Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Ciel Voilé

Lactalis : pollution en bande organisée

24 Octobre 2020, 13:22pm

Lactalis : pollution en bande organisée

Disclose – le 19 octobre 2020

https://lactalistoxique.disclose.ngo/fr/chapter/pollution-en-bande-organisee

 

L’odeur les prend à la gorge. Ce jeudi 25 juin 2020, alors qu’ils franchissent un pont au-dessus de la Véronne, les gendarmes s’arrêtent net. La rivière qui traverse Riom-ès-Montagnes, au cœur du parc naturel régional des volcans d’Auvergne, dans le Cantal, dégage un parfum âcre. En contrebas, l’eau est trouble, blanchâtre. Intrigués, les militaires longent la rive et remontent jusqu’à un conduit d’évacuation d’où s’échappe un liquide laiteux. A l’autre bout du tuyau : la société fromagère de Riom, une filiale de Lactalis spécialisée dans la fabrication du bleu d’Auvergne, du Cantal ou du Saint-Nectaire, des fromages emblématiques de la région. La pollution s’étend sur quatre kilomètres.

Le même scénario se produit le 27 juillet puis le 1er août. Les gendarmes découvrent alors des dizaines de poissons et d’écrevisses flottant à proximité du point de rejet de l’usine. Cette fois, son directeur a signalé le problème à la préfecture du Cantal : il assure que la pollution est liée à un problème sur un camion qui aurait perdu de l’eau et du lait mélangés. L’affaire remonte jusqu’à la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) du Cantal. Le 5 août, un inspecteur fait le déplacement depuis Aurillac, en présence des gendarmes locaux.

38 usines mises en cause

Dans le rapport d’inspection que Disclose s’est procuré, l’enquêteur rapporte la présence à la surface de la Véronne de « matières visqueuses, épaisses, vert noirâtre » ainsi qu’une « matière brunâtre » correspondant « vraisemblablement à une accumulation de boues de stations d’épurations ». Autrement dit, des effluents industriels qui n’ont rien à faire là. Après ce premier constat, la délégation se rend à l’usine de Riom où l’attendent le directeur du site et la responsable « du projet environnement » pour l’ensemble du groupe.

« La visite ne s’est pas très bien passée, témoigne le président de la fédération de pêche de Riom, Joseph Escourolles, présent ce jour-là. Les cadres de Lactalis voulaient orienter les recherches en expliquant qu’il fallait faire des prélèvements à tel endroit mais pas à tel autre. L’inspecteur a dû leur expliquer qu’il avait tous les pouvoirs de contrôle sur l’usine. » Le lendemain, son rapport est transmis au préfet : l’enquêteur ne retient pas la thèse de l’accident isolé (le camion) et requiert un arrêté de mise en demeure justifié par « la gravité des faits » et les « dysfonctionnements majeurs » constatés au sein de l’entreprise. De son côté, Joseph Escourolles a déposé plainte contre X pour pollution le 3 août.

La pollution de la Véronne est loin d’être un cas isolé. Entre 2010 et aujourd’hui, Disclose a découvert que 38 usines Lactalis ont été ou sont toujours en violation du code de l’environnement, le recueil de lois qui encadre le droit en la matière. Soit plus de la moitié des 60 établissements recensés et analysés dans le cadre de cette enquête. Pour créer cette data et établir la carte ci-dessous, nous avons passé au crible des centaines de rapports des services de l'Etat, des arrêtés et des mises en demeure des Préfets. La particularité de ces usines (pour plus d'information, cliquez sur les points ci-dessous) : ce sont toutes des installations classées pour la protection de l’environnement, ou ICPE.

 

 

 

Voir les commentaires

Université citoyenne du 24/25 octobre 2020 reportée en avril 2021

24 Octobre 2020, 11:11am

Voir les commentaires

Dr Delépine : " Au secours, retour de l'euthanasie en EPHAD !"

24 Octobre 2020, 10:01am

Dr Delépine : " Au secours, retour de l'euthanasie en EPHAD !"
Au secours, le droit d’euthanasier nos ainés en EHPAD revient dans le décret du 16 octobre 2020


 

Dr Nicole Delépine – France-Soir – Le 23 octobre 2020

 

 

Tribune : Terrifiante succession des faits en cet automne sordide : il apparait ainsi successivement :

 l’interdiction de la prescription d’azithromycine chez les ainés en septembre et en octobre,

 un nouveau décret Rivotril pour euthanasie des résidents en EHPAD réactualisé dans le cadre des nouvelles mesures anticovid !  

