Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Covid, le chemin vers le contrôle oligarchique

10 Juin 2022, 07:42am

Voir les commentaires

Covid et antihistaminiques

10 Juin 2022, 07:41am

Voir les commentaires

France Soir : interview du Dr Martin Zizi Partie 2

10 Juin 2022, 07:33am

Voir les commentaires

EXCLUSIF: DE NOUVELLES PUBLICATIONS DANS LE LANCET PROUVENT QUE LES VACCINS ARN TUENT PLUS PAR LES CARDIOPATHIES QU’ILS NE PROTEGENT CONTRE LA COVID

10 Juin 2022, 07:30am

EXCLUSIF: DE NOUVELLES PUBLICATIONS DANS LE LANCET PROUVENT QUE LES VACCINS ARN TUENT PLUS PAR LES CARDIOPATHIES QU’ILS NE PROTEGENT CONTRE LA COVID

Publié le 8 juin 2022 par pgibertie

 

Une publication du Lancet reconnait que les vaccins ARN ne présentent aucun avantage en terme de mortalité. Ce qui est gagné face à la covid est plus que perdu face aux décès cardiaques.

 

Encore faut il savoir qu’avec les données fournies par la justice américaine le bilan est bien plus défavorable encore pour les vaccins et que les effets pris en compte dans la publication ne sont qu’à très court terme.

 

Lors de la première étape de l’essai Pfizer 16 décès sont officiellement déclarés dans le groupe vacciné et 15 parmi les non vaccinés. LES DOCUMENTS SECRETS EN ONT REVELE SIX DE PLUS, tous parmi les vaccinés . A ces derniers s’ajoutent encore 5 décès dans le groupe vacciné/ Le total est donc de 27 contre 15

 

La publication du Lancet ne parle que des décédes de la première phase sans les six apparus dans les documents fournis par la justice américaine.

 

Même imparfaite cette publication nous apprend officiellement que les vaccins Pfizer auraient évité un décès covid: 1 parmi les 21926 vaccinés contre 2 pour les 21921 non vaccinés.

 

Hélas on enregistre 9 décès cardio vasculaires parmi les vaccinés contre 6 parmi les non vaccinés.

 

Pas d’avantages pour le Moderna ou la combinaison Pfizer Moderna

 

 

https://pgibertie.com/2022/06/08/exclusif-de-nouvelles-publications-dans-le-lancet-prouvent-que-les-vaccins-arn-tuent-plus-par-les-cardiopathies-quils-ne-protegent-contre-la-covid/

 

Voir les commentaires

Le scientisme, pas la science, règne sur le perchoir

10 Juin 2022, 07:27am

Le scientisme, pas la science, règne sur le perchoir

Dr Mercola Global Research – Le 9 juin 2022

 

Au fur et à mesure que la technocratie et le transhumanisme se sont élevés au premier plan, ils ont apporté avec eux leur propre forme de science – le « scientisme » – qui est fondamentalement la religion de la science. En d’autres termes, c’est une croyance même en l’absence de preuves, ou face à des preuves contraires, et c’est un problème très grave.

 

Le problème le plus clair avec l’avertissement de « croire la science » est que des experts de bonne foi se trouvent de tous les côtés de toute question empirique donnée.

 

Le sacerdoce scientifique est intolérant aux nouvelles idées alors que, simultanément, les moteurs de recherche et la numérisation de la littérature scientifique ont érodé leur autorité en tant que gardiens de la connaissance.

À l’heure actuelle, les gardiens du sacerdoce scientifique ne semblent pas avoir l’intention d’ouvrir ses portes à des étrangers et à des penseurs indépendants. Au contraire, ils essaient d’accroître massivement leur contrôle sur l’information que nous sommes autorisés à voir et à partager, même au point de proposer la création de comités de certification pour le partage des avis médicaux par les médecins de la police.

 

L’idée qu’un groupe de personnes puisse être le seul arbitre de la « vérité » est irrationnelle. Les préjugés individuels s’insinuent toujours, et plus l’influence d’un tel groupe est grande, plus ces préjugés deviendront enracinés et dogmatiques, jusqu’à ce que le système soit corrompu jusqu’à la moelle. On pourrait soutenir que la foi dogmatique dans des consensus scientifiques inexistants est la raison pour laquelle nous sommes là où nous sommes aujourd’hui.

