Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Vaccination obligatoire ? Les variants de l'incitation

1 Juillet 2021, 05:54am

Vaccination obligatoire ? Les variants de l'incitation

le 30/06/2021 à 12:10  FranceSoir

 

Alors qu'une nouvelle étape de déconfinement est franchie aujourd'hui, avec la levée de certaines mesures (jauges par exemple), le gouvernement rivalise de... variants incitatifs pour pousser encore à la vaccination, "par tous les moyens, même légaux", pour détourner une célèbre formule.

L'Académie nationale de médecine recommande de ne plus rembourser les tests PCR

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

INTERFÉRER AVEC LES FEUX DE LA VIE

1 Juillet 2021, 05:29am

INTERFÉRER AVEC LES FEUX DE LA VIE

 

         Arthur Firstenberg – Le 30 juin 2021

 

Manger et respirer sont les besoins fondamentaux de la vie. Mais l'énergie nécessaire à la vie nécessite également une combustion : les aliments que nous mangeons doivent se combiner avec l'oxygène que nous respirons. Cette combustion a lieu à l'intérieur de nos cellules dans de minuscules structures appelées mitochondries. Et dans nos mitochondries se trouvent des structures encore plus petites appelées chaînes de transport d'électrons. Ce sont les fils invisibles qui transportent les électrons générés par la digestion de nos aliments vers les molécules d'oxygène fournies par nos poumons et notre sang. Tout ce qui interfère avec ces minuscules courants électriques interfère avec la vie.

La technologie sans fil, en bombardant nos cellules de champs électromagnétiques complexes, pulsés et modulés, perturbe ces courants de vie. L'ensemble du processus d'alimentation, de respiration, de digestion et de production d'énergie - le processus de la vie - est ralenti. Nous en voyons les conséquences partout.

 

Diabète, maladies cardiaques et cancer

Lorsque les enzymes générant des électrons dans nos mitochondries ne peuvent pas suivre le volume de sucres, de graisses et de protéines fourni par notre système digestif, ces composants de notre alimentation s'accumulent dans notre sang.

L'accumulation de sucre dans le sang, et son excrétion par les reins, s'appelle le diabète, une maladie si rare avant 1860 que la plupart des médecins n'en voyaient jamais de cas au cours de leur vie. La consommation de sucre, quelle qu'en soit la quantité, n'a jamais provoqué de diabète.

L'accumulation de graisses dans le sang, et leur dépôt sur les parois de nos artères, y compris les artères coronaires, provoque des maladies cardiaques, qui étaient rares en 1850 et ne survenaient presque jamais, sauf chez les nourrissons et les personnes âgées. Autrefois, le cholestérol et les régimes riches en graisses ne provoquaient pas de maladies cardiaques. Plus tard, les mêmes changements se sont produits chez les animaux de zoo. Les maladies cardiaques, par exemple, n'existaient chez aucun animal du zoo de Philadelphie avant 1945. Et les premières crises cardiaques jamais enregistrées chez les animaux de zoo ont eu lieu en 1955. Pourtant, la sclérose des artères coronaires a augmenté si rapidement qu'en 1963, plus de 90 % de tous les mammifères et 72 % de tous les oiseaux morts dans le zoo souffraient de maladies coronariennes, tandis que 24 % des mammifères et 10 % des oiseaux avaient eu des crises cardiaques. Des tendances similaires ont été rapportées par le zoo de Londres et le zoo d'Anvers.

Lorsque nos cellules sont privées d'oxygène parce qu'elles ne peuvent pas utiliser tout l'oxygène que nous respirons, elles reviennent parfois à un métabolisme anaérobie (n'utilisant pas d'oxygène) et deviennent cancéreuses. Le cancer, lui aussi, était autrefois assez rare. En 1850, il était la 25e cause de décès aux États-Unis, derrière la noyade accidentelle. Même le tabagisme, avant 1920 environ, ne provoquait pas de cancer du poumon. Et dans les années 1930 et 1940, les taux de tumeurs malignes et bénignes ont augmenté de façon spectaculaire parmi de nombreuses familles de mammifères et d'oiseaux du zoo de Philadelphie.

