Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

actualites

Reiner Fuellmich : la crise sanitaire et ses conséquences

19 Mai 2021, 13:28pm

Reiner Fuellmich :  la crise sanitaire et ses conséquences
Vidéo 16'

 

 

Voir les commentaires

Richard Boutry : deux informations importantes

19 Mai 2021, 08:56am

Voir les commentaires

La loi fédérale interdit de rendre obligatoires les vaccins, tests et masques Covid à usage d'urgence

19 Mai 2021, 08:12am

Publié par Ciel Voilé

La loi fédérale interdit de rendre obligatoires les vaccins, tests et masques Covid à usage d'urgence

3 ressources à utiliser pour informer votre école ou votre employeur (article original)

 

En vertu de la loi fédérale, les employeurs et les universités ne peuvent pas légalement imposer les vaccins Covid, car il s'agit de produits non homologués bénéficiant d'une autorisation d'utilisation d'urgence qui sont, par définition, expérimentaux.

 

Aimee Villella McBride Stephanie Locricchio 18/05/21

 

Alors que plus d'une centaine d'établissements d'enseignement supérieur américains rendent obligatoires les vaccins Covid en cas de présence en personne et que les écoles rendent le masque obligatoire, il est essentiel que les gens comprennent leurs droits.

 

Voici l'essentiel : rendre obligatoire des produits autorisés en vertu du statut d'autorisation d'utilisation d'urgence (EUA) viole la loi fédérale, comme l'indiquent les notifications légales suivantes.

 

Tous les vaccins Covid, les tests PCR et antigéniques Covid et les masques sont simplement autorisés par l'EUA, et non approuvés ou homologués par le gouvernement fédéral. Leur sécurité et leur efficacité à long terme n'ont pas été prouvées.

 

Les produits EUA sont par définition expérimentaux, ce qui exige que l'on donne aux gens le droit de les refuser. Selon le code de Nuremberg, fondement de la médecine éthique, personne ne peut être contraint de participer à une expérience médicale. Le consentement de l'individu est "absolument essentiel".

 

Plus tôt cette année, Mary Holland, présidente et avocate générale de Children's Health Defense, et l'avocat Greg Glaser ont déclaré que la loi fédérale interdit aux employeurs de rendre obligatoires les vaccins EUA Covid (ou les tests ou masques EUA Covid-19).

 

Holland et Glaser ont écrit :

 

"Si un vaccin a été délivré par autorisation d'urgence EUA par la FDA, il n'est pas entièrement homologué et nécessite le consentement. Une partie privée, telle qu'un employeur, une école ou un hôpital, ne peut contourner la loi EUA, qui interdit les obligations. En effet, la loi EUA interdisant les obligations est si explicite qu'il n'existe qu'un seul cas précédent concernant une tentative de rendre obligatoire un vaccin EUA."

 

Que faire si votre école ou votre employeur vous oblige à recevoir le vaccin Covid ?

 

L'équipe juridique de Children's Health Defense a rédigé trois notifications légales que toute personne confrontée à un vaccin Covid, un test Covid ou un masque obligatoire peut utiliser pour informer les employeurs et les universités qu'ils violent la loi fédérale. Vous pouvez télécharger les trois notifications ici.

 

Toutes les notifications comprennent cette formulation :

 

"La loi fédérale, Title 21 U.S.C. § 360bbb-3(e)(1)(A)(ii)(I-III) du Federal Food, Drug, and Cosmetic Act, stipule ce qui suit à propos des produits bénéficiant d'une autorisation d'utilisation d'urgence :

 

Les individus à qui le produit est administré sont informés :

 

(I) que le Secrétaire a autorisé l'utilisation d'urgence du produit ;

(II) des avantages et des risques significatifs connus et potentiels de cette utilisation, et de la mesure dans laquelle ces avantages et ces risques sont inconnus ; et

(III) de la possibilité d'accepter ou de refuser l'administration du produit, des conséquences, le cas échéant, du refus d'administration du produit, et des alternatives au produit qui sont disponibles et de leurs avantages et risques.

 

Toute entité ou organisation qui exige des vaccins EUA COVID-19, des tests COVID-19 ou des masques est en violation de la loi fédérale, et fera probablement l'objet de poursuites judiciaires si elle n'autorise pas les exemptions ou les alternatives."

 

Soumettre les avis préparés par Children's Health Defense est la première étape avant de demander une exemption ou d'engager une action en justice.

 

Les lois sur les exemptions de vaccins varient selon les États. Rendez-vous sur le site du National Vaccine Information Center pour en savoir plus sur les exemptions de votre État.

