Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

La vaccination Covid à l’épreuve des faits. 2ème partie : une mortalité inédite

30 Juillet 2021, 15:21pm

La vaccination Covid à l’épreuve des faits. 2ème partie : une mortalité inédite

 

La pharmacovigilance des vaccins anti-covid est déniée car elle menace l’idéologie de la vaccination intégrale portée par les industries pharmaceutiques, les gouvernements et les principaux médias. Cette vaccination de masse conduit pourtant à une mortalité inédite dans l’histoire de la médecine moderne. Il y a urgence à la suspendre pour évaluer la balance bénéfice/risque au cas par cas.

 

 

Laurent Mucchielli Billet de blog 30 juil. 2021

 

Sociologue, directeur de recherches au CNRS (Centre Méditerranéen de Sociologie, de Science Politique et d'Histoire). https://www.lames.cnrs.fr/spip.php?article10

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 

Episode 59

Par Laurent MUCCHIELLI (sociologue, directeur de recherche au CNRS), Hélène BANOUN (pharmacien biologiste, PhD, ancienne chargée de recherches à l’INSERM), Emmanuelle DARLES (maîtresse de conférences en informatique à Aix-Marseille Université), Vincent PAVAN (maître de conférences en mathématique à Aix-Marseille Université) & Amine UMLIL (pharmacien des hôpitaux, praticien hospitalier, unité de « pharmacovigilance/CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques)/Coordination des vigilances sanitaires » du Centre hospitalier de Cholet).

Contact : laurent.mucchielli@protonmail.com

* * *

Dans le précédent épisode de notre mini-série sur la vaccination, nous avions montré que les données épidémiologiques les plus facilement disponibles à l’échelle mondiale suffisent à prouver que la vaccination ne protège pas de la contamination et de la transmission du Sars-Cov-2, en particulier de l’actuel variant Delta (ou indien), ce qui contredit massivement les déclarations répétées des représentants du pouvoir exécutif français relatives à la « protection vaccinale ». Aux États-Unis, le directeur du NIAID, Antony Fauci, vient du reste de le reconnaître publiquement, recommandant même le port du masque en intérieur par les personnes vaccinées. Autre exemple : en Angleterre, les touristes français doivent subir une quarantaine même s’ils sont vaccinés. Il est donc déjà clair que la vaccination n’est pas la solution miracle annoncée pour endiguer l’épidémie et que le chantage formulé par l’exécutif français (vaccination générale ou reconfinement) est fondé sur un mensonge. Un second mensonge répété à plusieurs reprises tant par le président de la République, le premier Ministre que le ministre de la Santé (et d’autres élus adoptant des postures sanitaires autoritaires, à l’image du maire de Nice M. Estrosi) est probablement la prétendue quasi-disparition (« à 96% ») des formes sévères de la Covid grâce à la vaccination. En Israël, un des pays où la population est la plus vaccinée au monde, les autorités viennent ainsi de décider de fermer les frontières du pays aux touristes vaccinés, indiquant non seulement que la vaccination ne protège pas de la contamination et de la transmission, mais également que la majorité des personnes hospitalisées pour des formes graves sont désormais des personnes vaccinées. Tout ceci suggère clairement qu’un gouffre sépare le marketing des industriels (repris par la propagande politique) des réalités de santé publique. Et c’est également au fond de ce gouffre qu’est pour le moment oubliée la question des effets indésirables les plus graves de la vaccination anti-covid, sujet de ce nouvel épisode.

Sortir du déni, observer froidement les données de la pharmacovigilance

 

 

 

Voir les commentaires

Richard Boutry le 29 juillet

30 Juillet 2021, 09:21am

Voir les commentaires

Un monde orwellien pour 2022

30 Juillet 2021, 09:17am

Voir les commentaires

La Suède a-t-elle eu raison ?

30 Juillet 2021, 09:06am

La Suède a-t-elle eu raison ?

Jean-Dominique Michel Le 28 juillet 2021

 

Il faudrait avoir la mémoire courte pour ne pas se souvenir des mises en garde sévères énoncées par tant d’ « experts » au sein de conseils scientifiques officiels contre l’idée d’adopter la même stratégie sanitaire qu’en Suède. « Catastrophe assurée », « éthiquement inacceptable », « surmortalité prévisible » étaient les arguments avancés de manière péremptoire par les uns et les autres, en Suisse comme en Belgique comme en France.

Alors donc que la Suède laissait ouverts en permanence ses commerces et restaurants, refusait d’imposer le port du masque ou de fermer les écoles, les autres pays d’Europe adoptaient à l’inverse des trains de mesure lourdement contraignants et qui ne s’appuyaient en vérité sur aucune science solide.

Dix-huit mois plus tard, on nous assure avec la même certitude absolutiste que la seule alternative possible est entre le pass sanitaire et le confinement.

Ce qui n’illustre guère que cette évidence logique qu’en se basant sur des présupposés erronés, on arrive forcément à des conclusions erronées.

