Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

À tous ceux qui se font encore des illusions

6 Novembre 2021, 11:56am

À tous ceux qui se font encore des illusions

Jean-Yves Jézéquel Mondialisation.ca, 05 novembre 2021

 

 

Il est toujours nécessaire de prendre de la hauteur afin d’observer dans leur ensemble les choses que nous voulons comprendre et ici il s’agit du désastre social, politique, sanitaire, économique, survenu ces dernières années non seulement en France mais dans tout l’Occident livré à une bande de prédateurs criminels s’étant emparée partout du pouvoir avec les mêmes procédures de tromperie et de falsification des pratiques électorales.

L’insurrection des Gilets jaunes en France était bien nécessaire, car elle a pu démontrer comment la caste des élites au pouvoir, celle qu’Emmanuel Todd appelle « Stato-financière », procède habituellement pour assassiner la vérité, imposer à toute la machine médiatique 100% de mensonges ! D’aucuns penseront peut-être que je caricature, que mon langage est outrancier, que mon parti pris est subjectif, et pourtant je n’exagère en rien le trait, car c’est la réalité objective, fondée sur la factualité et l’expérience de nombreux témoins…

Le système médiatique, entre les mains exclusives des milliardaires au service de la cause de cette élite, sans scrupule, criminelle dans ses intentions, dans sa volonté et dans ses actions, perverse ou infiniment tordue, travaille activement à nous distraire du réel. Le système s’est attaqué au peuple considéré comme un ennemi à soumettre. Quiconque tente de faire entendre la vérité, depuis le combat de Snowden, celui d’Assange et en France, celui des Gilets jaunes, est poursuivi, harcelé, menacé, censuré, maltraité, sali, lynché, humilié, traîné dans la boue afin de le décrédibiliser et de le tuer socialement. Tous les mensonges sont bons et en les répétant « ad nauseam », le système compte bien les faire passer pour la vérité ! Au siècle passé, on planifiait l’assassinat d’un Che Guevara, d’un Mehdi Ben Barka, et de tous les opposants aux mafias étatiques. Le cri de la liberté devait être étouffé par l’assassinat pur et simple.

Aujourd’hui, plus pervers, le système a compris qu’il était plus efficace d’assassiner la pensée elle-même, afin d’éviter de fabriquer des héros et des martyrs qui galvanisent la lutte des peuples souffrants. Tuer les personnes s’est avéré contreproductif, mais tuer l’esprit, l’idée, la pensée est beaucoup plus profond, efficace, déterminant. On pense à Snowden ou à Julian Assange, à Rui Pinto et à tant d’autres qu’il faudrait nommer … Cette Ombre du Mal qui règne sur le pouvoir s’est organisée en réseaux parfois virtuels et qui donnent à ceux qui se croient tout permis une capacité sidérante à nous imposer leur loi de perversion. Ce pouvoir pervers prétend bien entendu se mettre au service des « valeurs de la République ». Cette classe de prédateurs agissant en toute impunité estime détenir la bonne manière de faire, l’intelligence supérieure et la connaissance appropriée afin de prendre les « bonnes décisions » sans l’avis des autres, de ceux qui sont considérés comme « inutiles », « ignorants », sans « culture » et sans « connaissance » suffisante pour être capables de décider quoi que ce soi ! Ces prédateurs arrogants et sans scrupules contrôlent une police qui pouvait, en toute impunité, au temps des Gilets jaunes, massacrer le peuple sans devoir rendre des comptes à personne. En France, des policiers au service des pervers installés au pouvoir pouvaient, en toute impunité éborgner des innocents, arracher des mains, étrangler des femmes, matraquer des jeunes sans défense, les menotter et les humilier, enfermer arbitrairement des citoyens en psychiatrie ou dans les prisons déjà surchargées, et s’amuser à nasser arbitrairement des gens pacifiques pour le plaisir de les matraquer en faisant couler le sang…

 

 

 

Voir les commentaires

Dr. Robert Malone : Sommet international COVID

6 Novembre 2021, 11:48am

Dr. Robert Malone : Sommet international COVID

Dr. Robert Malone : Sommet international COVID

 

Analyse du Dr Joseph Mercola – Le 6 novembre 2021

 

L'histoire en bref

 

La directrice du CDC, Rochelle Walensky, a passé outre le groupe d'experts du CDC et a suivi la recommandation de procéder à une injection de rappel pour les adultes présentant un risque élevé d'infection.

 

En effet, le vaccin COVID-19 ne protège pas totalement contre l'infection, la réplication ou l'excrétion du virus, et ce n'est pas parce que vous avez été vacciné que vous n'allez pas infecter d'autres personnes.

 

Un contrat social tacite a convaincu de nombreuses personnes de se faire vacciner : si vous vous soumettez aux injections expérimentales, vous serez non seulement protégé personnellement, mais aussi votre communauté, et nous pourrons tous nous rétablir et retrouver un sentiment de normalité.

 

En réduisant les symptômes de la maladie tout en permettant à la réplication virale de se poursuivre, les injections augmentent la probabilité que les personnes vaccinées deviennent de grands propagateurs du COVID-19.

 

Malone prévoit qu'au fur et à mesure que l'efficacité des injections diminuera, nous verrons de plus en plus de cas de personnes vaccinées qui contracteront le COVID-19, seront hospitalisées et mourront en conséquence, et les gens devront alors accepter le fait qu'ils ont été trompés.