*

La science a longtemps été considérée comme un bastion de la logique et de la raison. Les scientifiques ne tirent pas de conclusions basées sur des émotions, des sentiments ou la foi pure. Il s’agit de construire un ensemble de preuves reproductibles. Eh bien, c’est ce qu’il était, mais à mesure que la technocratie et le transhumanisme se sont élevés au premier plan, ils ont apporté avec eux leur propre forme de science – le « scientisme » – qui est fondamentalement la religion de la science. Sheldon Richman du Libertarian Institute écrit :1

 

https://www.globalresearch.ca/scientism-not-science-rules-roost/5782959

 

Voir les commentaires

Qu’allait donc faire le patron de la DGSE à la réunion du Bilderberg ?

10 Juin 2022, 07:24am

Qu’allait donc faire le patron de la DGSE à la réunion du Bilderberg ?

Publié le 8 juin 2022 par Olivier Demeulenaere

 

Les grandes réunions mondialistes s’enchaînent. Après la Forum économique mondial de Davos, puis la rencontre destinée à donner plus de pouvoirs à l’OMS, c’est le Bilderberg qui s’est réuni à Washington.

 

Les participants français à la réunion du groupe Bilderberg 2022 sont :

  • Patricia Barbizet, PDG de Témaris (fonds d’investissement), membre du CA de plusieurs grands groupes, ex-présidente du Siècle,

  • Valérie Baudson, DG d’Amundi (société de gestion, 2064 milliards d’euros)

  • Thomas Buberl, PDG d’AXA

  • Bernard Émié, directeur de la DGSE

  • Patrick Pouyanné, PDG de Total

Les Français pourraient-ils avoir quelques explications sur la présence du patron de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure, service de renseignement de la France, à cette rencontre des magnats du Nouvel Ordre Mondial ? Notons que le directeur de la CIA était également de la partie.

 

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com//2022/06/08/quallait-donc-faire-le-patron-de-la-dgse-a-la-reunion-du-bilderberg/

 

Voir les commentaires

La reine Elizabeth possède la majeure partie des fonds marins du Royaume-Uni. Cela ralentit le travail de conservation

10 Juin 2022, 07:11am

La reine Elizabeth possède la majeure partie des fonds marins du Royaume-Uni. Cela ralentit le travail de conservation

La famille royale est appelée à aider à récupérer la biodiversité britannique, à commencer par les propriétés royales.

 

MATTHIEU PONSFORD PUBLIÉ LE 7 JUIN 2022

 

La reine Elizabeth est bien connue comme l’un des plus grands propriétaires terriens au monde. Ce qui est moins connu, c’est que ses avoirs comprennent la plupart des fonds marins encerclant le Royaume-Uni, à 12 miles marins du rivage (ndt 22km). Le domaine de la Couronne possède pratiquement tous les fonds marins autour du Royaume-Uni jusqu’à 12 milles marins (la limite de la mer territoriale).

 

Ce détail saisissant de l’histoire monarchique est vu sous un nouveau jour alors que le déclin de la biodiversité britannique attire l’attention et que la famille royale a été exhortée à assumer un plus grand leadership dans la restauration de la nature, à commencer par les propriétés qu’elle contrôle.

 

Pourtant, ces derniers temps, les efforts visant à restaurer les eaux côtières se sont heurtés à des obstacles uniques à cette monarchie – ceux qui ont chassé un agriculteur de varech à un accueil plus accueillant en Asie du Sud-Est, par exemple, et qui menacent de faire dérailler le plus grand effort de replantation d’herbiers marins jamais entrepris en Grande-Bretagne.

 

Le Royaume-Uni n’est pas en mesure de perdre de telles opportunités, disent les défenseurs. Près de la moitié de la faune et des espèces végétales du pays ont été perdues depuis la révolution industrielle, selon une initiative de surveillance de la biodiversité lancée l’année dernière par le Musée d’histoire naturelle de Londres. La Grande-Bretagne se classe maintenant dans les 10% les plus pauvres du monde et comme la pire parmi les pays du G-7.

