Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Conférence Covid Aleveque

25 Mars 2021, 09:56am

Voir les commentaires

L’OMS confirme que le test Covid-19 PCR est invalide

25 Mars 2021, 09:28am

L’OMS confirme que le test Covid-19 PCR est invalide

L’OMS confirme que le test Covid-19 PCR est invalide, les estimations des « cas positifs » sont sans fondement. Le confinement n’a aucune base scientifique.

Par Prof Michel Chossudovsky - Mondialisation.ca, 21 mars 2021


 

Le test du polymérase de transcription inverse en temps réel (rRT-PCR) fut appliqué par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en date du 23 janvier 2020 afin de détecter le virus SARS-COV-2, suivant les recommandations d’un groupe de recherche en virologie (basé à l’hôpital universitaire Charité de Berlin), soutenu par la Fondation Bill et Melinda Gates. (Pour plus de détails, voir l’étude Drosten )

Exactement un an plus tard, le 20 janvier 2021, l’OMS se rétracte. Ils ne disent pas «Nous avons fait une erreur». La rétraction est soigneusement formulée. 

Alors que l’OMS ne nie pas la validité de ses « directives trompeuses » en date de janvier 2020, elle suggère néanmoins de « Retester », ce qui dans la pratique est une impossibilité.

La question litigieuse concerne le nombre de cycles de seuil d’amplification (Ct). Selon Pieter Borger, et al. :

Le nombre de cycles d’amplification [devrait être] inférieur à 35; de préférence 25-30 cycles. En cas de détection de virus, > 35 cycles détecte uniquement les signaux qui ne sont pas corrélés avec le virus infectieux tel que déterminé par l’isolement en culture cellulaire… (en anglais, Critique de l’étude Drosten )

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) admet implicitement un an plus tard que TOUS les tests PCR effectués à un seuil d’amplification (Ct) de 35 cycles ou plus sont INVALIDES. Mais c’est ce qu’ils ont recommandé au point de départ en janvier 2020, en liaison  avec l’équipe de virologie de l’hôpital Charité de Berlin.

Si le test est effectué à un seuil de 35 Ct ou plus (ce qui fut recommandé par l’OMS), les segments du virus SRAS-CoV-2 ne peuvent pas être détectés, ce qui signifie que TOUS les soi-disant «cas positifs» confirmés et enregistrés dans les bases de données au cours des 14 derniers mois sont erronés (n’ont aucune validité du point de vue scientifique ).

Selon Pieter Borger, Bobby Rajesh Malhotra, Michael Yeadon, et al., le Ct> 35 a été la norme «dans la plupart des laboratoires en Europe et aux États-Unis». 

Mea Culpa de l’OMS

Vous trouverez ci-dessous la «rétractation» soigneusement formulée par l’OMS. Le texte intégral avec le lien vers le document original est en annexe:

« Le document d’orientation de l’OMS sur les Tests diagnostiques pour le dépistage du SARS-CoV-2 souligne que les résultats faiblement positifs doivent être interprétés avec prudence (1). La valeur de cycle seuil (Ct) nécessaire pour détecter le virus est inversement proportionnelle à la charge virale du patient. Lorsque les résultats du test ne correspondent pas au tableau clinique, il convient de prélever un nouvel échantillon et de répéter le test en utilisant une méthode d’amplification des acides nucléiques identique ou différente.

 

 

 

Voir les commentaires

Robert Kennedy : lettre aux députés européens

24 Mars 2021, 09:14am

Robert Kennedy : lettre aux députés européens

Cher membre du Parlement européen,


 

Le passeport vert nécessite un débat, pas une adoption d'urgence, COM 2021 130

Nous écrivons pour nous opposer à l’adoption par le Parlement du «Green Pass» (certificat vert numérique, introduit le 17 mars 2021 avec la proposition #COM 2021 130) sans débat approfondi et vigoureux. Alors que l'intention du Green Pass est de faciliter les voyages pendant la pandémie COVID-19, nous craignons qu'il fasse exactement le contraire : il étouffera les voyages et les interactions humaines. Nous sommes extrêmement préoccupés par le fait que le règlement proposé affectera tous les voyages dans la zone Schengen, tant pour les citoyens européens que pour les autres, exigeant que les individus justifient la réception d'un vaccin expérimental ou la soumission à des tests expérimentaux. L’hypothèse de la proposition est qu’elle empêchera la transmission du SRAS-Cov-2, mais elle repose sur des bases scientifiques et juridiques incertaines et nécessite un débat approfondi pour les raisons énumérées ci-dessous.