 

Les trois actions que Mme Malone a retenues du sommet international COVID sont l'importance d'optimiser les niveaux de vitamine D, de ne pas vivre dans la peur et de trouver un médecin qui vous donnera un traitement précoce contre le COVID-19 si vous êtes positif.

 

Le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie de la plateforme de base des vaccins à ARNm et à ADN, faisait partie des médecins, avocats et autres professionnels respectés qui se sont exprimés lors du Sommet international COVID à Rome, du 12 au 14 septembre 2021.

 

Cette initiative transfrontalière visait à fournir un espace et une plateforme sécurisés pour l'échange d'informations et le partage d'expériences, de recherches et d'études afin de faire progresser les soins aux patients atteints du COVID-19 dans le monde entier.

 

Il est devenu tout à fait clair que les injections ne sont pas la panacée pour mettre fin à la pandémie comme on le prétend, et Malone s'est entretenu avec TrialSite News pour aider à diffuser la vérité sur l'inefficacité et les risques des vaccins, sur les conflits d'intérêts du gouvernement qui mettent la santé publique en danger et plus encore.1

 

La FDA et les CDC sont "au-delà de la loi"

 

Le comité consultatif de la FDA sur les vaccins et les produits biologiques connexes (VRBPAC) a voté le 17 septembre 2021 en faveur de l'autorisation d'un troisième rappel du vaccin COVID de Pfizer-BioNTech Comirnaty pour les personnes âgées de plus de 65 ans et d'autres personnes à haut risque.

 

N'oubliez pas que l'injection que vous recevez est toujours celle de Pfizer, qui fait l'objet d'une autorisation prolongée d'utilisation en cas d'urgence (EUA), et non le Comirnaty, qui a été pleinement approuvé. Bien que les deux produits soient considérés comme interchangeables, ils ne sont pas identiques d'un point de vue juridique. Le Comirnaty ne bénéficie pas de la protection de l'EUA en matière de responsabilité, alors que l'injection Pfizer sous EUA en bénéficie.

 

Alors que le VRBPAC a voté pour l'approbation d'un rappel pour les personnes à haut risque et les personnes de plus de 65 ans, le comité consultatif d'experts du CDC ne l'a pas fait. Le comité consultatif du CDC a en fait voté contre la recommandation d'un rappel pour les personnes à haut risque en fonction de leur profession ou de leurs conditions de vie, déclarant que seules les personnes âgées de plus de 65 ans devraient être éligibles pour un rappel à l'heure actuelle.

 

La directrice du CDC, Rochelle Walensky, a toutefois décidé de ne pas écouter ses propres experts. Le 24 septembre 2021, elle a tout simplement passé outre le groupe d'experts des CDC et a suivi la recommandation d'émettre une dose de rappel pour les adultes présentant un risque élevé d'infection en raison de leur profession ou de leurs conditions de vie. C'est seulement la deuxième fois dans l'histoire des CDC que leur propre groupe consultatif de l'ACIP a été annulé2.

 

"La FDA et les CDC sont de plus en plus hors la loi. Ils ne ressentent pas le besoin de se conformer de quelque manière que ce soit, même du bout des lèvres, aux politiques, aux procédures, aux exigences légales... ou à quoi que ce soit d'autre. Ils sont plutôt à l'aise pour faire ce qu'ils veulent", a déclaré M. Malone.3 "Je ne pense pas que ce soit une bonne politique à plusieurs niveaux. Ce n'est pas une bonne science "4.

 

Le pistolet fumant de la recherche sur le gain de fonction

 

Malone aborde brièvement l'origine du SRAS-CoV-2, qui, selon lui, semble provenir d'un laboratoire :5

 

"L'information liant la caractérisation génétique du virus parent à ce qui semble fortement être une souche génétiquement modifiée... tout cela constitue un pistolet fumant pour la recherche sur le gain de fonction....

 

Il est de plus en plus difficile d'arriver à une autre conclusion que celle que ce virus provient d'un laboratoire, et qu'il provient d'un laboratoire financé par le NIH NIAID [National Institute of Allergy and Infectious Diseases] ... et qu'il s'agit de recherches effectuées dans le laboratoire de Wuhan, en Chine".

 

Si vous utilisez cela comme hypothèse de travail, que le SRAS-CoV-2 est un produit de la recherche du GOF, un projet qui était une collaboration entre le laboratoire de Wuhan et le gouvernement américain, et que d'une manière ou d'une autre le virus s'est échappé, note Malone, imaginez être un haut fonctionnaire du gouvernement, comme le directeur des National Institutes of Health ou du NIAID.

 

"Quelle serait votre réaction ?" demande-t-il. "Je serais envahi par la culpabilité. Je serais frénétique. Et si c'était le cas, cela pourrait expliquer le comportement irrationnel du gouvernement et des hauts fonctionnaires du gouvernement. "6 Les conflits d'intérêts sont également problématiques, comme la nature intrinsèquement conflictuelle du CDC. Le CDC a pour mission de promouvoir les vaccins et l'adoption des vaccins, a expliqué M. Malone, mais aussi la sécurité des vaccins.

 

Ces missions sont en conflit, et l'agence se concentre sur la promotion des vaccins, et non sur l'évaluation minutieuse des données relatives à leur sécurité. À l'avenir, dit-il, le CDC devrait être divisé en deux parties, de sorte que la promotion des programmes de vaccination puisse être séparée du contrôle de leur sécurité.