 

Il est essentiel de s'opposer aux obligations et de préserver les droits de l'homme fondamentaux et légalement protégés sur les questions liées à la liberté de santé. Ne soyez pas la proie de la coercition et de la pression, utilisez les ressources disponibles pour protéger vos droits légaux.

 

https://childrenshealthdefense.org/defender/resources-federal-law-prohibits-mandates-emergency-use-covid-vaccines-tests-masks/?

 

Voir les commentaires

Inde : Les cas de COVID-19 chutent alors que le pays se tourne vers l'ivermectine et l'hydroxychloroquine

18 Mai 2021, 21:58pm

Soumya Swaminathan. scientifiue en chef à l'OMS

Soumya Swaminathan. scientifiue en chef à l'OMS

TheCOVIDBlog.com 16 mai 2021 (mis à jour le 17 mai 2021)
 

 

MISE À JOUR le 17 mai 2021 - L'État du Tamil Nadu cesse d'utiliser l'Ivermectine. Comme ça, malgré le fait que l'Ivermectin sauve des vies, The Hindu rapporte que le département de la santé de l'état a retiré l'Ivermectine de ses protocoles de gestion des cas. C'est un meurtre avec préméditation, quelle que soit la manière dont on le découpe.


-HISTOIRE ORIGINALE


NEW DELHI - L'Inde a reçu le titre de Capitole du monde du COVID après que la Chine, l'Italie et les États-Unis l'aient détenu pendant une grande partie de l'année dernière.


Le deuxième pays le plus peuplé du monde après la Chine comptait moins de 138 000 cas actifs de COVID au début du mois de février 2021. C'est le chiffre le plus bas depuis janvier 2020. Les cas actifs de COVID en Inde se situent autour de 3,6 millions aujourd'hui, selon le ministère indien de la santé et de la protection de la famille. Les médias grand public attribuent ce pic massif à un "variant mutant effrayant" appelée B.1.617.


Ces mêmes médias spéculent également sur l'efficacité des "vaccins" contre ce variant. Seulement environ 2,8% de l'Inde est vacciné. N'ayez crainte. L'Ivermectine et l'hydroxychloroquine sont là.


Le 28 avril, le ministère indien de la santé a mis à jour ses directives concernant les quarantaines, le traitement des asymptomatiques et des personnes présentant des symptômes légers du COVID-19. L'agence indique désormais que les patients asymptomatiques doivent "envisager de prendre de l'Ivermectine (200 mcg/kg une fois par jour, à prendre à jeun) pendant 3 à 5 jours.

 

" Les soignants des patients en quarantaine ont pour consigne de "prendre une prophylaxie à base d'hydroxychloroquine conformément au protocole et à la prescription du médecin traitant." Voir le document complet ici.


L'Organisation mondiale de la santé et les grandes entreprises pharmaceutiques s'affolent.


Il y a 292 études (219 sont évaluées par des pairs) prouvant l'efficacité de l'hydroxychloroquine comme traitement et prophylaxie contre le COVID-19.

 

L'ivermectine dispose de 93 études (54 revues par des pairs) prouvant son efficacité en tant que traitement et prophylaxie contre le COVID-19. Malgré le fait désormais indiscutable que ces médicaments tuent essentiellement le COVID-19 en quelques heures ou quelques jours, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), financée par Bill Gates, et les grandes entreprises pharmaceutiques s'emportent contre les nouvelles directives de l'Inde et leurs résultats.


La scientifique en chef de l'OMS, Soumya Swaminathan, a tweeté le 10 mai que son organisation recommandait de ne pas utiliser l'Ivermectine pour le COVID-19. Elle a supprimé ce tweet peu après. Mme Swaminathan, qui est indienne, a cité un communiqué de presse publié en février par Merck, la société qui a découvert le Stromectol (alias Ivermectine) et qui en détenait les brevets depuis longtemps expirés.

 

La société a écrit qu'il n'y a "aucune preuve significative" et "aucune base scientifique" pour utiliser l'Ivermectine pour traiter et prévenir le COVID-19. Merck est l'un des principaux donateurs de la Fondation CDC, tout comme la société Pfizer/GlaxoSmithKline, désormais fusionnée.


Le réseau canadien Global Television Network a qualifié l'ivermectine et l'hydrochloroquine de "deux médicaments qui, selon les théoriciens de la conspiration, guérissent le COVID-19 et qui, selon les scientifiques, sont inutiles pour traiter la maladie". Le Middle East North Africa Financial Network a déclaré qu'il y avait "peu de preuves" de l'efficacité de l'Ivermectine. Le Times of India a qualifié les deux médicaments de "dangereux".


Les cas de COVID ont chuté en Inde au cours des deux dernières semaines.