 

1. Rien ne prouve que la vaccination bloque la transmission du SRAS-CoV-2. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré à plusieurs reprises qu'il n'y avait pas de données prouvant que les vaccins COVID-19 bloquent la transmission du coronavirus. Pour cette raison, les personnes vaccinées doivent continuer à maintenir leur distanciation sociale et à porter un masque. Alors que l'EMA espère que les vaccins réduiront le COVID, l'inverse peut se produire; la vaccination de masse peut augmenter la propagation de la maladie. C'était le cas du vaccin Dengvaxia aux Philippines, comme l'a détaillé le Sommet sur la sécurité des vaccins de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2019. Des scientifiques indépendants évaluant les résultats en Israël et au Royaume-Uni remettent en question le succès de la vaccination de masse. Les coronavirus étant en constante mutation, l'efficacité de ces nouveaux vaccins contre de nouveaux variants est douteux.


 

2.Les tests PCR ne sont pas des mesures de santé publique fiables. Bien que les tests PCR puissent permettre de diagnostiquer une personne malade dans un court laps de temps, ils n'ont presque aucune pertinence pour ceux qui ne présentent aucun symptôme de maladie. Les tests PCR positifs ne confirment pas la maladie ou la contagiosité et beaucoup aboutissent à des «faux positifs». Une revue récente de la revue médicale The Lancet a estimé que l'isolement des cas de faux positifs est «une perte nette pour la santé, le bien-être social et économique des communautés» et a conclu que «les tests PCR ne sont donc pas l'étalon-or approprié pour évaluer un SRAS- Test de santé publique CoV-2. » En janvier 2021, l'OMS a publié de nouvelles directives sur les tests PCR, mettant également en garde contre le risque de faux positifs: «à mesure que la prévalence de la maladie diminue, le risque de faux positifs augmente». Les États membres devraient cesser de tester des personnes en bonne santé et utiliser ces ressources pour le traitement.

3. Le Green Pass est juridiquement disproportionné. Le règlement proposé enfreint les droits humains fondamentaux, y compris les droits de voyager, de réunion, d'intimité, de conscience et de consentement libre et éclairé. Des études scientifiques récentes jettent de sérieux doutes sur l'efficacité des mesures draconiennes pour limiter la propagation de la maladie, y compris les restrictions de voyage et les mesures de verrouillage. La mise en œuvre du Green Pass nécessitera des ressources massives sans espoir de succès fondé. L'investissement dans les hôpitaux et les protections pour les personnes à risque serait plus efficace et plus économique. À tout le moins, une analyse coûts-avantages et un débat sont absolument nécessaires.


 

4. Le Parlement européen doit appliquer le principe de précaution. Les vaccins COVID-19 n'ont reçu qu'une approbation conditionnelle; les essais cliniques ne seront pas terminés avant des mois ou des années. Exiger que les citoyens et les visiteurs de l'Union européenne soient soumis à des produits médicaux expérimentaux pour exercer leurs droits fondamentaux viole le principe de précaution consacré à l'article 191 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne. On ne sait pas comment ces vaccins affecteront les gens dans les mois ou les années à venir. Le risque d'augmentation dépendant des anticorps (EMA) est réel, c'est-à-dire que les individus vaccinés exposés à de nouvelles souches virales peuvent être exposés à un risque accru par rapport à ceux qui n'ont pas été vaccinés. Ce risque potentiellement mortel est bien connu des experts en vaccins et est l'une des principales raisons pour lesquelles les fabricants de vaccins refusent d'accepter la responsabilité pour les blessures et décès futurs. Plusieurs vaccins COVID-19 sont basés sur une nouvelle technologie génétique jamais utilisée auparavant chez des individus en bonne santé. Les fabricants ont écarté les risques liés à la modification du génome humain et au déclenchement de maladies auto-immunes dans la course effrénée pour libérer les vaccins. Le 15 juillet 2020, le Parlement européen a voté la dérogation à l'évaluation des risques pour ces vaccins en vertu du règlement sur les organismes génétiquement modifiés (OGM). D'éminents scientifiques et médecins ont récemment abordé ces préoccupations dans une lettre ouverte à l'EMA. Une étude plus approfondie de l'impact de ces thérapies géniques est nécessaire avant de les rendre obligatoires.