 

La pandémie moderne d'obésité est également une maladie électrique causée non pas par la suralimentation et le manque d'exercice, mais par le même ralentissement du métabolisme. En fonction de notre disposition génétique, notre corps excrète une grande partie des aliments digérés sans les utiliser, ce qui entraîne une perte de poids, ou bien il transforme une grande partie des glucides et des graisses que nous mangeons en tissus adipeux, ce qui provoque l'obésité. L'obésité est en constante augmentation dans le monde entier, non seulement chez les humains, mais aussi chez les animaux de zoo, les animaux de laboratoire, les animaux de compagnie, les animaux de ferme et les animaux sauvages, en raison de l'augmentation des radiations.

 

Longévité

Contrairement à la croyance populaire, l'allongement de la durée de vie humaine n'est pas dû à la médecine moderne. Il est plutôt dû à l'interférence avec le métabolisme qui ralentit notre rythme de vie. Et contrairement à la croyance populaire, ce n'est pas une bonne chose : nous vivons tous plus lentement, plus malades, moins vitaux. C'est ce qu'a observé en 1880 le Dr George Miller Beard dans son livre sur la neurasthénie : "Bien que [la neurasthénie] puisse avoir tendance à prolonger la vie et à protéger le système contre les maladies fébriles et inflammatoires, la quantité de souffrance qu'elle cause est énorme." Et le même constat a été fait par Yasuo Kagawa en 1978 à propos de l'augmentation remarquable de la durée de vie au Japon : "Une espérance de vie plus longue, mais une augmentation des maladies."

 

Cela aussi s'est produit chez les humains et les animaux.

Les preuves de ce que j'ai résumé jusqu'ici sont exposées en détail dans les chapitres de mon livre, The Invisible Rainbow : Une histoire d'électricité et de vie : Chapitre 11, "Le cœur irritable" ; Chapitre 12, "La transformation du diabète" ; Chapitre 13, "Le cancer et la faim de la vie" ; et Chapitre 14, "L'animation suspendue".

Le reste de ce bulletin est consacré à des preuves supplémentaires qui n'ont été portées à mon attention que récemment.

 

La température normale du corps diminue

On pourrait s'attendre à ce que le fait d'éteindre les feux de la vie en interférant avec le métabolisme fasse baisser la température du corps. Et c'est le cas.

Il y a deux semaines, le Dr Mark Thompson, biochimiste au Royaume-Uni, a attiré mon attention sur un article publié par un groupe de médecins de la faculté de médecine de l'université de Stanford. Ils ont souligné que la température normale du corps n'est plus de 37° Celsius (98,6° Fahrenheit), mais qu'elle est en fait en baisse constante depuis près de 150 ans. Leur article, publié le 7 janvier 2020, s'intitule "La température du corps humain en baisse aux Etats-Unis depuis la révolution industrielle". Les données sur lesquelles ils se sont appuyés sont des centaines de milliers de mesures de température issues de trois bases de données : les vétérans de l'Union Army of the Civil War (années de mesure 1862-1930), la National Health and Nutrition Examination Survey I (NHANES) (1971-1975) et la Stanford Translational Research Integrated Database Environment (STRIDE) (2007-2017).

 

Comme ces scientifiques ne parvenaient pas à comprendre ce qui pouvait faire chuter la température corporelle de façon aussi régulière, ils l'ont attribué à une "évolution physiologique" plutôt qu'à un facteur environnemental.

 

Une autre étude, portant cette fois sur le peuple Tsimane' de l'Amazonie bolivienne, a attiré mon attention il y a quelques jours. Elle s'intitule "La température du corps chute rapidement parmi les habitants des tropiques". La plupart des villages Tsimane' n'ont toujours pas d'électricité, mais en 2004, de nombreux villageois ont acquis des téléphones portables, des radios, des antennes, des ampoules et des panneaux solaires, et en 2009, une ligne de transmission de 374 kilomètres et de 115 kilovolts a été achevée à travers la région. La ligne passe à proximité d'un tronçon d'environ 50 kilomètres de la rivière Maniqui, où se trouvent de nombreux villages. Aujourd'hui, il y a un service de téléphonie cellulaire sur au moins 25 kilomètres, et probablement plus loin, dans toutes les directions à partir de la seule ville, San Borja. 16 800 mesures de la température corporelle ont été effectuées entre 2003 et 2018. Au cours de cette période, la température corporelle normale a chuté chez ces personnes de 37,4° C (99,3° F) à 36,4° C (97,5° F).

