Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

La CIA finance la géo-ingénierie

19 Septembre 2017, 21:22pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Lettre ouverte au GIEC de Marvin Herndon

17 Septembre 2017, 09:20am

Publié par Marvin Herndon

Lettre ouverte au GIEC de Marvin Herndon
Lettre ouverte aux membres de l'AGU,de l'EGU et du GIEC qui font la promotion d'une science mensongère au détriment de la santé humaine et de l'environnement

Commentaires sur le projet AGU de «  Déclaration de position sur la géo-ingénierie » [1]

J. Marvin Herndon (Membre AGU No. 10195343, Membre EGU N ° 144380)

© 2017 Creative Commons License: CC BY-NC-ND 4.0

Texte original en anglais : http://www.nuclearplanet.com/aguol1.pdf

Traduction Ciel voilé

 

Je suis membre de l'American Geophysical Union (AGU) depuis 45 ans. Durant cette période, j'ai publié des avancées scientifiques fondamentales dans des revues scientifiques connues mondialement [2]. En 2011, l'AGU a créé son groupe de travail sur l'éthique scientifique et l'intégrité et a sollicité les contributions de ses membres. Le 2 février 2012, j'ai répondu [3] par une déclaration de base sur l'éthique scientifique et l'intégrité: « Les scientifiques sont des personnes d'intégrité : ils défendent ce qui est juste. Ils disent la vérité et veillent à ce que la vérité soit connue. Ils ne mentent pas. » Dans cette réponse, j'ai donné des exemples précis de transgressions éthiques flagrantes par de telles « lumières » de l'AGU, comme Don Anderson médaillé de Science. Deux semaines plus tard, le président de ce groupe de travail, Peter Gleick, a démissionné, déshonoré par sa propre transgression éthique, rapportée nationalement.
 

De nombreux membres de l'AGU, ainsi que des membres du Groupe d'experts intergouvernemental des Nations Unies sur le changement climatique (GIEC) et l'Union européenne des géosciences (EGU) se sont engagés à ne pas dire toute la vérité sur le changement climatique. Ces scientifiques font la promotion d'une affirmation selon laquelle les gaz à effet de serre, en particulier le dioxyde de carbone anthropique, sont responsables du réchauffement climatique. Ils restent silencieux sur les conséquences de la géo-ingénierie par aérosols, quasi-quotidienne, et presque mondiale, qui se déroule depuis au moins les années 1990 à une échelle et avec une intensité accrues [4]. Le fait de ne pas discuter de ce phénomène anthropique mondial massif non seulement contredit la validité des affirmations de ces scientifiques sur le changement climatique, mais je prétends que ces individus et leurs institutions associées font partie de la plus grande arnaque scientifique jamais perpétrée. Et, aussi, qu'ils participent à une activité que beaucoup peuvent considérer comme un crime contre l'humanité et l'environnement [5].
 

Pendant 70 ans, l'intérêt militaire pour le contrôle de la météo a été bien documenté [6]. Les expériences militaires ont cherché comment provoquer la pluie et la neige ou comment empêcher les précipitations en pulvérisant des particules polluantes dans l'atmosphère à l'endroit où les nuages ​​se forment. Finalement, l'atmosphère devient trop chargée en humidité et des pluies torrentielles et des orages se déclenchent. L'effet net de l'activité de géo-ingénierie clandestine, presque quotidienne, presque planétaire sur l'environnement, par pulvérisations de particules de pollution dans l'atmosphère, est de contribuer au réchauffement climatique. Alors qu'une partie du rayonnement solaire est renvoyée dans l'espace par les aérosols, les particules de pollution délibérément répandues chauffent aussi l'atmosphère et entravent la perte de chaleur de la Terre. [4]. L'albédo de la neige et de la glace est abaissé par certaines particules lorsqu'elles tombent sur Terre. En outre, la preuve existe d'une opération secrète pour faire fondre délibérément la banquise en dispersant une pseudo-cryoconite [7].


La science du climat qui ne tient pas compte des activités en cours de géo-ingénierie par pulvérisations d'aérosols peut être considérée comme étant immorale - par omission, les mensonges se perpétuent à dessein. Cette explication malhonnête du climat,c'est un peu comme essayer de comprendre et de prévoir les marées océaniques sans tenir compte de l'existence de la lune et de son influence gravitationnelle.


Des membres haut placés et d'autres membres de l'AGU, de l'EGU et du GIEC ont été scandaleusement négligents en ignorant la géo-ingénierie par aérosols en cours. Non seulement leurs résultats en science du climat sont corrompus, mais ces scientifiques, qui refusent de reconnaître les preuves de l'ingénierie climatique en cours, manifestent un désintérêt total pour la santé humaine et l'environnement.


Même sans connaître la composition spécifique des particules de pollution qui sont pulvérisées dans l'air que nous respirons, certains de leurs effets potentiellement négatifs peuvent être déduits des études épidémiologiques de la pollution des aérosols de particules de même taille. Comme ces études l'ont montré [8], les particules de pollution dans la gamme de taille PM2.5 sont associées à la maladie d'Alzheimer [9,10], au cancer du poumon [11], au risque d'accident vasculaire cérébral [12], au risque de maladie cardiovasculaire [13 ], à l'inflammation pulmonaire et au diabète [14], à la réduction de la fonction rénale chez les hommes plus âgés [15], à la morbidité et à la mortalité prématurée [16-18], à la diminution de la fertilité masculine [19], au faible poids à la naissance [20], à l'apparition de l'asthme [21], et à l'augmentation des hospitalisations [22]. En outre, les résultats de l'enquête médico-légale sont compatibles avec les cendres volantes de charbon, déchets toxiques de la combustion du charbon en usines, probablement l'aérosol de la géo-ingénierie utilisé dans le monde entier [23-26]. Les composants chimiques des cendres volantes de charbon présentent une gamme de risques pour la santé extrêmement toxiques pour les humains et les autres biotes.