 

5. Les fabricants de vaccins ne garantissent pas l'efficacité ou la sécurité. Des avocats belges estimés ont récemment conclu que la Commission européenne accordait des exemptions de responsabilité et de garantie invalides aux fabricants de vaccins COVID-19. Compte tenu du manque de preuves de sécurité ou d'efficacité, les fabricants refusent sans surprise de garantir l'un ou l'autre. Les États membres, et en fin de compte l'électorat, porteront la charge de l'indemnisation et de la prise en charge des victimes de blessures causées par des vaccins.

 

 

6.Garantie inadéquate de la confidentialité des données. Bien que le règlement proposé stipule que les États membres protégeront les données médicales, rien ne garantit cette protection. Ces données médicales peuvent être utilisées pour discriminer des individus en violation des libertés et droits fondamentaux.

 

 

7.Risque de remplacement de type et de mutation virale. La vaccination de masse avec des vaccins imparfaits - et aucun des vaccins disponibles n'est parfait - peut conduire à un remplacement de type et à une mutation virale. Ce sont peut-être des individus vaccinés, et non non- vaccinés, qui présentent le plus grand risque de nouveaux types d'infection à coronavirus plus virulents. L'exemple classique de ce type de remplacement de type s'est produit avec l'utilisation généralisée du vaccin contre la coqueluche, qui a conduit à de nouvelles mutations virales que le vaccin existant n'a pas bloquées. En d'autres termes, il n'est pas certain que la vaccination de masse mènera à la fin de la crise des coronavirus.

 

 

8.Risque que les laissez-passer verts deviennent permanents sans considération. Si le Parlement considère le règlement Green Pass comme une mesure temporaire, il est peu probable qu'il en soit ainsi. De telles restrictions deviennent généralement permanentes, ce qui rend le besoin d'un débat vigoureux d'autant plus important. Pourrait-on exiger plus de vaccins dans le cadre du Green Pass à une date ult érieure? Pourquoi le Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé devrait-il avoir le pouvoir de prendre des décisions à leur sujet? Les implications à long terme du Green Pass nécessitent une réflexion.

 

9.Le Parlement européen doit défendre les valeurs démocratiques. Trop souvent depuis le début de la pandémie de coronavirus, les chiffres ont régné au lieu de l'état de droit. De petites coteries d'experts interprétant les nombres ont défini des politiques au lieu de législatures démocratiques et de la société civile. Les chiffres et les études sont trop souvent adaptés pour servir ceux qui les produisent. L'Europe ne peut prospérer si elle s'appuie sur des modèles mathématiques à l'exclusion des modèles humains. Le Parlement est chargé de défendre les valeurs démocratiques.

 

 

Veuillez prendre ces points ci-dessus en considération et exiger un débat et une analyse ouverts avant de prendre d'autres mesures concernant le Green Pass. Les citoyens d'Europe et du monde vous observent - notre liberté et notre sécurité sont entre vos mains. Ne nous laissez pas tomber! Ne mettez pas en péril l'avenir de l'Union européenne en profanant l'un de ses principes les plus fondamentaux: la libre circulation au sein de l'espace Schengen.