Le Dr Pierre Kory est le médecin en chef de l'Alliance Front Line Covid-19 Critical Care. Les médias grand public qualifient le bon docteur de "désinformateur". Il est surtout connu pour son témoignage au Congrès sur l'Ivermectine. Le Dr Kory a fait une conférence Zoom en direct cette semaine pour montrer à quel point l'Ivermectine et l'hydroxychloroquine sont efficaces depuis que l'Inde a modifié ses politiques.


Voici les données de l'état de Maharashtra au cours des deux semaines qui ont suivi la mise en place de l'Ivermectine.

 


 

 

Illusion de la vérité

La BBC a publié en 2016 un article intitulé "Comment les menteurs créent l'illusion de la vérité". Elle citait une étude de l'université Vanderbilt pour enfoncer le clou. Pour l'essentiel, plus quelque chose est répété comme un fait, plus les gens y croient. Mais l'écrivain Tom Stafford a fait une excellente observation :

Ce que Fazio et ses collègues ont découvert, c'est que la plus grande influence sur le fait qu'une déclaration soit jugée vraie était... qu'elle soit réellement vraie. L'effet de répétition ne pouvait pas masquer la vérité. Avec ou sans répétition, les gens étaient toujours plus susceptibles de croire les faits réels que les mensonges.

Un exemple de ceci s'est produit la semaine dernière. Le sénateur Rand Paul, R-KY, a confronté Anthony Fauci sur le fait que le National Institutes of Health (NIH), sous la direction de Fauci, a financé la recherche sur le virus du "gain de fonction" à Wuhan, en Chine.

 

Fauci a répété au moins trois fois que le NIH "n'a pas financé et ne finance pas la recherche par gain de fonction à Wuhan." Newsweek, que beaucoup considèrent comme un "média libéral", a d'abord rapporté que Fauci finançait la recherche par gain de fonction du laboratoire de Wuhan en avril 2020. Les médias australiens en ont parlé en mai de l'année dernière.

La subvention de 3,75 millions de dollars accordée par le NIH à EcoHealth Alliance pour "Comprendre le risque d'émergence des coronavirus de chauve-souris" de 2014 à 2020 est également répertoriée sur USA Spending.gov (archives ici). EcoHealth a ensuite donné 600 000 $ de cette somme à l'Institut de virologie de Wuhan. Notez que Fauci est le directeur de l'Institut national des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), une division du NIH, depuis 1984.

En outre, la subvention accordée à EcoHealth/Wuhan a été annulée par le NIH l'année dernière avant d'être rétablie quatre mois plus tard. Fauci peut mentir autant qu'il veut. Mais c'est un fait que le NIH, sous sa direction, a financé le laboratoire de Wuhan et ses recherches sur le gain de fonction.


La guerre contre l'information continue

La même chose se produit avec l'hydroxychloroquine et l'ivermectine. Les médias grand public, les grandes entreprises pharmaceutiques et technologiques répètent sans cesse des mensonges sur la dangerosité et l'inefficacité de ces médicaments contre le COVID-19.

 

Il existe des preuves concrètes de l'efficacité de ces médicaments en Inde et au Mexique. Judith Smentkiewicz est une histoire individuelle réelle. Il existe de nombreuses études évaluées par des pairs sur ces médicaments et leur efficacité contre le nouveau coronavirus, qu'il s'agisse de "variants" ou non. À un moment donné, le bon sens doit prendre le dessus sur tous les amateurs de masques et de vaccins expérimentaux.

Des motifs sinistres se cachent derrière ce programme de vaccination. Nous ne sommes pas là pour spéculer sur ces motifs. Mais nous sommes ici pour vous dire de rester vigilants et de protéger vos amis et vos proches.

 

( Autres liens dans l'article original en anglais )

https://thecovidblog.com/2021/05/16/india-turns-to-ivermectin-and-hydroxychloroquine-covid-cases-drop-significantly/?

Voir les commentaires

Dolores Cahill : tests PCR et droits fondamentaux

18 Mai 2021, 21:29pm

Voir les commentaires

Dolores Cahill : santé et éducation

18 Mai 2021, 21:26pm

Voir les commentaires

Connais ton ennemi

18 Mai 2021, 20:50pm

Connais ton ennemi

18 mai 2021 Philippe Huysmans

https://www.levilainpetitcanard.be/connais-ton-ennemi/

Mars 2020, une majorité des pays les plus riches, mais aussi les plus endettés de la planète basculaient dans la dictature sanitaire.  Incarcération domiciliaire en dehors de tout cadre constitutionnel, décrets et arrêtés toujours plus liberticides, absurdes, humiliants, contradictoires, contraires au bon sens et à l’évidence scientifique.  Tout ça pour quoi?  Pour un virus qui ne tue pas plus qu’une mauvaise grippe.