 

Les personnes vaccinées sont les propagateurs de la maladie

 

Les médias et les responsables gouvernementaux continuent de répéter comme un perroquet que la pandémie est le fait de personnes non vaccinées, même si les "cas révolutionnaires", ou les échecs de la vaccination, augmentent. En date du 12 octobre 2021, le CDC a déclaré que 31 895 personnes ayant reçu une injection complète contre le COVID-19 ont été hospitalisées ou sont décédées à cause du COVID-19.7

 

"Les vaccins ne vous protègent pas totalement contre l'infection, la réplication du virus et l'excrétion... ce n'est pas parce que vous avez été vacciné que vous n'allez pas infecter quelqu'un d'autre", a déclaré Malone. En outre, M. Malone pense qu'en réduisant les symptômes de la maladie tout en permettant la poursuite de la réplication virale, les injections augmentent la probabilité que les personnes vaccinées deviennent de grands propagateurs du COVID-19:8.

 

"C'est là que le bât blesse... on peut faire valoir que, parce que les vaccins offrent une protection contre le virus de l'hépatite

 

"En général, si vous êtes vacciné contre le delta, la réplication du virus dans votre corps sera aussi importante que celle d'une personne non vaccinée, mais vous ne vous sentirez pas aussi malade.

 

Qu'est-ce que ça veut dire ? "Oh, je peux aller travailler", non ? Donc, si vous y réfléchissez bien... les personnes vaccinées sont en fait celles qui créent le plus grand risque pour tout le monde, parce qu'elles seront toujours capables d'être infectées, de répliquer le virus au moins au même niveau, sinon plus, que les personnes non vaccinées. Elles continuent à disperser le virus partout, mais elles se sentent bien. Et donc, elles sont, par définition, configurées pour être de super-diffuseuses."

 

Le contrat social a été détruit

 

Malone pense que de nombreuses personnes se sont soumises aux injections en raison d'un contrat social tacite. Dans une interview accordée à The Epoch Times, il explique:9

 

"Ce contrat social était le suivant : 'Malgré ce que vous avez pu entendre sur les risques de certains de ces produits et le fait que nous avons admis les avoir précipités, nous protégeons votre santé. Si vous prenez ces produits, vous serez en sécurité". C'est le contrat social. Malgré toutes ces autres préoccupations, vous serez en sécurité et vous n'aurez pas à les reprendre. Vous serez protégé. Les gens croyaient qu'ils avaient un bouclier s'ils adhéraient et faisaient ça."

 

L'idée était le sacrifice de soi pour le bien commun. Si vous vous soumettez aux injections expérimentales, vous serez non seulement protégé personnellement, mais vous protégerez également votre communauté, et nous pourrons tous nous rétablir et retrouver un sentiment de normalité. Sauf que les gens ont été vaccinés et que la normalité n'est pas revenue, que des personnes ont eu des effets secondaires indésirables et des décès provoqués par les vaccins et que la "normalité" au sens du mot avant 2020 n'est pas revenue.

 

Malone prévoit qu'au fur et à mesure que l'efficacité des vaccins diminuera, nous verrons de plus en plus de personnes vaccinées contracter le COVID-19, être hospitalisées et mourir en conséquence. Il estime qu'un nouveau pic sera atteint vers janvier ou février 2022.

 

À ce moment-là et à l'avenir, dit-il, "les gens devront accepter le fait que les personnes vaccinées continuent d'être hospitalisées et de mourir". "Le contrat social sera rendu caduc. Il sera détruit... Et les gens devront alors accepter le fait qu'ils ont été trompés "10.

 

Mesures à prendre lors du sommet international du COVID

 

L'une des mesures que M. Malone a prises lors du sommet international COVID est celle dont je parle depuis des années : Optimisez votre taux de vitamine D. M. Malone a déclaré qu'il est "on ne peut plus clair" que de nombreuses personnes présentent une carence en vitamine D et qu'elles ont tout intérêt à augmenter leur taux.

 

Les données des études D*Action de GrassrootsHealth suggèrent que le niveau optimal pour la santé et la prévention des maladies se situe entre 60 ng/mL et 80 ng/mL, tandis que le seuil de suffisance semble se situer autour de 40 ng/mL. En Europe, les mesures que vous recherchez sont respectivement de 150 à 200 nmol/L et de 100 nmol/L. Il souhaite également que les gens sachent qu'il n'est pas nécessaire d'être rongé par la peur :11

 

"On vous a tellement transmis un message de peur. De la peur, de la peur et encore de la peur. Et, franchement, c'est dans l'intérêt des grands médias. C'est ainsi qu'ils vendent leur produit. Vous n'avez pas à avoir peur...

 

Pour les enfants, à moins que vos enfants aient des conditions préexistantes majeures, la probabilité qu'ils meurent ou tombent gravement malades à cause de cela est une fraction d'une fraction d'une fraction d'un pour cent. C'est minuscule et, franchement, en particulier pour les enfants de sexe masculin, la probabilité que le vaccin leur cause des dommages est beaucoup plus élevée que cela. C'est toujours une fraction de pour cent, mais le ratio n'est pas encourageant."

 

Il fait écho aux propos d'un nombre croissant de médecins qui tentent de faire passer le message de l'importance d'un traitement précoce. Si vous avez des symptômes des voies respiratoires supérieures, ne supposez pas que c'est le COVID-19. Faites un test et, s'il est positif, trouvez un médecin qui vous donnera un traitement précoce "et la probabilité que vous vous retrouviez à l'hôpital ou que vous mouriez est infime."