 

Cordialement,

 

Robert F. Kennedy, Jr. Président, Défense de la santé des enfants

Senta Depuydt Président, Children’s Health Defence Europe


 

https://childrenshealthdefense.eu/take-action/take-action-green-pass-requires-debate-not-emergency-adoption/


 

Voir les commentaires

Alerte vote européen passeport vaccinal

24 Mars 2021, 08:01am

Alerte vote européen passeport vaccinal

ALERTE

Le projet de « passeport sanitaire » porté par la Commission européenne risque d’être voté sans débat ni amendements au Parlement européen 

La Commission européenne a récemment déposé ses deux projets de Règlements européens relatifs au passeport sanitaire, ou « certificat vert numérique ».

Parce que la Commission est « pressée », elle a demandé aux responsables des groupes politiques d’inscrire ces Règlements à l’ordre du jour de la prochaine Assemblée plénière du Parlement européen, afin qu’ils soient votés sans amendements et sans qu’il en soit discuté en commission Environnement (comENVI) (« fast-track procedure »), comme cela devrait normalement être le cas.

Les coordinateurs de groupes et le Président de la comENVI, se réunissent jeudi  prochain entre 11h et 12h15 (25 mars 2021) pour prendre une décision concernant cette demande. 

Il est URGENT, avant cette date, de leur demander de ne pas céder à la pression de la Commission et de faire leur travail de parlementaires, en examinant prudemment le texte et en veillant à l’amender partout où les atteintes aux libertés des citoyens apparaissent excessives.

Nous vous proposons d’interpeller les eurodéputés compétents à ce stade de la procédure, par courrier électronique, en leur écrivant avant jeudi matin, le message suivant, en anglais de préférence (à adapter à votre convenance) : 

 

 

ENGLISH

Recipients:

pascal.canfin@europarl.europa.eubas.eickhout@europarl.europa.eucesar.luena@europarl.europa.eudan-stefan.motreanu@europarl.europa.euanja.hazekamp@europarl.europa.eupeter.liese@europarl.europa.eujette.guteland@europarl.europa.eunils.torvalds@europarl.europa.eusilvia.sardone@europarl.europa.eubas.eickhout@europarl.europa.eualexandr.vondra@europarl.europa.eusilvia.modig@europarl.europa.eujuanfernando.lopezaguilar@europarl.europa.eumaite.pagazautundua@europarl.europa.eupietro.bartolo@europarl.europa.euemil.radev@europarl.europa.eujerkent.lenaers@europarl.europa.eubirgit.sippel@europarl.europa.eusophie.intveld@europarl.europa.euannalisa.tardino@europarl.europa.euterry.reintke@europarl.europa.eutineke.strik@europarl.europa.eunicola.procaccini@europarl.europa.eucornelia.ernst@europarl.europa.eusaskia.bricmont@europarl.europa.eumichele.rivasi@europarl.europa.eumarie.toussaint@europarl.europa.eudamien.careme@europarl.europa.eupatrick.breyer@europarl.europa.eu

Subject: Urgent appeal to refuse the "fast-track" procedure for the examination of the draft Regulation relating to the "digital green certificate"

Message:

Ladies and Gentlemen, Members of the European Parliament,

Next Thursday morning (March 25, 2021), you will be asked to vote on the examination procedure for the two European Commission draft regulations relating to the "digital green certificate".

These projects are certainly one of the most defining decisions you will make during your mandate. For this reason, I urge you to reject the option of a "fast-track" examination, as requested by the European Commission.