Lassé de courir après la baballe en attendant le prochain train de mesures quasi-dictatoriales décidées dans le confortable entre soi d’un quarteron de pourritures et claironnées le lendemain par tous les médias de grands chemins, j’ai décidé de m’arrêter un instant pour réfléchir.  Eh oui, la vraie question à se poser c’est comment des pays réputés démocratiques ont-ils pu basculer simultanément dans la dictature sanitaire, et donc comment l’ensemble des politiques aux pouvoir dans ces pays ont-ils pu s’affranchir du droit pour imposer des mesures dont on se rend parfaitement compte aujourd’hui qu’elles ont tué par centaines de milliers?

Prenons l’exemple d’Olivier Véran, Ministre français de la Santé.  Le 28 mars 2020 était publié le fameux décret Rivotril, pour « soulager » les patients covid en état de détresse respiratoire.  En pratique le Rivotril les a « soulagés » comme l’avaient été les handicapés mentaux victimes du tristement célèbre programme Aktion T4 des nazis2.  On les a piqués comme des chiens.  Or en France, l’euthanasie est illégale, elle est assimilée à un meurtre.  Logiquement donc, en cas de retour à la normale, Olivier Véran devrait être mis en examen en tant que responsable de plusieurs milliers de meurtres, voire de crimes contre l’humanité, ce qui lui vaudrait une condamnation à perpétuité.  Pourtant, aucun de ces hommes de pouvoir ne semble craindre un seul instant l’éventualité d’être traduit en justice un jour, et ils se vautrent toujours plus avant dans l’abjection et la tyrannie3.  Comment cela est-il possible?

Ce qui suit est une opinion, une tentative d’expliquer ce qui est apparemment inexplicable si l’on ne prend pas la peine d’articuler les causes et les événements qui nous ont amenés là.  C’est une étape cruciale pour savoir qui est à la manoeuvre, et pour savoir précisément jusqu’où ces gens sont prêts à aller.  À la lumière de ce qui précédait, vous devez déjà vous en douter un peu, non?

En règle générale, les hommes politiques sont d’une prudence de Sioux, ne s’engageant qu’à coup sûr, s’assurant que leur responsabilité n’est jamais engagée au point que l’on pourrait ultérieurement les poursuivre en justice sur base de leurs actions, et le timide docteur Véran ne fait pas exception à la règle.  Comment transforme-t-on des paisibles chapons4 en sociopathes prêt à tuer sans l’ombre d’une hésitation?


 

Voir les commentaires

Pass sanitaire : le gouvernement contraint de reculer peu à peu

18 Mai 2021, 20:49pm

Pass sanitaire : le gouvernement contraint de reculer peu à peu

18 mai 2021 Éric Verhaeghe

 

Le texte sur le pass sanitaire continue sa navette parlementaire, et devrait être discuté en urgence au Sénat aujourd'hui, après y avoir été débattu en commission des lois. Les sénateurs ont apporté de nouvelles précisions et de nouvelles restrictions à un texte qui ne devrait pas avoir d'effet au-delà de l'été. On s'en réjouira : il est désormais écrit noir sur blanc que le pass sanitaire ne peut être utilisé que dans des lieux très particuliers, et qu'il disparaît le 30 septembre au plus tard. Cette somme de restrictions pose la question de son intérêt à être mis en oeuvre pour quelques semaines seulement .

Le pass sanitaire s’est à nouveau trouvé au coeur des discussions de la commission des lois au Sénat, et devrait encore y être discuté en séance publique aujourd’hui. Dominé par l’opposition, le Sénat a pris l’initiative de restreindre encore le champ d’application du texte pour en limiter les effets liberticides. 

Le pass sanitaire encore raboté

Comme l’indique la Commission des lois, le pass sanitaire a fait l’objet de nouveaux aménagements de la part du Sénat, qui a eu le mérite de poser clairement le principe de limitation dans le temps de ce pass. Jusqu’ici, cette idée se déduisait du texte, mais n’y figurait pas clairement. À la Commission des lois revient le mérite d’avoir mentionné sans ambiguïté que le pass sanitaire ne serait en vigueur que jusqu’au 30 septembre. 

Par ailleurs, la commission des lois apporte de nouvelles limites à l’exercice :

 


 

Voir les commentaires

Pass sanitaire : 100 personnes chantent devant le Sénat avant le vote

18 Mai 2021, 20:44pm

Pass sanitaire : 100 personnes chantent devant le Sénat avant le vote

Publié le 18/05/2021 à 20:55  Auteur(s): FranceSoir

 

Ils ont encore une fois réussi leur coup ! Après s’être réunis un samedi pour "danser encore" lors d’un "flash mob" (rassemblement spontané en apparence, pour une performance collective dans un lieu public), ils ont récidivé cet après-midi pour reprendre le Chant des partisans et la Marseillaise, face au palais du Luxembourg, le siège du Sénat, en plein Paris.