 

Malone fait également partie du Global COVID Summit, une alliance internationale de médecins et de scientifiques qui se sont engagés à dire la vérité pour faire avancer la recherche et le traitement de la pandémie de COVID.12 Ils rassemblent un ensemble d'informations entièrement sélectionnées et destinées aux professionnels de la santé, mais tout le monde peut consulter leurs données en ligne.

 

Ils estiment que des personnes meurent du COVID-19 parce qu'on leur refuse des traitements précoces et vitaux et ont créé la Déclaration pour rendre aux médecins leur droit de traiter leurs patients et pour que les patients aient le droit de recevoir ces traitements "sans crainte d'interférence, de rétribution ou de censure de la part du gouvernement, des pharmacies, des sociétés pharmaceutiques et des grandes entreprises technologiques "13.

 

En date du 14 octobre 2021, plus de 12 000 médecins et scientifiques avaient signé la déclaration14, et elle est toujours ouverte à la signature. Parce que Malone et d'autres personnes qui se sont exprimées contre la propagande du COVID-19 font face à une presse hostile qui attaque leur réputation et les rabaisse, ils se défendent de la meilleure façon qui soit : en continuant à partager la vérité.

 

En fournissant aux gens de vraies informations, dit Malone, "nous sommes déterminés à briser ce mur qui renforce le récit dominant et tout ce que dit le gouvernement "15.

Voir les commentaires

Seconde conférence de presse de députés européens

5 Novembre 2021, 20:09pm

Voir les commentaires

Le Japon choisit l'ivermectine

5 Novembre 2021, 13:01pm

Voir les commentaires

Régime coercitif : le vrai visage du nouvel ordre mondial

5 Novembre 2021, 11:10am

Voir les commentaires

Origines du Covid-19 : rappel des dates clefs et rapport sur les laboratoires biologiques américains

5 Novembre 2021, 10:56am

Origines du Covid-19 : rappel des dates clefs et rapport sur les laboratoires biologiques américains
Origines du Covid-19 : rappel des dates clefs et rapport sur les laboratoires biologiques américains

Publié le 04/11/2021 à 15:42 -Anne Philippe, pour FranceSoir

 

Les origines du Covid-19 ont-elles un lien avec les laboratoires biologiques américains ?


 

TRIBUNE — Les rapports des renseignements américains sur l’origine du Covid-19, établis en août et octobre 2021, n’ont pas réussi à identifier la cause de cette pandémie. Toutefois, Joe Biden n’a pas hésité à y trouver de quoi accuser Pékin, notamment pour des enjeux de politique intérieure états-unienne. Cette piste chinoise est-elle la seule qui devrait être étudiée ? L’analyse de l’historique lié au Covid-19, la revue des rapports du collectif Drastic (septembre 2021) et de la journaliste d’investigation bulgare Dilyana Gaytandzhieva de 2018, soulèvent une multitude de questions sur lesquelles l’OMS et l’ONU pourraient se pencher dans une quête de réponses non politisées.

I – Covid-19, petit rappel de dates clefs :

Afin de mieux comprendre le cheminement des évènements, on peut citer les dates-clefs ci-dessous :

1.    2010 : rapport Rockefeller sur le « Lock Step » ;
2.    2015 : le laboratoire de Pirbright dépose une demande de brevet pour un coronavirus qu’il a développé à partir du SRAS à des fins commerciales et thérapeutiques. Brevet obtenu en novembre 2018. Le laboratoire Pirbright est co-financé par Bill Gates ;
3.    Août 2019 : aux États-Unis, on note une vague de pneumonies (soupçon de coronavirus) ;


 

 

 

Voir les commentaires

Les téléphones cellulaires ne sont pas là pour durer

5 Novembre 2021, 10:35am

Les téléphones cellulaires ne sont pas là pour durer

Arthur Firstenberg le 4 novembre 2021

Le jour où le service de téléphonie cellulaire numérique a été lancé à New York, j'étais loin de chez moi pour une conférence juridique de trois jours. Le jour de mon retour, j'ai eu des vertiges. Quelques jours plus tard, j'étais également nauséeux et j'avais des tremblements incontrôlables. J'ai eu la première crise d'asthme de ma vie. J'avais l'impression que mes globes oculaires étaient bombés, mes lèvres étaient sèches, grasses et gonflées, je ressentais une pression dans la poitrine et la plante de mes pieds me faisait mal. Je suis devenu si faible que je ne pouvais pas soulever un livre. Ma peau est devenue si sensible que je ne supportais pas d'être touché et je supportais à peine de porter mes vêtements. Ma tête grondait comme un train de marchandises. Après le quatrième jour, je ne pouvais ni dormir ni manger. Au cours de la sixième nuit, mon larynx a eu trois spasmes. Chaque fois que cela s'est produit, je n'ai pu ni inspirer ni expirer et j'ai cru que j'allais mourir. J'ai quitté la maison le lendemain matin, pour ne jamais y revenir.

Cela n'est pas arrivé qu'à moi, ou qu'à quelques personnes. À partir du 14 novembre 1996, le jour où Omnipoint Communications a allumé toutes ces tours cellulaires, des centaines de milliers de New-Yorkais sont tombés soudainement malades. Beaucoup ont pensé qu'ils avaient une crise cardiaque, une attaque ou une dépression nerveuse. Le département de la santé a appelé cela une épidémie de grippe, et cela a duré jusqu'au mois de mai suivant. Ils ne se sont pas demandé pourquoi elle ne touchait que New York et pas les villes voisines à cette époque. Les statistiques hebdomadaires de mortalité du Centre de contrôle des maladies ont révélé une augmentation de 17% de la mortalité
dans la ville à partir de la semaine du 17 novembre, qui a duré 11 semaines et a tué 2 300 personnes.