Sans parler bien sûr de l’enfermement nocturne qu’on n’avait pas vu depuis août 44,

du scandale des masques inutiles et dangereux par infection bactérienne entre autres,

des tests covid non fiables, base de la propagande éhontée du gouvernement.

 

Edouard Philippe a la mémoire courte.

Ce jour (21 Octobre) le premier ministre du confinement a affirmé sous serment devant la commission d’enquête parlementaire qu’il n’y avait pas d’instruction pour interdire aux pensionnaires des Ehpad d’aller à l’hôpital. Comment peut-il ignorer la fiche d’admission rédigée par les ARS[1][2] [3] et la SFAR le 19 mars (2 jours après le confinement) et les Recommandations professionnelle multidisciplinaire opérationnelles qui ont organisé le tri des malades à l’entrée en soins intensifs en excluant les plus fragiles, précisément ceux que l’état d’urgence était censé protéger.

 Cette « pertinence de l’admission » était jugée à froid, le plus souvent sur dossier, sans voir le malade en fonction de « critères médicaux et éthiques » (sic[4] ) Si le pronostic du malade était jugé mauvais[5] ou sa qualité de vie insuffisante[6], critères discutables, théoriquement  jugés de façon collégiale (pour diluer les responsabilités personnelles ?), on ne vous acceptait pas en réanimation et on préparait une seringue de Rivotril à votre nom.

 

Comment peut -il ignorer les consignes et recommandations concernant l’appui des établissements de santé aux établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes adressée le 31 mars[7] et rappelant que « la prise en charge des cas suspects et confirmés ne présentant pas de critères de gravité doit être assurée en priorité au sein des EHPAD afin de ne pas saturer les établissements de santé » et que « la décision de transfert vers un établissement de santé ne peut être prise que par un médecin du SAMU centre 15. Par ailleurs, les régulateurs du SAMU doivent avoir un accès facilité aux éventuelles directives anticipées et aux notes écrites dans le dossier médical. Ainsi, un médecin d’astreinte réanimateur doit pouvoir être contacté H24 pour participer le cas échéant à la décision collégiale de non-admission en réanimation[8] ».

 

A quoi joue Olivier Véran ?

Il devrait se douter qu’un jour plus ou moins lointain, des familles ne comprenant pas la mort par euthanasie de leur proche en EHPAD, en leur absence, tenteront d’avoir des explications devant un tribunal. Et même si les responsables sont en général déclarés non coupables selon la formule bien connue, ces procès feront apparaître le sordide des évènements qui peuvent se révéler au moins politiquement coûteux pour leurs responsables.

 

 Rebelote… Le nouveau décret n’oublie pas de rappeler « l’autorisation d’euthanasie non volontaire » pour des gens âgés dont le directeur d’EHPAD aura estimé que ses chances de guérison en réanimation, si le besoin s’en faisait sentir, seraient insuffisantes pour encombrer les hôpitaux et tant pis si les lits privés interdits de travail normal sont vides.

 

La suite sur France-Soir

 

 

 

Voir les commentaires

Didier Raoult sur Radio Classique le 22 octobre

24 Octobre 2020, 08:32am

Voir les commentaires

Premier décès dans l'essai du vaccin Covid-19 d'AstraZeneca

22 Octobre 2020, 21:46pm

La victime était un jeune médecin brésilien de 28 ans en bonne santé

La victime était un jeune médecin brésilien de 28 ans en bonne santé


Premier décès signalé dans l'essai du vaccin Covid-19 d'AstraZeneca, mais l'expérimentation sur l'homme se poursuivra quand même


Jeudi 22 octobre 2020 - Lance D Johnson – Natural News

Les essais hâtifs et contraires à l'éthique du vaccin Covid-19 ont fait leur première victime humaine [signalée]. Les autorités brésiliennes ont confirmé le premier décès dans l'essai du vaccin covid-19 d'AstraZeneca. Le décès a été signalé aux autorités le 19 octobre, soit quatre jours après qu'il se soit réellement produit. La victime était un homme de 28 ans, originaire de Rio de Janeiro.