 

J'ai reporté toutes les données de ces deux articles sur le même graphique :

 

 Un détail que les scientifiques de Stanford ont ignoré est la forte baisse de la température corporelle qui s'est produite aux États-Unis lorsqu'ils sont entrés dans la Première Guerre mondiale en 1917 et qui s'est poursuivie pendant la majeure partie des années 1920. Cela correspond au déploiement de stations de radio basse fréquence extrêmement puissantes par les États-Unis afin d'atteindre les navires de la marine outre-mer pendant la guerre, dont la plupart ont été démantelées ou remplacées par des stations à ondes courtes de plus faible puissance à la fin des années 1920.

Le rôle de l'électricité et de la radio dans l'apparition de la grippe, notamment la grippe espagnole de 1918, est également étudié dans mon livre : Chapitre 7, "Maladie électrique aiguë" ; Chapitre 8, "Mystère sur l'île de Wight" ; et Chapitre 9, "L'enveloppe électrique de la Terre".

 

Le cancer n'est pas une maladie génétique

Des preuves supplémentaires que le cancer est une maladie métabolique mitochondriale ont également été portées à mon attention récemment. Bien que les oncologues modernes soient attachés à l'idée que le cancer est provoqué par des mutations génétiques causées par des toxines environnementales, une théorie rivale, formulée il y a un siècle par Otto Warburg, soutient que le cancer est une maladie métabolique causée par un manque d'oxygène, et que les substances cancérigènes provoquent le cancer en endommageant la respiration cellulaire.

Warburg a fondé son hypothèse sur l'observation que les cellules cancéreuses n'ont pas besoin d'oxygène, et cette observation est à l'origine de la méthode moderne de diagnostic et de stadification du cancer utilisant la tomographie par émission de positrons, ou TEP. Le métabolisme anaérobie étant inefficace et consommant du glucose à un rythme effréné, la TEP permet de détecter facilement les tumeurs dans l'organisme grâce à leur absorption plus rapide de glucose radioactif.

 

Aujourd'hui, de nouvelles recherches menées par Thomas Seyfried au Boston College ont pratiquement prouvé que le cancer n'est pas causé par des mutations génétiques. Il a examiné les résultats d'expériences de transfert nucléaire réalisées dans son laboratoire et dans d'autres laboratoires ces dernières années, qui prouvent que c'est le cytoplasme contenant les mitochondries, et non le noyau contenant l'ADN, qui détermine si une cellule est cancéreuse ou non.

Lorsque le noyau d'une cellule cancéreuse est combiné avec le cytoplasme d'une cellule normale, la cellule fusionnée qui en résulte se développe normalement lorsqu'elle est implantée dans un animal. A l'inverse, lorsque le noyau d'une cellule normale est combiné avec le cytoplasme d'une cellule cancéreuse, la cellule fusionnée forme une tumeur lorsqu'elle est implantée. C'est la mitochondrie, et non l'ADN, qui détermine si une cellule est cancéreuse ou non.

"Contrairement à la théorie de la mutation somatique, écrit Seyfried, de nouvelles preuves suggèrent que le cancer est une maladie métabolique mitochondriale, selon la théorie originale d'Otto Warburg." Le cancer, dit-il, est causé par un manque d'oxygène, et les mutations de l'ADN sont un effet secondaire de ce manque. "J'ai toujours pensé, écrit-il, que la pléthore de mutations somatiques aléatoires que l'on observe dans presque tous les types de tumeurs sont en fin de compte les effets en aval d'une respiration insuffisante avec une fermentation compensatoire."