2
L'épidémie n'a frappé Boston que l'année suivante, lorsque Sprint a commencé à desservir la ville le 12 novembre 1997. Le taux de mortalité a augmenté de 15,5 % pendant 16 semaines. L'épidémie a frappé San Diego lorsque Pacific Bell y a commencé à desservir la ville le 1er novembre 1996. Elle a duré 17 semaines et la mortalité a augmenté de 14,5 %. Elle n'a pas touché la ville voisine de Los Angeles avant l'été suivant, lorsque Pacific Bell a commencé à la desservir le 3 juillet 1997, et la mortalité a augmenté de 30 % pendant les 15 semaines suivantes. Elle a touché Philadelphie au printemps, lorsque Sprint y a commencé le service le 3 avril 1997, et Détroit à l'automne, lorsque Sprint y a commencé le service le 15 octobre 1997. Jacksonville, en Floride, avait été touchée l'automne précédent, lorsque Powertel avait commencé à y offrir des services le 15 octobre 1996. Il a touché Chicago, Milwaukee, Austin, San Antonio, Fort Worth, Houston, Atlanta, Fresno, Spokane, Portland, Sacramento, Charlotte et Tulsa, en commençant dans chaque ville le jour où le service de téléphonie cellulaire numérique y est devenu disponible.

J'ai appris, en 1996, que les niveaux de puissance n'ont pas d'importance. Après que les micro-ondes m'aient presque tué à Brooklyn après seulement six jours d'exposition, j'étais sûr que les niveaux de rayonnement devaient être très élevés, et j'ai engagé un ingénieur professionnel, Stuart Maurer, pour qu'il se rende chez moi avec son analyseur de spectre afin de mesurer le rayonnement. Je suis descendu pour la journée de ma chambre de motel dans le nord de l'État de New York pour le surveiller. À mon grand étonnement, le niveau le plus élevé qu'il a mesuré, n'importe où dans ma maison, était de 0,0001 microwatts par centimètre carré. Il est clair que j'avais encore beaucoup à apprendre sur les micro-ondes, et que beaucoup de choses que je croyais savoir étaient fausses.

La même chose se produit aujourd'hui avec la 5G, sauf que cette fois, au lieu d'accuser un virus de la grippe, la société accuse un coronavirus. Et cette fois, cela se produit partout à la fois au lieu d'une ville à la fois. Le 13 octobre 2020, Verizon a publié un communiqué de presse annonçant la disponibilité de son réseau 5G dans tous les États-Unis, et le même jour, Apple a publié un communiqué de presse annonçant le lancement de son téléphone 5G, l'iPhone 12. L'iPhone 12 et 12 Pro étaient disponibles en magasin le 23 octobre, et les iPhone Mini et Max étaient disponibles début novembre. Et dans chaque État sauf deux, la mortalité a commencé à augmenter soudainement la semaine du 24 octobre ou peu après, et au plus tard la semaine du 21 novembre. Les deux exceptions sont le Wisconsin, où le pic de mortalité a commencé la semaine du 17 octobre, et Hawaï, qui n'a pas connu de hausse significative des décès l'hiver dernier. Au niveau national, la mortalité a augmenté en moyenne de 25 % pendant 20 semaines, et 300 000 personnes sont mortes. Le phénomène se produit partout à la fois, y compris pour les oiseaux, les insectes, la faune et la flore. Un correspondant de Knoxville, dans le Tennessee, m'a écrit la semaine dernière :

3
"Ces deux derniers mois, j'ai remarqué 5 bourdons maintenant sur nos fleurs qui m'ont paru paralysés. Nous avons malheureusement la 5G Ultra Wideband de Verizon très proche de notre maison, qui n'est disponible qu'à l'extérieur, et je pense qu'ils sont impactés par cela. Nous en avons amené 4 à l'intérieur de notre maison, chacun à des moments différents, et 3 des 4 se sont ranimés en 5 minutes environ, je les ai alors relâchés à l'extérieur. Le quatrième a mis un peu plus d'une heure à se ranimer avant de pouvoir s'envoler."

 

Un autre observateur, à East Dover, Vermont, a écrit, il y a quelques jours :
"Nous cultivons 3 acres de cassis, 200 buissons de myrtilles (11 variétés) et une poignée d'autres plantes à baies originales. Notre petite ferme est certifiée biologique avec 3,24 ha ouverts certifiés (seulement 3 plantés) et le reste des 12,54 ha est boisé. Les cassis sont précoces et nos 4 variétés fleurissent toutes à quelques jours d'intervalle. Il y a tellement d'insectes pollinisateurs différents qui viennent dans les champs, y compris un certain type de bourdon avec un milieu rouge. C'est merveilleux de voir et d'entendre tous ces insectes de formes différentes travailler bruyamment.