Certains membres de l'AGU, de l'EGU et du GIEC ont trompé le public, soit ouvertement, soit en ignorant la géo-ingénierie par aérosols en cours. Maintenant, l'AGU est en train d'établir un projet de « Déclaration de position de géo-ingénierie» [1] et, conformément à sa procédure normale, a demandé des commentaires à ses membres, via un formulaire internet à espace limité. Les fausses déclarations flagrantes contenues dans ce projet de déclaration exigent beaucoup plus de documents d'espace et de preuves que ceux qui peuvent être pris en compte par le formulaire internet. Par conséquent, mes commentaires sur le projet d'énoncé de position de la géo-ingénierie sont présentés ici, et sont disponibles pour une divulgation publique, ce qui peut être bénéfique dans le cas des responsabilités pénales et / ou civiles futures découlant des activités de géo-ingénierie passées, présentes et futures.


Personne n'a le droit d'empoisonner l'air que nous respirons tous, et personne n'a le droit d'en cacher les risques pour la santé au public.


Les membres du groupe contributeur responsables de l'ébauche de la déclaration de position de la géo-ingénierie [1] sont les suivants: David Victor (président), Ken Caldeira, Piers Forster, Ben Kravitz, Marcia McNutt, Joyce Penner, Alan Robock, Naomi Vaughan et Jennifer Wilcox.

Le projet de déclaration de position sur la géo-ingénierie est un document douteux qui non seulement ne dit pas la vérité, mais est produit par un panel composé d'au moins deux individus, Ken Caldeira et Marcia McNutt, qui, je l'affirme, ont l'habitude d'agir, c'est documenté, pour tromper la communauté scientifique et le public sur l'existence et les conséquences néfastes pour la santé humaine et l'environnement de la géo-ingénierie en cours par pulvérisations d'aérosols particulaires dans la troposphère.


Le programme militaire en cours de géo-ingénierie par aérosols a été mené sans divulgation publique. Dans un document de 2005, l'US Air Force a menti, affirmant qu'une telle activité n'existait pas [27]. Il existe deux sites internet de désinformation, exploités par Mick West, dont j'affirme qu'ils ont pour but de tromper le public au sujet des pulvérisations aériennes. En 2016, Ken Caldeira a fait équipe avec le « scientifique » Mick West et a publié un article dans Environmental Research Letters qui trompe la communauté scientifique sur « l'existence d'un programme secret de pulvérisation atmosphérique à grande échelle » en recueillant des opinions [28]. J'ai présenté une réfutation que la revue a refusé de publier [29].


Au début de l'arrivée d'Hitler au pouvoir en tant que chancelier, son régime a secrètement assassiné des « déficients», mais plus tard, avec le soutien de la communauté scientifique et de sa science raciale mensongère, Hitler a pu commettre certaines atrocités, comme la stérilisation forcée, légale [30]. La déclaration de position actuelle sur la géo-ingénierie est un parallèle déconcertant. Il y a des efforts concertés pour rendre la géo-ingénierie légale, mais en aucun cas à ma connaissance, l'histoire complète n'est racontée. La vérité complète n'est pas dévoilée dans le projet actuel de déclaration de l'AGU, et la volonté clandestine de légaliser l'ingénierie climatique est ainsi avancée.


Les femmes sont les porteuses et les protectrices de notre espèce et de notre descendance. Qu'est-il arrivé aux femmes de l'AGU ? Est-ce que l'une d'entre elles a été interrogée ou a parlé de la géo-ingénierie en cours par pulvérisations aériennes de particules ? Ont-elles été trompées, ou ont-elles avorté de leur humanité? Au moins, une membre du panel féminin, Marcia McNutt, présidente de l'Académie Nationale des Sciences (NAS), a été informée de la géo-ingénierie en cours [31], mais, par ce projet de déclaration, je prétends qu'elle a l'intention de tromper l'AGU et tous ceux qui pourraient être convaincus par l'énoncé de position sur la géo-ingénierie de l'AGU.


Au lieu d'être un corps de scientifiques disposés et en mesure de fournir des conseils scientifiques indépendants au Congrès des États-Unis, l'Académie Nationale des Sciences, je l'affirme, a été corrompue et cooptée pour servir un programme politique qui peut être qualifié de tyrannie contre les populations humaines, qui implique des crimes contre l'humanité [5]. Au fur et à mesure que les conséquences néfastes pour la santé de la géo-ingénierie continue et en cours deviendront publiques, peut-être la communauté juridique déclenchera-t-elle des poursuites en recours collectif.


Personne n'a le droit d'empoisonner l'air que nous respirons et personne n'a le droit de tromper le public sur les risques néfastes pour la santé impliqués par la géo-ingénierie clandestine. Même l'armée n'a pas ce droit.


J'ai publié trois articles dans les Actes de l'Académie Nationale des Sciences (PNAS) en 1996 [32], 2001 [33] et 2003 [34]. Le 28 avril 2016, j'ai présenté un document au PNAS intitulé « Nouvelle preuve de toxines pulvérisées en aérosols dans la basse atmosphère ». Au lieu d'envoyer le manuscrit pour qu'il soit revu par des pairs, un membre NAS du comité de rédaction de PNAS a rejeté le document car il « manquait l'intérêt général nécessaire à un examen plus approfondi par le journal ». Mon appel a reçu un rejet similaire d'un autre membre NAS du comité de rédaction PNAS. Ces actions, faites sans évaluation par les pairs, je l'affirme, ont eu pour conséquence de tromper la communauté scientifique et le public sur l'existence d'une opération à grande échelle, non divulguée, qui pose potentiellement des risques pour la santé de pratiquement tous les biotes, presque à l'échelle planétaire.


Récemment, PNAS a publié un article d'avis de pro-géo-ingénierie [35] qui comme le projet de position AGU se garde bien de mentionner la géo-ingénierie en cours par pulvérisations aériennes de particules. Les institutions dont les cadres / le corps enseignant / le personnel s'engagent dans des activités de gouvernance de la géo-ingénierie en se basant sur la tromperie et le refus de dire toute la vérité, ne devraient pas, à mon avis, recevoir des subventions et des contrats fédéraux.


Le projet de Déclaration de Position sur la Géo-ingénierie encourage les efforts internationaux alors qu'en fait, la géo-ingénierie par aérosols est déjà une opération internationale à laquelle des millions de personnes s'opposent [36] parmi lesquelles certaines ont déposé des plaintes auprès de leurs gouvernements [37].


Enfin, les professionnels de la désinformation ont déployé des efforts concertés pour tromper le public sur les risques sanitaires impliqués par la géo-ingénierie par aérosols troposphériques, y compris trois cas, deux réussis, où les rédacteurs de revues de santé publique ont été contraints de rétracter injustement mes articles scientifiques revus par des pairs et publiés, qui sonnent l'alarme sur les risques pour la santé, sans jamais me permettre de voir ni de répondre à la désinformation [38].