 

Les scientifiques décrivent la perte des herbiers marins et des forêts de varech qui entourent le littoral en un seul mot: catastrophique. Près de 90% des herbiers marins ont disparu, dont une grande partie au cours des 30 dernières années à cause du développement côtier, de la surpêche, de la pollution et des dommages causés par les bateaux et les ancres. Certains scientifiques prédisent que la plupart des 26 000 miles carrés de forêts de varech du Royaume-Uni seront probablement perdus d’ici 2100.

 

Lorsque les herbiers marins et le varech prospèrent, ils protègent contre l’érosion côtière, servent de pépinières à la vie marine côtière et absorbent de grandes quantités de carbone. Mais l’obtention de la permission de restaurer ces écosystèmes nécessite un bail, avec des frais payés au Crown Estate, la société immobilière commerciale qui gère les propriétés appartenant au monarque.

 

Les scientifiques et les partisans impliqués dans les efforts de restauration disent que l’idée que les gens devraient avoir à payer pour avoir la chance de réparer les écosystèmes mourants pour le bien de la nation est erronée. Ce n’est pas le cas ailleurs. En Floride, par exemple, le gouvernement de l’État possède des eaux côtières, met des parcelles à disposition pour la restauration sans frais et, dans certains cas, oblige les développeurs à financer des projets de restauration, explique Susan Bell, écologiste marine de l’Université de Floride du Sud.

 

Richard Unsworth, professeur d’écologie marine à l’Université de Swansea au Pays de Galles, dont le projet Seagrass dans l’un des efforts de restauration marine les plus importants du Royaume-Uni, est incrédule que le Crown Estate « nous charge de planter des herbiers marins sur leurs fonds marins ».

 

En collaboration avec le Fonds mondial pour la nature et Sky Ocean Rescue, Unsworth a élaboré des plans pour replanter 7 500 acres d’herbiers marins dans des centaines de sites autour du littoral du Royaume-Uni. Le bail d’un site d’essai de cinq acres (deux hectares) au large des côtes du Pays de Galles était assorti de frais de 3 100 $ (2 500 £), et Unsworth dit craindre que les frais pour le reste de la campagne ne le rendent inabordable. Une grande partie du financement de la campagne doit être collectée localement à partir de dons de 10 £ ou 5 £.

« Nous recevons des enfants qui nous envoient des courriels pour essayer d’amener tous leurs amis à faire un don pour leurs fêtes d’anniversaire, plutôt que de se donner des cadeaux, vous savez? Et nous transmettons cet argent à la reine », dit Unsworth. « C’est juste gâché, avouons-le. Il n’y a aucun moment où j’ai pensé, en fait, ils essaient de nous aider. »

 

Pendant ce temps, une entreprise basée dans le Hampshire qui prévoyait un réseau de 58 petites fermes de varech à travers le pays, dans l’espoir de cultiver des biomatériaux pour les plastiques, les cosmétiques et l’alimentation du bétail tout en stimulant la biodiversité marine et en stockant le carbone, a attendu un an de retards pour tenter d’obtenir des baux du Crown Estate et des licences du gouvernement. Lorsque ses investisseurs ont manqué de patience, explique Howard Gunstock, cofondateur de Carbon Kapture, il a délocalisé la production de varech en Asie du Sud-Est.

 

« Si je ne peux pas exécuter, ma fenêtre de chronométrage s’en va », explique Gunstock. « Et puis 18 mois plus tard, ces contacts sont morts pour moi. »

 

La reine et les fonds marins remontent à loin

 

Les vastes possessions de la reine, y compris les fonds marins, datent de la conquête normande de 1066, lorsque Guillaume le Conquérant a revendiqué toute l’Angleterre pour la couronne. Aujourd’hui, la reine reste, par la loi, la propriétaire légale ultime de toutes les terres, bien que cela ne lui donne aucun pouvoir sur la plupart d’entre elles. Elle n’a un contrôle total que sur ses domaines privés, y compris Balmoral et Sandringham.