La vision du cancer qui prévaut est erronée et est responsable de la distinction artificielle, erronée et dévastatrice faite par les scientifiques, les gouvernements et l'Organisation mondiale de la santé entre les rayonnements ionisants et non ionisants. Les rayonnements ionisants seraient suffisamment énergétiques pour faire tomber les électrons des atomes et créer des ions, et tout ce qui peut ioniser votre ADN serait censé pouvoir provoquer des mutations génétiques, et être la cause du cancer. Par conséquent, selon la théorie dominante, les longueurs d'onde beaucoup plus courtes que les ondes lumineuses (ultraviolets à haute énergie, rayons X et rayons gamma) seraient dangereuses et les longueurs d'onde plus longues que les ondes lumineuses (infrarouges, ondes radio et rayonnement des lignes électriques) seraient sans danger, et pourraient être pulsées, modulées et manipulées, et envoyées partout sur la planète en toute impunité.

Seyfried et ses collègues ont pratiquement prouvé que c'est faux.

                        

                   Auteur, The Invisible Rainbow : Une histoire de l'électricité et de la vie

P.O. Box 6216

Santa Fe, NM 87502

USA

téléphone : +1 505-471-0129

arthur@cellphonetaskforce.org

 

              https://www.cellphonetaskforce.org/wp-content/uploads/2021/06/Interfering-with-the-Fires-of-Life.pdf

 

 

Voir les commentaires

Mondialisation : il y a du sang dans nos smartphones

30 Juin 2021, 12:36pm

Voir les commentaires

100% RISQUES – ZÉRO BÉNÉFICES : protégeons nos enfants contre la « vaccination »

30 Juin 2021, 11:34am

100% RISQUES – ZÉRO BÉNÉFICES : protégeons nos enfants contre la « vaccination »

 

Jean-Dominique Michel  - Le 29 juin 2021

 

Qui veut aller loin ménage sa monture dit-on…

Au front depuis 18 mois, votre serviteur se fait parfois l’impression d’être une vieille mule fourbue… mais tenace, comme on en prête la qualité à l’animal !

Sentant qu’il ne fallait plus trop tirer sur la corde, elle se trouve en altitude à refaire des forces, consciente hélas que l’automne sera rude et que la faillite du « vaccin » (dont l’inutilité spectaculaire se double d’un taux d’effets secondaires, graves et moins graves comme fatals, très fortement supérieur à ce qui avait été estimé) sera simplement recyclée dans le narratif délirant qui prévaut chez ces autres asinés – ceux qui sont hélas aux commandes.

On en voit poindre les consternantes (il)logiques : si les vaccinés sont en danger du fait des non-vaccinés et se retrouvent aujourd’hui par exemple au Royaume-Uni majoritaires parmi les hospitalisés, c’est bien entendu la preuve que ce vaccin est magnifiquement efficace ! Et donc faisons toujours plus de la même chose, (« et pourtant elle tourne ! ») comme le barrissait d’auto-satisfaction un ministre cantonal romand de la santé, pendant qu’un autre traitait d’irresponsable et de dangers publics les réticents à cette expérimentation génique indéfendable, appelant même à les vacciner de force…

C’est dire si votre mule fidèle se doit en effet de reprendre des forces pour la bataille qui se profile. Nous ne sommes pas au bout de nos peines dira-t-on sobrement.

Elle reste cependant à temps partiel sur le pont en participant au fil d’actualités de Covidhub.ch (n’hésitez pas à vous abonner pour recevoir un florilège hebdomadaire des nouvelles qui comptent – celles que vous ne trouverez évidemment pas dans la presse prostituée par l’état et les pharmas, littéralement !)

Elle a aussi récemment signé cet appel solennel, initié par des éveilleurs en prévision d’une monstre manifestation devant le Ministère de la Santé à Paris le 30 juin – initiative à répéter à la rentrée pour la protection des enfants contre cette cabale génique délirante. Dont voici le texte et la liste des premiers signataires :

 

 

Voir les commentaires

Audition au sénat australien

30 Juin 2021, 10:13am

Voir les commentaires

Une victime appelle Moderna

30 Juin 2021, 10:08am

Voir les commentaires

Pire que la maladie, les conséquences involontaires des injections anti-COVID

29 Juin 2021, 19:36pm

Pire que la maladie, les conséquences involontaires des injections anti-COVID

 

Emma Kahn   Mondialisation.ca, 28 juin 2021

 

L’hémisphère Nord tend à oublier l’esprit de terreur qui a prévalu pendant des mois, mis à part l’Angleterre et Israël qui découvrent avec consternation que le fruit de leurs efforts était vain. Mais on le sait aujourd’hui, ces injections à la recherche bâclée menacent la santé humaine de manière bien plus grave, la faute originelle en revient, entre autres,  à l’idée de faire fabriquer de la protéine S par les « vaccinés ». Quels périls encourent ces sujets d’expérience? Emma Kahn se penche avec méthode pour nous en apprendre davantage, bonne lecture. 