 

 Ma réputation a été diffamée sur des sites internet de désinformation. Même ma page Wikipedia a été marginalisée et falsifiée. C'est peut-être la preuve la plus révélatrice de l'opération honteuse, délétère et, je l'affirme, criminelle, que l'AGU est cooptée pour son projet de déclaration de position sur la géo-ingénierie. En tant que membre de longue date de l'AGU, je suis consterné. Je crois que de nombreux autres membres seront également consternés lorsque la vérité de cette tromperie sera révélée.


Plutôt que de devenir une partie volontaire et juridiquement coupable de cette débâcle, la directrice générale / chef de la direction de l'AGU, Christine W. McEntee, devrait publier ma réponse dans son intégralité sur EOS.

 

 

Références

 

1. http://www.nuclearplanet.com/agudgs.pdf From: Landau, E. (2017), Position statement on geoengineering: Call for comments, Eos, 98, https://doi.org/10.1029/2017EO080579. Published on 24 August 2017.

 

2. http://www.nuclearplanet.com/cv2.pdf

 

3. http://www.nuclearplanet.com/aguethics.pdf

 

4. Herndon, J.M. Evidence of variable Earth-heat production, global non-anthropogenic climate change, and geoengineered global warming and polar melting. J. Geog. Environ. Earth Sci. Intn. 2017, 10, 16.

 

5. Sands, P. East west street: On the origins of "genocide" and "crimes against humanity". Knopf: New York, 2016.

 

6. Fleming, J.R. Fixing the sky: The checkered history of weather and climate control. Columbia University Press: New York, 2010.

 

7. Herndon, J.M. An indication of intentional efforts to cause global warming and glacier melting. J. Geography Environ. Earth Sci. Int. 2017, 9, 1-11.

 

8. Kampa, M.; Castanas, E. Human health effects of air pollution Environmental Pollution 2008, 151, 362-367.

 

9. Calderon-Garciduenas, L.; Franko-Lira, M.; Mora-Tiscareno, A.; Medina-Cortina, H.; Torres-Jardon, R.; et al. Early alzheimer's and parkinson's diese pathology in urban children: Friend verses foe response - it's time to face the evidence. BioMed Research International 2013, 32, 650-658.

 

10. Moulton, P.V.; Yang, W. Air pollution, oxidative stress, and alzheimer's disease. Journal of Environmental and Public Health 2012, 109, 1004-1011.

 

11. Beeson, W.L.; Abbey, D.E.; Knutsen, S.F. Long-term concentrations of ambient air pollutants and incident lung cancer in california adults: Results from the ahsmog study. Environ. Health Perspect. 1998, 106, 813-822.

 

12. Hong, Y.C.; Lee, J.T.; Kim, H.; Kwon, H.J. Air pollution: A new risk factor in ischemic stroke mortality. Stroke 2002, 33, 2165-2169.

 

13. Haberzetti, P.; Lee, J.; Duggineni, D.; McCracken, J.; Bolanowski, D.; O'Toole, T.E.; Bhatnagar, A.; Conklin, D., J. Exposure to ambient air fine particulate matter prevents vegf-induced mobilization of endothelial progenitor cells from bone matter. Environ. Health Perspect. 2012, 120, 848-856.

 

14. Potera, C. Toxicity beyond the lung: Connecting pm2.5, inflammation, and diabetes. Environ. Health Perspect. 2014, 122, A29.

 

15. Mehta, A.J.; Zanobetti, A.; Bind, M.-A., C.; Kloog, I.; Koutrakis, P.; Sparrow, D.; Vokonas, P.S.; Schwartz, J.D. Long-term exposure to ambient fine particulate matter and renal function in older men: The va normative aging study. Environ. Health Perspect. 2016, 124(9), 1353-1360.

 

16. Dai, L.; Zanobetti, A.; Koutrakis, P.; Schwartz, J.D. Associations of fine particulate matter species with mortality in the united states: A multicity time-series analysis. Environ. Health Perspect. 2014, 122, 837-842.

 

17. Dockery, D.W.; Pope, C.A.I.; Xu, X.P.; Spengler, J.D.; Ware, J.H.; et al. An association between air polution and mortality in six U. S. Cities. N. Eng. J. Med. 1993, 329, 1753-1759.

 

18. Pope, C.A.I.; Ezzati, M.; Dockery, D.W. Fine-particulate air polution and life expectancy in the united states. N. Eng. J. Med. 2009, 360, 376-386.

 

19. Pires, A.; de Melo, E.N.; Mauad, T.; Saldiva, P.H.N.; Bueno, H.M.d.S. Pre- and postnatal exposure to ambient levels of urban particulate matter (pm2.5) affects mice spermatogenesis. Inhalation Toxicology: International Forum for Respiratory Research: DOI: 10.3109/08958378.2011.563508 2011, 23.

 

20. Ebisu, K.; Bell, M.L. Airborne pm2.5 chemical components and low birth weight in the northeastern and mid-atlantic regions of the united states. Environ. Health Perspect. 2012, 120, 1746-1752.

 

21. Tetreault, L.-F.; Doucet, M.; Gamache, P.; Fournier, M.; Brand, A.; Kosatsky, T.; Smargiassi, A. Childhood exposure to ambient air pollutants and the onset of asthma: An administrative cohort study in quebec. Environ. Health Perspect. 2016, 124(8), 1276.

 

22. Bell, M.L.; Ebisu, K.; Leaderer, B.P.; Gent, J.F.; Lee, H.J.; Koutrakis, P.; Wang, Y.; Dominici, F.; Peng, R.D. Associations of pm2.5 constituents and sources with hospital admissions: Analysis of four counties in connecticut and massachusetts (USA). Environ. Health Perspect. 2014, 122, 138-144.

 

23. Herndon, J.M. Aluminum poisoning of humanity and earth's biota by clandestine geoengineering activity: Implications for india. Curr. Sci. 2015, 108, 2173-2177.

 

24. Herndon, J.M. Obtaining evidence of coal fly ash content in weather modification (geoengineering) through analyses of post-aerosol spraying rainwater and solid substances. Ind. J. Sci. Res. and Tech. 2016, 4, 30-36.