Le fabricant du vaccin ne sera pas poursuivi en justice pour ce décès, et ne sera même pas obligé de suspendre ses essais. Au lieu de cela, AstraZeneca et l'université d'Oxford poursuivront leurs expériences sur les vaccins sans relâche, sans aucun interrogatoire ni enquête formelle sur leur méthode scientifique et leurs ingrédients toxiques.


Les organismes de réglementation des vaccins ne se préoccupent pas des décès


Anvisa, l'autorité qui supervise l'affaire, n'arrêtera pas les essais de vaccins. Ils ont également déclaré qu'aucun détail sur le décès ne sera rendu public. AstraZeneca est l'une des quatre entreprises financées par les contribuables américains, alors que le gouvernement fédéral continue de pousser les produits biologiques expérimentaux et les inoculations d'ARNm pour obtenir une autorisation d'urgence.


Anvisa a indiqué que "les données sur les volontaires de la recherche clinique doivent rester confidentielles, conformément aux principes de confidentialité, de dignité humaine et de protection des participants". En d'autres termes, tout décès causé par des vaccins sera balayé sous le tapis, car tuer des gens avec des vaccins est un processus "confidentiel" qui protège la "dignité humaine".


Anvisa s'est abstenue de toute enquête supplémentaire parce que les agences de régulation au Brésil n'ont "reçu que des données partielles liées à l'enquête". Les agences de régulation n'ont pas fourni un compte-rendu complet sur la mort du volontaire et n'ont pas fourni un ensemble complet de données au comité d'Anvisa. En fin de compte, les organismes de réglementation ont "suggéré de poursuivre l'étude" - poussant sans pitié l'essai du vaccin.


L'arrogance effrayante et la science frauduleuse des fabricants de vaccins sont révélées au grand jour


Les essais d'AstraZeneca sont coordonnés au Brésil par l'Université fédérale de Sao Paulo. Les épidémiologistes de l'université d'État de São Paulo n'étaient pas trop inquiets de la mort et ont supposé que le mort avait pu prendre la dose de placebo. "Le fait que les essais n'aient pas été suspendus pourrait indiquer que la personne a pris une dose de placebo", a déclaré Carlos Fortaleza, un épidémiologiste de l'université de l'État de São Paulo. La dose de placebo pour les essais du vaccin covid-19 n'est pas un placebo inerte et salin. Le "placebo" pour cette expérience du vaccin de la corruption est un vaccin contre la méningite. Les fabricants de vaccins utilisent d'autres vaccins comme placebo pour fausser les données, ce qui donne au nouveau vaccin l'air plus sûr et plus efficace qu'il ne l'est en réalité. Quel que soit le type de dose reçue par la victime, sa mort a été causée par une expérience du vaccin de la corruption !


Mais AstraZeneca a écrit dans une déclaration : "Nous ne pouvons pas commenter les cas individuels dans un essai en cours du vaccin d'Oxford car nous respectons strictement la confidentialité médicale et les règlements des essais cliniques, mais nous pouvons confirmer que tous les processus d'examen requis ont été suivis".


La Food and Drug Administration américaine, actuellement sous pression pour délivrer une autorisation d'urgence pour tout vaccin covid-19 présentant une efficacité factice d'au moins 50 %, a en fait mis l'essai clinique de phase avancée d'AstraZeneca en attente aux États-Unis, empêchant les volontaires américains de recevoir la deuxième dose de ce vaccin frauduleux. Le vaccin a déjà provoqué une maladie chez un patient au Royaume-Uni, mais les essais du vaccin continuent à reprendre dans le monde entier, malgré tout.


Le décès le plus récent [signalé] au Brésil est balayé sous le tapis en plein jour, mettant en lumière l'arrogance effrayante des fabricants de vaccins qui assassinent des volontaires innocents en plein jour, sans pitié, sans recours et sans justice. Cette recherche sur les coronavirus rappelle étrangement le programme Auschwitz-Birkenau dirigé par le médecin Josef Mengele.

 

L'expérimentation médicale de Mengele, faite pour le "bien de la société", a exposé environ 3000 jumeaux à la maladie, au défigurement et à la torture sous le couvert de la "recherche" médicale sur la maladie - laissant finalement beaucoup de gens souffrir et mourir.

https://www.naturalnews.com/2020-10-22-first-death-reported-in-astrazeneca-covid-19-vaccine-trial.html#

Lien photo

Voir les commentaires

Fukushima va déverser 1 million de tonnes d'eau radioactive dans le Pacifique

22 Octobre 2020, 21:16pm

Fukushima va déverser 1 million de tonnes d'eau radioactive dans le Pacifique

par Tyler Durden – Dimanche 18/10/2020 - 22:55 - Zero Hedge

 

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de Tokyo Electric Power devrait rejeter plus d'un million de tonnes d'eau radioactive traitée de la centrale nucléaire détruite dans l'océan après les Jeux olympiques de Tokyo de 2021, selon l'Asian Nikkei Review.