"Ce printemps, alors que je marchais le long des rangées et que j'admirais toutes les fleurs du champ de devant, je me suis soudain arrêtée car le silence était presque total. Il y avait deux bourdons parmi les 2 225 cassissiers et leur bourdonnement était très perceptible parce que tout était si silencieux. Lorsque j'en ai parlé à un pomiculteur de cinquième génération, il m'a dit que non seulement il n'y avait pas de pollinisateurs cette année, mais que le moment était mal choisi. Par exemple, ses asperges étaient en avance de deux semaines (les nôtres aussi). Par rapport à 2020, la floraison de nos cassis était en avance de deux semaines cette année. Le printemps a été froid, mais j'aurais pensé que cela aurait pu retarder la floraison. C'est donc une autre raison pour laquelle les insectes n'étaient pas encore là. Deux semaines, c'est un délai énorme ! Les myrtilles étaient aussi généralement en avance et la succession habituelle des floraisons à travers les variétés a été modifiée.

"Le lendemain, j'ai couru chez Forever Wild, un éleveur d'abeilles, et j'ai obtenu une palette de quatre ruches. Il faisait trop froid pour qu'elles puissent voler, elles sont donc restés dans leurs ruches au milieu d'une magnifique floraison de cassis. Apparemment, les bourdons volent lorsqu'il fait moins de 10°C, mais les abeilles domestiques ont besoin d'une température d'au moins 15°C. L'éleveur d'abeilles a dit qu'elles pollinisaient un quart de l'État (Vermont) et que tous les gars du nord (surtout les pommes) parlaient de la même chose : pas de pollinisateurs et surtout pas de bourdons.

"Une autre curiosité cette année a été le fait que nous avons eu très peu de scarabées japonais. Cela pourrait être dû au fait que l'année a été extrêmement humide, mais il est intéressant de noter que les scarabées et les bourdons hivernent tous deux sous terre. De plus, lorsque j'ai rendu visite à mes parents en septembre à Concord, MA, ma mère a fait remarquer que tous les chênes avaient des taches sombres. Toutes les feuilles de nos arbres ont les mêmes taches ici, dans le sud du Vermont, en particulier celles des hêtres et des trembles. J'ai planté nos premiers plants de baies en 2014, je n'ai donc pas une vaste expérience personnelle de la possession et de la gestion d'une ferme, mais j'espère continuer mes observations et je prévois de recréer cette expérience avec le grillage en aluminium que Katie Haggerty a faite, sauf avec des cassis."

Une naturaliste grecque, Diana Kordas, a écrit en octobre un rapport détaillé depuis l'île de Samos, en Méditerranée orientale : "Je vis à la campagne à quelques kilomètres de la capitale de Samos, Vathi, qui se trouve au fond d'une grande baie, et en face du village touristique de Kokkari. En juillet de cet été 2021, une tour cellulaire 5G pilote a été mise en service au-dessus de Kokkari. Cette tour cellulaire est de l'autre côté de la baie, l'un de ses deux panneaux pointe directement vers nous, et elle est à la même hauteur au-dessus du niveau de la mer que notre propriété. Elle se trouve à environ 6 kilomètres.

" Là où nous vivons, nous sommes entourés de tours cellulaires et de boosters (14 au total) fonctionnant à des fréquences 2G, 3G et 4G. On a constaté une diminution progressive de la vie des insectes et des oiseaux ces dernières années, surtout depuis 2014, date à laquelle la 4G est arrivée ici. De nombreuses espèces sont touchées ; nous avons perdu les dernières lucioles (nous en avions beaucoup) il y a deux étés. Cela fait des années que nous n'avons pas eu d'insecte éclaboussé sur le pare-brise de la voiture alors que nous roulions. Mais depuis que cette tour cellulaire 5G a été mise en service de l'autre côté de la baie, nous avons perdu presque tous les pollinisateurs et bien d'autres choses encore.

"Au début de l'été, nous avions un grand nombre de pollinisateurs : bourdons, abeilles domestiques, plusieurs sortes d'abeilles sauvages, abeilles charpentières, guêpes de toutes sortes et syrphes. Nous avons tendance à les remarquer car nous cultivons tous nos propres fruits et légumes.

Nos cultures du début de l'été ont été pollinisées sans problème, mais les melons, les tomates et les courgettes que nous avons plantés au début du mois de juillet ont produit très peu de fruits car ils n'ont pas reçu beaucoup de pollinisateurs malgré les nombreuses fleurs. Pas une seule courgette n'a été pollinisée et les tomates n'ont produit que 3 fruits ; les melons (pas autant que nous l'aurions espéré) semblent avoir été pollinisés par de minuscules papillons de nuit.

5
"Nous possédons un terrain d'un hectare et demi, ce qui est une grande propriété pour l'île. Il comporte de nombreux grands arbres (pins, cyprès, caroubiers, pistachiers sauvages, oliviers, amandiers et un bosquet de gommiers mastic extrêmement rare) et quelques arbres fruitiers (abricots, prunes et poires) ainsi que des champs d'herbes et de plantes sauvages. Je tiens à préciser que nous n'utilisons aucun pesticide et que nos voisins n'en utilisent pas non plus. De plus, la plupart des terres qui nous entourent sont sauvages, tant en amont de la montagne qu'en aval de la mer. Notre propre terre n'a jamais reçu de pesticides et je dirais qu'il en va de même pour la plupart des terres qui nous entourent. Ce n'est PAS un problème de pesticides.

"Nous gardons également nos terres aussi sauvages que possible, et à l'exception des parcelles que nous cultivons, les plantes sauvages sont autorisées à pousser librement : herbes, fleurs (beaucoup d'orchidées), et beaucoup de fenouil sauvage. Il y a beaucoup de buissons et de haies (je ne connais pas les noms anglais de ces plantes). Beaucoup d'arbres ont plus de 100 ans, et certains cyprès ont plus de 300 ans.