 

25. Herndon, J.M. Adverse agricultural consequences of weather modification. AGRIVITA Journal of agricultural science 2016, 38, 213-221.

 

26. Herndon, J.M.; Whiteside, M. Further evidence of coal fly ash utilization in tropospheric geoengineering: Implications on human and environmental health. J. Geog. Environ. Earth Sci. Intn. 2017, 9, 1-8.

27. http://www.nuclearplanet.com/usaf1.pdf

 

28. Shearer, C.; West, M.; Caldeira, K.; Davis, S.J. Quantifying expert consensus against the existence of a secret large-scale atmospheric spraying program. Environ. Res. Lett. 2016, 11(8), p. 084011.

 

29. http://www.nuclearplanet.com/Public_Deception_by_Scientists.html

30. Friedlander, H. The origins of nazi genocide: From euthanasia to the final solution. University of North Carolina Press: Chapel Hill, North Carolina, USA, 1995.

31. http://www.nuclearplanet.com/mcnutt1.pdf

 

32. Herndon, J.M. Sub-structure of the inner core of the earth. Proc. Nat. Acad. Sci. USA 1996, 93, 646-648.

 

33. Hollenbach, D.F.; Herndon, J.M. Deep-earth reactor: Nuclear fission, helium, and the geomagnetic field. Proc. Nat. Acad. Sci. USA 2001, 98, 11085-11090.

 

34. Herndon, J.M. Nuclear georeactor origin of oceanic basalt 3He/4He, evidence, and implications. Proc. Nat. Acad. Sci. USA 2003, 100, 3047-3050.

 

35. Parson, E.A. Opinion: Climate policymakers and assessments must get serious about climate engineering. Proceedings of the National Academy of Sciences 2017, 201713456.

 

36. http://www.nuclearplanet.com/websites.pdf

 

37. http://www.guardacielos.org/

 

38. http://www.nuclearplanet.com/explainretractions.pdf

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Bill Gates et Monsanto : même combat !

16 Septembre 2017, 13:37pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

La suie émise par le trafic aérien détruit la couche d'ozone

3 Septembre 2017, 09:22am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Ensemble pour la liberté vaccinale : samedi 9 septembre à Paris

3 Septembre 2017, 05:09am

Ensemble pour la liberté vaccinale : samedi 9 septembre  à Paris

Appel à manifester :

Chère amie, cher ami,

Le gouvernement d’Edouard Philippe s’est bien moqué de nous.

La nouvelle équipe gouvernementale savait que le Conseil d’Etat avait épinglé l’ancienne Ministre de la Santé, Marisol Touraine pour n’avoir pas respecté les règles en matière de vaccination obligatoire.

(Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, retrouvez mon compte rendu des faits ici).

Plutôt que de travailler le dossier et de proposer aux français une solution intelligente, constructive et concertée sur la vaccination, le gouvernement a décidé de passer en force.

Ce faisant, il n’a fait qu'exacerber la défiance qui s’était installée à l’égard des autorités sur le sujet des vaccins depuis le scandale de la campagne hépatite B et le fiasco de celle sur la grippe H1N1.

Il est temps de se mobiliser physiquement face aux autorités.

Je vous transmets donc sans attendre le communiqué de presse du collectif EPVL qui organise la grande manifestation du 9 septembre 2017. Vous trouverez dans ce texte toutes les infos pratiques dont vous aurez besoin pour votre organisation !

Combativement vôtre,

Augustin de Livois

PS : N’oubliez pas de signez notre grande pétition ici.

******************************************************

Communiqué du collectif EPVL

Madame, Monsieur
Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, veut faire passer en force à l’Assemblée Nationale et au Sénat à l’automne, le projet de loi liberticide permettant de rendre obligatoires 11 vaccins pour les enfants de moins de 2 ans, dont l’hépatite B ou le ROR, et de poursuivre pénalement les parents récalcitrants.

Ce projet de loi bafoue les droits fondamentaux de chaque personne, notamment celui de la liberté thérapeutique, de la liberté de disposer de son corps, sans qu’il y ait la moindre justification épidémiologique. L’état ne doit pas se substituer à l’autorité parentale en matière de santé. Face à la défiance, la pédagogie doit primer sur la coercition.

La loi Kouchner dispose qu’ “Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment”

la Convention d’Oviedo stipule : art 3  «Primauté de l’être humain  –  L’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société ou de la science

L’arrêté Salvetti / Italie de la Cour Européenne des Droits de l’Homme Arrête qu’« en tant que traitement médical non volontaire, la vaccination obligatoire constitue une ingérence dans le droit au respect de la vie privée, garanti par l’article 8 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme et des libertés fondamentales».

Et enfin, la déclaration des droits de l’homme Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.”

NOUS NE POUVONS PAS NOUS LAISSER VOLER NOTRE DROIT FONDAMENTAL A LA LIBERTÉ DE DISPOSER DE NOTRE CORPS

Nous faisons appel à votre mobilisation, pour une

Grande Manifestation Nationale

Qui aura lieu le

Samedi 9 Septembre 2017 à 14 h

devant le Ministère de la Santé

pour protester contre ce projet LIBERTICIDE

Pour en savoir plus rendez-vous sur la page évènements de l’organisation, des moyens de covoiturage sont éventuellement possibles.

Venez nombreux à cette manifestation, pour montrer au gouvernement Macron que vous n’allez pas laisser faire ça.

Ne sous estimez pas votre pouvoir citoyen. Au fronton de nos édifices, est écrit  LIBERTE EGALITE FRATERNITE, défendons ce jour-là le premier de ces principes.

Si vous souhaitez aider à l’organisation de cette manifestation, vous pouvez participer au pot commun ou commander des T-shirts sur le site web.

Quel que soit l’endroit où vous serez, vous pourrez arborer ce T-shirt le jour de la manifestation, mais aussi avant la manifestation ou après.

Vous pouvez également afficher ou distribuer près de chez vous l’affiche à télécharger ici.

MOBILISONS NOUS, avant qu’il ne soit trop tard. Nous le devons pour nos enfants, nos petits-enfants et pour leur avenir.