Le choix du lieu, théâtre d'une précédente mobilisation, n'est évidemment pas anodin, alors qu'à portée de voix, les sénateurs débattent le projet de loi au même moment. C'est sous les fenêtres des parlementaires, alors que certains y passaient une tête d'ailleurs, intrigués par la petite troupe, que les joyeux lurons ont délaissé cette fois la joyeuse légèreté des précédents évènements pour une certaine gravité, à la mesure de celle qu'ils attribuent à cette mesure de pass sanitaire. Les services de sécurité se sont d'ailleurs montrés plus réactifs et moins conciliants, et quelques tensions verbales ont émaillé la confrontation à l'heure de la dispersion - sans que cela n'aille plus loin que des éclats de voix.

 

 

 

Voir les commentaires

Vaccin Covid : Le même schéma partout ?

18 Mai 2021, 20:36pm

Vaccin Covid : Le même schéma partout ?


La vaccination de masse entraîne une forte augmentation des cas et des décès.


Par Mike Whitney Global Research, 17 mai 2021

 

https://www.mondialisation.ca/vaccination-covid-19-le-meme-schema-partout/5656660



Les cas de Covid ont fortement augmenté dans presque tous les pays qui ont lancé une campagne de vaccination de masse.


Veuillez regarder cette courte vidéo avant que You Tube ne la supprime.


Pourquoi cela se produit-il ?


La vaccination de masse était censée réduire la menace du Covid mais, à court terme, elle semble l'aggraver. Pourquoi ? Et pourquoi le Covid est-il maintenant "en pleine expansion dans 4 des 5 pays les plus vaccinés" ? Selon le magazine Forbes :


"Les pays ayant les taux de vaccination les plus élevés au monde - y compris quatre des cinq pays les plus vaccinés - se battent pour contenir les épidémies de coronavirus qui sont, par habitant, plus élevées que la vague qui a dévasté l'Inde, une tendance qui amène les experts à s'interroger sur l'efficacité de certains vaccins ... et sur la sagesse d'assouplir les restrictions, même si la majorité de la population est vaccinée." (Covid Surges...Here's why the US should Worry", Forbes)


Pire que l'Inde ? Comment cela peut-il être possible ? Et pourquoi 8 membres "entièrement vaccinés" des Yankees de New York ont-ils été testés positifs au Covid ? Voici l'histoire de l'Associated Press :


Gleyber Torres des New York Yankees (baseball) a été testé positif au Covid-19 bien qu'il soit entièrement vacciné et qu'il ait déjà contracté le coronavirus pendant l'intersaison. Torres fait partie des huit personnes des Yankees qui ont été testées positives alors qu'elles étaient complètement vaccinées." (NBC News)


Et si cela n'est pas assez déroutant, regardez ce qui se passe au Cambodge. Le Cambodge a commencé sa campagne de vaccination au début du mois de février alors qu'il comptait zéro décès. C'est vrai, le pays n'a enregistré aucun décès lié au Covid jusqu'en mars, quelques semaines après avoir lancé son programme de vaccination. Et c'est à ce moment-là que les décès ont commencé à s'accumuler, comme vous pouvez le voir sur le tableau ci-dessous.


Donc, voyons si on peut comprendre ça. Il n'y avait aucun décès avant le lancement de la campagne de vaccination, mais peu après le début des injections, les décès ont commencé à augmenter. Pensez-vous qu'il pourrait y avoir un lien ? Pensez-vous que, peut-être, les décès pourraient être liés aux vaccins ?


Bien sûr, ils le sont. Et c'est pourquoi les médias essaient de balayer cette histoire sous le tapis. Elle ne correspond pas au "récit officiel" sur les vaccins, alors ils ont décidé de la faire disparaître. "Pouf" et c'est parti ! Et, en fait, c'est pire qu'une dissimulation parce que, peu après que Biden ait pris ses fonctions, le CDC a changé sa méthodologie de test, rendant plus difficile un test positif. En d'autres termes, ils ont truqué le système pour qu'il apparaisse que moins de personnes "totalement vaccinées" ont contracté le Covid après l'inoculation. Le Dr Joseph Mercola explique ce qui se passe en coulisses :


"Maintenant, les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont encore abaissé le CT, dans ce qui semble être une volonté claire de cacher les cas de COVID-19 post-vaccinaux, c'est-à-dire les cas dans lesquels des personnes entièrement vaccinées sont diagnostiquées avec le COVID-19." ("CDC embarks on a new Covid Coverup", Mercola. Com)


C'est un grand jeu de dupes. Ils manipulent le système pour faire croire que les vaccins arrêtent l'infection alors que les preuves prouvent le contraire. Et remarquez le surnom délibérément trompeur que les médias ont inventé pour les personnes qui reçoivent le vaccin anti-Covid après avoir été vaccinées. Ils les appellent "cas révolutionnaires".