Depuis 18 mois également, le modeste expert en santé publique que je suis souligne à tel point les mesures « sanitaires » imposées par les autorités et tout un cortège de sachants (professeurs, experts, médecins cantonaux, etc.) dévient complètement à la fois des plans pandémie qui avaient été soigneusement préparés et des « bonnes pratiques » recommandées. Le Pr Donald Henderson (épidémiologiste crédité pour avoir joué un rôle décisif dans l’éradication de la variole) rappelait dans un article publié il y a une quinzaine d’années que :

« L’expérience a montré que les communautés confrontées à des épidémies ou à d’autres événements indésirables réagissent mieux et avec moins d’anxiété lorsque le fonctionnement social normal de la communauté est le moins perturbé.
Une gouvernance politique et de santé publique forte pour rassurer et garantir que les services de soins médicaux nécessaires sont fournis sont des éléments essentiels.
Si l’un ou l’autre n’est pas optimal, une épidémie gérable peut se transformer en catastrophe. »
 

 


 

Voir les commentaires

Témoins contemporains d'une insanité sanitaire ?

30 Juillet 2021, 09:01am

Voir les commentaires

PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes

30 Juillet 2021, 08:38am

PfizerLeak : les contrats Pfizer et leurs clauses surprenantes
 

Publié le 28/07/2021 France Soir

 

 

Extrêmement contraignants pour les États qui les ont signés, les contrats Pfizer semblent les avoir ligotés. Quelques explications qui s'appuient sur les tweets de Marceau qui a traduit et commenté ces révélations faites sur Twitter.

Bien que les documents qui ont fuité soient en réalité des "drafts" du laboratoire, soit un brouillon, une version non finale, il y a fort à parier que les contrats y ressemblent comme deux gouttes d'eau. Pfizer s'est montré plutôt agressif en essayant de protéger les détails de leurs accords internationaux sur le vaccin COVID-19. Mais en voici une copie. Le document qui est ici épluché a été rendu public par l'Albanie en janvier 2021.

Voir aussi : le document complet en anglais

Tout d'abord, on note que le coût de développement des contrats est très élevé et prend beaucoup de temps (cycles de relectures juridiques). Pfizer, comme toutes les entreprises, développe un modèle d’accord standardisé et utilise ces accords avec des ajustements relativement mineurs dans différents pays. Ces accords sont supposés être confidentiels... Mais comme vous êtes sur le point de le voir, il y a une bonne raison pour laquelle Pfizer se battait pour en cacher les détails.

Pour commencer, parlons du produit : l’accord couvre non seulement la fabrication des vaccins contre le Sars-COV-2 et ses mutations, mais également tout « dispositif, technologie ou produit utilisé pour l’administration ou pour améliorer l’utilisation ou l’effet d’un tel vaccin ».


 

 

 

Voir les commentaires

L’obligation vaccinale des soignants et des pompiers n’a aucune logique médicale

30 Juillet 2021, 07:33am

Voir les commentaires

Les vaccins Covid de Pfizer "détruisent tous les systèmes du corps humain", avertissent des experts israéliens de la santé.

30 Juillet 2021, 07:18am

Les vaccins Covid de Pfizer "détruisent tous les systèmes du corps humain", avertissent des experts israéliens de la santé.

le juillet 23, 2021

 

 

Le Comité du peuple israélien (IPC), un groupe d'experts israéliens de la santé dirigé par des citoyens, a publié son rapport d'avril, dans lequel il lance un avertissement urgent selon lequel le vaccin Pfizer/BioNTech endommage pratiquement tous les systèmes de l'organisme.

Alors que la plupart de l'attention autour des vaccins s'est concentrée sur le vaccin d'AstraZeneca, qui est lié à des caillots sanguins mortels, l'injection de Pfizer est en fait beaucoup plus dangereuse, selon les dernières données.

Le rapport d'avril de l'IPC avertit que l'injection du vaccin Pfizer peut entraîner des problèmes de santé catastrophiques, comme le prouvent les innombrables vies israéliennes qui ont été endommagées par le vaccin.

Le rapport indique : "Jamais un vaccin n'a fait autant de blessés ! Nous avons reçu 288 rapports de décès survenus à proximité de la vaccination (90% jusqu'à 10 jours après la vaccination). 64% sont des hommes".

Cependant, les chiffres du ministère israélien de la Santé affirment que seuls 45 décès sont survenus à proximité de la vaccination. Comme l'indique le rapport, cet "écran de fumée", ce manque de transparence et cette tromperie ne font que provoquer davantage de décès.

Si les chiffres contenus dans le rapport de la CIPV sont valables, alors plus d'Israéliens sont morts du vaccin Pfizer que d'Européens du vaccin AstraZeneca dans toute l'Europe.

Le rapport avertit : "Selon les données du Bureau central des statistiques (CBS), en janvier-février 2021, en pleine opération de vaccination, on a constaté une augmentation de 22 % de la mortalité globale en Israël par rapport à la mortalité moyenne bimestrielle de l'année précédente.