L’équipe EPVL

Ensemble Pour une Vaccination Libre

« La liberté est un droit, Vacciner est un choix »

Voir les commentaires

L'acidification des océans est impossible

2 Septembre 2017, 19:48pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

Les scientifiques réduisent le rayonnement solaire et capturent le dioxyde de carbone pour refroidir la planète

27 Août 2017, 09:24am

Publié par Ciel Voilé

 

 

26 juillet 2017 – Traduction Ciel voilé

 

http://www.reuters.com/article/us-climatechange-geoengineering-idUSKBN1AB0J3

 

OSLO (Reuters) - Les scientifiques capturent le dioxyde de carbone de l'air à l'aide de ventilateurs géants et se préparent à libérer des produits chimiques d'un ballon pour réduire le rayonnement solaire dans le cadre d'une « expérience » d'ingénierie climatique pour refroidir la planète.


Ces partisans affirment que des projets risqués, souvent coûteux, sont nécessaires de toute urgence pour trouver les moyens de respecter les objectifs de l'accord de Paris sur le climat pour freiner le réchauffement climatique que les chercheurs ont accusé d'avoir causé plus de vagues de chaleur, la baisse des cours d'eau et l'élévation croissante des niveaux des océans.


Les Nations Unies affirment que les objectifs sont loin d'être atteints et ne le seront pas simplement en réduisant les émissions, par exemple celles des usines ou des voitures - en particulier après la décision du président américain Donald Trump de sortir du pacte de 2015.


Ils demandent d'autres façons de réduire les températures.


À la campagne près de Zurich, la société suisse Climeworks a commencé à capturer les gaz à effet de serre de l'air en mai avec des ventilateurs et des filtres géants dans un projet de 23 millions de dollars qu'elle appelle la première «usine commerciale de capture de dioxyde de carbone».


Dans le monde entier, la recherche de « capture directe » par une poignée d'entreprises telles que Climeworks a recueilli des dizaines de millions de dollars ces dernières années de différentes sources, y compris des gouvernements, du fondateur Microsoft Bill Gates et de l'Agence spatiale européenne.


Si elles étaient enterrées sous terre, d'importantes quantités de gaz à effet de serre extraites de l'air contribueraient à réduire les températures mondiales, une étape radicale au-delà des réductions des émissions qui sont au cœur de l'Accord de Paris.


Selon Climeworks, cela coûterait environ 600 $ d'extraire une tonne de dioxyde de carbone de l'air et la capacité totale de l'usine prévue pour fin 2017 ne représente que 900 tonnes par an. Cela équivaut aux émissions annuelles de seulement 45 Américains.


Et Climeworks vend le gaz, à perte, aux serres voisines comme engrais pour faire pousser des tomates et des concombres et a un partenariat avec le constructeur automobile Audi, qui espère utiliser du carbone dans des carburants plus verts.


Jan Wurzbacher, directeur et fondateur de Climeworks, affirme que la société a l'ambition d'agir pour la planète en réduisant les coûts à environ 100 dollars la tonne et en capturant 1% des émissions mondiales de carbone d'origine anthropique par an d'ici 2025.


« Depuis l'accord de Paris, la situation a considérablement changé », a t-il déclaré, avec un changement d'intérêt des investisseurs et des actionnaires qui s'éloignent des utilisations industrielles du carbone et veulent freiner le changement climatique.


Mais les pénalités pour les usines, les centrales électriques et les voitures qui émettent du dioxyde de carbone dans l'atmosphère sont faibles ou inexistantes. Cela coûte 5 euros (5,82 USD) la tonne dans l'Union Européenne.


Et l'isolement du dioxyde de carbone est complexe car ce gaz ne représente que 0,04% de l'air. Le dioxyde de carbone pur livré par camion, utilisé dans des serres ou pour faire des boissons gazeuses, coûte jusqu'à environ 300 $ la tonne en Suisse.


Les autres entreprises impliquées dans la capture directe d'air comprennent Carbon Engineering au Canada, Global Thermostat aux États-Unis et Skytree aux Pays-Bas, un dérivé de l'Agence spatiale européenne initialement conçu pour trouver des moyens de filtrer le dioxyde de carbone exhalé par les astronautes dans les engins spatiaux.


Ce n'est pas de la science fiction


L'accord de Paris vise à limiter une hausse des températures mondiales durant ce siècle à moins de 2°Celsius (3.6°Fahrenheit), idéalement 1.5°C (2.7°F) au-dessus des temps préindustriels.


Mais les données de l'ONU montrent que les plans actuels pour les réductions des émissions seront insuffisants, en particulier sans les États-Unis, et que le monde devra passer aux «émissions négatives» nettes durant ce siècle en capturant le carbone de la nature.


Des solutions de «géo-ingénierie» plus risquées pourraient être la réduction du rayonnement solaire, le déversement de fer dans les océans pour absorber le carbone, ou la création de nuages.


Parmi les nouvelles recherches universitaires, un projet de géo-ingénierie de Harvard de réduction du rayonnement solaire pour refroidir la planète lancé en 2016 qui a recueilli 7,5 millions de dollars auprès de donateurs privés. Il prévoit une première expérience en plein air en 2018 au-dessus de l'Arizona.


« Si vous voulez à coup sûr atteindre 1,5°C, vous devez recourir à la géo-ingénierie solaire », a déclaré David Keith, de Harvard.

 


Une installation pour capturer du CO2 à partir de l'air de Swiss Climeworks AG a été placée sur le toit d'une usine d'incinération des déchets à Hinwil, en Suisse, le 18 juillet 2017.Arnd Wiegmann


L'équipe de Keith vise à disperser environ 1 kilo (ndt : ???) de matériel de réduction du rayonnement solaire, peut-être du carbonate de calcium, à partir d'un ballon en haute altitude au-dessus de l'Arizona, l'année prochaine, lors d'une expérience en pleine air pour voir comment cela affecte la microphysique de la stratosphère.


« J'estime que ce n'est pas de la science-fiction ... pour moi, c'est de la science atmosphérique normale », a-t-il déclaré.


Une certaine recherche laisse supposer que la géo-ingénierie utilisant des produits chimiques pour réduire le rayonnement solaire, par exemple, pourrait affecter les conditions climatiques mondiales et perturber les moussons vitales.


Et de nombreux experts craignent qu'attirer l'attention sur toute technologie de lutte contre le changement climatique ne soit qu'une distraction pour faire oublier les réductions d'émissions causes du réchauffement anthropique de la planète.


« Compter sur de grands déploiements futurs de technologies de capture du carbone, c'est comme manger beaucoup de desserts aujourd'hui, avec de grands espoirs pour la liposuccion demain », a déclaré Christopher Field, professeur de climatologie à l'Université de Stanford, en mai.