"Percée" ? Vraiment ?


Si les cas se multiplient dans presque tous les pays qui lancent une campagne de vaccination de masse, alors il n'y a rien de "révolutionnaire". C'est le résultat prévisible d'une expérience ratée. Voici plus d'informations tirées d'un article intitulé : " Taux de cas de covid post-vaccination dans le monde " :


"... le gouvernement a supposé que si "vous vaccinez beaucoup de gens, le problème disparaît", mais ceux qui s'interrogent parmi nous n'ont pas supposé cela. En particulier après avoir lu le document d'information de la FDA sur le vaccin COVID-19 de Pfizer-BioNTech, par exemple, beaucoup d'entre nous se sont posés des questions ; à la page 42, il est indiqué :


"Les cas suspects de COVID-19 survenus dans les 7 jours suivant une vaccination étaient de 409 dans le groupe vacciné contre 287 dans le groupe placebo. Il est possible que le déséquilibre des cas suspects de COVID-19 survenant dans les 7 jours suivant la vaccination représente une réactogénicité du vaccin avec des symptômes qui se chevauchent avec ceux du COVID-19. Dans l'ensemble, cependant, ces données ne soulèvent pas d'inquiétude quant à la possibilité que la déclaration, prévue par le protocole, des cas suspects mais non confirmés de COVID-19 ait pu masquer des événements indésirables cliniquement significatifs qui n'auraient pas été détectés autrement." ("Covid rates post-vaccination around the world", Inform Scotland)
WTF ! ?!


Donc, la FDA SAVAIT que les personnes vaccinées étaient plus susceptibles de contracter le Covid que celles du groupe placebo, mais elle a approuvé les vaccins quand même ! !!? Est-ce une négligence criminelle ou une simple stupidité ?


S'il vous plaît, relisez le paragraphe ci-dessus et demandez-vous si vous auriez donné le "feu vert" à ces injections douteuses ou non ? Voici un autre extrait du même article :
 

"Le tableau suivant présente des données provenant du monde entier et de certains endroits sélectionnés. Il est bien sûr essentiel de souligner que corrélation n'est pas causalité. Et qu'il existe des pays où le déploiement des vaccins ne précède ni ne coïncide avec une augmentation des infections. Cependant, je n'ai pu trouver aucun pays où les taux de cas de covid ont commencé à baisser après le début de la vaccination, ou où une baisse a coïncidé avec le début de la vaccination. En Indonésie, par exemple, le taux de cas de covid était en baisse lorsque la vaccination a commencé et semble ne pas avoir été affecté dans sa trajectoire par le déploiement du vaccin. Le lecteur peut consulter ces graphiques par lui-même sur le site web. Jetez-y un coup d'œil et voyez ce que vous en pensez." ("Taux de coqueluche post-vaccination dans le monde", Inform Scotland)


Bon, l'auteur essaie de donner l'image la plus charitable possible de la performance des vaccins. Il dit que "corrélation n'est pas causalité", ce qui signifie : "Ne vous fiez pas à vos yeux lorsque vous regardez les graphiques, car si vous le faites, vous tirerez la conclusion évidente que les vaccins augmentent considérablement vos chances de contracter le Covid dans les quelques semaines qui suivent". Les graphiques vous convaincront également que Fauci, Biden et les médias ont menti comme des arracheurs de dents sur l'efficacité des vaccins. (S'il vous plaît, consultez les graphiques dans l'article et jugez par vous-même.) Voici plus :


"Ce qui est très clair en regardant les données au niveau mondial, c'est que les vaccinations ne sont certainement pas associées à une baisse fiable des cas de covid dans n'importe quelle période de temps prévisible. Ce point, ainsi que les observations faites dans le cadre de l'essai, doivent certainement être abordés. Que se passe-t-il ici ? Les vaccinations sont-elles simplement déployées par coïncidence au moment où les épidémies sont attendues ? Dans de très nombreux endroits ? Ou bien le vaccin ne fonctionne-t-il pas immédiatement ? Si ce n'est pas le cas, pourquoi ? ... Ou bien le vaccin rend-il les gens plus sensibles à l'infection ? Si c'est le cas ... s'agit-il d'un effet temporaire ? Quelle en est la cause ? ... Combien de temps faut-il pour que la susceptibilité accrue diminue ? "...On nous dit que tout le monde doit être vacciné (mais) Comment peut-on donner un consentement libre et éclairé dans ces conditions ?" ("Covid-rates Post Vaccination around the World", Inform Scotland)


Ce sont toutes de bonnes questions, malheureusement, le Dr Fauci et ses collaborateurs n'ont pas l'intention d'y répondre. Au lieu de cela, leurs alliés dans les médias font tout ce qu'ils peuvent pour faire disparaître l'histoire et détourner l'attention vers les insaisissables "variants", qui sont la diversion du jour. Suis-je trop sévère ?
 