"En fait, la période de janvier-février 2021 est la plus meurtrière de la dernière décennie, avec les taux de mortalité globale les plus élevés, par rapport aux mois correspondants des dix dernières années."

Le rapport souligne que les jeunes âgés de 20 à 29 ans semblent être le groupe démographique qui a connu l'augmentation la plus spectaculaire de la mortalité après le déploiement du vaccin Pfizer.

"Dans ce groupe, au cours de la même période de vaccination, janvier-février 2021, on a constaté une augmentation de 32% de la mortalité globale par rapport à la mortalité moyenne bimensuelle en 2020".

"L'analyse statistique des informations du Bureau central des statistiques, combinée aux informations du ministère de la Santé, permet de conclure que le taux de mortalité parmi les vaccinés est estimé à environ 1 : 5000 (1 : 13000 chez les 20-49 ans, 1 : 6000 chez les 50-69 ans, 1 : 1600 chez les 70 ans et plus)."

Sur la base de ces données, l'IPC estime que le nombre de décès en Israël survenus à proximité du vaccin Pfizer est d'environ 1 000 à 1 100 personnes. Le rapport indique que le risque de décès après la seconde dose est plus élevé que le risque de décès après la première dose.

"Il existe une forte corrélation entre le nombre de personnes vaccinées par jour et le nombre de décès par jour, dans une fourchette allant jusqu'à 10 jours après la vaccination dans tous les groupes d'âge.

"Pour les 20-49 ans - une fourchette de 9 jours entre la date de la vaccination et le décès ; pour les 50-69 ans - 5 jours entre la date de la vaccination et le décès ; pour les 70 ans et plus - 3 jours entre la date de la vaccination et le décès."

En publiant ce rapport, l'IPC espère que le gouvernement israélien et les gouvernements du monde entier reconnaîtront que "le manque de transparence tue les gens."

L'IPC conclut que : "La tromperie et la dissimulation conduisent les gens au handicap et à la perte de vie. Supprimez toute confidentialité, créez des mécanismes de déclaration transparents et contrôlés ; ce n'est qu'alors que l'on pourra sauver des vies et éviter d'autres dommages causés par l'outil même qui est censé préserver la santé.

"Est-ce un cas où le médicament est plus mortel que la maladie ?"


 

https://dailyexpose.co.uk/2021/07/23/pfizer-covid-vaccines-destroy-every-system-of-the-human-body-warns-israeli-health-experts/

 

Voir les commentaires

Pétition : transparence vaccins Covid-19

30 Juillet 2021, 07:06am

Pétition : transparence vaccins Covid-19
 
Pétition
Transparence vaccins Covid-19

NOUS, citoyens conscients et informés – ayant déjà vu plusieurs scandales causés par Big Pharma – entendons rappeler quelques principes simples et incontestables, destinés à promouvoir l’intérêt de tous face à la Covid-19.

L’urgence de la lutte contre le coronavirus ne justifie pas toutes les dérogations. La nécessité de relancer la machine économique ne doit pas exposer la population à des effets secondaires indéterminés ou à des bénéfices incertains, lesquels ne peuvent être vérifiés que par la transparence des données.

La tentation des autorités de créer une obligation vaccinale, même par l’intermédiaire d’un passeport vaccinal, ne doit pas l’emporter sur les libertés publiques. Le secret – prétendument des affaires – et l’opacité des décisions prises par des autorités lointaines sont sources de questions légitimes et de vérifications nécessaires.

Face à une balance bénéfices-risques incertaine, pas question d’offrir aux fabricants de vaccins une impunité absolue. La transparence impose un accès direct aux données pour vérifier le bien-fondé des décisions arrêtées. Nos voix s’élèvent pour demander des comptes aux autorités européennes.

Il est nécessaire de donner aux citoyens et aux parlementaires européens l’accès :

  • Aux entiers dossiers d’autorisations de mise sur le marché dits AMM (conditionnelles) des vaccins, déposés notamment auprès de l’Agence Européenne du Médicament (EMA) ;
  • Aux contrats d’achat des vaccins passés entre la Commission européenne et les principaux fabricants de vaccin ;
  • Aux privilèges accordés aux fabricants pour voir leur responsabilité supportée par la collectivité si leurs produits étaient défectueux.

Nous ne sommes pas des cobayes. Avec nos familles, nous sommes les premiers concernés. Nous exigeons que ces éléments soient tous rendus publics. Faute pour la Commission européenne de jouer le jeu de la transparence, nous nous réservons le droit d'engager une action collective en Justice en vue d'obtenir les informations requises.

En tant que citoyens signataires de cette pétition, nous nous réservons également la possibilité d’agir collectivement en justice en vue d’être protégés contre une obligation vaccinale et notamment contre l’instauration d’un “pass sanitaire” conditionnant l’exercice de nos libertés fondamentales à une preuve de vaccination Covid-19. 

 

Voir les commentaires

Richard Boutry : rencontre avec le père de Maxime

28 Juillet 2021, 20:59pm

Voir les commentaires