Plus d'un millier de réservoirs de stockage sur le site de Fukushima Daiichi recouvrent la propriété et stockent plus de 1,23 million de tonnes d'eau radioactive traitée. Ces dernières années, nous avons souligné (voir: ici et ici) comment la capacité des réservoirs de stockage s'épuisait et que les batailles s'emballaient sur les perspectives de libération de l'eau contaminée.

L'eau en question a eu des isotopes radioactifs éliminés par un processus de filtration complexe - à l'exception du tritium. Même avec la technologie existante, le tritium ne peut pas être éliminé. En grandes quantités, l'eau mélangée au tritium pourrait présenter de graves risques pour la faune et les humains. La sortie prévue aurait lieu après 2022.


La décision de mettre fin à plusieurs années de débat sur le rejet de l'eau mélangée au tritium semble toucher à sa fin. Mais, en 2019, la Corée du Sud a fait part de ses préoccupations à l'Agence internationale de l'énergie atomique au sujet de la publication prévue.


Plus tôt cette année, un panel du gouvernement japonais a envisagé plusieurs stratégies de rejet: la première était de déverser l'eau mélangée au tritium dans l'océan; la seconde était de permettre à l'eau de s'évaporer. La décision semble être un rejet contrôlé dans l'océan Pacifique.


Le secrétaire en chef du Cabinet, Katsunobu Kato, a déclaré vendredi, sans commenter directement le rejet prévu par Fukushima d'eau radioactive traitée, que:


"Nous ne pouvons pas reporter une décision pour traiter ... l'eau traitée, pour éviter des retards dans les travaux de déclassement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi", a déclaré Kato.


Les militants écologistes n'ont pas été ravis du rejet à venir. Les pêcheurs, les agriculteurs et les citoyens ordinaires ont exprimé leurs inquiétudes sur le fait que le rejet de l'eau contaminée pourrait déclencher un «choc environnemental» et endommager l'écosystème environnant.


Nikkei note, lors de la libération, l'eau mélangée au tritium serait "diluée jusqu'à environ 600 fois par de l'eau non contaminée. L'eau libérée serait alors bien dans les normes internationales."


Le dilemme croissant des déchets nucléaires de Fukushima a été observé en 2014, lorsque Tokyo Electric Power a déversé des centaines de tonnes d'eau radioactive stockées dans l'installation nucléaire directement dans le Pacifique.


Le dilemme des déchets nucléaires de Fukushima ouvre les yeux sur l'énergie nucléaire présentée comme «une forme prometteuse de production d'énergie pour une économie mondiale décarbonisée», a noté Oilprice.com.


Les lecteurs se souviendront peut-être que l'entreprise d'énergie nucléaire de Bill Gates a proposé de construire des centrales nucléaires miniatures dans les principales régions métropolitaines pour développer une électricité sans carbone.


Une économie mondiale décarbonisée semble excellente jusqu'à ce que le dilemme croissant des déchets nucléaires se pose.


https://www.zerohedge.com/geopolitical/fukushima-release-contaminated-water-nuclear-waste-dilemma-emerges?utm_campaign=&utm_content=Zerohedge%3A+The+Durden+Dispatch&utm_medium=email&utm_source=zhource

 

 

Voir les commentaires

Chinon : Rejets radioactifs dans la Loire, par erreur selon EDF

22 Octobre 2020, 20:56pm

Chinon : Rejets radioactifs dans la Loire, par erreur selon EDF

 

1er octobre 2020 - Sortir du nucléaire

Erreur d’analyse. C’est l’explication avancée par EDF pour avoir déversé plusieurs jours durant en septembre 2020 des centaines de mètres cubes d’effluents radioactifs dans la Loire.

 

La centrale nucléaire de Chinon (Centre-Val de Loire) a déclaré fin septembre 2020 un évènement significatif pour l’environnement. Dans un communiqué lissé et peu détaillé, elle explique qu’en raison d’une erreur d’analyse, un réservoir d’effluents liquides radioactifs a été déversé dans la Loire alors qu’il n’aurait pas dû.