Jim Thomas du Groupe ETC au Canada, qui s'oppose à l'ingénierie climatique, a déclaré que la capture aérienne directe pourrait créer «l'illusion d'une solution pouvant être utilisée de manière cynique ou naïve pour divertir des idées stratégiques telles que le« dépassement »des objectifs de Paris.

 

 


 

Mais les gouvernements font face à un dilemme. Les températures moyennes de surface sont déjà d'environ 1°C (1.8°F) au-dessus des niveaux pré-industriels et ont atteint des records le mois dernier.


« Nous sommes en difficulté », a déclaré Janos Pasztor, responsable du nouveau projet de gouvernance de la géo-ingénierie de Carnegie Climate Geoengineering. « La question n'est pas de savoir s'il y aura un dépassement, mais de combien de degrés et pour combien de décennies ».


Face à des choix difficiles, de nombreux experts disent que la capture du carbone de l'atmosphère fait partie des options les moins risquées. Les dirigeants des grandes économies, à l'exception de Trump, ont déclaré lors d'un sommet en Allemagne ce mois-ci que l'accord de Paris était «irréversible».


Cris de fou


Raymond Pierrehumbert, professeur de physique à l'Université d'Oxford, a déclaré que les projets de géo-ingénierie solaire ressemblaient à des «cris de fou ».


En revanche, il a déclaré que « La capture du dioxyde de carbone est un défi technologique, mais mérite un investissement et un essai ».


La manière la plus naturelle d'extraire le carbone de l'air consiste à planter des forêts qui absorbent le gaz à mesure qu'elles poussent, mais cela détourne de vastes étendues de terres de l'agriculture. Une autre option est de construire des centrales qui brûlent du bois et enterrent le dioxyde de carbone libéré.

Carbon Engineering, mis en place en 2009 avec le soutien de Bill Gates et Murray Edwards, président du groupe de pétrole et de gaz Canadian Natural Resources Ltd, a recueilli environ 40 millions de dollars et extrait environ une tonne de dioxyde de carbone par jour avec des turbines et des filtres.

 

«  Nous cherchons principalement à synthétiser les carburants » pour des marchés tels que la Californie avec des prix élevés du carbone, a déclaré Geoffrey Holmes, directeur du développement commercial à Carbon Engineering.


Mais il a ajouté que « l'Accord de Paris contribue » à des options à plus long terme pour capturer de grandes quantités d'air.


Parmi les autres techniques possibles de géo-ingénierie, on peut créer des nuages ​​qui renvoient la lumière du soleil dans l'espace, peut-être en utilisant un brouillard de pulvérisation d'eau de mer. Cela pourrait être utilisé localement, par exemple, pour protéger la Grande Barrière de Corail en Australie, a déclaré Kelly Wanser, directrice principale du projet Marine Cloud Brightening basé aux États-Unis.


Parmi les nouvelles idées, Wurzbacher à Climeworks fait appel aux investisseurs pour ce qu'il dit être la première offre à capturer et à enterrer 50 tonnes de dioxyde de carbone de l'air, pour 500 $ la tonne.


Cela pourrait nécessiter une entreprise souhaitant être à l'avant-garde d'une nouvelle technologie verte, a t-il dit, même si cela n'a pas de sens économique apparent.


Montage d' Anna Willard - Nos normes: le principe Thomson Reuters Trust

 

Voir les commentaires

Pourquoi injecter de l'aluminium et du baryum dans l'atmosphère ? La NASA nous l'explique

26 Août 2017, 07:44am

Publié par Ciel Voilé

Nuages traceurs ​​et traînées

Traduction Ciel voilé

https://www.nasa.gov/mission_pages/sounding-rockets/tracers/metals.html

 

 


Une traînée de vapeur lumineuse de tri-méthyl aluminium (TMA) révèle des vents neutres, des zones de tension, des ondes de gravité et des instabilités dans la haute atmosphère de latitude élevée.Crédits: NASA

Utilisée pour la première fois avec des roquettes sondes dans les années 1950, la recherche scientifique consistant à expérimenter l'injection de traceurs de vapeur dans la haute atmosphère a grandement aidé notre compréhension de l'espace proche de notre planète. Ces matériaux rendent visibles les flux naturels de particules ionisées et neutres soit par luminescence à des longueurs d'onde distinctes dans la partie visible et infrarouge du spectre, soit par la diffusion de la lumière solaire.


Le type de vapeur choisi pour créer ces nuages ​​et traînées colorées dépend du but de l'enquête, de l'heure locale et de l'altitude étudiée. Les traînées de vapeur couramment utilisées et relâchées dans l'atmosphère sont:


Tri-méthyl aluminium (TMA),
Lithium et
Baryum.


Tri-méthyl aluminium (TMA)


Le tri-méthyl-aluminium réagit avec l'oxygène et produit une chimioluminance lorsqu'il est exposé à l'atmosphère. Les produits de la réaction sont l'oxyde d'aluminium, le dioxyde de carbone et la vapeur d'eau, qui se produisent également naturellement dans l'atmosphère. Les rejets de TMA sont le plus souvent utilisés pour étudier les vents neutres dans l'ionosphère inférieure la nuit à des altitudes de 100 milles (160 kilomètres) ou moins.

 



Image d'une traînée de lithium d'une journée à près de 68 miles / 110 kilomètres d'altitude d'une fusée sonde lancée depuis Wallops Island, en Virginie, en juillet 2013.
Crédits: NASA


Lithium


La vapeur de lithium est également utilisée pour étudier les vents neutres dans la haute atmosphère. Le lithium à l'état gazeux émet une bande étroite exceptionnellement brillante à 670,7 na

nomètres, une longueur d'onde dans la gamme infrarouge, ce qui lui permet d'être visible toute la journée avec des caméras à filtres infrarouges. En fait, le lithium est la seule vapeur qui puisse être vue pendant la journée et également l'une des quelques rares vapeurs qui puissent être utilisées à haute altitude (> 124 milles ou 200 kilomètres) de nuit. La nuit, sa couleur est rouge vif.