Indeed, this project of "digital green certificate", even if it is cleverly presented as a means of exercising our freedom of movement, represents an unprecedented interference with our fundamental freedoms, because it indirectly leads to impose on the vast majority Europeans, healthy and not likely to die from COVID-19, either a vaccine - which nobody knows "if it prevents asymptomatic infection and transmission of the virus", or even if it protects against the disease over the long term, as one can read it in the preliminary considerations of the draft Regulations – or countless numbers of detection PCR tests, if it is true that this certificate will have to be presented on multiple occasions of our lives (transport, places of culture and education, restaurants, shopping centers, etc.). Reading the draft Regulations also teaches us that people who have already overcome COVID-19 will only be considered immune for a maximum of 180 days, without any explanation being provided on this period, after obtaining a positive PCR test. The actual state of their immunity, however measurable on the basis of lymphocytes or antibodies circulating in their blood, will therefore not count for anything. Moreover, while no application of "tracing" and "tracking" had been made compulsory until now, this "green certificate", conceived as an essential sesame, will allow Member States to implement this mandatory control of our least movements and consumption habits, without being possible from now on to oppose it. Thus emerges, with this project of "green certificate", an apartheid society, where healthy citizens refusing to submit to the hygienic diktat proposed by the Commission and certain Member States, will be discriminated against and ostracized from society. This is unacceptable.

We expect our MEPs to debate these crucial social issues in depth and to profoundly amend the Commission project, if they do not reject it altogether.

I therefore urgently ask you to take the full measure of the responsibilities conferred to you by your elected mandate, and urge you to reject any hasty examination of these two draft Regulations,

Thanking you for your vigilance,

Please believe, Madam, Sir, in the expression of my respectful greetings,

Firstname NAME

Country of belonging

  

FRANÇAIS

Destinataires :

Idem ci-dessus

Objet : Appel urgent à refuser la procédure de « fast-track » pour l’examen du projet de Règlement relatif au « certificat vert numérique »

Message :

Mesdames, Messieurs les membres du Parlement européen,

Vous allez être amenés, jeudi matin prochain (25 mars 2021), à vous prononcer sur la procédure d’examen des deux projets de Règlements de la Commission européenne relatifs au « certificat vert numérique ».

Ces projets constituent certainement l’une des décisions les plus déterminantes que vous allez prendre pendant votre mandat. Pour cette raison, je vous prie instamment de rejeter l’option d’un examen en procédure « fast-track », telle que réclamée par la Commission européenne. 

En effet, ce projet de « certificat vert numérique », même s’il est habilement présenté comme un moyen d’exercer notre liberté de circulation, représente une ingérence inédite dans nos libertés fondamentales, car il conduit indirectement à imposer à l’immense majorité des européens, sains et non susceptibles de mourir du COVID-19, soit un vaccin – dont personne ne sait « s’il prévient l’infection asymptomatique et la transmission du virus », ni même s’il protège durablement contre la maladie, comme on peut le lire dans les considérations liminaires du projet de Règlement - soit d’innombrables tests de dépistage, s’il est vrai qu’il faudra présenter ce certificat à de multiples occasions de nos vies en collectivité (transports, lieux de culture et d’éducation, restaurants, centres commerciaux, etc.). La lecture du projet de Règlement nous apprend également que les personnes ayant déjà surmonté le COVID-19 ne seront considérées comme immunisées que pendant un maximum de 180 jours, sans qu’aucune explication ne soit fournie sur ce délai, après l’obtention d’un test PCR positif. L’état réel de leur immunité, mesurable pourtant sur la base des lymphocytes ou des anticorps circulant dans leur sang, ne comptera donc pour rien. De plus, alors qu’aucune application de « tracing » et de « tracking » n’avait été rendue obligatoire jusqu’à présent, ce « certificat vert », conçu comme un sésame incontournable, permettra aux Etats membres de mettre en œuvre ce contrôle obligatoire de nos moindres déplacements et habitudes de consommation, sans qu’il soit désormais possible de s’y opposer. Ainsi se dessine, avec ce projet de « certificat vert », une société d’apartheid, où des citoyens bien portants mais refusant de se soumettre au diktat hygiéniste proposé par la Commission et certains Etats membres, seront discriminés et mis au ban de la société. Cela est inacceptable.

Nous attendons de nos eurodéputés qu’ils débattent copieusement de ces sujets cruciaux de société et qu’ils amendent profondément le projet de la Commission, s’ils ne le rejettent pas tout à fait.