Comme tous les industriels, les installations nucléaires d’EDF ont obtenu du gouvernement le droit de rejeter régulièrement des substances polluantes (chimiquement et radiologiquement) dans l’air et dans l’eau. Ces rejets sont donc légaux, pour peu qu’ils respectent certaines conditions. Le but est de jouer sur la dilution des matières radioactives dans l’environnement, ce qui permet de réduire leur concentration. Encore faut-il que ce que rejette EDF respecte les limites fixées et que les débits des fleuves soient suffisant quand les rejets se font dans l’eau. Pour cela, des analyses sont faites avant les rejets, afin de déterminer le niveau de radioactivité des effluents dont EDF veut se débarrasser - les capacités de stockage étant limitées, ces rejets d’effluents représentent un enjeu industriel important pour l’exploitant nucléaire.

Le 19 septembre 2020, EDF ouvre les vannes et déverse ses effluents liquides dans la Loire. Trois jours plus tard, le 22 septembre, des mesures dans l’eau en aval de la centrale révèlent une radioactivité anormale, bien supérieure à ce qu’elle est habituellement (la dilution n’efface pas la présence de substances radioactives dans l’eau). Si le communiqué d’EDF ne livre aucune notion quantitative sur les rejets (le volume total rejeté dans la nature, le type de radionucléides déversées et le niveau de radioactivité mesuré), une réunion de la Commission locale d’information (CLI) le 6 octobre a permis d’obtenir quelques éléments chiffrés permettant de mieux se figurer l’ampleur de l’incident causé par cette "erreur d’analyse" d’EDF : 600 mètres cubes d’effluents liquides radioactifs déversés en 48h, à un débit ayant une (radio)activité de 60 Bq/l/h au lieu de 20 Bq/l/h (soit trois fois supérieur à la "normale") et des mesures dans l’eau de la Loire relevant des concentrations de 140 Bq/l au lieu des 20 à 50 Bq/l attendus et habituels pendant de tels rejets. La limite réglementaire est justement de 140 Bq/l, ce qui permet à EDF de dire - très clairement - dans son communiqué que l’activité calculée dans l’eau de la Loire est conforme aux limites réglementaires. Des limites réglementaires qui pourraient être remises en question, au vu de la dégradation environnementale globale.

Le Collectif Chinonais Environnement, qui siège à la CLI, et l’Association pour le contrôle de la radioactivité dans l’Ouest (ACRO), qui réalise des prélèvements et des analyses indépendants, alertent d’ailleurs depuis des mois sur la présence de tritium dans la Loire et dans l’eau potable, puisée à Saumur, en aval de la centrale de Chinon. Les prélèvements réalisés par l’Acro remettent en question les méthodes utilisées par les autorités pour surveiller l’impact des rejets dans l’environnement. L’ASN et l’IRSN doivent d’ailleurs entamer des mesures quotidiennes des niveaux de tritium à partir de novembre, afin d’approfondir leurs modélisations concernant le rejet de cet élément radioactif dans les eaux fluviales nous dit la Nouvelle République dans un article du 14 octobre signé Baptiste Decharme (voir ci-dessous).

Quoiqu’il en soit, même en respectant la limite autorisée, il y a bien eu rejets de substances trop radioactives dans un cours d’eau. Et l’erreur d’EDF n’a été découverte qu’après coup, une fois que les rejets terminés. Ce nouvel incident démontre un nouvelle fois que c’est l’environnement, et avec lui tous ses habitants, qui paie directement les conséquences du fonctionnement de l’industrie atomique et qui encaisse régulièrement les surcoûts dus aux erreurs de l’exploitant.

La suite

 

 

Voir les commentaires

Le couvre-feu repousse le documentaire sur la 5G

22 Octobre 2020, 19:35pm

Le couvre-feu repousse le documentaire sur la 5G

[Dernières minutes] Attention suite à la mise en place du couvre feu, France 2 modifie ses grilles de programmation et le documentaire de Complément d’enquête « 5G : l’onde d’un doute » est reporté selon la production au 12 novembre. Nous ne manquerons pas de vous confirmer la date !


 

Voir les commentaires

Le Dr Paul Héroux sur la 5G

21 Octobre 2020, 19:30pm

Voir les commentaires

Pierre Hillard : La fondation France-Chine

20 Octobre 2020, 13:24pm

Voir les commentaires