Peut-être, mais peut-être pas assez. Jetez un coup d'œil à cet extrait d'un article de Conservative Woman intitulé "Every reason to doubt the vaccine makers' reassurances" :
 

"J'ai déjà fait état d'un étonnant pic de décès survenu parallèlement à une campagne de vaccination intensive à Gibraltar, où la petite communauté a par conséquent enregistré le taux de mortalité lié au Covid le plus élevé au monde. Nous savons également que des milliers de décès ont été observés aux États-Unis, dans l'UE et au Royaume-Uni à la suite de vaccinations Covid, souvent immédiatement après l'administration du vaccin.
 

Les fabricants, les principales revues médicales et la plupart des gouvernements insistent sur le fait que ces décès ne sont pas liés au vaccin. Dans de nombreux cas, les décès et les maladies graves ont été attribués à une infection fortuite par le virus. Mais les preuves s'accumulent que, pour certains, en particulier les personnes faibles et âgées, le vaccin lui-même crée ou aggrave la maladie contre laquelle il est censé protéger.....
.

..un phénomène inquiétant qui apparaît systématiquement dans les études sur le vaccin Covid est un pic des prétendues "infections" qui se produit précisément au cours de cette période de trois semaines, et généralement immédiatement après le vaccin... Les chercheurs évoquent la possibilité que le vaccin puisse déclencher "des symptômes similaires à ceux du Covid-19, y compris la fièvre" chez les personnes récemment exposées au virus...

 

Il suggère que le mécanisme pourrait être une dépression de l'immunité causée par une perte de globules blancs post-injection, observée à la fois dans les essais Pfizer et AstraZeneca, rendant les vaccinés plus vulnérables au virus à court terme." ("Every reason to doubt the vaccine makers' reassurances", Conservative Woman)
 

Ok, donc l'auteur arrive à la même conclusion que l'auteur précédent ; peut-être que le vaccin rend les gens plus vulnérables au virus en diminuant leurs défenses et, ainsi, en invitant l'infection. C'est certainement une possibilité, mais il y a d'autres possibilités qui pourraient être infiniment plus graves. Jetez-y un coup d'œil :


"Il n'a pas été généralement reconnu que le vaccin est conçu pour nous protéger en provoquant la production par nos cellules de la toxine même qui rend le virus plus dangereux que ses prédécesseurs de la famille des coronavirus. Cette toxine, connue sous le nom de protéine spike, peut endommager non seulement les poumons mais aussi des organes tels que le cerveau, le cœur et les reins.
 

Le raisonnement qui sous-tend l'administration du vaccin est que l'exposition temporaire à la toxine peut offrir une protection à long terme contre le virus. Les premières indications montrent que cette stratégie fonctionne, même si l'on ne sait pas encore avec certitude si la baisse des taux d'infection observée dans les populations intensément vaccinées est saisonnière et liée aux vagues d'infection, ou s'il s'agit d'un avantage durable.

 

Mais il existe également une possibilité très réelle, étayée par des expériences sur les animaux ainsi que par les études citées ci-dessus, que le vaccin lui-même produise des symptômes chez les personnes vulnérables qui sont ensuite attribués au Covid-19. Les dommages à la santé peuvent être particulièrement graves chez un individu qui a été récemment ou simultanément infecté par le véritable virus.

 

Il y a donc toutes les raisons de douter de l'assurance des fabricants que les décès et les accidents qui semblent accompagner la vaccination et qui, dans certains cas, ressemblent au Covid-19 et lui sont attribués, n'ont aucun rapport avec les vaccins. La situation est suffisamment grave pour que certains médecins et scientifiques demandent un moratoire sur les nouvelles vaccinations au Covid jusqu'à ce qu'elle ait été correctement étudiée." ("Every reason to doubt the vaccine manufacturers' reassurances", Conservative Woman)

 

Donc, il se pourrait que quelque chose dans le vaccin lui-même tue des gens. C'est une possibilité distincte. Bien sûr, les entreprises pharmaceutiques et les responsables de la santé publique rejettent l'idée d'un revers de la main, mais les professionnels de la santé et les scientifiques pensent que le danger est suffisamment important pour exiger que le programme de vaccination de masse soit temporairement interrompu.