Vous priant ainsi de prendre toute la mesure des responsabilités que vous confère votre mandat d’élu, je vous appelle à rejeter tout examen hâtif de ces deux projets de Règlements,

Vous remerciant pour votre vigilance,

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes respectueuses salutations,

Prénom, NOM

Pays d’appartenance

 


 

Voir les commentaires

Le contrôle mental au temps du Covid

24 Mars 2021, 07:45am

Le contrôle mental au temps du Covid

 

Jean-Dominique Michel – Le 22 mars 2021


 

C’est une grande joie pour moi d’accueillir sur ce blog un nouveau texte du Dr Frédéric Badel. Cet auteur nous avait déjà gratifiés de deux excellents articles sur la manipulation mentale que l’on doit bel et bien observer dans la gestion catastrophique de la crise sanitaire en Occident.

Les lectrices et lecteurs désireux d’en savoir plus ou de creuser cette question pourront bien sûr se tourner vers les travaux de Mme Ariane Bilheran, docteure en psychopathologie, ou la suite d’entretiens donnés à Ema Krusi par M. Philippe Bobola, physicien, biologiste, anthropologue et psychanalyste, sur le thème de l’ingénierie sociale.

Ici, le Dr Badel pose des questions qui sont hélas reléguées hors de la sphère publique – ce qui est non seulement dommage mais aussi hautement dommageable.

Avec une conclusion pas chouette à laquelle tous les esprits un peu avertis sont déjà parvenus : nous sommes non seulement maltraités mais aussi délibérément manipulés par nos gouvernements.

 

LE CONTRÔLE MENTAL

Comment parvient-on à faire porter le masque à toute une population sans qu’aucune preuve ne soit apportée d’une quelconque utilité du port de celui-ci ? Comment en vient-on à proposer le principe d’un passeport vaccinal pour un virus peu létal, mutant, qui tue essentiellement des personnes de plus de 80 ans ?

Et comment se fait-il que ces propositions, solutions ou injonctions déclenchent si peu de réactions auprès des populations concernées ?

Certaines techniques de manipulation de masse permettent d’expliquer l’évolution rapide des contenus de pensée à l’échelle de la population et l’adhésion d’une grande partie de cette population à un nouveau programme.

La manipulation de masse ne date pas d’hier. Les outils pour la mettre en place se sont modernisés et ont gagné en rapidité. La manipulation va permettre de disséminer à grande échelle une propagande visant à modifier les repères et les croyances habituels, puis à les remplacer par de nouveaux, sans qu’aucune supercherie ne soit détectée.

De nos jours, la propagation rapide de la propagande d’État est réalisée via la télévision qui reste l’outil d’information quotidien principal pour une majorité de Français. Cette véritable « institution » qu’est cet outil de communication et d’information occupe généralement une place centrale dans un salon ou une pièce où sont pris les repas. La télévision capte les regards et les conversations. Des expériences datant de la fin des années 60 (Thomas Mulholland, Herbert Krugman) montrent qu’après seulement une minute d’écoute, l’activité cérébrale du spectateur se modifie et passe de fréquences bêta à des fréquences alpha. Ce passage signe l’émoussement de la pensée logique et critique pour une détente proche de l’hypnose, ce qui peut expliquer bien des endormissements devant la télé. La propagande va donc employer l’activité hypnotique de cet outil omniprésent.

 

 

 

Voir les commentaires

Entretien avec Pierre Barnerias et Jean-Dominique Michel

24 Mars 2021, 07:33am

Voir les commentaires

État actuel de la procédure judiciaire menée par le Dr Fuellmich

23 Mars 2021, 11:06am

Publié par Ciel Voilé

État actuel de la procédure judiciaire menée par le Dr Fuellmich

État actuel de la procédure judiciaire menée par le Dr Fuellmich


 

Jean-Michel Grau – Nouveau Monde - 21 mars 2021


 

Le Dr Reiner Fuellmich résume l’état actuel de la procédure judiciaire contre la dictature sanitaire mondialiste au 20 mars 2021, dont voici l’adaptation résumée de la traduction. [1]

« Comme on a déjà pu le constater sur nos chaînes [2], de nouveaux développements sont intervenus au Canada et aux États-Unis, mais aussi en Europe et notamment en Allemagne, qui montrent qu’il s’agit d’une bataille très difficile qui va bien au-delà du domaine purement juridique.