 

Mais en tant que monarque, elle continue de posséder et de tirer des revenus des fonds marins et de la moitié de l’estran – les terres situées entre les lignes de marée haute et basse – dans le cadre d’un ensemble éclectique d’actifs de la Couronne qui comprennent également tous les gisements d’argent et d’or et des pans de précieux biens immobiliers du centre de Londres.

 

Ce portefeuille de 18,1 milliards de dollars (14,4 milliards de livres sterling) est géré au nom de la reine par le domaine de la Couronne, dans le cadre d’un arrangement qui a commencé en 1760 avec un accord entre le Parlement et le roi George III. Au début du règne du roi, des années avant d’affronter les révolutionnaires américains, il a fait face à une crise financière qui l’a amené à céder le contrôle des propriétés de la couronne en échange d’une redevance annuelle fixe sur les revenus de ces propriétés.

 

Aujourd’hui, cette « organisation unique – particulièrement britannique – », comme le Parlement britannique a appelé le Crown Estate, combine une dotation royale avec un fonds d’investissement public. Les gains vont aux deniers publics, dont un quart est remboursé à la famille royale. Au cours de la dernière décennie, le domaine de la Couronne a rapporté 3,7 milliards de dollars (3 milliards de livres sterling) pour la famille royale et le Trésor.

 

La majorité de ces revenus proviennent de l’immobilier urbain, y compris la plupart de la célèbre Regent Street de Londres. Ce n’est que récemment que les fonds marins sont devenus une source importante pour le domaine de la Couronne, avec des revenus maritimes de 121 millions de livres sterling en 2021, provenant de sources telles que des baux éoliens offshore, des pipelines et des câbles.

 

Le Parlement a réprimandé le domaine de la Couronne pour l’accent qu’il mettait sur la génération de revenus, ce qui « semblait empêcher les [gestionnaires du domaine de la Couronne] de tenir pleinement compte des intérêts publics potentiels plus larges ». L’annonce d’une manne attendue de 11 milliards de dollars (8,8 milliards de livres sterling) au cours de la prochaine décennie provenant de la vente de baux pour des parcs éoliens offshore a provoqué une réaction négative au Parlement. Cela a suscité des appels de législateurs pour que l’institution archaïque soit mise à jour – ou dépouillée de ses fonctions de gestion.

 

« Les fonds marins sont plus qu’une vache à lait pour le domaine de la Couronne et le Trésor », a déclaré Luke Pollard, député de la ville côtière de Plymouth. « Au milieu d’une crise climatique et écologique, nous avons besoin que le Crown Estate mette la nature et le carbone au même niveau que les recettes pour les activités offshore. »

 

Il est temps d’avoir plus de réformes?

 

Certains disent que l’antiquité du domaine de la Couronne peut être le cœur du problème. Duncan McCann, un expert en économie, affirme que personne n’aurait intentionnellement conçu une telle institution financière, qui n’est ni la propriété privée du monarque ni un organisme public appartenant au gouvernement. Au lieu de cela, dit-il, le domaine de la Couronne est un hybride qui « a émergé au cours de centaines d’années grâce à une réforme progressive ».

 

Maintenant, certains critiques disent que plus de réformes sont nécessaires. La Zoological Society of London et la Marine Conservation Society ont recommandé des réformes des licences qui faciliteraient la restauration de l’habitat marin et reconnaîtraient sa valeur. Une étude de la New Economics Foundation a conclu que la restauration de la forêt de varech dans une seule partie du West Sussex, le long de la côte sud de l’Angleterre, représenterait plus de 3,5 millions de dollars (3 millions de livres sterling) par an pour la communauté locale.

 

 

https://www.nationalgeographic.com//environment/article/queen-elizabeth-owns-most-of-the-uk-seabed-slowing-conservation

 

Voir les commentaires

Dr Ryan Cole : les cas de cancers se multiplient

9 Juin 2022, 20:13pm

Voir les commentaires

Athlètes de tennis : effets secondaires

9 Juin 2022, 20:06pm

Voir les commentaires

Dr Wakefield : les injections et Bill Gates

9 Juin 2022, 19:35pm

Voir les commentaires