"Lors de la plantation, nous avons tendance à faire des cultures intercalaires et à planter également des basils et des zinnias à fleurs, qui attirent les pollinisateurs, parmi les autres plantes. Nous mettons également des soucoupes d'eau pour qu'ils puissent s'y abreuver - les abeilles ont soif. Nous avons habituellement beaucoup d'abeilles, de papillons, de syrphes, de guêpes, etc., de nombreuses espèces, et nous avions beaucoup de pollinisateurs jusqu'à récemment. Le déclin a commencé en juillet, lorsque la tour a été mise en service.

"Les abeilles et autres pollinisateurs, et en fait la plupart des insectes, ont maintenant presque tous disparu. Nous le savons pour plusieurs raisons : l'une est ce que nous voyons (ou ne voyons pas) sur les plates-bandes de légumes, l'autre est ce que nous voyons généralement (ou ne voyons pas, c'est-à-dire presque rien) et la plus importante est ce que nous ne voyons pas sur les caroubiers. Chaque année à cette époque, les caroubiers mâles fleurissent abondamment et attirent des centaines de pollinisateurs : abeilles de toutes sortes, guêpes, frelons et syrphes. On ne peut pas s'approcher de ces arbres sans entendre un fort bourdonnement, et les insectes s'affairent sur eux toute la journée. Ces arbres fleurissent pendant environ un mois, ils sont en pleine floraison, et jusqu'à présent, il n'y a pratiquement rien eu sur eux : un bourdon, une abeille domestique, quelques frelons, quelques mouches de différentes espèces, un couple de minuscules abeilles sauvages. Nous vérifions plusieurs fois par jour, tous les jours.

"Ce n'est pas non plus dû à la météo. Depuis que les caroubiers sont en fleur, nous avons eu des conditions météorologiques variées, des vents forts du nord aux vents assez forts du sud, entrecoupés de nombreux jours calmes. Il a plu une fois.

6
Les températures sont dans la moyenne pour cette période de l'année. Qu'il y ait du vent ou non, qu'il fasse chaud ou frais, il n'y a pratiquement aucun pollinisateur sur les caroubes.

"Un jour, nous avons également vérifié la présence d'abeilles sur tous les caroubiers mâles que nous avons pu trouver entre ici et Kokkari, et nous n'avons trouvé aucun insecte sur aucun autre caroubier en fleur - ou aucun insecte du tout, à part quelques mouches.

"Les caroubiers en fleurs sont un bon indicateur des pollinisateurs car ils en attirent beaucoup. Les caroubiers en fleurs sont un bon indicateur de la présence de pollinisateurs, car ils en attirent un grand nombre. Certaines plantes ont un effet bénéfique, comme le traveller's joy/cat's claw, une vigne grimpante épineuse qui a des fleurs très odorantes et qui fleurit en cette saison (nous n'avons pas vu de pollinisateurs sur elles non plus) et les fleurs d'oignon, qui attirent tous les types de guêpes et de frelons (mais pas les abeilles). Nous n'avons pas de fleurs d'oignon en ce moment, mais les fois précédentes où nous en avons eu, nous avons eu un grand nombre de guêpes et de frelons, y compris de nombreuses espèces que nous ne reconnaissions pas.

"Sur nos terres, au moment où j'écris ces lignes, nous avons perdu non seulement les abeilles mais aussi toutes sortes d'autres insectes : des coléoptères de toutes sortes, y compris des hannetons et des coccinelles, des araignées qui tissent des toiles, des mantes, des papillons de nuit et des papillons (nous avons toujours de grandes nuées d'ombres sur les pins en juillet-août, mais presque pas cette année), des libellules de toutes sortes, des sauterelles et des grillons. Octobre est la saison des libellules, et nous avons actuellement le temps chaud et calme où elles arrivent par milliers. Cette année, nous avons peut-être 1/100e du nombre habituel. Nous avons quelques frelons (pas autant que d'habitude), des taons (moins que d'habitude) et des mouches (qui semblent de tous les insectes être les moins touchés).

"Nous avons encore des moustiques, mais je crois que la raison en est qu'ils se reproduisent dans notre citerne, qui a des murs de pierre de 61 cm d'épaisseur et un toit en ciment - elle est protégée des champs électromagnétiques. Les moustiques pénètrent par le tuyau de trop-plein et les minuscules interstices dans les pierres qui recouvrent les trous d'évacuation. Notre voisin, qui a une citerne à toit ouvert et qui avait des milliers de larves de moustiques dans l'eau (et un gros problème de moustiques) plus tôt dans l'été, n'a maintenant aucun moustique. J'ai vérifié, et il n'y a plus de larves dans l'eau de sa citerne.

"Je ne peux que penser que la tour cellulaire 5G est à l'origine de ces événements, car rien d'autre ne peut expliquer la chute soudaine et importante du nombre d'insectes ici. La tour a été mise en service en juillet et les pertes que nous constatons sont survenues depuis juillet. Je pense également que nous assistons à une baisse du nombre de petits rongeurs : rats, souris et campagnols. Nous ne perdons pas de fruits et légumes à cause des souris ou des rats, comme c'est toujours le cas. De plus, sur un terrain sauvage comme celui-ci, on a tendance à trouver leurs traces, ou à attraper des queues qui s'envolent dans le faisceau d'une torche la nuit, ou à les entendre (les rats des arbres peuvent être assez bruyants), et il semble qu'eux aussi soient partis ou s'en aillent. Mon voisin ne cesse de trouver des rats morts, mais il ne les empoisonne jamais, donc ils ne sont pas morts empoisonnés.