I.

Il est particulièrement important pour nous de souligner une fois de plus, que seule la coopération internationale très bien coordonnée des professions juridiques, en particulier des professions juridiques allemandes, autrichiennes, françaises et italiennes avec les professions juridiques anglo-américaines qui seules disposent du puissant outil de la « class action » et d’un véritable droit de la preuve, permettra d’atteindre notre but.

Car ce que nous voyons ici dans le monde entier, encore laborieusement déguisé en “pandémie”, mais néanmoins de plus en plus clairement visible, est en vérité la plus grande attaque contre la démocratie qu’il n’y ait jamais eu, menée par des élites politiques et économiques transnationales. Le but de cette attaque est de spolier la richesse de la classe moyenne et des contribuables par ces soi-disant “élites” autoproclamées et, à l’aide du passeport numérique de vaccination, d’obtenir un contrôle permanent sur chaque citoyen, en particulier, sur ceux qui se laissent “vacciner”.

Car les profiteurs de la panique de masse la plus répandue comme jamais dans le monde sont les industries pharmaceutiques et technologiques, dont les “vaccins”, les tests et les masques sont payés par les centaines de milliards de dollars de l’argent des contribuables.

 

 

 

 

Voir les commentaires

La bataille judiciaire bat son plein : référé contre les confinements et couvre-feux

23 Mars 2021, 10:55am

La bataille judiciaire bat son plein : référé contre les confinements et couvre-feux

Nicole Delépine – Le 22 mars 2021 – nouveau monde


 

De multiples plaintes et procédures émanent de différents cabinets d’avocats, contre les masques, les contraventions abusives, les vaccins thérapies géniques, etc..[1]

Nous vous présentons aujourd’hui le très fouillé document de Maître Araujo fourni à la justice. Nous la remercions de ce lourd travail.


ASSIGNATION EN RÉFÉRÉ DEVANT LE PRÉSIDENT DU TRIBUNAL JUDICIAIRE DE PARIS

Le 8 mars 2021 présentée par Maître De Araujo, avocat au barreau de Paris

à la demande de l’association Action 21 France, l’association Wikijustice Julian Assange, la ligue nationale pour la liberté des vaccinations et 1360 demandeurs personnes physiques – anonymat – assignation à laquelle nous nous sommes joints.[2]

J’AI, huissier soussigné, DONNÉ ASSIGNATION À : Ministère des Solidarités et de la Santé, représenté par le ministre, le Cabinet du Premier ministre, représenté par le Premier ministre, l’Agent judiciaire de l’État, domicilié au Ministère de l’Économie et des Finances.

À COMPARAÎTRE LE : … Devant le président du tribunal judiciaire de PARIS, tenant l’audience des référés, au palais de justice de PARIS

OBJET DE LA DEMANDE : RAPPEL DES FAITS ET DE LA PROCÉDURE : quelques extraits libres en tant que plaignante, ci- dessous la totalité de la procédure, références et annexes dans le document intégral :

https://drive.google.com/drive/folders/1Rit6Wh6GYBUHtLPvuGg0F5JSv3bqJwAQ?usp=sharing

extraits libres :

« Malgré toute l’énergie déployée afin de mener à bien leurs projets personnels et professionnels, les demandeurs ont vu leur vie basculer radicalement à la suite des mesures dites de « confinement » et de « couvre-feu”, prises au niveau national.
La liberté individuelle de chacun d’eux s’est vue entravée de manière drastique, ce qui a engendré de graves conséquences, tant au niveau de leurs liens sociaux, familiaux et professionnels qu’au niveau de leur santé psychologique et morale. »

 

 

 

 

Voir les commentaires

Dr Louis Fouché : néolibéralisme sanitaire

22 Mars 2021, 22:44pm

Voir les commentaires

Témoignage d'Israël

22 Mars 2021, 22:34pm

Publié par Ciel Voilé

Voir les commentaires