Résumé
Les vaccins actuellement commercialisés consistent à injecter des acides nucléiques qui vont faire synthétiser la « spike », protéine membranaire (de surface) du virus, par le vacciné. Les vaccins à ARNm sont développés depuis plusieurs années par le NIAID (Institut US des maladies infectieuses) et Moderna;  en 2019 ce développement a été ciblé sur les coronavirus et les protéines de membranes virales. Les fabricants des vaccins mis sur le marché ont contourné les obstacles dus à cette nouvelle technologie en modifiant par divers procédés le matériel génétique de la spike du virus de la Covid-19. Ces modifications pourraient la rendre plus dangereuse que la spike du virus de la Covid-19. En effet, la spike (S)  du virus SARS-CoV-2 est en partie responsable de certaines pathologies engendrées par la Covid-19. Les nanoparticules vectrices ont également une toxicité propre. Les études succinctes de bio-distribution des vaccins qui ont été rendues publiques récemment inquiètent les spécialistes car les nanoparticules vectrices et la spike synthétisée à partir de celles-ci se répandent dans tout l’organisme contrairement à leurs attentes. Des questions souvent posées les jours derniers seront aussi abordées : Les vaccinés peuvent-ils excréter le vaccin ? Don du sang et vaccinés. Enfin sont abordés la neurotoxicité de la spike et son passage de la barrière hémato-encéphalique (du sang vers le cerveau) qui sont maintenant bien établis.

Introduction

Beaucoup de questions m’ont été posées sur la spike vaccinale, pour y répondre je me fonde sur un article de Stephanie Seneff et Greg Nigh paru dans une revue à comité de lecture (1). J’y ai ajouté quelques informations publiées après la parution de cet article et des débuts de réponses à deux questions souvent posées ces jours-ci. Le texte final est donc assez long et technique, j’en ai fait un résumé ci-dessus pour ceux qui seraient rebutés par ces aspects. Les références non reproduites ici se trouvent dans l’article original.

 

Voir les commentaires

"Ne faisons pas un remède pire que le mal" : l'entretien essentiel, avec Christian Vélot

29 Juin 2021, 17:14pm

"Ne faisons pas un remède pire que le mal" : l'entretien essentiel, avec Christian Vélot

 

Publié le 29/06/2021 à 17:12 France Soir

Christian Vélot, l'entretien essentiel : maître de conférence en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud, directeur scientifique du comité scientifique du Comité de recherche de l’information indépendante du génie génétique (CRIIGEN), il nous offre un exposé, au micro de Xavier Azalbert et revient sur la nature de ce virus qu’il qualifie de dangereux car présentant un grand nombre de symptômes différents. Il se montre surpris de voir que pour lutter contre un virus qui nous réserve beaucoup d’incertitudes, on ait recours à des technologies pour lesquelles on n’a pas de recul. Il revient sur les traitements précoces, notamment ceux préconisés par le professeur Didier Raoult, un virologue d’une pointure exceptionnelle et regrette qu’on ait balayé l’hydroxychloroquine qui n’a jamais tué personne pour lui préférer le Remdesivir, une molécule toxique et mutagène. 

Le biologiste donne des explications très détaillées sur les différents types de vaccins mis sur le marché, vaccins qu’il divise en trois catégories selon la technique employée : vaccins à virus inactivé, vaccins à protéines recombinantes et vaccins génétiques.

Christian Vélot revient également sur les autorisations de mise sur le marché conditionnelles beaucoup trop rapides puisqu’une phase 3 prend normalement plusieurs années pour connaître l’immunotoxicité, la génotoxicité et l’intéraction avec le génome humain. Il regrette ces décisions et rappelle que "la sécurité est incompatible avec l'urgence."