 



Le nuage dans la partie supérieure gauche de l'image est dû à une libération de baryum. La partie rouge violet est la composante ionisée qui s'est allongée le long des lignes de champ magnétique de la Terre. Le nuage bleu violet qui entoure le baryum rouge ionisé est une combinaison du baryum neutre et de strontium. La traînée bleue et blanche dans la partie inférieure de l'image provient d'une traînée de vapeur TMA qui révèle les trajectoires des vents neutres en fonction de l'altitude. Crédits: NASA


Baryum


Le baryum est utilisé pour étudier le mouvement des particules ionisées et des particules neutres dans l'espace. Une fraction de nuage de baryum ionise rapidement lorsqu'il est exposé à la lumière du soleil et a une couleur rouge pourpre. Ses mouvements peuvent être utilisés pour suivre le mouvement des particules chargées dans l'ionosphère. Le reste de la libération de baryum est neutre, avec une couleur différente, et peut être utilisé pour suivre le mouvement des particules neutres dans la haute atmosphère. Une petite quantité de strontium ou de lithium est parfois ajoutée au mélange de baryum pour améliorer les émissions neutres de baryum, ce qui facilite le suivi du nuage neutre. Étant donné que l'observateur doit être dans l'obscurité alors que les nuages ​​de baryum sont à la lumière du soleil, la technique est limitée aux observations de temps local près du coucher du soleil ou du lever du soleil.

Voir les commentaires

Vers un climat artificiel - extrait sous-titré en anglais

22 Août 2017, 09:33am

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires

La géo-ingénierie rebaptisée « recherche météorologique »

16 Août 2017, 09:37am

Publié par Ciel Voilé

 

La plus grande surprise est l'augmentation de la recherche atmosphérique et océanique, bien au-dessus des propositions de la Chambre et du Sénat de l'année dernière. La NOAA recevra maintenant plus de 500 millions de dollars pour la recherche. La recherche sur l'air et sa chimie augmente de 10,3 %, passant à 114 millions de dollars. Cela dépasse l'autorisation de financement incluse dans la loi récemment adoptée sur la recherche météorologique et l'innovation prévisionnelle (HR353)

 

La première mise à jour exhaustive de la politique météorologique depuis 1992 devient une loi


21 avril 2017 - Mike Henry - Institut américain de physique - Traduction Ciel voilé

Https://www.aip.org/fyi/2017/first-comprehensive-weather-policy-update-1992-nowlaw



La NOAA (Administration Nationale de l'Océan et de l'Atmosphère) a reçu de nouvelles directives du Congrès pour ses programmes de recherche, de prévision et d'observation météorologiques, y compris des autorisations pour un nouveau programme de prévision saisonnière, une plus grande focalisation sur le lien entre recherche et mise en oeuvre et une meilleure coordination entre les entreprises météorologiques américaines.


Le 18 avril, le président Trump a signé la Loi sur l'étude météorologique et la prévision de l'innovation, concrétisant une volonté législative bipartite et bicamérale qui a débuté en 2013 au Comité des sciences de la Chambre. Initialement destinée à rétablir le leadership des États-Unis dans le domaine des prévisions météorologiques et à donner la priorité à la recherche qui les améliore, cette initiative s'est élargie et a pris de l'ampleur au fil du temps tout en restant largement enracinée dans ces objectifs.

À la suite de va-et-vient entre la Chambre des députés et le Sénat, l'automne dernier et cet hiver, le Congrès a finalement résolu les retenues restantes et les questions en suspens et a adopté le projet de loi le 4 avril, près de quatre ans après les premières audiences sur la législation. Il est largement considéré comme la première autorisation climatique complète depuis la loi d'autorisation de la NOAA en 1992. Dans un communiqué publié suite à la signature du président, Lamar Smith (R-TX), président du Comité des sciences de la Maison, a qualifié la promulgation du projet de loi « d'une avance majeure pour transformer l'activité météorologique publique-privée de notre pays » .


Les quatre premiers titres de la loi autorisent une combinaison de programmes de recherche, de prévision, d'observation, de communication et de coordination météorologiques déjà existants à la NOAA et au sein de l'activité météorologique américaine, tandis que le cinquième titre intègre l'alerte aux tsunamis de la députée Suzanne Bonamici (D-OR), l'éducation et la recherche, axée sur la coordination, l'atténuation et la recherche d'alerte aux tsunamis.


Le deuxième titre, rédigé par le sénateur John Thune (R-SD), établit un programme national de service météorologique pour la fourniture de prévisions saisonnières à deux semaines et jusqu'à deux ans, au-delà du calendrier actuel des prévisions météorologiques. La loi autorise également une « initiative conjointe de transfert de technologie » de 20 millions de dollars entre des entreprises de prévision météorologique et la recherche de la NOAA, et codifie formellement un programme commercial de données météorologiques pour la NOAA qui expérimente l'incorporation de données météorologiques satellitaires privées dans le système de prévision météorologique nationale.


Mettre l'accent sur la sauvegarde des vies et des biens, la restauration du leadership américain


La section d'ouverture de la loi oblige la NOAA à «prioriser» la recherche qui améliore les données météorologiques, la modélisation, l'informatique, les prévisions et les avertissements pour la protection de la vie et des biens et pour l'amélioration de l'économie nationale. »Le promoteur principal Frank Lucas ( R-OK) a souvent exprimé sa consternation devant le fait que les États-Unis - et le système mondial de prévision de la NOAA en particulier - ne seraient plus considérés par certains experts comme le meilleur système de prévision météorologique au monde, qualifiant cela d' «inacceptable».

 


Dans un communiqué suivant la promulgation de la loi, il a encore souligné ces points:


« Cette législation comporte des efforts multiples pour protéger les vies et les biens contre les intempéries, car les Américains ne méritent rien de moins que les prévisions météorologiques les plus précises et les plus récentes. En encourageant de nouvelles technologies à l'extérieur et à l'intérieur de la NOAA, nous pouvons remettre notre pays sur la bonne voie pour devenir un leader mondial des prévisions météorologiques. »


Jim Bridenstine, député républicain d'Oklahoma, qui a parrainé la première version de la loi météorologique en 2013, a fait l'éloge de la loi en disant qu'elle « nous rapproche du jour où nous n'aurons plus aucun mort par tornade ou par événements météorologiques violents».