 

Certains lecteurs se souviendront que le Salk Institute a récemment publié une étude montrant que la protéine "spike" caractéristique du SRAS-CoV-2... "endommage les cellules, confirmant que le COVID-19 est une maladie essentiellement vasculaire". Voici un extrait de l'article daté du 30 avril 2021 :

 

"Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont créé un "pseudovirus" qui était entouré de la couronne classique de protéines spike du SRAS-CoV-2, mais qui ne contenait pas de véritable virus.

 

L'exposition à ce pseudovirus a entraîné des lésions des poumons et des artères d'un modèle animal, ce qui prouve que la protéine de pointe seule suffit à provoquer la maladie. Les échantillons de tissus ont révélé une inflammation des cellules endothéliales qui tapissent les parois des artères pulmonaires. (Note : "Les cellules endothéliales vasculaires tapissent l'ensemble du système circulatoire, du cœur aux plus petits capillaires").

 

L'équipe a ensuite reproduit ce processus en laboratoire, en exposant des cellules endothéliales saines (qui tapissent les artères) à la protéine spike. Ils ont montré que la protéine spike endommageait les cellules en se liant à l'ACE2. Cette liaison a perturbé la signalisation moléculaire de l'ACE2 aux mitochondries (organites qui produisent de l'énergie pour les cellules), ce qui a endommagé et fragmenté les mitochondries.

 

Des études antérieures ont montré un effet similaire lorsque les cellules étaient exposées au virus SRAS-CoV-2, mais il s'agit de la première étude à montrer que les dommages se produisent lorsque les cellules sont exposées à la protéine spike seule." ("The novel coronavirus' spike protein plays additional key role in illness", Salk.edu)

 

On ne saurait trop insister sur l'importance de cette étude. Les chercheurs de Salk confirment que les principaux dommages causés par le vaccin anti-Covid sont dus à la protéine spike et non au virus. Et, si c'est le cas, pourquoi injecter aux gens des vaccins qui apprennent à leurs cellules à fabriquer des protéines spike ?

 

Cela n'a aucun sens.

 

Et comment cela affecte-t-il notre compréhension du phénomène que nous avons observé dans des pays du monde entier, à savoir la forte augmentation des cas après une vaccination de masse ?

Permettez-moi de proposer une explication plausible, mais non encore prouvée :

 

La forte augmentation des cas et des décès suite à la vaccination de masse n'est PAS liée au Covid "la maladie respiratoire", mais au Covid "la maladie vasculaire". La composante vasculaire est principalement le résultat de protéines de pointe produites par des cellules de la paroi des vaisseaux sanguins (Endothilium) qui activent les plaquettes qui provoquent des caillots sanguins et des saignements. L'autre facteur principal est la réaction auto-immune, dans laquelle les lymphocytes tueurs attaquent le propre corps, déclenchant une inflammation généralisée (et une défaillance potentielle des organes). En bref, les décès post-injection sont causés par les protéines de pointe produites par les vaccins et non par Covid. Une fois encore, regardez le graphique du Cambodge. Il n'y a eu aucun décès avant la vaccination. Tous les décès sont survenus après. Cela suggère que les décès sont attribuables aux vaccins.

 

Une dernière réflexion : 118 millions d'Américains se sont maintenant vu injecter une protéine de pointe génératrice de caillots. À l'heure actuelle, personne ne semble savoir combien de temps ces protéines potentiellement mortelles restent piégées dans la paroi des vaisseaux sanguins ni quels dommages elles peuvent éventuellement causer. En gardant cela à l'esprit, ne serait-ce pas le moment de faire preuve d'un peu de prudence ? Maintenant que les cas ont fortement diminué dans le pays, pourquoi ne pas relâcher les vaccinations jusqu'à ce que nous ayons une meilleure idée des risques à long terme ? Ce serait l'approche raisonnable, non ? Il suffit de reporter les nouvelles injections jusqu'à ce que la sécurité du produit soit assurée.

S'il y a jamais eu un temps pour la prudence, c'est maintenant.

 

 

Cet article a été initialement publié sur The Unz Review.

 

Mike Whitney est un collaborateur fréquent de Global

 

https://www.forbes.com/sites/roberthart/2021/05/11/covid-surges-in-4-of-5-worlds-most-vaccinated-countries-heres-why-the-us-should-worry/?sh=678c4d00d677

 

https://informscotland.uk/2021/04/covid-rates-post-vaccination-around-the-world/comment-page-1/#comment-131

 

https://www.conservativewoman.co.uk/every-reason-to-doubt-the-vaccine-makers-reassurances/

 

 

 

 

Voir les commentaires