 

 

Voir les commentaires

Reprise épidémique chez les vaccinés

29 Juin 2021, 17:09pm

Voir les commentaires

La FDA fait volte-face : elle rejette les résultats du test d'anticorps COVID : la folie règne

29 Juin 2021, 15:39pm

La FDA fait volte-face : elle rejette les résultats du test d'anticorps COVID : la folie règne

Jon Rappoport

https://blog.nomorefakenews.com/2021/06/29/fda-reverses-itself-rejects-covid-antibody-test-results-insanity-reigns/

Même un robot programmé pour "suivre la science" lèverait les bras au ciel en lisant la dernière déclaration de la FDA sur le COVID.

Après qu'un nombre incalculable de personnes aient subi des tests d'anticorps pour déterminer leur statut COVID, la FDA déclare maintenant :

"Aujourd'hui, la Food and Drug Administration américaine a publié une communication de sécurité informant le public que les résultats des tests d'anticorps anti-SRAS-CoV-2 ne doivent pas être utilisés pour évaluer l'immunité ou la protection contre le COVID-19 à tout moment, et surtout après que la personne ait reçu une vaccination contre le COVID-19."

Boom.

J'imagine un petit échantillon de personnes - peut-être 5 000 - défilant à l'unisson dans un hôpital en disant : " Nous avons été testés positifs au COVID par un test d'anticorps... puis nous avons dû être isolés, et certains d'entre nous ont été traités avec des médicaments toxiques... et MAINTENANT nous apprenons que le test d'anticorps est inutile... ".

Le document de la FDA, daté du 19 mai 2021, est intitulé : "FDA In Brief : La FDA déconseille l'utilisation des résultats des tests d'anticorps anti-SRAS-CoV-2 pour évaluer l'immunité ou la protection contre le COVID-19, y compris après la vaccination".

En creusant un peu plus loin dans le document, nous trouvons une déclaration faisant référence au vaccin COVID :

"Les vaccins autorisés pour la prévention du COVID-19 induisent des anticorps dirigés contre des cibles protéiques virales spécifiques ; les résultats des tests d'anticorps post-vaccination seront négatifs chez les individus sans antécédents d'infection naturelle antérieure si le test utilisé ne détecte pas le type d'anticorps induit par le vaccin."

En d'autres termes, la FDA dit : "Regardez, le vaccin crée des anticorps spécifiques contre la protéine de pointe, pas le virus. Si vous faites le test d'anticorps standard après la vaccination, il sera inutile, car le test n'est pas censé détecter les anticorps contre la protéine spike. Il ne détecte que les anticorps contre le virus."

Cela soulève plusieurs questions sérieuses. L'une d'elles est la suivante : Puisqu'il est très facile de développer des tests d'anticorps, pourquoi la FDA n'en a-t-elle pas développé un qui détecte les anticorps contre la protéine de pointe ?

La réponse à cette question est évidente. Si la FDA mettait au point un tel test, alors - en termes de théorie conventionnelle des vaccins - il serait facile de voir dans quelle mesure le vaccin fonctionne, ou ne fonctionne pas.

Et ce n'est pas un objectif que les responsables de la santé publique veulent atteindre. Ce n'est pas un risque qui vaut la peine d'être pris. Supposons qu'après avoir testé 20 000 personnes vaccinées, il s'avère que seulement 800 ont produit des anticorps contre la protéine de pointe ?

Autre question (sans réponse) : Les anticorps spécifiques contre la protéine spike, conférés par le vaccin, sont-ils suffisants pour neutraliser, neutraliser, détruire le virus réel s'il tombe d'un nuage et tente d'infecter une personne vaccinée ?

Bien sûr, comme mes lecteurs le savent, j'ai passé un an à démontrer que personne n'a prouvé l'existence du virus SRAS-CoV-2. Cependant, je fais de nombreuses incursions dans le monde insensé où les gens croient que le virus est réel ; et je montre que même dans ce monde, les experts se contredisent et accumulent leurs erreurs flagrantes comme des lapins qui pondent des bébés.

Cette dernière incursion montre que la FDA est à la fois criminelle et folle.

 

 

 

 

Voir les commentaires