 

Lucas et Bridenstine ont rédigé une partie du projet de loi qui établit un nouveau programme d'amélioration et d'extension de l'alerte aux tornades à l'institut de recherche de la NOAA dans le but d'élaborer et d'étendre des prévisions, « précises, efficaces et à temps, y compris la prédiction des tornades au-delà d'une heure à l'avance. »  L'Oklahoma, qui a été frappé par une série de tornades mortelles en 2013, est particulièrement vulnérable aux intempéries, abrite le National Weather Center et le Laboratoire national des tempêtes sévères de la NOAA, tous deux installés à l'Université d'Oklahoma.


Bridenstine a également lancé le développement de la section étendue du projet de loi sur les données météorologiques commerciales, ce qui nécessite que la NOAA pilote des données privées intégrées dans les modèles météorologiques et les prévisions météorologiques du Service météorologique national. Bien que l'intégration de données météorologiques commerciales ait été un nouveau concept pour la NOAA lorsque Bridenstine a proposé l'idée pour la première fois, l'agence a depuis pris des mesures importantes dans cette direction, y compris la publication d'une politique commerciale et le lancement d'un projet commercial de données météorologiques, en 2016. Grâce à l'orientation du Congrès dans le droit des crédits récents, Bridenstine a poussé avec succès la NOAA et l'US Air Force à commencer à financer des projets commerciaux pilotes de données météorologiques.


Le meneur principal du Sénat, John Thune (R-SD), qui a rédigé le titre de prévision saisonnier de la loi, ainsi que des sections sur les communications prévisionnelles et d'avertissement et le soutien aux décisions, a souligné la valeur économique de la prévision environnementale à longue distance à l'industrie et à d'autres décisions, Dans sa déclaration sur la promulgation:


Les résultats de cette loi permettront de mieux prévenir les événements météorologiques extrêmes et les changements apportés aux prévisions à long terme qui donnent aux agriculteurs une meilleure information sur quoi et quand planter et aux services de transport locaux plus de temps pour préparer des hivers exceptionnellement difficiles.


Alors que les membres républicains du Comité scientifique ont écrit les premières versions du projet de loi de la Chambre, ces versions ont entraîné une reprise des démocrates et les promoteurs du projet ont rapidement mis l'accent sur la recherche d'une coopération bipartite et d'une co-rédaction. Le projet de loi final était entièrement bipartite et a été adopté avec un large soutien au Sénat et à la Chambre.
 

Dans un communiqué à la Chambre, juste avant le passage final du projet de loi, Eddie Bernice Johnson (D-TX), membre du Comité des sciences de la Maison, l'a considéré comme un exemple de la façon dont le Congrès peut aborder des problèmes tels que « le climat et la météo [qui] fondamentalement, ne sont pas des préoccupations partisanes » , mais qui « affectent tous nos électeurs, indépendamment de leur appartenance à un parti ».

 

La députée démocrate principale, Suzanne Bonamici (D-OR), qui a été membre du Sous-comité de l'environnement depuis 2013, a souligné dans son élocution comment la loi améliorera les communications et la coordination pour la prévision météorologique:

« Même les meilleures prévisions ne répondent pas aux besoins du public, à moins qu'il n'existe des systèmes de communication efficaces. [Ce projet de loi] ordonne à la NOAA de faire plus de recherches, d'écouter des experts et d'améliorer ses techniques de communication des risques.

Elle a également souligné comment la législation vise à renforcer la coordination inter-institutions sur les phénomènes météorologiques par le biais d'un nouveau comité dirigé par l'office de la politique de la science et de la technologie de la Maison Blanche et d'une recherche et d'alertes aux tsunamis, dont elle est l'auteur. La loi, a-t-elle dit, aidera le Pacifique Nord-Ouest à comprendre et se préparer à un événement sismique potentiellement catastrophique le long de la zone de subduction de Cascadia au large des côtes de Washington et de l'Oregon.


La communauté météorologique engagée dans la loi à divers degrés

La NOAA n'a pas pris de position formelle sur la loi météorologique. L'ancien administrateur de la NOAA, Katherine Sullivan, et d'autres dirigeants dans les secteurs météorologiques privés et universitaires ont témoigné devant le Congrès que la recherche météorologique est déterminante, bien que Sullivan ait prévenu qu'elle ne devrait pas être privilégiée à la NOAA au détriment de la recherche sur le climat, en disant que la modélisation météorologique et climatique sont des domaines de plus en plus interconnectés. Les améliorations apportées aux prévisions météorologiques, selon elle et d'autres témoins, dépendent de plus en plus d'une meilleure compréhension du climat. Sullivan a également partagé ses inquiétudes sur l'engouement pour les données météorologiques commerciales, affirmant que les données météorologiques devraient plutôt rester un bien public disponible gratuitement pour tous.

La Société météorologique américaine (AMS), une société membre de l'AIP, est restée loin du public, bien que la société ait travaillé avec le personnel du Congrès pour améliorer le projet de loi. Un thème clé récurrent parmi les témoignages devant la Chambre et le Sénat au fil des ans a été la valeur de l'entreprise météorologique américaine, que représente l'AMS, composée de trois secteurs: universitaire, privé et public. Les auteurs du projet de loi ont répondu au message selon lequel l'entreprise météorologique américaine pourrait bénéficier d'une coordination et d'une communication améliorées dans tous les secteurs. Le congrès a incorporé des termes dans presque toutes les grandes sections destinés à assurer que les contributions des secteurs académiques et privés seront pris en compte autant que ceux de la NOAA.

Un leader du secteur privé qui a témoigné plusieurs fois devant le congrès sur le projet de loi, le PDG d'AccuWeather, Barry Myers, a noté que la loi regroupe pour la première fois la NOAA avec le milieu de la recherche et l'industrie météorologique, la qualifiant de « une loi monumentale ».

Antonio Busalacchi, président de la Corporation universitaire pour la recherche atmosphérique, également actif dans le développement du projet de loi, l'a qualifié de «législation historique» et a déclaré « souligne la valeur durable de la recherche scientifique dans notre pays».


Principales dispositions

Les principales dispositions de la Loi sur la recherche météorologique et l'innovation prévisionnelle sont les suivantes:
Titre I: Amélioration de la recherche et de la prévision météorologique aux États-Unis
Titre II: Innovation dans les prévisions saisonnières et plus courtes
Titre III: Innovation des données satelittaires météorologiques
Titre IV: Coordination météorologique fédérale
Titre V: Loi sur l'alerte aux tsunamis, l'éducation et la recherche, de 2017

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires