Exxon, Schneiderman a cité les études des agences financées par Rockefeller, Inside Climate News, et les rapports Exxon de l'école de journalisme de Columbia.7

 

Il est révélateur que de nombreux membres de la famille Rockefeller aient longtemps exhorté Schneiderman à enquêter sur la compagnie pétrolière.


Cependant, comme le montre le rapport de la réunion de La Jolla 2012 organisée par les Rockefeller, la famille et les militants du climat avaient besoin d'un média bien connu, respecté et objectivement perçu pour soutenir le narratif public. Bien qu'il n'ait pas été divulgué dans la documentation du sommet, il semble qu'ils en aient trouvé un à l'école de journalisme de Columbia. Bien qu'elle soit sans doute l'école de journalisme la plus prestigieuse du pays, l'école de journalisme de Columbia ne bénéficie pas seulement de millions de dons Rockefeller, mais elle est composée, presque entièrement, de professeurs étroitement affiliés au mouvement vert.

En 2013, un an après l'élaboration du plan, l'alarmiste climatique et auteur d'un livre bien connu condamnant ExxonMobil, Steve Coll, a été nommé doyen de l'école de journalisme de Columbia.
Il n'est pas surprenant que M. Coll ait été le fer de lance du projet de bourse de reportage sur l'énergie et l'environnement de l'école qui a sali Exxon. Coll est étroitement lié aux Rockefeller, puisqu'il a déjà présidé la New America Foundation, un organisme de lutte contre le changement climatique, qui a reçu un financement important de la part de la famille. Ces révélations suggèrent que les Rockefeller ont utilisé leur influence sur l'école de journalisme de Columbia et sur Steve Coll pour mettre Coll en place en tant que doyen, lui fournissant la plateforme pour faire ce qu'il avait fait volontairement et avec enthousiasme une fois auparavant : fustiger publiquement et complètement ExxonMobil.


Avec Coll, en tant que bastion des militants du climat, l'école de journalisme de Columbia devenait probablement un participant enthousiaste au complot visant à salir Exxon. Au moins sept professeurs de la CJS sont directement liés au milliardaire George Soros, activiste écologiste, qui reçoit soit des prix, soit des sommes d'argent importantes du philanthrope socialiste. En outre, plusieurs membres du conseil d'administration des anciens élèves de CJS sont d'éminents défenseurs du changement climatique, dont Scott Dodd et Thomas Watkins.

Ce rapport propose que l'agression d'ExxonMobil n'était ni l'idée d'Eric Schneiderman, ni de l'école de journalisme de Columbia. Au lieu de cela, les Rockefeller, avec l'aide d'autres milliardaires et d'éminents militants pour le climat, ont soigneusement orchestré les enquêtes juridiques et médiatiques sur ExxonMobil afin d'atteindre leur objectif de ruiner l'industrie des combustibles fossiles pour prendre le contrôle du secteur énergétique.

 

 

Notes

 

1 Chris Mooney, "New York enquête sur Exxon Mobil pour avoir prétendument induit le public en erreur sur le changement climatique", The Washington Post, 5 novembre 2015, consulté le 16 avril 2016.

 

2 Katie Jennings, Dino Grandoni et Susanne Rust, "How Exxon Went from leader to skeptic on climate change", Los Angeles Times, 23 octobre 2015, consulté le 16 avril 2016.

 

3 Susanne Rust, "The Energy and Environment Reporting Fellowship", site web de l'école de journalisme de Columbia, consulté le 16 avril 2016.

 

4 Alana Goodman, "Memo Shows Secret Coordination Effort Against ExxonMobil by Climate Activists, Rockefeller Fund," The Washington Free Beacon, 14 avril 2016, consulté le 28 avril 2016.

 

5 Katie Brown, "Wait Till You See These Secret Memos Laying Outcomes Activists' Plans to Target Exxon", Energy InDepth, 15 avril 2016, consulté le 29 avril 2016.

 

6 "Schneiderman Delivers Speech on #Climate2014 : "It's Time for Action on Climate Change", YouTube, 22 septembre 2014, consulté le 20 avril 2016.

7 Jon Entine, "How the Columbia Journalism School Smeared Exxon", New York Post, 1er mars 2016, consulté le 21 avril 2016.

Voir les commentaires