 

"Nous constatons également des changements dans le comportement des animaux. Nous nourrissons un certain nombre de chacals dorés qui ont des difficultés à chasser en raison du manque d'animaux sauvages dans la région. La baie de Samos est déjà entourée de nombreuses tours et amplificateurs cellulaires, en plus de la nouvelle tour cellulaire 5G, et la faune, y compris les insectes et les oiseaux, est en déclin depuis des années. Cependant, au cours des dernières semaines, le nombre de chacals qui viennent nous voir a triplé et ils présentent des symptômes d'anxiété extrême, Ils nous suivent le soir et commencent à apparaître dans la journée (ils sont principalement nocturnes). Il s'agit d'animaux sauvages que nous ne traitons pas comme des animaux de compagnie, mais certains d'entre eux deviennent carrément collants, s'approchant à quelques mètres et restant assis pendant des périodes de temps à quelques mètres de nous. Certains d'entre eux, qui n'étaient pas agressifs auparavant, ont commencé à devenir très agressifs avec d'autres chacals et des bagarres éclatent constamment.

 

"La région connaît également des problèmes avec les sangliers, qui sont également à la recherche de nourriture. Nous avons eu plusieurs rencontres trop rapprochées avec ces grands et dangereux animaux (qui apparaissent aussi à des moments où ils ne devraient pas, avant le coucher du soleil) et qui creusent de grandes portions de nos terres la nuit. J'ai été chargée par l'un d'eux et mon mari aussi. De nombreuses personnes les voient de jour, et ils ont creusé des jardins, des bosquets et les bords de la route. Cela ne s'était jamais produit auparavant.

 

"Le nombre d'oiseaux diminue. Nous avons encore un assez grand nombre de mésanges charbonnières et de fauvettes sardes, qui ont tendance à se réfugier dans la couverture profonde des haies épaisses et des grands arbres, mais nous avons perdu toutes les mésanges et les pinsons. Nous avons quelques merles, mais cela fait longtemps que nous n'avons pas vu de mésange charbonnière ou de troglodyte. Les rouges-gorges ne sont pas encore arrivés du nord, alors qu'ils devraient l'être maintenant. Nous avons un couple de chouettes hulottes mais les petites chouettes ont disparu. Nous avons des geais et des corbeaux, quelques colombes à collier (en diminution) et des pigeons ramiers, qui sont devenus peu nombreux ces derniers temps. Le nombre de goélands (goélands à pattes jaunes) est en baisse et les mouettes qui étaient toujours présentes sur la plage en contrebas de nos terres ont complètement disparu.

 

Les rapaces sont moins nombreux - nous avons habituellement des éperviers, des faucons d'Éléonore, des autour des palombes, des buses et des aigles à bec court, mais ils évitent cette zone maintenant bien que nous les voyions ailleurs, ainsi que des corbeaux.

 

"Nous n'avons pratiquement pas vu d'oiseaux migrateurs dans cette zone cet automne : quelques moucherons, quelques pies-grièches écorcheuses et une bande de mouettes rieuses volant vers la mer, c'est tout. Nous avons entendu mais pas vu une volée de guêpiers, qui ne se sont pas arrêtés ici comme ils le font habituellement.

 

"En conclusion, les tours cellulaires en général ont diminué le nombre d'insectes et de pollinisateurs dans cette zone, ainsi que le nombre d'oiseaux et la faune en général. La nouvelle tour cellulaire 5G a eu un effet dévastateur en très peu de temps, mais il est impossible d'en connaître toutes les conséquences avant le printemps prochain au plus tôt."

 

Ceux d'entre vous qui se souviennent des pare-brise de voitures éclaboussés d'insectes, des jardins embrasés de papillons et bourdonnant d'abeilles, des chœurs bruyants de grillons sur la terre ferme et de grenouilles dans les étangs, et des épaisses volées d'oiseaux chanteurs chantant leur joie de vivre, comprendront ce que je vais dire. Les téléphones portables ne sont pas là pour rester. La question de savoir si les gens sont prêts à les abandonner est une autre question.

 

Si les gens acceptent d'abandonner les téléphones portables, l'amélioration soudaine et spectaculaire de la santé et du bien-être de chacun, ainsi que le retour de toutes les espèces cousines perdues et en voie de disparition qui essaient encore de partager la Terre avec nous, redonneront de l'espoir à l'espèce humaine et catalyseront d'autres changements qui deviendront soudainement possibles.[...]

 

Si les gens ne renoncent pas volontairement aux téléphones portables, alors notre planète n'a plus beaucoup de temps à vivre, et les téléphones portables mourront avec la Terre. Dans tous les cas, ils ne sont pas là pour rester. S'il vous plaît, rejoignez-moi pour travailler à la restauration de notre maison. Si vous ne l'avez pas encore signé, signez l'Appel international pour stopper la 5G sur Terre et dans l'espace.

Références : dans le pdf au-dessus de l'article

 

Voir les commentaires

Louis Fouché : pouvoir des multinationales

4 Novembre 2021, 20:10pm

Voir les commentaires

Les témoignages chocs des mamans louves

4 Novembre 2021, 19:34pm

Voir les commentaires

Russie : mort soudaine d'opposants

4 Novembre 2021, 14:01pm

Voir les commentaires